alexametrics
jeudi 19 mai 2022
Heure de Tunis : 06:57
Dernières news
L’inflation passe à 6,3% au mois d'octobre 2021
05/11/2021 | 11:38
2 min
L’inflation passe à 6,3% au mois d'octobre 2021

 

L’indice des prix à la consommation familiale en Tunisie a augmenté passant à 6,3% au mois d’octobre 2021, après une stabilité à 6,2% durant les deux mois précédents.

 

C’est ce que révèlent les chiffres publiés par l'Institut national de la statistique (INS). Une progression expliquée principalement, par l’accélération du rythme des hausses des prix des articles d'habillement et chaussures (8,6% contre 7,8% le mois dernier) ainsi que celles des produits et services de l’enseignement (7,8% contre 6,1% au mois de septembre). Par ailleurs une légère décélération est observée au niveau du rythme d’augmentation annuel des prix des produits alimentaires (7% contre 7,2%).

 

Sur un an, les hausses ont aussi touché les prix des boissons alcoolisées et tabac (+18,6%), ceux de l'habillement et chaussures (+8,6%), ceux de l’enseignement (+7,8%), ceux des produits alimentaires et boissons (+7%) ainsi que ceux des restaurants et hôtels et ceux de la santé (ex æquo avec +6,5%).

La hausse des prix de l'alimentation est expliquée par l’augmentation des prix des volailles de 27,3%, des huiles d’olives de 23,0%, des œufs de 14,4%, des fruits frais de 13,7% et des poissons frais de 8,3%. Par ailleurs les prix des viandes bovines et ovines sont en baisse, sur un an, respectivement de 4,3% et 2,9%. Il en est de même pour les prix des fruits secs qui diminuent de 7,1% sur un an.

L’augmentation des prix des produits manufacturés de 7,5% sur un an est due à la hausse des prix des produits pharmaceutiques de 8,5%, des matériaux de construction de 12,4%, des produits de l’habillement de 8,6% et des produits d’entretien courant du foyer de 5,9%. Pour les services, les prix augmentent de 4,6% sur un an, en raison de la hausse des prix des services des restaurants, cafés et hôtels de 6,5%, des services de santé de 6,0% et des loyers de 4,5%.

 

Par rapport à un mois auparavant, les prix à la consommation augmentent de 0,9% après 0,6% le mois précédent. Une hausse qui est principalement liée à l’augmentation des prix des articles d’habillement de 6,4%, des prix de l’alimentation de 0,9%, et des produits et services de l’enseignement de 1,7%. Par ailleurs, le prix des produits du tabac baisse de 0,5%.

 

L’institut signale que le taux d’inflation sous-jacente (hors produits alimentaires et énergie) augmente à 6,3% après 6% le mois précédent. Les prix des produits libres (non administrés) augmentent de 6,2%. Les produits alimentaires libres ont connu une augmentation de 7,5% contre 4,3% pour les produits administrés.

 

I.N avec communiqué

05/11/2021 | 11:38
2 min
Suivez-nous
Commentaires
AVERROES
SURVEILLER COMME L HUILE SUR LE FEU LE CONTROLE DES PRIX
a posté le 05-11-2021 à 18:57
L'inflation quelle qu'elle soit son niveau doit être maitriser et réguler. C'est un élément dangereux et un facteur d'instabilité politico/économico/ social. C'est pour ces raisons qu'il faut être constamment vigilent et attentif sur le contrôle des prix. Pour avoir Une économie saine et bien régulée les responsables politiques sont dans l'obligation de suivre une politique rigoureuse et inflexible. La Tunisie ne s'en sortirait qu'avec des larmes et du sang, l'irrationalité économique de la dernière décennie a fait trop de dégâts ,elle doit céder l'espace et la place au pragmatisme des femmes et des hommes compétents qui sont pourtant nombreux. La séparation des pouvoirs politico/religieux devient de ce fait URGENT, PREVERT disait à juste titre "Dieu qui êtes aux cieux, restez y, nous, nous restons sur la terre qui est quelque fois si jolie"
ourwa
L'inflation qui gonfle et les estomacs qui se dégonflent....
a posté le 05-11-2021 à 14:25
" L'inflation passe à 6,3% au mois d'octobre 2021"; c'est formidable, nettement en dessous de 10%; alors pourquoi les Tunisiens se plaignent encore de cette supposée cherté de la vie galopante ? C'est indigne ! Par exemple, au marché de gros d'une ville du Sahel, ouvert à tous, commerçants et particuliers, de belles tomates exposées à la vente affichent 7 et 8 dinars le kilo, tandis que chez les commerçants de fruits et légumes en ville, des tomates rabougries, véreuses, affichent des prix allant de 1, 500 d à 1,800 d le kilo, étonnant non ? Est-ce du vol, comme le penserait K.S. ? Non, notre président-justicier dirait que c'est de l'abus... Compterait-il sévir à ce propos pour ce qui concerne toutes les denrées alimentaires et autres denrées? C'est très improbable, car discours populistes- il est fort en la matière- ne veut pas dire actes concrets, immédiats, illustrant ses colères ridicules et ses monologues multiples et redondants comme autant en emporte le vent...
DHEJ
INS ou l'institut communiste!
a posté le 05-11-2021 à 13:52
Des statistiques forfaitaires... jamais réelles!