alexametrics
lundi 25 octobre 2021
Heure de Tunis : 15:39
Dernières news
Sihem Badi finance Abdelmonem Daïmi avec l’argent du contribuable
19/03/2014 | 17:13
4 min
Sihem Badi finance Abdelmonem Daïmi avec l’argent du contribuable

Abdelmonem Daïmi est le frère d’Imed Daïmi, ancien directeur du cabinet présidentiel et actuel secrétaire général du CPR. Il est également le président de Tunisia Charity, une association censée être de bienfaisance et qu’on croyait être une officine financée par Qatar Charity.
Au vu des documents obtenus par Business News, il s’avère que cette officine est financée, en partie du moins, par le contribuable tunisien. En l’absence de transparence et de publication de ses comptes 2013 exacts, on ignore en effet la part allouée par le contribuable dans le budget global de Tunisia Charity.

Dans ces documents, on apprend que Sihem Badi, alors ministre de la Femme et dirigeante du CPR, a décidé d’allouer une subvention à ladite association. Le hic, c’est que l’association que préside Daïmi n’a présenté aucune demande pour obtenir cette subvention d'après ces documents internes. Les hauts cadres du ministère de la Femme ont bien vu le hic et l’ont relevé à la ministre suggérant que le financement de Tunisia Charity soit reporté. Sihem Badi voit cependant les choses autrement et a formulé par écrit, comme le montre le document ci-dessous, son refus exigeant qu’on la consulte dorénavant avant de prendre ce type de décisions. Décisions qui n’ont pourtant rien d’extraordinaire puisqu’il s’agissait d’appliquer la loi. Mais Sihem Badi ne semble pas vouloir de ces lois et est allée même jusqu’à critiquer les fonctionnaires « zélés » en leur demandant « de cesser ces pratiques qui ne font que bloquer NOS projets ». Le tout écrit à l'encre verte, selon les coutumes ministérielles ordinaires. Le projet n’est pourtant pas celui du ministère. Vu ces injonctions ministérielles, Tunisia Charity a fini par obtenir le financement contre lequel elle n’a même pas formulé de demande officielle pour l’avoir, d'après ce qu'a écrit à la ministre un haut cadre du ministère !

Combien exactement ? D’après les documents en notre possession, l’association d’Abdelmonem Daïmi a obtenu un premier versement de 20.000 dinars. Le montant global qui lui aurait été alloué durant l’année 2013 serait de 50.000 dinars, selon nos sources au ministère. Le montant global qu’aurait voulu lui accorder Sihem Badi serait de 450.000 dinars, toujours selon ces sources, mais ce montant lui a été catégoriquement refusé par les dirigeants de son ministère. Nous nous tiendrons donc aux 20.000 dinars officiellement prouvés par les documents en notre possession, et ceux-là représentent, à eux seuls, du népotisme vu les liens étroits existant entre les Daïmi et Sihem Badi. De quoi jeter fortement la suspicion sur l’usage fait par cet argent public.

Quand on voit à quoi a travaillé l'association durant l’année 2013, on remarque que les œuvres de bienfaisance au profit de la femme ou de l’enfant, ne sont pas nombreux. Il en existe certains, mais une partie des dons a été allouée au financement de dîners de rupture du jeûne au profit de Tunisiens précaires vivant à … Paris au mois de ramadan 2013, voire même à El Qods au profit des Palestiniens ! En 2012, l’association a acheté des moutons pour un millier de familles.
L’argent du contribuable sert, a priori, au profit des futurs électeurs du CPR puisque le ministère de la Femme n’a pas vocation à financer des moutons ou des dîners de rupture du jeûne au profit de la diaspora tunisienne. Comme indiqué précédemment, les suspicions de népotisme entre la ministre-dirigeante du CPR et le frère du SG du CPR sont bien réels.

Par ailleurs, et quand on regarde de plus près les financements du ministère de la Femme pour les associations, on remarque qu’elle a consacré une enveloppe globale de 730.000 dinars en 2013.
Le nouveau site internet du ministère des Finances a le mérite de fournir un tas de documents et nous avons comparé les budgets alloués par les différents ministères aux associations sous la rubrique pêle-mêle « associations et amicales diverses » (cliquer ici pour voir le document officiel). De nos observations, on remarque que l’essentiel des ministères accorde des subventions à 4 chiffres, soit 2.000 ou 3.000 dinars. Quelques ministères accordent des subventions à 5 chiffres, soit 10.000 dinars généralement et trois ministères seulement font l’exception pour accorder des subventions à six chiffres dans cette rubrique « divers » sans qu’il ne soit précisé dans quelle catégorie entrent ces associations. Les trois exceptions sont le ministère de l’Enseignement supérieur qui a accordé 125.000 dinars, le ministère de la Santé qui a accordé 250.000 dinars et le ministère de la Femme qui a accordé 730.000 dinars. Rapporté à son budget global, ce montant représente, sans aucun doute, le pourcentage le plus élevé en matière de subventions accordées par un ministère à des associations « diverses ».

Où sont exactement partis ces 730.000 dinars ? Nous avons une idée sur quelques bénéficiaires et nous ne manquerons pas de le faire savoir à nos lecteurs dès l’obtention de documents prouvant nos propos.

R.B.H



19/03/2014 | 17:13
4 min
Suivez-nous