alexametrics
mardi 16 juillet 2024
Heure de Tunis : 13:02
Communiqués
Quelle est la réaction des économies de l'ANASE face aux chocs extérieurs ?
10/07/2024 | 09:44
5 min
Quelle est la réaction des économies de l'ANASE face aux chocs extérieurs ?

 

Les marchés émergents ont tendance à être plus vulnérables aux chocs extérieurs ou aux événements négatifs perturbateurs. C'est particulièrement le cas pour les pays ayant d'importants besoins de financement extérieur, qui couvrent à la fois les besoins de financement pour le déficit de la balance des opérations courantes et pour l'amortissement de la dette extérieure.

 

En période de difficultés, lorsque les conditions économiques ou financières mondiales sont difficiles, les flux de capitaux peuvent se réduire ou s'inverser, ce qui rend encore plus difficile le financement des besoins extérieurs sans puiser dans les avoirs de change. Il est donc important de suivre et d'analyser les différentes mesures de la vulnérabilité extérieure des pays émergents. Dans cet article, nous concentrons l'analyse sur les grandes économies de l'Asie du Sud-Est (ANASE), à savoir l'Indonésie, la Thaïlande, la Malaisie et les Philippines.

 

Réserves de change et besoins de financement extérieur en 2024

(Milliards de dollars)

 

 

 

Nous évaluons la vulnérabilité extérieure selon deux dimensions : les besoins de financement extérieur et le niveau global des réserves officielles de change. Les pays qui ont d'importants besoins de financement extérieur doivent les financer soit en faisant appel à des capitaux étrangers supplémentaires, soit en puisant dans leurs propres réserves de change.

Les réserves officielles de change peuvent constituer un soutien important pour absorber les chocs extérieurs. Toutefois, le niveau des réserves de change doit être considéré dans son contexte, en tenant compte non seulement des besoins de financement extérieur à court terme, mais aussi d'autres paramètres macroéconomiques clés. Traditionnellement, les réserves de change d'un pays sont considérées comme adéquates lorsqu'elles représentent plus de trois mois d'importations et qu'elles sont suffisantes pour couvrir 20 % du volume total de la monnaie locale détenue par le public ou au moins une année complète d'obligations liées à la dette extérieure. Le Fonds monétaire international (FMI) a créé un indicateur composite utile pour ces mesures, appelé la mesure de l'adéquation des réserves du FMI. Les pays sont considérés comme détenant des niveaux adéquats de réserves de change lorsqu'ils peuvent couvrir le seuil de 100-150% du critère du FMI.

 

Mesure de l'adéquation des comptes courants et des réserves

(Estimations et prévisions pour 2024)

 

Notre analyse se penche sur la position du compte courant et les réserves de change des pays de l'ANASE que nous analysons, et tire des conclusions sur leur résistance à d'éventuels chocs mondiaux ou régionaux. 

Malgré une forte exposition au cycle économique mondial (exportations manufacturières et tourisme), la Thaïlande est toujours en bonne position pour faire face à des changements soudains dans les flux de capitaux. Même si le tourisme international reste nettement inférieur aux niveaux d'avant la pandémie, la situation reste stable. Le pays continue d'enregistrer des excédents considérables de la balance courante, ce qui l'a aidé à accumuler 221 milliards d'USD de réserves de change officielles, couvrant confortablement 209 % du critère d'adéquation des réserves du FMI.

La Malaisie, grand producteur de produits manufacturés et de matières premières, est une autre économie résiliente de l'ANASE. À l'instar de la Thaïlande, le pays a également enregistré des excédents persistants de sa balance courante pendant des années. En tant qu'exportateur net de pétrole et de produits de base, la Malaisie a bénéficié de la vigueur générale des marchés des produits de base ces dernières années, ce qui s'est traduit par des excédents plus importants de la balance courante. Les critères d'adéquation des réserves de la Malaisie sont beaucoup plus stricts que ceux de la Thaïlande, la banque centrale détenant près de la moitié du montant des réserves de change de la Thaïlande, soit 113 milliards d'USD. Toutefois, la Malaisie se situe toujours dans la zone de sécurité de ce critère d'adéquation des réserves du FMI, avec un taux de couverture de 115%.

 

Les Philippines sont un emprunteur extérieur net, ce qui signifie qu'elles enregistrent des déficits des comptes courants. Avec un déficit commercial important qui n'est actuellement que partiellement compensé par des envois de fonds considérables de la part de la communauté des travailleurs philippins expatriés, le pays devrait enregistrer un déficit de la balance courante qui s'élèvera à environ 2 % du PIB. Bien que les déficits soient en partie dus à une forte poussée des investissements indispensables, la détérioration de la position extérieure a été importante jusqu'à présent. Toutefois, les autorités monétaires contrôlent d'amples réserves de change. Les réserves officielles de 103 milliards d'USD couvrent 196 % du critère d'adéquation des réserves du FMI.

L'Indonésie, traditionnellement le grand pays de l'ANASE le plus exposé aux chocs extérieurs potentiels, a renoué avec le déficit de sa balance courante. Cette situation survient après une brève période où le pays a bénéficié d'un boom des matières premières qui a dopé ses recettes extérieures, en raison des prix élevés du charbon, du gaz et de l'huile de palme. En fait, le pays devrait maintenant enregistrer un déficit de la balance courante d'environ 1 % du PIB cette année. Ce déficit devrait durer plus longtemps, car la mise en œuvre d'une série importante de projets d'investissement nécessitera davantage d'importations. Les réserves officielles de change de l'Indonésie s'élèvent à 136 milliards d'USD, ce qui représente 112 % du critère d'adéquation des réserves du FMI. 

 

En résumé, les grandes économies de l'ANASE sont relativement résistantes aux changements soudains du sentiment de risque et des flux de capitaux. Cette résistance est une source majeure de soutien dans un contexte d'incertitude accrue liée aux conditions monétaires mondiales et à la volatilité des taux de change régionaux.

10/07/2024 | 09:44
5 min
Suivez-nous