alexametrics
samedi 22 janvier 2022
Heure de Tunis : 19:42
Dernières news
L'IVD dément les accusations de Mustapha Baâzaoui et Lilia Bouguira
03/09/2016 | 11:54
2 min
L'IVD dément les accusations de Mustapha Baâzaoui et Lilia Bouguira

L’Instance vérité et dignité (IVD) a affirmé, dans un communiqué publié hier, vendredi 2 septembre 2016,  que la correspondance des deux membres de l’Instance, dans laquelle ils accusent la présidente d’agression,  est un tissu de mensonges et de fabulation.

 

Mustapha Baâzaoui et Lilia Bouguira avaient porté plainte devant le tribunal administratif concernant la légalité de la nomination d’un deuxième vice-président de l’IVD et affirment subir depuis, des agressions incessantes de la part de la présidente de l’IVD, Sihem Ben Sedrine. Le communiqué de l’IVD affirme de son côté que cette affaire ne concerne pas les différends personnels qui existent entre des membres de l’Instance mais plutôt le fait que ces deux membres ont abandonné leurs engagements, selon la loi de la justice transitionnelle. 

 

L’IVD a ajouté que le rôle du conseil de l’Instance est de mettre en œuvre les mécanismes de justice transitionnelle et non pas de ne pas défendre les intérêts personnels des membres « ce qui réfute les propos des plaignants qui estiment que le conseil est devenu incapable de défendre leurs missions et leurs autorités ».

 

Le communiqué de l’IVD a, par ailleurs, nié les accusations relatives au fait que les deux membres ont été empêchés de poursuivre leur travail au sein de l’instance affirmant que ce sont eux qui ont cessé d’accomplir leurs devoirs et leurs missions et qui ont entravé les commissions de l’instance, « raison pour laquelle Mustapha Baâzaoui a été démis de ses fonctions à la tête de la commission sur l'examen de l'emploi et la réforme des institutions dont il a gelé les activités durant un an ».

 

L’IVD a enfin précisé que son conseil se garde le droit de révéler toutes les preuves qui démontrent que les deux membres ont choisi de boycotter les travaux de l’instance, promettant de donner à la justice tous les éléments qui lui permettraient de faire éclater la vérité et notamment en levant l’interdiction sur la diffusion d’un enregistrement vocal, lors d’une réunion pendant laquelle les deux membres disent avoir été agressés par la présidente de l’IVD.

 

M.B.Z

 

03/09/2016 | 11:54
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (16)

Commenter

eshmoun
| 04-09-2016 17:17
I V D é é é é ton univers impitoy a a ble ;Sue Elen : mais non (love) il fallait dire ton univers est pitoyable!c'est pas vrai tu encore fait le plein ,damned!

Nahor
| 04-09-2016 14:02
Tandis que plusieurs voix se lèvent d'entre le peuple et les partis pour en finir avec une commission de transition qui ne pouvait qu'être provisoire et qui prolonge artificiellement sa "mission", qui nous semble ratée à l'avance et complètement partisane aux islamistes, Sihém Ben Sédrine échange son rôle avec celui d'une haute magistrate appelée à trancher sur un différend d'Etat. En réalité, elle montre de n'avoir pas du respect pour l'Etat -pour lequel elle est censée de travailler- comme lorsqu'elle a inutilement fait recours à la Commission de Venise pour un caprice personnel ayant couleur idéologique.

Elle s'appelle à la Justice, mais finalement elle ne respecte pas les décisions de la Justice, quand le tribunal administratif lui donne tort!

L'IVD devient ainsi l'organe d'un Etat dans l'Etat, et c'est pour cet effet qu'Ennahdha et les Frères musulmans la soutiennent, car ils veulent supplanter l'Etat légitime, en le renversant!

Abbes
| 04-09-2016 07:55
L'IVD censée faire la lumière sur les dépassements de l'ancien régime coute la peau des fesses aux tunisiens pour servir d'outil de vengeance à sa présidente, commettre des dépassements aussi flagrants que ceux des gens qu'elle poursuit.
Ridicule, honteux et hallucinant le laisser faire de ceux qui commandent à notre destinée vis-à-vis de cette instance qui doit être dissoute au plus vite.

Citoyen_H
| 04-09-2016 01:11

C'est la plus grosse escroquerie, le meilleur pare feu et le plus pervers cheval de Troie de l'après révolution de la brouette et du mulet.

À mettre au bucher, le plus rapidement possible, "chkaff wa séll 3a".




A4
| 03-09-2016 20:48
L'IVD est un "machin" qu'il faut dissoudre !!!

Extra
| 03-09-2016 20:37
Oui les 3 présidents ont peur de sbs, cela fait 2 ans quelle doit être mise a la porte avec le salaire, la voiture, l'essence,..... C'est s'est qu'elle detient un vrai dossier, malgré la haine que porte notre président en vers elle, elle ne bouge pas''' ''''

Tunisien
| 03-09-2016 16:45
La plaisanterie n'a que trop duré. tous les membres qui s'opposent à SBS ne sont pas à la hauteur de la mission qui est confiée à l'IVD. C'est à se poser des questions... Je demande à voir. Mais au fait, où sont les braves de l'ARP hormis la "singra" qui a interpellé la Ministre de la santé...

Mansour Lahyani
| 03-09-2016 16:17
Attends... L'IVD dément, ça veut bien dire que c'est SBS qui dément ?? Ben, je veux, mon neveu... Elle n'allait tout de même pas confirmer ce qu'on dit d'elle, ce qu'on lui reproche ! Les journalistes ont une façon de présenter les choses tout-à-fait originale, notamment dans leurs titres : ils voudraient prendre leurs lecteurs pour des cons qu'ils n'agiraient pas autrement!!!

Equité
| 03-09-2016 16:13
La réduction du déficit budgétaire passe inéluctablement par la chasse aux faux salaires. Et ils sont plusieurs.
En voilà une niche dont on n'a rien à foutre.

SlahedinneBL
| 03-09-2016 15:25
Aujourd'hui, Mme Sihem ben Sedrine ne fait plus l'unanimité dans son management et gestion de l'IVD.
Il y a quelques mois, l'état appuyé par l'ARP avait promis de faire un audit sur la gestion de l'Instance et les prétendus dépassements de Mme Ben Sedrine.
Rien n'a été fait. Pourquoi cet incompréhensible silence et statisme des autorités.
Il est temps de relancer sérieusement cet audit qui mettra un terme définitif à ce feuilleton.
Une décision doit être prise afin que les citoyens qui ont déposé leurs dossiers, et ils sont très nombreux, sachent ou en sont leurs plaintes et quelle suite leurs a été réservée.
Ce feuilleton SBS contre ses employés doit cesser.
Il y va de la crédibilité de l'Etat.