Glissement du dinar : L’UTICA appelle le gouvernement et la Banque centrale à s’expliquer

Businessnews.com.tn | publié le 20/04/2017 14:57

 

L’Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) vient de réagir aux récentes déclarations de la ministre des Finances sur le glissement du dinar.

La centrale patronale a exprimé sa vive inquiétude face à la dépréciation importante de la valeur du dinar par rapport aux monnaies étrangères ces deux derniers jours, ce qui représente un danger réel sur l’économie et sur les entreprises tunisiennes. Elle estime que ce glissement aura des répercussions négatives sur l’investissement, la compétitivité des sociétés, l’inflation, le déficit commercial, les équilibres financiers du pays et sur la caisse de compensation avec une hausse du taux d’endettement et du service de la dette.

 

L’UTICA a appelé le gouvernement et la Banque centrale, à expliquer, dans les plus bref délais les raisons qui ont conduit à cette situation et le plan qui sera adopté pour arrêter cette hémorragie de la monnaie nationale, qui menace aujourd’hui la pérennité de la société tunisienne, sa compétitivité, sa capacité à investir et à créer de l’emploi ainsi que sur le niveau de vie du citoyen tunisien.

 

Dans son communiqué daté de ce jeudi 20 avril 2017 et signé par sa présidente Wided Bouchamaoui, l’UTICA souligné l’importance du facteur de la stabilité générale et en particulier celle de la politique de change, qui est un élément principal impactant fortement la compétitivité des sociétés et la croissance. L’organisation considère que la révision de la valeur de la monnaie nationale doit se faire après la concertation avec les parties prenantes et sur la base d’une vision économique et des objectifs clairs, avec la mise en place de mesures évitant la panique et la perturbation des marchés économiques et financiers.

 

I.N

Glissement du dinar : L’UTICA appelle le gouvernement et la Banque centrale à s’expliquer

publié le 20/04/2017 14:57

 

L’Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA) vient de réagir aux récentes déclarations de la ministre des Finances sur le glissement du dinar.

La centrale patronale a exprimé sa vive inquiétude face à la dépréciation importante de la valeur du dinar par rapport aux monnaies étrangères ces deux derniers jours, ce qui représente un danger réel sur l’économie et sur les entreprises tunisiennes. Elle estime que ce glissement aura des répercussions négatives sur l’investissement, la compétitivité des sociétés, l’inflation, le déficit commercial, les équilibres financiers du pays et sur la caisse de compensation avec une hausse du taux d’endettement et du service de la dette.

 

L’UTICA a appelé le gouvernement et la Banque centrale, à expliquer, dans les plus bref délais les raisons qui ont conduit à cette situation et le plan qui sera adopté pour arrêter cette hémorragie de la monnaie nationale, qui menace aujourd’hui la pérennité de la société tunisienne, sa compétitivité, sa capacité à investir et à créer de l’emploi ainsi que sur le niveau de vie du citoyen tunisien.

 

Dans son communiqué daté de ce jeudi 20 avril 2017 et signé par sa présidente Wided Bouchamaoui, l’UTICA souligné l’importance du facteur de la stabilité générale et en particulier celle de la politique de change, qui est un élément principal impactant fortement la compétitivité des sociétés et la croissance. L’organisation considère que la révision de la valeur de la monnaie nationale doit se faire après la concertation avec les parties prenantes et sur la base d’une vision économique et des objectifs clairs, avec la mise en place de mesures évitant la panique et la perturbation des marchés économiques et financiers.

 

I.N

Commentaires (19) Commenter
@ "LE TUNISIEN" : LE 1er CAUCHEMARD DE L'ECONOMIE TUNISIENNE, C'EST : NOUS ! ... SON PEUPLE !
URMAX
| 21-04-2017 14:39
...
Disons les 4 vérités en face :
...
1) - Les employés sortent de leur travail pour faire leurs achats et aller au café.
...
2) - Lorsque les employés sont censés travailler, ils bavardent.
...
3) - Nous importons trop : Nous consommons trop "étranger".
L'état ne peux pas [interdire l'importation] de produits étrangers (accords bilatéraux obligent, qui tiennent notre gouvernement à la gorge) !
C'est à NOUS, TUNISIENS, d'acheter et de consommer Tunisien.
Même si "ça coûte plus cher" et est de moindre qualité, nous nous DEVONS de soutenir notre économie.
C'est un devoir, que nous devons à notre Nation.
...
4) - IL y a trop de grèves.
Déjà, nous ne travaillons pas (voir points 1 & 2 ci-dessus).
Si, en plus, nous des grévistes exigeants pour un travail que nous ne sommes même pas capables d'exécuter convenablement, alors nous sommes que des connards d'opportunistes !
Des égoïstes ne pensant qu'à "soi-même" sans avoir - ne serait-ce qu'une "fraction" - de degré d'appartenance et d'amour envers notre pays.
Nous ne sommes que des lâches, préférant fuir "ailleurs" et habiter "à l'étranger".
...
Bande de couards peureux et lâches, que nombre d'entre-nous sommes !
...
Voilà. Et maintenant : Méditez sur ce que vous valez vraiment pour la Tunisie !
Un peu de conscience s'impose !
...
URMAX
solution.........
gaddo59
| 21-04-2017 14:15
il y a tris domaines en Tunisie que sont porteur
1 -INVESTISSEMENT ÉTRANGERS
2 -TOURISME
3 -EXPORT

les trois sont en arrêt........pourquoi ?
parce que
1 les Investisseurs étrangers ne vient pas a cause de l'instabilité du Pays que actuellement est géré par ennada et ugtt , donc OUBLIEZ que vont arriver des investisseurs
pauvres vous .......
2 - le tourisme .......le quel ?? tu peux aller dans un hotel et voir les rats les cafards la saleté le mauvais service et la nourriture dégoûtant ? et encore .......les plages sales,"animation" des années "60, les vendeurs de n'importe quoi dans l'hotel et dehors l'hotel, le transport (taxi) a des prix inconnu et le personnelle d'hotel n'a pas de la compétence
........pauvres vous

3 - export ...........que ce est que vous voulez exporter ???
les prix des produits agro-alimentaires sont PLUS CHERS que en Europe malgré les salaries du domaine sont payé au max 20% de plus que auparavant, l'énergie n'a pas au augmentation, la location des terrains n'a pas au d'augmentation , l'eau n'a pas au d'augmentation , en plus il y a des subventions pour celui que peut être en mesure d'exporter
les autre produits sont dans les mains des douaniers que demande toujours de l'argent pour faire sortir ou entrer des container HONTE !!!!!!!!!!!!!
dans tous ces cas .......les 90% des administrations il ne font rien pour améliorer cette situation
pauvre vous ..........
vous voulez aller ou ???
A.C. italien qu'il vit et pleure en Tunisie et qui aime la Tunisie plus que le tunisien
ya ya BOURGUIBA , ya ya Ben Ali !!!
ennada et uggt allez vous faire foutre
VOLEURS !!!!
Mme Bouchamaoui invitée
Fadi
| 21-04-2017 13:01
Ce matin, à la chaîne suisse TSR2, a déclaré que tout va bien en Tunisie, qui croire?
C n pas mechant
Sami
| 21-04-2017 09:32
Le réal brésilien a baisse de 20 pct de Mme la livre égyptienne
Il faut k la monnaie s'adapte a l.economie, on casse pas le thermomètre pour éviter la maladie!
@ Raionnel, et le citoyen dans tout ça ??!
Famous Corona
| 20-04-2017 20:09
Tu oublies les tunisiens qui reçoivent le choc frontal de plein fouet, tous ceux qui dealent avec l'étranger, soit importateurs/consommateurs de matériels et d'équipements importés, soit parents qui payent les études de leurs enfants à l'étrangers (faute d'éducation décente dans notre pays!!), soit ceux qui voyagent avec comme seuls moyens financiers les 6000DT d'allocation touristique annuelle qui ne suffit plus depuis des années à l'exceptions des fraudeurs qui usent d'autres moyens... Le système dans notre pays à une fâcheuse tendance à défavoriser toutes les classes sociales et à rendre la vie de plus en plus pénible, ce qui favorise toutes sortes de trafics et de magouilles pour s'en sortir et essayer de sauver un tant soit peu les meubles ....
Une bonne gouvernance est celle qui trouve le juste équilibre et non celle qui essaye de soigner les apparences et la face quitte à éveiller le mécontentement du peuple qui ne fait qu'aspirer à des jours meilleurs qui hélas ne font que s'éloigner jour après jour.
Pourquoi !
Watani
| 20-04-2017 20:06
Pourquoi la bct a fait des pièces de 2 dinars ,des pièces de 200 millièmes et des billets de 50 dinars à cela s'ajoute une belle augmentation du salaire du gouverneur & co. Tout cela ne contribue pas à l'essor du jadis dinar sans OUBLIER les grèves permanentes , le terrorisme et la corruption . Mesquine dinar qui agonise
Les mensonges de l'Union Tunisienne Des Importateurs
Raionnel
| 20-04-2017 19:16
Contrairement à ce que prétend l'organisation qui défend les importateurs. Le glissement du Dinar aura des répercussions positives sur l'investissement, la compétitivité des sociétés, le déficit commercial, les équilibres financiers du pays et sur la caisse de compensation avec une réduction du taux d'endettement et du service de la dette.

Le glissement du Dinar:
va aider à réduire les importations donc reduire le deficit commercial.
va encourager l'investissement, les investisseurs internationaux vont pouvoir réduire le coût de leur investissement, les investisseurs locaux vont accélérer leurs investissement puisque l'argent liquide perd sa valeur.
Les sociétés tunisiennes seront plus compétitive et pourront réduire le prix de vente leurs produits sur les marchés internationaux.
La grande majorité des produits compensés sont des produits locaux (pain, huile, tomate, semoules, couscous, lait, pâtes) donc le glissement du Dinar n'aura aucun effet.
Qui fait mieux?!
Famous Corona
| 20-04-2017 18:15
Après le médiocre Slim Chaker on a cru que les choses iraient mieux quel que doit l'incompétence du successeur. Erreur monumentale: en Tunisie tout est possible! Mme. Zribi fait mieux dans le domaine du naufrage d'économie, pour preuve un dinar en cours d'Algérisation et une inflation galopante. Conséquence: un peuple au bord de l'asphyxie et de l'hystérie!! Merci Intifadha, merci USA !!!!
Les conséquences de 6 années de léthargie....
je dis la vérité
| 20-04-2017 16:48
Voilà aujourd'hui que l'UTICA se réveille de sa léthargie'.L'économie du pays, après la « révolution de la brouette », initiée par la CIA et les sionistes, que l'on voulait appeler le « printemps arabe », est aujourd'hui au plus bas'.
La valeur de dinar tunisien a perdu depuis, la moitié de sa valeur, comparativement à la moyenne des devises fortes'.Les causes sont aussi simples et compréhensibles. Même un analphabète qui n'a jamais mis les pieds dans une école, vous l'expliquerait. Allons'.L'UTICA , cessez de faire semblant de vous étonner'.Vous faîtes partie du système'Vous n'avez rien fait pour sauver le pays'.

Je ne vais pas vous donner des leçons d'économie, Mme l'UTICA. Vous savez bien que l'économie tunisienne n'est pas une économie fermée (autarcique).La Tunisie comme d'autres pays a une économie ouverte. Il y a des échanges. Nous importons et nous exportons.
Depuis la révolution de la brouette, tout est sens dessus-dessous, et l'UTICA, y est pour quelque chose.Elle est partie prenante de ces déséquilibres.

Aujourd'hui, nos hommes d'affaires ont peur. Ils cachent leurs sous dans des bas de laine. C'est vrai, beaucoup d'hommes d'affaires sont persécutés par l'opinion publique et des partis, criant vengeance, à l'instar du CPR et le parti destructeur de Marzougui. Une bonne partie de la population demande des procès pour ceux qu'elle suppose qu'ils les ont volés hier.La loi de la réconciliation nationale, tant réclamée n'aboutit pas. Il y a blocage. C'est normal que ceux qui détiennent d'énormes capitaux n'investissent pas. Ceux-là, sont des acteurs à l'intérieur de l'UTICA.Ils se cachent'.
Ils se contentent d'importer des produits finis, de trafiquoter par ici et par là. Quelques coups dans le commerce informel, et le tour est joué.

Le soulèvement de janvier 2011 a réveillé les démons. Le terrorisme latent du temps de Ben Ali, la destabilisation et le chaos en Libye, la pagaille en Syrie, n'ont fait que créer une insécurité bien visible en Tunisie. Les touristes, échaudés par des attentats meurtriers, craignant pour leur vie et c'est légitime, fuient le pays. Qu'est-ce qu'il nous reste ?

Nous autres citoyens, gouvernement,UTICA, nous sommes assis, regardant les horizons, rêveurs d'un retour de jours meilleurs'..
Nos hommes d'affaires devront mouiller leur chemise et reprendre confiance et aller travailler. Ils iront investir et c'est faisable,dans les régions déshériteés. Les projets ne manquent pas.Il faudra commencer par créer des emplois.Il faudra aussi que le gouvernement, bloque d'une main de fer, toutes les importations superflues et redresser la balance commerciale.N'importer que tout ce qui est prioritaire : Blé, équipements d'infrastructure, médicaments. Mettre un coup d'arrêt à l'importation excessive de voitures, en baissant les quotas.

Je préfère être un gouvernement impopulaire et efficace, qu'un gouvernement mou.

Oui'.La décision de la Banque Centrale est une bonne décision. Elle laisse le dinar flotter , subir son sort et affronter les devises fortes. Le Tunisien ne se réveille que devant les choc et par les coups. Le dinar est foutu, depuis belle lurette'Pourquoi, l'Etat soutient l'insoutenable ?

Je crois que la feuille de route de Carthage est une feuille morte. Il faut réécrire autre chose, où il est question d'un remède de cheval pour ce pays agonisant'..
Autant le gouvernement que la BCT n'ont en rien à foutre !!
Famous Corona
| 20-04-2017 16:46
Ne dérangez surtout pas le gouverneur de la BCT pendant la sieste: Do Not Disturb !!!!!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration