alexametrics
vendredi 07 octobre 2022
Heure de Tunis : 16:05
Dernières news
L’UGTT célèbre la révolution en tenant bon à sa grève générale
14/01/2019 | 13:31
3 min
L’UGTT célèbre la révolution en tenant bon à sa grève générale

 

Pour commémorer le 8ème anniversaire de la révolution tunisienne, l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) a organisé, ce mercredi 14 janvier 2019, un rassemblement à la place Mohamed Ali en présence de centaines de ses affiliés.

 

Alors que le mouvement Ennahdha fêtait l’évènement à quelques mettre à l’avenue Habib Bourguiba en chant et en dance, c’est plutôt avec de l’amertume et de la colère que la centrale syndicale célébrait ce 14 janvier. Plusieurs slogans ont été levés comme «Ghannouchi assassin», «Emploie, liberté, souveraineté nationale», «L’UGTT est tout, gouvernement de l’échec !».

 

A cette occasion, son secrétaire général Noureddine Taboubi a prononcé un speech au cours duquel, il est revenu sur plusieurs points.

M. Taboubi a évoqué «les restrictions budgétaires imposées par les milieux financiers et qui a été suivies par les gouvernements successifs, en reléguant la souveraineté nationale et les revendications de de la révolution notamment en termes de développement».

«Huit ans après, on est gouverné avec le même modèle de développement dicté par ces milieux et qui consacre l'injustice, les disparités régionales, l’absence de protection et subtilise la dignité», explique-t-il. Et d’ajouter : «La situation est la même. Pire, elle s'est détériorée davantage! Les disparités demeurent, avec plus de pauvreté et d’injustice, plus de chômage, de marginalisation et d’exclusion. Le pouvoir des barons de la contrebande et de l’économie parallèle a augmenté, allant jusqu'à la dépendance du citoyen et à l'attaque du prestige de l'Etat et surtout de l'Etat de droit. Donc, davantage de corruption et de pillage méthodique».

 

Noureddine Taboubi estime que «la Tunisie est régie avec la même logique libérale qui dirige les gouvernements successifs, au nom de restriction budgétaire, a tourné le dos à ses engagements contre les salariés et les classes et régions défavorisées, pauvres et marginalisées». Une logique qui a exclu les agents de la fonction publique de leurs droits en augmentation salariale lors de sa conception de la Loi de finances 2019, une loi guidée par les élections et la domination des lobbies de corruption, affirme-t-il. Et de juger : «Ce sont des messages négatifs et frustrants qui peuvent allonger la crise et augmenteront la réticence des jeunes à contribuer à la gestion des affaires publiques et à faire fuir les investisseurs nationaux et étrangers».

«Nous avons essayé par tous les moyens d’éviter la grève, prenant en compte les conditions difficiles que traverse notre pays. (…) Mais, la position du gouvernement qui suit les directives du Fonds monétaire international et son acceptation injustifiée et inacceptable des conditions injustes et non populaires, ne nous a laissé d'autre choix que de recourir à la grève pour la deuxième fois en un mois pour défendre nos droits légitimes et inscrits dans des accords et PV», a-t-il précisé. Et de poursuive : «ce qui nous a obligé a décréter une gréve générale dans la fonction publique et dans le secteur publique pour le 17 janvier 2019, soit, dans 3 jours et nous sommes sûr qu’elle sera une grève retentissante et convaincante en termes de participation».

 

Le SG de l’UGTT a réaffirmé que la centrale syndicale est concernée par les élections. Il a espéré que l’élite comprenne la délicatesse de la période ainsi que les attentes, les défis et les menaces. Il a aussi espéré que «le gouvernement réalisera, avant qu'il ne soit trop tard, ses torts en hésitant à rendre justice aux enseignants du secondaire et à entamer les réformes nécessaire dans l’éduction et la santé, prendre des dispositions audacieuses qui s’imposent pour lutter contre l’évasion fiscale, pour mieux gérer le payement des dettes de l’Etat, pour reprendre la main sur les réseaux de distribution de contrebande, pour assurer la neutralité des mosquées et respecter ses engagements avec l‘UGTT concernant la reformes des entreprises publique pour qu’elle retrouve son rôle économique et social».

 

I.N


14/01/2019 | 13:31
3 min
Suivez-nous