alexametrics
Chroniques

Nidaa Tounes n’arrive plus à leurrer grand monde

Nidaa Tounes n’arrive plus à leurrer grand monde

 

Par Synda Tajine

 

Nidaa Tounes, le parti emblématique de la scène politique tunisienne, a organisé dimanche son congrès des commissions régionales. Un grand rendez-vous qui consacre les règles démocratiques et participatives prévalant au sein du parti. Un événement d’ampleur qui devra servir à organiser, enfin, le congrès électif du parti prévu en mars prochain, selon un calendrier bien précis et détaillé.

Si tout cela vous semble bien ridicule, c’est que vous avez probablement (et sans aucun doute) raison. Derrière ce discours très langue de bois, se trouve un parti qui n’arrive plus à leurrer grand monde…et qui n’arrive même plus à se leurrer lui-même.

 

Il ne suffit pas, en effet, d’organiser un congrès, de réunir des structures régionales et de faire des annonces pompeuses. Il faut faire l’effort de se tenir correctement, pendant la durée de la séance du moins et face caméra. Le pari, ambitieux en somme, s’avère bien plus compliqué dans les faits.

Si Nidaa tient coûte que coûte à prouver au monde (et avant tout à lui-même) que c’est un parti comme les autres qui est capable de s’adonner au (périlleux) jeu de la démocratie, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va y arriver.  Ses cadres, du moins ce qui en reste, ne sont en effet même pas capables d’éviter de se disputer durant leur propre congrès.

Personne n’a pu rater la sortie très remarquée du président du comité politique Hafedh Caïd Essebsi, en colère contre les membres de son parti, après une déclaration enflammée de Boujemâa Remili et une prise de position, loin d’être en sa faveur, de Ridha Belhaj. Lequel des deux aura provoqué le plus la colère divine ? Difficile à dire, tant les déclarations sont contradictoires et éparpillées. Les uns estiment qu’il ne s’est rien passé de notable lors de ce congrès et que Hafedh n’est pas sorti en colère. C’est le cas de Ridha Belhaj qui préfère le déni. D’autres en profitent pour cogner sur leurs acolytes affirmant que certains tentent de saboter la tenue du congrès. C’est le cas de Sofiene Toubel, qui préfère la fuite.

 

D’autres encore préfèrent se montrer honnêtes. « Nidaa Tounes a prêté le flanc », a déclaré aujourd’hui Boujemâa Remili qui ajoute même que le parti est en pleine déconfiture. Il ne faut pourtant pas être très éclairé, ni particulièrement franc pour l’avouer tant cette déconfiture est de notoriété publique.

Difficile de croire que ce même parti là, que les députés désertent au fil des jours, est prêt à organiser un véritable congrès électif et à affronter l’exercice des élections prévues dans les mois à venir. Plus grand monde ne croit à cette mascarade, pas même ceux qui la font. Le secrétaire général du parti, à peine nommé, est en fuite à l’étranger et le président du comité politique, qui n’est pas le membre le plus apprécié du parti, s’obstine à faire croire qu’il est « le seul et l’unique ».

 

Lors de ce congrès, les personnes réunies pour redonner confiance et tenir un discours le plus censé possible n’hésitent pas à le critiquer affirmant qu’ils seraient prêts à le quitter (de nouveau) si les choses continuent à être ce qu’elles sont. Voilà qui est prometteur pour les électeurs qu’on appellera dans quelques mois à glisser un bulletin dans l’urne pour élire ces personnes-là…

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

Observateur
| 14-01-2019 14:24
Il ne faut pas desesperer, que le Fourbe de Carthage prie son co-associe en machiavelisme Ghannouchi de prendre en sous traitance Nida Rcd et tout ira mieux..

SBL
| 09-01-2019 09:37
Faute de compétences, Nida va rejoindre le Titanic dans la profondeur des abysses.
Il aura vécu, mais pas survécu faute de leader et de personnes politiquement compétentes.
HCE,TOUBEL, BELHADJ,RIAHI et j'en passe, ont fini par détruire ce que BCE a construit en un temps record pour contrer la vague islamiste.

mansour
| 09-01-2019 00:23
le manque de vision et de sincérité politique de Youssef Chahed+Le bloc Coalition nationale comme Hafed Caid Essibsi+Nida Tounes ont rendu le rêve impossible d'une Tunisie libérée de la dictature islamiste des freres musulmans salafistes d'Ennahdha car ils ne cherchent que le pouvoir et ses privilèges à tout prix que de s'occuper des problèmes que vivent quotidiennement les tunisiens et le pays

adrien kefi
| 08-01-2019 22:07
c'a faisait longtemps que je n'avais pas lu un article de cet acabit. simple, précis, pertinent, et avec une syntaxe parfaite. j'avais cru que ce Monde était terminé. c jouissif.. malheureusement elle parlait d'un dégénèré psychotique qui veut hériter de son père. Le propos gâche un peu le plaisir.

A lire aussi

Ceux qui restent sont épuisés, dépités et ont de moins en moins de marge de

25/06/2019 19:59
3

Avant 2011, ses discours de défense des droits de l’Homme et ses théories démocratiques faisaient de

24/06/2019 15:59
19

En quoi cette posture du chef du gouvernement est-elle si différente de celle d’un Nabil

22/06/2019 18:29
14

Il y a quelques semaines, nous vous alertions ici sur la situation explosive dans le détroit d’Ormuz

22/06/2019 13:23
2

Newsletter