alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 19:53
Dernières news
Rachida Ennaïfer reçue par Kaïs Saïed à Carthage
05/05/2022 | 20:40
1 min
Rachida Ennaïfer reçue par Kaïs Saïed à Carthage

 

Le chef de l’Etat Kaïs Saïed a reçu aujourd’hui, jeudi 5 mai 2022, au palais de Carthage, son ancienne conseillère Rachida Ennaïfer. Lors de cet entretien, précise un communiqué de Carthage, Kaïs Saïed a souligné « son attachement à la liberté d’expression et de presse », rappelant que « la Tunisie possède des textes réglementant la liberté de presse depuis 1884 ».

Cette rencontre intervient à l'heure où plusieurs organisations nationales, dont le Syndicat des journalistes (SNJT) et ligue de défense des droits de l'homme, déplorent la dégradation de la situation des journalistes dans le pays. Le SNJT a imputé ce recul à la situation politique du pays évoquant une montée des attaques et atteintes aux journalistes en plus des violations de leurs droits ; l’accès à l’information, notamment.

 

 

Le chef de l’Etat a souligné, à cette occasion, que « la liberté d’expression doit être précédée d’une liberté de pensée », ajoutant qu’il n’y a pas lieu de « mettre des restrictions à la liberté de presse et que le plus important est que chacun assume ses responsabilités dans cette période que vit le pays ».

 

Rachida Ennaïfer avait réagi hier, au journal Tv de la Wataniya, aux enregistrements fuités de l’ancienne cheffe du cabinet, Nadia Akacha. Des enregistrements qui ont soulevé une vive polémique sur la scène nationale et dans lesquels Nadia Akacha s’en prend non seulement à Kaïs Saïed mais aussi à son entourage, y compris Rachida Ennaïfer.

 

R.B.H

 

05/05/2022 | 20:40
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Un jardin d'enfants !!!
a posté le 06-05-2022 à 10:55
Le président Kaïs Saïed, semble ne pas avoir trop de choix dans son entourage. Il n'a qu'à choisir entre l'ail et l'oignon ou entre la fidélité des lèche-bottes et les vraies compétences de la République.
D'aucuns qu'on voit autours du président Kaïs Saïed, ne possèdent la compétence requise pour gouverner le pays. Il n'y a que des élèves de l'école primaire, qui écoutent en balançant leur tête comme une poule tenant un ver de terre entre ses becs, afin de lui faire signe de leur soumission totale, sans la moindre réserve. Une catastrophe pour l'avenir de la Tunisie.
Ce n'est vraiment pas comme ça qu'on gouverne un pays moderne, de civilisation millénaire comme la Tunisie.
Toutefois, il y a une question à laquelle tous les Tunisiens devront y répondre.
"Mèn faraânèk yè Faraon" ou (qui t'a pharaonisé O Phraon)?
Allah yostir Tounes.