alexametrics
NOS VIDÉOS

Vidéo - Lecture de l'article 89 de la constitution par Slim Laghmani

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Air
| 18-02-2020 09:36
On ne peut pas lire, c'est trop petit. L'enfance de l'art est le choix de la taille de police. Merci.

Maxula
| 17-02-2020 20:57
17-02-2020 18:55
17-02-2020 18:51

Maxula
| 17-02-2020 18:55
"Si dans les quatre mois suivant la première désignation, les membres de l'Assemblée des représentants du peuple n'ont pas accordé la confiance au Gouvernement, le Président de la République peut dissoudre l'Assemblée des représentants du peuple et convoquer de nouvelles élections législatives dans un délai de quarante-cinq jours au plus tôt et de quatre-vingt-dix jours au plus tard."
(Quatrième paragraphe de l'Article 89 de la Constitution de la République de Tunisie)

Selon la Constitution (que le monde entier nous envie, selon les islamistes!), le Président de la République, PEUT ET SELON SON BON VOULOIR(*), dissoudre l'Assemblée et garder dans ses fonctions actuelles, le chef du gouvernement Youssef Chahed !
Et ce, sans possibilité à l'Assemblée de prendre de vitesse le Président en introduisant une motion de censure contre le Chef du gouvernement, puisque en l'absence d'une Cour Constitutionnelle en bonne et due forme, c'est le Président de la République "qui dit le droit". . . puisqu'il est, d'après la même Constitution, le seul garant du respect de celle-ci !
En résumé, si le Gouvernement Fakhfakh est censuré ou barré, Youssef Chahed n'est pas près de quitter ses fonctions, au moins jusqu'à l'orée de l'été prochain. . .
Que les islamistes et les kelbistes se le disent !
Maxula.
(*) La légitimité du Président de la République transcende et dépasse tout. . . d'autant plus que la Cour Constitutionnelle reste pour le moment dans les cartons, et n'est pas près d'en sortir !

Maxula
| 17-02-2020 18:46
"Si dans les quatre mois suivant la première désignation, les membres de l'Assemblée des représentants du peuple n'ont pas accordé la confiance au Gouvernement, le Président de la République peut dissoudre l'Assemblée des représentants du peuple et convoquer de nouvelles élections législatives dans un délai de quarante-cinq jours au plus tôt et de quatre-vingt-dix jours au plus tard."(*)

Selon la Constitution (que le monde entier nous envie, selon les islamistes!), le Président de la République, PEUT ET SELON SON BON VOULOIR(**), dissoudre l'Assemblée et garder dans ses fonctions actuelles, le chef du gouvernement Youssef Chahed !
Et ce, sans possibilité à l'Assemblée de prendre de vitesse le Président en introduisant une motion de censure contre le Chef du gouvernement, puisque en l'absence d'une Cour Constitutionnelle en bonne et due forme, c'est le Président de la République "qui dit le droit". . . puisqu'il est, d'après la même Constitution, le seul garant du respect de celle-ci !
En résumé, si le Gouvernement Fakhfakh est censuré ou barré, Youssef Chahed n'est pas près de quitter ses fonctions, au moins jusqu'à l'orée de l'été prochain. . .
Que les islamistes et les kelbistes se le disent !
Maxula.
(*) Page 17.
http://www.legislation.tn/sites/default/files/news/constitution-b-a-t.pdf

(**) La légitimité du Président de la République transcende et dépasse tout. . . d'autant plus que la Cour Constitutionnelle reste pour le moment dans les cartons, et n'est pas près d'en sortir !

Newsletter