alexametrics
Sur les réseaux

L’UGTT, nouveau cache-misère de Imed Daïmi

L’UGTT, nouveau cache-misère de Imed Daïmi

 

 

Un cache-misère est un vêtement ample de bonne apparence sous lequel on cache des habits usés ou, plus généralement, ce qui cache quelque chose de misérable. Ceci est valable dans la vie courante, mais certains l’ont adopté également dans la vie politique, tel le député du Harak, Imed Daïmi.

Pour justifier son travail, voire son existence politique, devant ses militants et son public, il a pris l’habitude de remplir sa page Facebook de faits à l’apparence héroïque. Se vêtant des habits de lutteur acharné anti-corruption (vêtements préalablement portés jusqu’à l’usure par le couple Abbou), Imed Daïmi s’en prend régulièrement à une personnalité du monde des affaires ou une grande institution pour taper dessus du matin au soir.

Ainsi, et après la SNTRI, Tunisair et la Transtu, après l’homme d’affaires Férid Abbes et plusieurs responsables syndicaux et personnalités médiatiques, c’est au tour de l’UGTT de servir de cache-misère pour Daïmi. A chaque période ses priorités et toujours la même rengaine, le député se prend pour l’inspecteur Gadget qui fait de l’investigation puis court vers le Tribunal pour se prendre en photo après avoir déposé une plainte. S’il arrive que la plainte soit classée ou que la personnalité épinglée nommément soit blanchie, Imed Daïmi se tait. Et peu importe son honneur sali, l’essentiel est qu’il paraisse héroïque devant son public.

En cette période, donc, Imed Daïmi ne s’occupe que de l’UGTT et de ses hypothétiques malversations. En réaction, son public tombe dans le piège avec les deux pieds et applaudit l’héroïsme de son idole et sa lutte contre la corruption.

 

Une excellente diversion qui lui permet d’éviter d’être interrogé et de rendre compte sur son absentéisme répété à l’Assemblée (plus de 30% en moyenne selon Bawsala), notamment lundi dernier devant la ministre de la Santé, de s’expliquer sur son népotisme de 2015 quand il voulait un HLM à Paris pour sa famille, sur les démissions massives de son parti et encore moins sur l’avancement de l’affaire de son compagnon Salim Ben Hamidène, mis en examen dans l’affaire de la BFT qui va coûter des centaines de millions de dinars à la Tunisie. Quant à l’affaire de ses frères, qui ont fait l’objet d’une enquête mort-née de la Ctaf, c’est une chose totalement oubliée. Tout comme les sources des financements de son parti, qu’on ne  connait toujours pas, ou les tricheries lors des élections de 2011 et 2014 enregistrées par l’Isie et la Cour des comptes. La diversion est d’autant plus utile cette semaine que le parti de Daïmi a essuyé un échec cuisant à la municipale partielle dimanche dernier.

 

L’UGTT, Prix Nobel de la Paix, est actuellement épinglée du matin au soir par le député, plusieurs de ses membres sont salis publiquement et nommément et peu importe leur honneur et leur image devant leurs familles, l’essentiel est que Imed Daïmi réussisse ses diversions devant ses militants. Des militants qui réagissent par centaines sur Facebook, avec des like et des bravos, mais qu’on ne voit pas vraiment le jour du vote, comme cela s’est vu aux législatives de 2014 (le parti de Daïmi n’a obtenu que trois sièges), aux municipales de 2018 (il n’a obtenu que quelques strapontins) et à la municipale partielle de dimanche dernier où il n’a absolument rien obtenu !

R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

Abdou
| 19-07-2019 08:56
Ya comment tu t appelles daymi ou je ne sais quoi mêle toi de tes affaires vous êtes comme une moustique qui veut faire une baguare contre un éléphant je ne suis ni un syndicaliste et je suis contre l ugtt sur plusieurs points mais l ugtt est plus fort que toi

Hamma
| 18-07-2019 01:24
Cher RBh, ce minable ne mérite pas une réponse

houda
| 17-07-2019 17:22
avec le president ben ali on ne peut meme pas penser a annuler des cotisations de la cnss c est une honte honte honte bravo Mr daimi J AI BEAUCOUP DE RESPECT POUR VOUS VOUS ETES UN VRAI PATRIOTE

Citoyen_H
| 17-07-2019 16:12
sont des enfants de choeur.

Lors du coup d'état de 2011, tous les imposteurs et tous les malfrats de ce pays d'affamés et de voleurs s'étaient mis main dans main pour écarteler tout ce qui entraverait leur marche funeste.

Comme par hasard, ce n'est que maintenant que ce petit bouffon qui faisait parti du banc de rémoras du goumi marzougui, s'est rendu compte des actes mafieux auxquels s'était livré la cinquième colonne dévastatrice de la terka.
Tous les bagla-liha brouettistes étaient au courant de ce que l'autre manigançait.

La frénésie qui s'était emparée d'eux généra une folie collective dévoilant une insatiable voracité sans pareille, et surtout le véritable visage des révolutionnaire de la 25ème heure.
Entre charognards, c'était prévisible.

Cette révélation des magouilles de l'ugtt n'est qu'un grain de sable dans un désert, comparée au reste.
Détourner l'attention quand tous les regards convergent, fait parti des plus vieilles stratégies de guerres. Diviser pour mieux régner.

La abbou, le complotiste ghannouch, le goumi marzougui, le pingouin daimi et tant d'autres consanguins affamés , en sont devenus des spécialistes de haute voltige.

Croyez moi, aucun de ces bouffons n'est à plaindre. Toute l'équipe de la dream team du coup d'état de 2011 est consciente que l'étau est en train de se resserrer.
Ils balisent, ils cauchemardent et ils sont conscients qu'ils sont démasqués.
Nous allons voir dans les jours qui viennent, d'autres actes de ce type, et la panique en est la raison.

On dit que les loups ne se mangent pas entre eux.
Le délateur de petite frappe daimi, vient de nous prouver le contraire.
C'est un précédent, mais pourtant c'est la réalité.



Dagdoug@gmail.com
| 17-07-2019 16:01
Daimi et Abbou ne sont enfin de compte que la voix ou les messagers du personnel des sociètés publiques qui ont raz le bol du comportement mafieux de nombreux syndicalistes et surtout au niveau du secteur du transport. Souvent les accusations sont infondées ou calamnieuses mais une chose est sure c'est qu' il y a beaucoup de vrai dans ce qu'ils disent. Heureusement qu'il y a Daimi, abbou pour denoncer ces bandits et voyous qui ont massacré les sociètes publiques. Pour conclure je pense RBH que tu tire profit de cette bande de voyous sinon je ne trouve aucun interet pour que tu lèche les bottes de l'UGTT

SWIFT
| 17-07-2019 12:38
Daïmi est un abruti, RBH encore plus, vous êtes perdus tout les deux dans ce système de gouvernance par la corruption.
Dommage que le marionnettiste est invisible pour les consommateurs de vos prestations.

Mansour Lahyani
| 17-07-2019 12:22
Non, non, ne nous enthousiasmons pas trop vite : pour cacher la misère du p'tit Daïmi, il y faut bien plus que l'UGTT, même dûment dopée... Contrairement à ce que R.B.H. affirme trop audacieusement, l'inexistence politique de ce simili-député est un profond mystère, que même son inventeur, l'ex-très très provisoire, s'y est cassé les dents et a renoncé à le sonder !

PS. Pour que les choses soient encore une fois bien claires, l'UGTT N'EST PAS "Prix Nobel" de la paix, pas plus que les trois autres co-récipiendaires : le Prix a été attribué solidairement au groupe des quatre acteurs de ce qui semblait être le miracle de la Tunisie, sans possibilité de licitation ni d'appropriation abusive !

Amazigh Tunisien
| 17-07-2019 12:05
RBH journaliste boudourou
T'a pas honte de mépriser toujours les mêmes personnes.....
Une grande erreur d'avoir un journaliste comme toi en Tunisie
A55555555555

Khneji
| 17-07-2019 10:47
Je dis a RBH est ce que les accusations portees contre l ugtt sont fondees ou non!?c est ca qui nous interesse... L affaire des dettes de 18 milliards,laffaire des 160 syndicalistes de Transtu etc?

A lire aussi

Depuis 3 ans à la Kasbah, Youssef Chahed a caché sa nationalité française et même sa biographie n’en

20/08/2019 19:23
20

Un communiqué de Nidaa Tounes, signé par Mohamed Ennaceur alors président du comité politique, avait

20/08/2019 14:47
3

un enregistrement du candidat d’Ennahdha à la présidentielle Abdelfatteh Mourou où il appelle

20/08/2019 01:30
45

Dans la soirée d’hier, dimanche 19 août 2019, de nombreux riverains ont fêté en fanfare

19/08/2019 10:26
5

Newsletter