alexametrics
lundi 08 mars 2021
Heure de Tunis : 06:42
Chroniques
Pendant ce temps-là, Ennahdha panse ses plaies et prépare sa revanche
Par Marouen Achouri
20/01/2021 | 15:59
4 min
Pendant ce temps-là, Ennahdha panse ses plaies et prépare sa revanche

 

L’actualité haletante de la semaine passée depuis la commémoration du 14-Janvier nous aurait presque fait oublier Ennahdha et ses soucis intérieurs. Nous nous sommes concentrés, à juste titre d’ailleurs, sur les mouvements nocturnes et ce qui les accompagne comme vandalisme et vol. Nous nous sommes également focalisés sur le remaniement ministériel opéré par Hichem Mechichi, chef du gouvernement, qui espère entretenir l’illusion d’un gouvernement de compétences indépendantes.

 

Mais pendant que tout ce beau monde était occupé, le parti Ennahdha a réussi à mettre de l’ordre dans ses affaires intérieures grâce à la naissance, aux forceps, d’un nouveau bureau exécutif. C’est en deux vagues que cette élection a eu lieu, une première le 31 décembre 2020 et une seconde le 17 janvier 2021. Le tout nouveau porte-parole du parti, Fathi Ayadi, s’est montré tellement content de cette nouvelle réalisation qu’il a regretté qu’elle ne soit pas dûment fêtée, y compris par les médias. Il devra certainement travailler sur ses relations avec les médias et ne plus, à l’avenir, oser ce genre de proposition. Mais cela n’empêche pas qu’il y a des raisons d’être heureux, pour eux en tout cas.

Rached Ghannouchi aura réussi le tour de force d’étouffer la contestation des Cent qui devenait de plus en plus sérieuse et qui menaçait son trône. L’objectif pour le chef des islamistes était de déminer le terrain en vue du congrès et de ne pas en faire une foire d’empoigne autour de sa légitimité. Le chemin pour désamorcer cette crise autour de sa personne est passé par deux phases. La première a été de déléguer, en novembre 2020, à son fidèle défenseur, Abdelkarim Harouni, l’annonce qu’il ne va pas se présenter à la présidence du parti lors du prochain congrès. Une affirmation qu’il faut quand même prendre avec des pincettes puisque Rached Ghannouchi n’a pas confirmé cela, et qu’il lui sera toujours possible de jouer sur les mots. La deuxième phase est l’élection d’un nouveau bureau exécutif en faisant en sorte d’y intégrer les meneurs de la fronde contre sa personne et son leadership. C’est pour cela qu’on trouve dans cette composition l’ancien ministre de la Santé, Abdellatif Mekki, qui était l’une des principales têtes de pont du mouvement anti-Ghannouchi. L’objectif de cette manœuvre est de casser cette contestation en associant les frondeurs à la conduite du parti en vue d’un hypothétique congrès qui devait avoir lieu en 2020. Mohamed Ben Salem, un autre frondeur, aura beau dénoncer les entourloupes juridiques autour de l’élection de certains membres, il aura beau dénoncer le fait que les responsabilités vont se trouver diluées. Rached Ghannouchi aura quand même réussi son tour de force. Au pire, il aura réussi à diminuer grandement la colère dont il faisait l’objet par rapport à sa conduite des affaires du parti durant ces dernières années.

C’était une vraie bataille rangée qui s’annonçait pour le congrès d’Ennahdha. La conduite politique laisse à désirer. Rached Ghannouchi devait être sérieusement critiqué sur la diminution notable du nombre d’électeurs du parti, sur les épisodes d’alliance avec Nidaa Tounes hier et Qalb Tounes aujourd’hui, sur la séquence douloureuse Habib Jemli. Mais le leader d’Ennahdha a, d’ores et déjà, réussi à désamorcer une bonne partie de ce terrain miné. En guise de cadeau supplémentaire, les fidèles lieutenants et chouchous du président restent présents au bureau exécutif, à l’instar de Anouar Maârouf.

Plusieurs s’étaient réjouis de voir Ennahdha s’effriter et de voir l’autorité de son chef historique remise en question. Beaucoup voient en lui l’origine du mal qui frappe la Tunisie depuis des années. Mais ils ont oublié que Rached Ghannouchi reste un habile manœuvrier que seul feu Béji Caïd Essebsi avait réussi à contrer. Par ailleurs, le spectre d’un retour de l’ancien régime a joué un rôle mobilisateur au sein d’un parti qui a profité de l’idée fédératrice de l’ennemi commun. Aujourd’hui, la prochaine échéance devant le parti est le congrès qui sera préparé par un bureau exécutif consensuel où tous les courants seront représentés. Il est certain qu’il restera quelques leaders pour questionner la conduite et les choix de Rached Ghannouchi comme par exemple Samir Dilou ou Mohamed Ben Salem. Mais il est clair que la tension sera moindre et qu’il sera toujours possible de contenir ces voix dissonantes.

 

La politique est une histoire de longue haleine, c’est un marathon pas un sprint, et l’on est bien obligés de constater que Rached Ghannouchi est un coureur de fond. On ne peut être le leader d’un parti aussi puissant pendant près de quarante ans sans avoir le souffle nécessaire et sans être capable de contenir les velléités de ses membres. La plus grande erreur qu’il est possible de faire quand on affronte le parti Ennahdha est de le sous-estimer.  

 

Par Marouen Achouri
20/01/2021 | 15:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
aldo
==== la bonne nouvelle ====
a posté le 21-01-2021 à 01:25
c'est qu'il va finir bientôt comme une merde ------- il y a tout de même une différence entre un coureur de fond et madame danielle .
Ennab
Ennahdha met du sparadrap
a posté le 21-01-2021 à 00:22
Ennahdha... C'est finit.... Car machine archaïque rlouillée sans objectifs politiques pour la construction d'un pays vetsé résolument vers 2 notions poison pour ce parti: la modernité, la démocratie. Ces 2 piliers de la vie de tous les peuples n'est l'apanage d'ennakba... Ils sont déjà morts... Politiquement surtout.... Bon débarras
Alya
Article mal compris
a posté le 20-01-2021 à 22:04
Par cet article,MA a simplement analysé une personnalité politique. Je n y ai vu aucune apologie!!!!!
A4
La chute est irréversible !!!
a posté le 20-01-2021 à 21:11
LA PIEUVRE
Ecrit par A4 - Tunis, le 05 Novembre 2017

La pieuvre noire est moribonde
Elle n'en a plus du tout pour longtemps
Elle est gluante, nauséabonde
Comme l'eau fétide d'un étang

Elle est obligée pour survivre
De s'amputer quelques tentacules
De jeter au feu tous ses livres
Et mettre à l'heure ses vieilles pendules

Mais ses horloges usées sont rouillées
Bloquées dans des époques anciennes
Et rien ne sert de les chatouiller
Il n'y a plus d'aiguilles qui tiennent

Elle suffoque dans son marécage
Et ça fait longtemps qu'il n'a pas plu
Qu'il n'y a plus perles ni coquillages
Que les eaux du golfe n'arrivent plus

De temps à autre elle rejette un doigt
Le plus malade ou le plus pourri
Cela n'empêche qu'elle est aux abois
Les yeux tristes et la peau flétrie

Elle est même rejetée par les siens
Par ses amis et ses grands maîtres
Elle n'a plus presque aucun soutien
Pour la sortir de son mal-être

Vous la voyez étalée à terre
Répugnante comme un vieux torchon
Faisant en cachette des prières
Pour invoquer diables et démons

Son mal incurable la dévore
Va la jeter un jour dans le trou
Avec ses doigts assassins, ses cors
Et sa sale tête de gourou
Tunisien amer
Le malheur du pays
a posté le 20-01-2021 à 19:21
Mr. Achouri, je trouve que vous faites trop l'éloge d'un sous-homme. Pour le citoyen tunisien, il restera le côté sombre de l'histoire de notre pays. Dites-nous ce qu'il a fait de positif à part avoir ruiné le pays ?
Pour la plupart des tunisiens, il restera celui qui est à l'origine du terrorisme dans notre pays. Sa secte que vous appelez Ennahdha a corrompu des jeunes naïfs et dés'?uvrés en les envoyant par milliers mourir et tuer des innocents dans des champs de bataille. Ennahdha a sûrement empoché beaucoup d'argent du Qatar et de la Turquie en vendant ces jeunes misérables.
Ces énergumènes ont pillé les caisses de l'Etat. Vous n'avez qu'à voir comment, ils sont devenus riches sans avoir jamais travaillé. Même les milliards versés par les organisations monétaires internationales se sont volatilisés. Le pays n'a plus le moindre sous et on n'a même pas d'argent pour acheter des vaccins.
Dire que Ghannouchi est un marathonien politique, c'est de la foutaise. Ce n'est qu'un mafieux sans aucun scrupule.
Les citoyens s'en fichent éperdument de ce qui se passe à la Choura et de leur combines mafieuses.
Tant que ces gens tiennent les reines du pays, ce ne sera que ruine et désastre.
Welles
« Retour de l'ancien régime « 
a posté le 20-01-2021 à 18:44
Monsieur le chroniqueur parle d'un retour de l'ancien régime, j'aurais bien savoir de qui il parle?
Monsieur Achouri, le PDL n'est pas le RCD et madame MOUSSI n'est pas Ben ALI, la mauvaise foi est une maladie qui se soigne.
ivrogne
on s'en balance
a posté le 20-01-2021 à 18:32
Arrêtez de donner une importance à cette Merde on n'a rien à foutre de leurs intrigues, vous êtes la cause que cette secte est toujours existante dans ce bled, 5 Articles sur 8 vous réservez vos pages aux ignobles khwoanjia. Y en a marre
A4
Analyse superficielle ...
a posté le 20-01-2021 à 17:09
Il me semble que cette analyse est très superficielle.
La situation à l'intérieur de la secte des assassins n'est pas essentiellement due à une rivalité entre plusieurs personnes ou une remise en cause de quelques choix politiques ou tactiques.
Le mal qui la ronge c'est son impopularité croissante et son incapacité à proposer des solutions aux problèmes socio-économiques qui n'ont fait que s'aggraver depuis qu'elle est plus ou moins au pouvoir: depuis la troïka jusqu'au gouvernement de Méchichi.
Le gourou de la secte peut amadouer mekki ou dilou, mais il ne peut rien faire face à ceux qui voient en lui le diable en personne, celui qui ne leur a causé que des malheurs: terrorisme, assassinats, misère, appauvrissement, effritement de l'état, marginalisation, faillite économique, fuite des élites vers l'étranger, émigration clandestine, etc ... C'est la perception, et en politique il n'y a qu'elle qui compte.
Faut-il rappeler que la secte qui a eu 1,5 millions de voix en 2011, n'a eu que 930 mille voix en 2014 et seulement 520 mille en 2019. Une courbe qui chute de la sorte ne se redressera jamais: une division par 3 en l'espace de 8 ans !
fethia
cinéma, cinéma!
a posté le 20-01-2021 à 16:48
Anti-gahnnouchi ou pro-ghannouchi, un khwanji restera toujours un khwanji: ce qui prime pour lui c'est l'intérêt partisan et l'intérêt personnel, loin de lui l'intérêt du pays et du peuple. Obtenir le pouvoir et y perdurer est leur devise à tous.