alexametrics
Dernières news

Biographie de Habib Essid, ministre de l'Intérieur


Habib Essid, nommé, lundi 28 mars 2011, ministre de l'Intérieur au sein du gouvernement provisoire, est né le 1 juin 1949, à Sousse.
Il est titulaire d'une maîtrise en sciences économiques de la faculté de droit et des sciences économiques de Tunis et d'un diplôme d'ingénieur agricole spécialité « Economie agricole » de l'université Minnesota (USA).

M. Essid a entamé sa carrière professionnelle en tant qu'ingénieur depuis 1992. Il a occupé plusieurs fonctions au sein du ministère de l'Agriculture où il a été chargé, de 1975 à 1980, des études d'irrigation agricole au sein de la direction générale du génie rural avant d'être nommé président directeur général de l'office de mise en valeur des périmètres irrigués de Gafsa et du Jérid de 1980 à 1988.
Il a été nommé, également, délégué régional du développement agricole à Kairouan, puis directeur général, délégué du développement agricole de Bizerte en 1989.
M. Essid a été nommé, aussi, chef de cabinet du ministre de l'agriculture de l'année 1993 à 1997, avant d'occuper, le même poste au ministère de l'intérieur jusqu'au 2001.

En janvier 2001, Habib Essid a occupé le poste de Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Agriculture chargé de la pêche puis Secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'agriculture, de l'environnement et des ressources hydrauliques chargé de l'environnement de septembre 2002 jusqu'au juin 2003.
Il a, également, occupé le poste de Président Directeur Général de la société du Transport par pipeline à travers le Sahara (TRAPSA) de juin 2003 à novembre 2004.

De 2004 à 2010, Habib Essid a occupé le poste de directeur exécutif du conseil oléicole international dont le siège est à Madrid (Espagne).
De février 2011 jusqu'au mars courant, Il a été nommé conseiller auprès du premier ministre dans le gouvernement provisoire.
Le nouveau ministre de l'intérieur est marié et père de trois enfants.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

WALID DANGUIR
| 26-08-2011 23:05
APPEL A MR ESSID POUR BOUCLER LA BOUCHE A SA POLICE DE CERCULATION QUI OPERENT DE L AVENUE DE TURQUIE A MONCEF BEY .CES DERNIERS QUI SONT LA, DEPUIS DES ANNEES ET QUI NE CHANGEnt PAS DE POSTE ;se croient les maitres des lieux et abusent de leur autoritee pour reclamer de l argent et qui harcelent les routiers allant jusqua agresser verbalement et comme aujourdhui le 26 AOUT ONT AGRESSER UN TUNISIEN RESIDANT A L ETRANGER ,ils se sont unit en laissant leurs poste pour appuyer leurs collegue qui ne s arrtait pas de nous insulter et de nous envoyer chier .MEME NOUS MENACER DE NOUS RENDRE LA VIE INFERNAL .MESSAGE A MR ESSID DE PRENDRE LA SITUATION EN MAIN AFAIN D EVITE CE GENRE DE SCANDALE

kathy
| 01-04-2011 10:08
ON ne peut pas être ministre de l'intérieur ni des affaires étrangères; on ne peut aspirer qu'à un poste d'économie agrivcole dans les régions déshéritées de Tunisie tels que Nefza,Kasserine,Sidi-Bouzid,.......?ainsi,on pourra recruter plusurs ingénieurs agricoles et techniciens supérieurs de L'INAT et de l'INRAT ce qui endiguera le chômage de ces pauvres diplômés et permettra la revalorisation de l'agriculture dans ces régions.

tounsi 7orr
| 31-03-2011 20:49
n7ebbkom ya wled tunis

tounsi Horr
| 30-03-2011 15:00
juste une info pour le commentaire FBA, veux tu nous ramener le maitre du torture à nouveau, pourquoi tu ne proposes pas aussi L'assasin ben Ali qu'il recommence au ministere de l'interieur lui aussi. pour vous rassurer les tunisien connaissent bien ces faces

KHALY
| 30-03-2011 14:22
bravo les jeunes restez vigilants il faut que les responsables politiques sachent que vous pouvez acceder aux informations qui les derangent que les journalistes soit bouscules et se sentent ridicules s il ne font pas leur travail la liberte ne se donne pas ell s acquiert par l obstination de tous les jours de tous les jeunes avertis Merci.

FBA
| 30-03-2011 12:26
On exige un ministère de l'intérieur
propre mais ferme pourquoi ne pas faire appelle a Mr GANZOUI il connait bien ce ministere,il a travailler avec zaba mais il a bien dénoncer les trabelssi quand il le fallait, mais c'est un homme intègre et qui connait bien son boulot.

OUILD TOUNES KBH
| 30-03-2011 12:14
SVP arrêter de dire des mesquineries sur nos hauts responsables on les laisses travailler pour qu'ils puissent sauver notre patrie qui est envahie par des bandits dans les rues "différents braquages à tord et travers à main armé de tous genres d'armes"des constructions anarchiques par tous etc...,soit disons la liberté de l'expression,regardez autour de vous nous avons dépassé la ligne rouge vers le danger.

CHAHED3ALA3ASR
| 30-03-2011 11:09
Commentaire censuré.

Merci de consulter et de respecter notre charte de modération pour nous permettre de publier vos commentaires.

ça veut tout dire
| 30-03-2011 10:18
Un ex du ministère de l'intérieur du temps de Ben Ali qui remplace celui qui, seul contre tous, a dissous le RCD et la police politique. Sans aucune explication.
Le journal La Presse et le reste des journaux et médias tunisiens retournent vite à leurs anciens réflexes : opinion unique du gouvernement sans essayer de comprendre, black-out ou l'insulte de l'intelligence des tunisiens en essayant d'expliquer l'inexplicable comme si nous ne savons pas lire un CV!
Un gouvernement qui se tait, une police qui lève le pied, retour et exagération des spectres habituels de Ben Ali : islamisme, économie et sécurité comme si au temps de Ben Ali il n'y avait pas de braquages, vols, viols ou meurtres tout simplement qu'on nous montrait pas.
On nous prépare un retour en arrière.
Près de 500 martyrs tunisiens ont versé leur sang et payé de leur vie, sans qu'on arrête les assassins jusqu'à ce jour, pour la liberté, la dignité et la démocratie et pour atteindre cet objectif capital pour l'avenir de notre pays, un ralentissement de la croissance économique pendant quelques mois n'est vraiment pas grave dans l'histoire millénaire de notre peuple.

Bouaziz
| 30-03-2011 09:43
Mr Rajhi a été considéré comme un corps étranger au Ministère de l'Intérieur. Un corps étranger très actif. Dans les théories de management de changement, on sait qu'on a tendance à résister au changement quelque soit sa nature. Le niveau de résistance dépend de l'ampleur du changement et de son impact sur les intérêts des uns et des autres. Or, "Mr Propre" est allé très loin dans le nettoyage et le décapage. Chose qui a irrité les "....". La solution de facilité a été de revenir en arrière, comme un ressort, il a toujours tendance à revenir à sa position initiale, pour reprendre son équilibre !!!
Préparons-nous à d'autres surprises pour que nous ne soyons plus choqués ou indignés. Nous restons prisonniers de notre histoire que nous ne ratons pas une occasion pour la glorifier malgré ses multiples zones d'ombre ! Il parait qu'en Tunisie, il n'y a pas de compétences capables de gouverner le pays à part les affiliés au régime mis en place depuis Bourguiba !!! C'est bien dommage qu'on nous a éduqué et cultivé pour qu'en bout de parcours, on nous prend pour des idiots, en voulant nous persuader par des arguments que même les illettrés rejettent ...
En fin je félicite les Ben Ali et les Trabelsi qui continuent à mener la belle vie à nos frais et qui seront bientôt rejoints par les autres membres de la famille dans des circonstances hollywoodiennes...

A lire aussi

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi a

20/11/2018 15:07
0

La députée et militante Bochra Belhaj Hmida a annoncé lundi 19 novembre 2018, sur sa page Facebook,

20/11/2018 13:43
1

Le parti Afek Tounes a exprimé, dans un communiqué rendu public le 19 novembre 2018, son étonnement

20/11/2018 12:38
2

Le ministre des Affaires religieuses, Ahmed Adhoum a relevé, ce mardi 20 novembre 2018, l’existence

20/11/2018 11:02
4

Newsletter