alexametrics
A la Une

Tunisie ? Une Troïka-bis à mettre sous pression

Tunisie ? Une Troïka-bis à mettre sous pression
La Tunisie a, enfin, un nouveau gouvernement qui attend, tout de même, le feu vert de l’Assemblée nationale constituante (ANC). Un gouvernement né dans la douleur puisque Ali Laârayedh, chargé de former la nouvelle équipe gouvernementale a dû épuiser tout le délai qui lui était imparti jusqu’à la dernière seconde ou presque avant d’accoucher d’un cabinet, loin de bénéficier du consens tant espéré.
Passant maîtres dans l’art du lancement des ballons d’essai, plusieurs membres dirigeants d’Ennahdha ont multiplié les fameuses fuites, et selon les réactions des uns et des autres, on procédait aux rectifications.
Une première lecture de la composition du nouveau gouvernement, en attendant les biographies et les faces cachées des membres dits indépendants, fait ressortir un bon nombre de remarques et de constats.

On se rappelle les noms qui étaient pressentis pour le poste de ministre de la Défense (Abdelhaq Lassoued), celui pour le portefeuille de l’Intérieur (Habib Jemli) ou encore celui pour le département de la Justice (Mohamed Affès) avant d’y renoncer parce qu’ils s’étaient avérés de farouches partisans ou très proches du parti islamiste.
Finalement, les trois nouveaux titulaires de ces postes ne sont pas exempts de tout reproche, à part celui de la Justice.

C’est ainsi que Rachid Sabbagh, ministre de la Défense, est un ancien haut magistrat, retraité depuis plus de vingt ans après avoir occupé le plus haut poste à savoir celui de premier président de la Cour de Cassation. Autrement dit, il doit approcher ou dépasser l’âge de 85 ans, sans oublier qu’il passait pour être un personnage, certes droit et honnête, mais trop « gentil ».
C’est dire qu’il est loin d’avoir la forte personnalité et l’énergie d’un Abdelkrim Zbidi qui s’est distingué par ses prises de position tranchantes et courageuses, des qualités requises pour ce département par les temps d’incertitude que traverse le pays.

Pour le département de l’Intérieur, la nomination d’un autre juge, Lotfi Ben Jeddou, connu pour sa droiture et son honnêteté sera-t-elle suffisante pour réussir à ce poste trop délicat dans une conjoncture sécuritaire marquée par les dérapages ? Surtout qu’il a exercé, souvent à l’intérieur du pays et qu’il n’est pas familiarisé avec une administration centrale, de surcroît, fort complexe comme celle du ministère de l’Intérieur.

Quant au poste de ministre de la Justice octroyé à Nadhir Ben Ammou, un juriste enseignant à la Faculté de droit au Campus de Tunis dans une université au Canada, réputé compétent dans son domaine et respecté par ses pairs, pourrait être le profil qu’il faut en cette période. Les milieux proches de ce département craignent, toutefois, l’éventuelle influence néfaste que pourrait exercer l’équipe mise en place par son prédécesseur au cabinet et dont les membres sont loin d’être neutres.
Pour les nominations des ministres rattachés directement au chef du gouvernement, on notera que les deux postes clé s’occupant des affaires politiques et économiques seront occupés par deux Nahdhaouis, à savoir Noureddine B’hiri, qui se voit promu et récompensé puisqu’il aura un droit de regard sur la scène politique et juridique et Ridha Saïdi reconduit au même portefeuille.

Pour le reste, un constat s’impose. 16 ministres sur 21 ont été reconduits, notamment parmi ceux les plus controversés. Ainsi les trois CPRistes, Abdelwahab Maâter, Slim Ben Hmidène et Sihem Badi sont restés au cabinet gouvernemental malgré leurs déboires et ratages qui leur avaient valu d’être la risée des Tunisiens, notamment à travers les réseaux sociaux.
Sans oublier que les Noureddine Khademi, Tarak Dhiab, Abdelkrim Harouni, pour ne citer que ceux-là, ont été maintenus en dépit des polémiques quant à leur gestion de leurs départements. Le premier pour avoir encouragé, de fait, les réquisitoires de violences par les imams et son refus de la neutralité des mosquées, le deuxième pour ses interventions dans les affaires de la FTF et ses limites académiques et le troisième pour son implication dans les affaires partisanes et son apparition lors des meetings d’Ennahdha pour haranguer les foules.

On ne peut passer sous silence la nomination de Salem Labiadh au poste stratégique et névralgique de ministre de l’Education. C’est à croire qu’il fallait obéir à l’adage : « contente-toi du pire pour ne pas avoir le plus pire ».
En effet, malgré ses erreurs et son approche maladroite en matière de communication, Abdellatif Abid d’Ettakatol a eu quelques positions courageuses face aux tentatives des Islamistes de faire passer leurs dogmes.
Or, voilà que nous aurons à subir M. Labiadh, partisan farouche et déterminé de tout ce qui est arabophone et islamique et connu pour ses positions extrémistes dans ce sens tout en étant réputé pour ses idées haineuses envers les courants de modernité, de francophonie et de tunisianité.

Le gouvernement actuel s’illustre tristement par son boycott ou presque de l’élément féminin puisqu’un seul poste de ministre est accordé à l’indéboulonnable Sihem Badi alors que deux secrétariats d’Etat ont été octroyés à deux femmes dont celui auprès du ministre des Affaires étrangères que va occuper la magistrate Leïla Bahria dont on dit qu’elle a été « récompensée » pour le rôle joué au département de la Justice, plus particulièrement dans l’affaire de la révocation de près de quatre vingts juges.

Cette brève lecture nous amène à dire que le nouveau gouvernement est une reproduction de la Troïka qui a fait preuve de son échec voire carrément son flop à diriger le pays lors de la dernière période. Et dire qu’il a fallu près de huit mois pour aboutir à des changements minimes, mais que les Nahdhaouis présentent et qualifient comme étant des sacrifices douloureux, car pour eux, les postes ministériels leurs reviennent de droit.
Le Parti islamiste de Rached Ghannouchi semble avoir oublié qu’il n’y est pour strictement rien dans l’avènement de la révolution, qu’il n’a jamais milité pour le peuple tunisien ou pour la Tunisie, mais bel et bien pour prendre le pouvoir et imposer un modèle de gouvernance islamiste.
D’ailleurs, n’eussent été la résistance de la société civile et celle des médias progressistes et démocratiques, Ennahdha et ses 89 élus à l’ANC et leurs suiveurs CPRistes auraient fait passer de nombreuses mesures « catastrophiques ». D’ailleurs, si des retards immenses sont enregistrés dans les travaux pour l’élaboration de la Constitution, c’est à cause des polémiques soulevées par des propositions honteuses des représentants d’Ennahdha.

En bref, nous revoilà avec une Troïka-bis ou presque qui peut prolonger cette période transitoire. D’où le forcing énergique et efficace attendu de la part de l’opposition et de la société civile afin d’avoir un agenda clair avec des échéances précises et irréversibles pour aboutir à des élections libres, neutres et démocratiques. Sans quoi, c’est tout le pays qui va faire un saut vers l’inconnu avec toutes les dérives et menaces possibles et imaginables.

Noureddine HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

drmohamedsellam
| 11-03-2013 17:22
Il est normal de prévoir d'avance l'échec de ce nouveau cabinet' mais il convient ,à mon sens, de le laisser travailler ' de lui impartir plus de temps pour avoir les coudées franches en vue de faire sortir le pays de l'impasse'
'.
Un nouveau cabinet
Ce nouveau cabinet aura du pain sur la planche ..du moins si jamais il trouvera du plaisir à vouloir travailler' Mais travailler quoi ?Quatre mois au plus disparaitront en un clin d'il sans qu'il trouve le temps pour s'accoutumer à ses nouvelles taches' pour s'y faire convenablement
drmohamedsellam

The Mirror
| 10-03-2013 21:07
Alors que Ali Laareydh était au stadedles discussions pour former son Gouvernement, on a bien entendu :
' un Néjib Chebbi qui menace par un forcing populaire sans précédent pour faire échouer le futur Gouvernement de Laaraeydh,
' un Samir Taieb qui lit le futur en disant que ce Gouvernement est condamné à l'échec,
' un Mahmoud Baroudi qui demande déjà à Ali Laaraydh de démissionner, alors que celui-ci n'a même pas formé son Gouvernement.
Je peux continuer à lister les prises de positon de l'opposition, toutes aussi ridicules les unes que les autres, mais je me limite à ces trois exemples. Le tunisien se pose la question : Comment peut-on confier un jour notre Tunisie à ces charlatans de la politique. La réponse est claire : Never.

Engineer Juridique
| 10-03-2013 21:05
Connait bien la loi N°82-70 portant sur le statut des forces de l'ordre, la fameuse loi N°69-4 et son article 20 du chapitre IV, sans oublier l'article 42 du code pénal!

Car des IGNARES comme ce mec sont derrière la destruction de l'ordre public en faveur des anarchiste... Sont-ils aussi des anarchistes?

Alors BEN JADDOU avec quelle loi tu vas protéger L'ORDRE PUBLIC???

D'ailleurs ces semblables ne connaissent pas l'article 22 de la loi N°82-70!

riadh
| 10-03-2013 20:00
droit vers la destruction de la Tunisie de 3000 ans..par ses propres enfants...
dans 100 ans tout cela ne comptera plus..
mais pauvre pauvres tunisiens et tunisiennes et vos enfants..Msaken..l'Etat ne s'occupe plus de cette cause de longue haleine..

(R.I.P Bourguiba et tout les tunisiens de bonne volonté))

3ABROUD
| 10-03-2013 18:52
Des constatations hâtives et sans fondement, des affirmations gratuites, des suspicions, des insinuations pour semer le doute,...

Des termes inquiétants :
échec, tristement, déboires, néfaste, approches maladroite, catastrophiques, idées extrémistes...haineuses,...

Le lecteur est perplexe en regardant ce tableau sombre. Toutefois, il est soulagé en lisant le dernier §. C'est là le rôle du journaliste ; il critique, mais aussi, il doit exprimer de l'espoir au public, pendant les périodes difficiles.

salahtataouine
| 10-03-2013 18:30
faites vous un ideé .........!!!!!!! faire et defaire ???? la nakhba est si "puissant"

salahtataouine
| 10-03-2013 17:42
https://www.facebook.com/photo.php?v=351873981583289&set=vb.100654666705223&type=2&theater

salahtataouine
| 10-03-2013 17:25
Mais je tiens à vous signaler que je peux rien faire , ali la chevrotine a tout verouillé avant de partir , il a nommé les siens partout , il detient tout centre de decision.........Pour que je puisse faire mon boulot ,il me faut un minimum de 15 mois avant de pouvoir prendre une decision "impartiale" .......La seule liberté que j ai est mon bureau , vu que j ai la clef je peux le fermer quand j aurais decidé ...Pour le reste Ali la chevrotine , son patron la gannou ont pensé a tout , j aurais rien à faire , ils ont meme pensé au café que je prefere , le reste ne me demandez rien , si peut etre le temps qu il me faut pour faire l aller retour tunis nord ouest , je ne serais pas flashé si ma vitesse est exessive ...J opterais pour l helico peut etre ..Pour le reste j ai une belle vue sur l vanubourguiba et ça va me rajeunir quand je traversais de l autre coté !!!!!!!!!!!!

A lire aussi

La crise de l’immobilier n’est un secret pour personne. Alors que beaucoup de Tunisiens privilégient

16/11/2018 19:59
2

Les indicateurs économiques sont en nette amélioration, mais il faut poursuivre les efforts et

15/11/2018 19:59
0

Le paysage politique et partisan est en perpétuelle métamorphose. Le passage à l’Assemblée des

14/11/2018 20:13
10

En dépit de son appartenance à l’un des plus grands groupes internationaux, Total Tunisie brille par

13/11/2018 16:59
22

Newsletter