Ghannouchi crée la polémique en Arabie Saoudite

Businessnews.com.tn | publié le 14/12/2011 15:53

« Autant les propos du nouveau président de la République Tunisienne, Moncef Marzouki, sont posés, sensés et équilibrés, autant les déclarations de Rached Ghannouchi s’illustrent par la contradiction selon son humeur qui change suivant le climat, chaud ou froid, et les circonstances ».

C’est le constat fait par le journal saoudien très officiel et réputé proche du Palais royal, « Erriadh » qui a manifesté, dans sa livraison du mercredi 14 décembre 2011, sa satisfaction du contenu du premier discours de M. Marzouki après son intronisation en tant que chef de l’Etat tunisien.
En effet, Moncef Marzouki, ajoute le média, a bien mis en relief la nécessité pour de la Tunisie de s’ouvrir sur le monde arabe et tous les autres ensembles régionaux et internationaux. Par contre, Rached Ghannouchi, apparemment « ébloui par les projecteurs braqués sur lui », n’a pas hésité à déclarer en substance, lors de son dernier séjour aux Etats-Unis d’Amérique selon le même journal que « le printemps arabe déracinera les Etats du Golfe avec ses rois, ses cheikhs et ses émirs ».

Le journal conclut sur un ton ironique et accusateur que les « Saoudiens n’envient pas Ghannouchi pour sa vision et ses prévisions car il a besoin, plus précisément en cette étape, de se montrer plus équilibré et non d’œuvrer à exporter la révolution comme l’a fait son maître l’ayatollah Khomeiny ».

Une question se pose : l’Etat du Qatar et son Emir font-ils partie de ces Etats du Golfe à déraciner ?!

Ghannouchi crée la polémique en Arabie Saoudite

publié le 14/12/2011 15:53

« Autant les propos du nouveau président de la République Tunisienne, Moncef Marzouki, sont posés, sensés et équilibrés, autant les déclarations de Rached Ghannouchi s’illustrent par la contradiction selon son humeur qui change suivant le climat, chaud ou froid, et les circonstances ».

C’est le constat fait par le journal saoudien très officiel et réputé proche du Palais royal, « Erriadh » qui a manifesté, dans sa livraison du mercredi 14 décembre 2011, sa satisfaction du contenu du premier discours de M. Marzouki après son intronisation en tant que chef de l’Etat tunisien.
En effet, Moncef Marzouki, ajoute le média, a bien mis en relief la nécessité pour de la Tunisie de s’ouvrir sur le monde arabe et tous les autres ensembles régionaux et internationaux. Par contre, Rached Ghannouchi, apparemment « ébloui par les projecteurs braqués sur lui », n’a pas hésité à déclarer en substance, lors de son dernier séjour aux Etats-Unis d’Amérique selon le même journal que « le printemps arabe déracinera les Etats du Golfe avec ses rois, ses cheikhs et ses émirs ».

Le journal conclut sur un ton ironique et accusateur que les « Saoudiens n’envient pas Ghannouchi pour sa vision et ses prévisions car il a besoin, plus précisément en cette étape, de se montrer plus équilibré et non d’œuvrer à exporter la révolution comme l’a fait son maître l’ayatollah Khomeiny ».

Une question se pose : l’Etat du Qatar et son Emir font-ils partie de ces Etats du Golfe à déraciner ?!
N.H
Ads
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration