alexametrics
Dernières news

Noureddine Taboubi : Nous allons vers la surenchère !

Noureddine Taboubi : Nous allons vers la surenchère !

Le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi a affirmé ce samedi 17 novembre 2018 à Mosaïque FM lors de la manifestation tenue à la place Mohamed Ali à Tunis, que la grève de la fonction publique prévue pour le 22 novembre est maintenue, étant donné que les négociations avec le chef du gouvernement Youssef Chahed n’ont abouti à aucune solution.

« Nous allons recourir à d'autres formes de militantisme et à la surenchère afin de satisfaire les revendications de la fonction publique », a-t-il dit, ajoutant que la grève qui se tient aujourd’hui est la preuve concrète de la détérioration du pouvoir d’achat des Tunisiens.

 

« Tout le monde attendait ma rencontre hier avec le chef du gouvernement [...] Le problème est que les décisions de notre gouvernement sont prises par d’autres pays européens et des membres du Conseil d’Administration du FMI qui contrôlent les organes de l’Etat» a-t-il indiqué poursuivant que le syndicat de la fonction publique se réunit aujourd’hui afin de discuter des prochaines étapes de la grève.

 

 

F.J

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Najib
| 18-11-2018 10:59
Tabboubi croit pouvoir intimidé , par les rassemblements et les discours stupides , Youcef Chahed et le faire céder à son chantage . Il s'est avéré
que lui ainsi que ses acolytes , le bataillon d'adjoints opportunistes , sont assez naifs pour imaginer qu'ils ont affaire à un grand homme d'Etat .

Gg
| 18-11-2018 10:47
"Nous allons recourir à d'autres formes de militantisme et à la surenchère..." dit il, et d'ajouter "les décisions de notre gouvernement sont prises par d'autres pays européens et des membres du Conseil d'Administration du FMI qui contrôlent les organes de l'Etat"
.
En résumé, les organes étrangers devraient donner et prêter sans poser de question!

le tunisien
| 17-11-2018 22:49
l'ugtt a paralysé et détruit le pays par les grèves et n'a pas laissé le gouvernement créer de travail pour les chomeurs qui ont déclenché la révolution
l'ugtt a poussé tous les gouvernements depuis 2011 à s'endetter pour des augmentations salariales et empêcher ces gouvernements à résoudre le problème de chommage et nous voilà dans une pire situation par les agissements de cette bande d'ugtt

abouali
| 17-11-2018 19:02
Je hais cette soi-disant démocratie qui s'installe en Tunisie où chacun peut y aller en toute impunité de ses déclarations enflammées, fracassantes et irresponsables et qui vont conduire le pays vers un affrontement généralisé et sanglant. Celles de Tabboubi et de certains autres syndicalistes sont de celles qui sèment la zizanie, la haine de l'autre et la division. On parle d'une révolution des ventres creux, de ceux qui s'engraissent alors que d'autres dépérissent, de partage du gâteau, de nominations des amis pour leur permettre de s'enrichir, de décisions orientées vers la spoliation des plus démunis, autrement dit un discours récurent qui invite à combattre un gouvernement censé affamer les plus pauvres et favoriser les nantis. Des expressions déjà entendues dans des révolutions violentes de type sud-américain ou pire bolchevique, et qui ont débouché sur des bouleversements radicaux et dramatiques, où ce n'est pas le peuple qui en est toujours sorti grand gagnant. Aujourd'hui, nos très peu honorables dirigeants de la centrale reprennent les leitmotivs de ces mouvements disparus dans la plupart des pays où ils ont pris naissance, mais qui servent encore à attiser les rancoeurs et provoquer les soulèvements. Lorsque ces slogans sont apparus, ils étaient destinés à s'opposer aux dictatures et à l'exploitation des masses laborieuses. Chez nous, c'est contre un Etat exsangue, décharné et au bord de la rupture qu'ils sont brandis. Les conséquences à venir par l'effet de ce harcèlement incessant, ne seront autres que chaos, ruines et désolation !

A lire aussi

Un point parmi des dizaines d’autres qui ne manquera pas d’arriver devant l’ISIE si jamais la loi

19/06/2019 10:06
0

Le syndicat de base de l’office national de télédiffusion (ONT) a annoncé une grève de deux jours,

19/06/2019 08:56
1

ces accusations ont été formulées sur la base d’un mail fuité sur les réseaux sociaux, selon lequel

19/06/2019 00:53
10

L’ancien dirigeant Nidaa Tounes, Borhen Bsaies a publié un statut, ce mardi 18 juin 2019, indiquant

18/06/2019 23:51
4

Newsletter