alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 22:10
A la Une
Pèlerinage de la Ghriba, symbole d’ouverture et de tolérance
22/05/2022 | 10:48
7 min
Pèlerinage de la Ghriba, symbole d’ouverture et de tolérance


La synagogue de la Ghriba, se trouvant à Djerba, représente l’un des monuments les plus représentatifs de la coexistence et de l’ouverture de la Tunisie. Elle accueille, depuis des centaines d’années, des milliers de pèlerins des quatre coins du monde. Après deux années d’annulation des festivités pour des raisons sanitaires, une grande foule s’est réunie à l’île de Djerba afin de participer aux rites, mais aussi aux festivités.


Les pèlerins ont afflué vers la synagogue pour festoyer dans une ambiance chaleureuse et purement tunisienne. Ils ont chanté, applaudi et dansé au rythme de chansons iconiques du patrimoine arabe tunisien, égyptien et oriental d’Om KalthoumSalatin Tarab, et même de la Hadhra. Durant les festivités, pèlerins et visiteurs assistent à une grande vente aux enchères de bouquets de fleurs connus sous le nom "rimonims". L’objectif est la collecte de fonds servant à financer l’entretien et la gestion de la synagogue.




Cette opération permet de collecter plus de 30.000 dinars par année introduits directement dans les caisses du temple. Il s’agit d’un véritable spectacle durant lequel un crieur, qui était complétement vêtu en blanc, faisait grimper les enchères et suscitait l’intérêt des personnes présentes en les saluant ou en les appelant par leurs noms. Une grande partie des 6.000 visiteurs du pèlerinage de la Ghriba dans son édition de 2022 a assisté à cela. La musique servait réellement d’entracte aux enchères et permettait de maintenir l’ambiance festive et joyeuse qui s’était installée. En même temps, on décorait une pyramide qu’on appelait Minara de foulard en attendant le déroulement de la cérémonie de procession durant laquelle les pèlerins étaient organisés sous la forme d’un convoi jusqu’à la Hara Sghira à des centaines de mètres de la synagogue.



En plus de cela, les alentours de ce bâtiment étaient remplis de stands et de points de vente de différents produits. On pouvait acheter une carte SIM Ooredoo, offrir des jouets à des enfants, découvrir les traditions culinaires en goûtant aux pâtisseries exposées par les marchands ou faire la queue pour savourer des brochettes, des keftas et des bricks. Tout le monde était heureux d’être présent. Le pèlerinage de la Ghriba semble avoir trouvé la formule magique afin d’assurer aux artisans et aux commerçants d'importants profits et de répondre aux besoins en tout genre des visiteurs.

A moins de dix mètres de cet endroit, juste dans le temple se trouvant à côté, les pèlerins festoyaient, mais à leur façon. Ici pas de vacarme, de chants ou de danses. Il s’agit d’un lieu de culte où chaque individu semble déterminé à laver ses péchés et à se rapprocher encore plus du divin afin de profiter d’un petit miracle ou de réaliser un petit vœu. Les pèlerins étaient totalement concentrés sur leurs torahs et sur les rites à accomplir, à un tel degré qu’on oublierait la présence de journalistes et d’invités ou le déroulement d’une fête juste à côté. Pieds nus dans la salle, ils allument des cierges, aspirent la fumée des encens et prononçaient des prières jusqu’à entrer dans un état d’extase. En même temps, on pouvait observer les femmes s’adonnant au rite de l’œuf. Selon eux, écrire son nom sur un œuf dur et le placer par la suite dans une cavité dans le mur permettraient d’accéder à un vœu.




En plus de l’aspect religieux, le retour du pèlerinage de la Ghriba est synonyme d’une grande dynamique économique et touristique. En effet, le pèlerinage de la Ghriba ne représente pas une simple fête religieuse. Plusieurs commerçants artisans et fournisseurs de services comptent sur la tenue de ce dernier afin d’attirer une nouvelle clientèle et de retrouver une stabilité financière. L’arrivée de plus de 6.000 individus à Djerba était fortement ressentie. Les hôtels étaient pleins à craquer. Il était impossible de se trouver un logement en l’absence d’une réservation réalisée quelques semaines en avance. Ceci permettra sûrement aux établissements de l’île de s’extirper progressivement de la zone de danger causée par la propagation du coronavirus et des mesures sanitaires et restrictives mises en place.




Pour ce qui est des artisans et des commerçants, ce sont ces mêmes 6.000 visiteurs qui s’étaient rendus à Houmet Souk afin de visiter le marché de l’artisanat. Ils ont dévalisé la totalité des boutiques de ventes de prêt-à-porter et de chefs d'œuvre artisanaux et authentiques. On voyait des coussins et des chapeaux de paille partout en plus des robes et habits portants des motifs berbères et tunisiens.




Les visiteurs avaient la possibilité de partir à l’aventure en sillonnant les petits couloirs des mosquées ibadites jouant dans une grande partie des cas le rôle d’un lieu de prière, mais aussi de forteresses et de bâtiments de défense.

Enfin, la visite de Houmet Souk offre la possibilité de se rendre à l’église Saint-Joseph de Djerba. Il s’agit d’un bâtiment ayant été érigé en 1848 par des pêcheurs italiens et maltais. 

La préservation de ces lieux permet de développer et de diffuser une image positive de la Tunisie, celle d’un pays des plus progressistes du monde arabe. Il s’agit d’un message clair prônant la coexistence et l’acceptation de l’autre.



Sofiene Ghoubantini

 

22/05/2022 | 10:48
7 min
Suivez-nous
Commentaires
Ancien '?lu de la république française
les rats de ce cite sont dans les caniveaux
a posté le 23-05-2022 à 19:33
avis de recherche, les islamistes de ce cite ils sont dans les caniveaux , les rats de ce cite sont dans les fosses septiques , ils sont les meilleurs pour les insultes, les insultes elles ne sont que l'arme des faibles et des traîtres de la Nation Tunisienne
GZ
@M.Ghoubantini
a posté le 23-05-2022 à 11:16
Je joins ma voie à ceux qui m'ont précédé pour vous féliciter pour votre travail et votre article. Croyez bien que vous avez réussi à m'émouvoir. Je vous félicite.
C'est la Tunisie qu'on aime voir plus souvent encore et encore, ouverte, tolérante, aimante partageuse.
Pour pallier l'insuffisance des capacités d'accueil, il serait judicieux de développer l'accueil chez l'habitant, multiplier les gîtes et autres solutions de logement alternatif à l'hôtellerie. Cela nous rapprochera plus encore de nos cousins israélites.
Avis aux autorités.
Merci encore.
GZ
Correction
a posté le à 18:04
Lire "je joins ma voix".
Oscar
?
a posté le 23-05-2022 à 09:25
Mais oú est passé le nazillon chater
Ancien '?lu de la république française
Bravo oscar j'ai pensé la même chose que vous, il se vantait comme quoi, il a visité tout les mosquées du monde
a posté le à 10:30
Bravo oscar , j'ai pensé la chose que vous, il est comme tout les islamistes, ils sont fort pour insulter les vrais patriotes en plus, il mélange tout le monde, il ne fait pas la différence entre un juif et un sioniste, mon cher compatriote : un islamiste = un sioniste , Abel châtré il fait rigoler tout le monde avec ces nombreuses pseudos pour influencer les autres, pour montrer aux lecteurs et lectrices qu'il n'est isolé
Ancien '?lu de la république française
un oubli
a posté le à 14:50
qu'il n'est pas isolé
Ancien '?lu de la république française
un oubli
a posté le à 13:40
je suis désolé c'est un oubli
Mel
Symbole....
a posté le 22-05-2022 à 19:29
.....de normalisation masquée.
Sans discours hypocrites. Bienvenue à tous les juifs du monde entier.
Fares
Les juifs de Djerba dans l'histoire
a posté le 22-05-2022 à 18:19
Merci pour cette couverture du pèlerinage.

Ce pèlerinage m'a motivé ce week-end pour commencer la lecture d'un livre de Paul Sebag qui s'intitule: Histoire des juifs de Tunisie. Paul Sebag était un historien tunisien et professeur à la faculté de la Manouba.

Bref, je m'attendais que l'auteur consacre un chapitre aux juifs de Djerba. L'auteur s'est contenté de faire allusion à ces juifs dans le chapitre couvrant la période des Aghlabides: il y aurait eu aussi des juifs à Djerba.

Selon l'auteur, les premiers juifs sont venus en Tunisie avec les phéniciens à l'époque du Roi Salomon, s'il a existé. Le vestige le plus ancien des juifs de Tunisie serait un cimetière proche de Gammarth, aucune mention de la Ghriba.

C'est juste pour dire qu'il y a des fois un fossé entre le folklore et l'histoire.
AB
Cette Tunisie a une histoire incomparable!
a posté le 22-05-2022 à 17:26
Le Judaïsme a trouvé un foyer en Tunisie
Pélerinage de la Ghriba à Djerba

Le christianisme a trouvé un foyer en Tunisie :
La Tunisie a même eu trois papes chrétiens !
https://www.tunesienexplorer.de/2018/10/21/tunesiens-christliche-paepste//

L'Islam a aussi a bien fleuri à Kairouan et il est chez lui jusqu' aujourd'hui... (plus que 90 % de la population sont Musulmans)

N'est-ce pas fantastique et extraordinaire !
BAA
C´est ca la Tunisie que nous connaissons..
a posté le 22-05-2022 à 15:30
La diversité dans toutes les domaines et surtout, surtout l'amour et la tolérance envers les autres..

Rabbi Yoster Tounis Wa Ehlèhè !
Lekkteur
C'est le pays de leurs ancêtres
a posté le 22-05-2022 à 14:11
C'est le pays de leurs ancêtres. Plusieurs d'entre eux sont des descendants de berbères convertis au Judaïsme il y a presque 2000 ans ou plus. Seulement dans les pays Islamiques où l'ont parle de tolérance quand on accueille des Juifs ou des Chrétiens un peu comme la pluie au désert; ça se fête.
Ghazi
Ou tu as appris ton histoire
a posté le à 15:48
Tolérer n'est pas l'inclusion. C'est supporter avec patience.
BI
@Ghazi: Ce que les Occidentaux aussi n´arrivent pas encore à comprendre..
a posté le à 17:01
Pour eux l'Intégration par exemple est synonyme d'assimilation !
Shems
Vitrine du sionisme
a posté le 22-05-2022 à 13:40
Pourquoi lors de ce "pèlerinage" il n'y a quasiment que des sionistes ? Comme Charly Perez ou Chalghoumi l'imam qui invoque pour l'armée d'occupation tsahal. Ils viennent avec leurs passeports israéliens comme si de rien n'était. C'est une trahison de la part de Kaïs Saied d'avoir laissé entrer en Tunisie des personnes avec un passeport ennemi.
GZ
@ "passeport ennemi"
a posté le à 18:28
La Tunisie serait donc en guerre ?
Contre qui ?
Vous avez pris les armes ?
Vu la réputation du pays, par la faute de certains débiles illuminés qui ont tué par dizaines hommes, femmes et enfants de tous âges pour la seule faute d'avoir été là, vu la réputation acquise par le passeport tunisien, si on devait nous appliquer votre raisonnement, toutes les frontières de tous les pays devraient nous être fermées au nez.
Shems, vous ne brillez "ni par le goût ni par l'esprit".

Ahmed
Parce que tu es con
a posté le à 16:34
Voilà pourquoi.
Oscar
A shems.
a posté le à 16:21
Les seuls et uniques ennemis de la Tunisie : Ce sont les islamistes, allah innaalom ,qui ont spolié et appauvrit le peuple tunisien.
Lorsqu'on a rien á dire vaut mieux se taire.
BIEN
De belles photos rafraîchissantes, sympathiques et riches en informations !
a posté le 22-05-2022 à 12:06
C'est super de voir la Synagogue si bien décorée avec des drapeaux tunisiens : Cela en dit long !

Je n'ai pas vu autant de drapeaux de SA, même à la Mecque, pendant le pèlerinage !
Ahmed
@Ghoubantini
a posté le 22-05-2022 à 11:55
Excellent article merci