alexametrics
A la Une

Les financiers charlatans : Adel Dridi n'est que le premier

Les financiers charlatans : Adel Dridi n'est que le premier
Une femme enceinte a vendu sa maison pour « investir » le montant perçu dans la société Yosr Développement présidée par Adel Dridi. En apprenant ce matin la fuite de ce monsieur et après vérification que son argent s’est évaporé, elle a appelé son mari qui lui a interdit de rentrer et elle s’est évanouie sur place. Voilà un échantillon des effets dévastateurs que peut provoquer la fameuse chaîne de Ponzi.

Des cas plus douloureux existent, des cas de personnes flouées et abusées grâce à l’appât du gain et l’amour de l’argent facile. Un gardien de nuit a réuni ses maigres économies et a donné 5000 dinars à cette société, il se retrouve aujourd’hui sans le sou et complètement démuni. Un autre a vendu deux taxis pour confier cet argent à Yosr Développement, aujourd’hui il ne sait comment il va nourrir ses enfants. Cette arnaque a fait, pour le seul cas de Yosr Développement, 50 000 victimes et a mis à la rue quelques 80 salariés. Pourtant, l’arnaque utilisée est bien connue, c’est la même qu’avait utilisée Bernard Madoff pour plumer plusieurs centaines d’entreprises et de personnes. Mais en quoi consiste la chaîne de Ponzi ?

L’une des définitions les plus partagées de la chaîne de Ponzi est la suivante : « Une chaîne de Ponzi est une escroquerie financière faisant miroiter aux investisseurs des taux de rendement élevés pour un faible risque et pour une période trop courte. La chaîne de Ponzi génère des revenus pour les plus anciens investisseurs grâce aux apports de capitaux des nouveaux. Cette escroquerie produit réellement les rendements promis aux anciens investisseurs, et ce, aussi longtemps qu’il y a de nouveaux investisseurs. Ces manœuvres s’effondrent souvent d’elles-mêmes lorsqu’il n’y a plus de nouveaux apports ».
En clair, l’argent des nouveaux entrants dans la chaîne permet de financer les gains des investisseurs plus anciens. Sachant cela, il n’y a rien d’étonnant quand on découvre l’étendue des dégâts et surtout le nombre de personnes lésées, 50000 en à peine quelques mois.
La dénomination de chaîne de Ponzi revient à l’inventeur de cette arnaque. Il s’agit d’un employé de banque américain, répondant au nom de Charles Ponzi, qui a mis en place cette arnaque en faisant croire qu’il rémunérait les investissements perçus à hauteur de 40% en trois mois. D’un obscur anonyme, Charles Ponzi est passé à millionnaire en à peine 6 mois. Quand l’arnaque fût découverte, seulement un tiers des montants perçus a pu être redistribué aux victimes.

Au grand dam des victimes tunisiennes de cette célèbre arnaque, Adel Dridi a réussi à mettre en place un système similaire dans lequel il promet –et tient parole au début- des gains à hauteur de 50% en à peine quelques mois. Il a abusé de petites gens en leur volant des économies parfois fruits d’une vie de dur labeur. Il a spolié des personnes vulnérables qui n’ont pas su sentir l’arnaque. Il a volé des personnes qui s’étaient rassemblées pour réclamer sa libération au bureau du procureur de la République.

Le pire est probablement ce qui suit. A l’heure où ces lignes sont écrites, il existe en Tunisie d’autres sociétés qui utilisent le même procédé, la chaîne de Ponzi. Des sociétés qui promettent des gains faramineux en très peu de temps tout en ayant l’audace de déclarer n’avoir aucun lien avec Yosr Développement et de rassurer leurs clients sur leurs gains !
La société Casus Group affirme mener des projets dans différents secteurs d’activité. Le financement de ces projets est basé sur le « service de contribution », un doux qualificatif pour une chaîne de Ponzi. A partir d’une contribution de 75 dinars, on peut gagner le double, rien que ça, en l’espace de 50 jours. Plus l’investissement est gros, plus le gain, garanti d’après la société, est conséquent. Le revers de la médaille est que plus l’investissement est gros, plus il permettra de rémunérer les anciens investisseurs, plus ça fera affluer de nouveaux « pigeons » ce qui permettra à la roue de tourner et à l’arnaque de s’étendre.
La société Next Invest vante à travers sa page Facebook les mérites de son « modèle ». La démarche reste la même, des gains garantis pouvant atteindre le double de la somme investie et parfois davantage à l’occasion d’ « offres spéciales ». L’arnaque reste donc la même et se répète en faisant de plus en plus de victimes et en ingurgitant de plus en plus d’argent.

Profitant de la détresse de personnes ayant du mal à joindre les deux bouts, ces charlatans de la finance et de l’investissement abusent de personnes aux connaissances limitées qui sont attirées par l’appât du gain. Derrière les formulations pompeuses et les promesses alléchantes, ces sociétés font du vol pur et simple avec pour fond de commerce la misère humaine.
Le cas d’Adel Dridi et de la société Yosr Développement devrait servir de leçon aussi bien à ce type de sociétés qui continuent à exercer en toute impunité qu’aux personnes tentées par un « investissement » dans ce type d’arnaque. L’Etat se devra également de sévir pour mettre un terme à des agissements nuisibles basés sur une arnaque qui date d’un peu moins d’un siècle. Les victimes avérées de cette arnaque se retrouvent aujourd’hui désabusées, elles ont saccagé la maison d’Adel Dridi et ont manifesté devant la Banque centrale de Tunisie et devant le ministère de l’Intérieur. Ceci ne se reproduira pas si l’on se souvient qu’il n’est pas de gain facile et aussi conséquent sans que ça ne cache anguille sous roche.

Les médias tunisiens et le gouvernement s’en sont rendus compte assez tôt et ont alerté l’opinion publique sur la gravité de l’arnaque. Le directeur général d’une banque de la place a constaté des mouvements anormaux sur le compte bancaire d’Adel Dridi et il a décidé de le fermer et d’alerter la Banque centrale. La société a fait son devoir pour mettre un terme à cette supercherie. Adel Dridi a été arrêté et interrogé par les autorités mais il a été remis en liberté sans même une interdiction de voyage alors que d’autres hommes d’affaires, pourtant blanchis par la justice pour certains d’entre eux, continuent à être privés de quitter le territoire.

Marouen Achouri

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

amadyka
| 24-06-2013 10:45

La cupidité (du latin cupidus, avide d'argent) est la recherche et l'amour immodérés du gain, de l'argent, des richesses. Le mot cupidité est utilisé dans un langage soutenu et contient une connotation négative qui souligne le caractère excessif et insatiable du désir de s'enrichir ou de posséder quelque chose à tout prix. Elle a entre autres synonymes : l'avidité, la convoitise, la voracité, la rapacité. ET SANS CES DIZAINES DE MILLIERS DE TUNISIENS, CUPIDES A N'EN PLUS POUVOIR, ADEL DRIDI EXISTERAIT-IL ???????

nazou
| 23-06-2013 16:08
comme aujourd'hui ,ou je regrette vraiment,mais vraiment !!!!
BEN ALI .
LE baton y a que ca ,avec une majorite d'imbecile,et une minorite ; mais 'vraiment tordue qui profite de la credulite',des imbeciles.

Salih
| 23-06-2013 11:11
La chose évidente dans cette histoire et que je suis sûr et plus que certain aujourd'hui que les victimes de cette arnaque sont naïfs et ignorants. Ils doivent assumer leur responsabilité jusqu'au bout. Comment imaginer des taux de rentabilité de 50% et plus en un laps de temps très court! cela ne peux être fait qu'avec des investissements suspects. La bourse de Tunis peine depuis le début de l'année, et un charlatan vient promettre la lune à ces ignorants ....

abdelmajid
| 22-06-2013 21:45
si en 50 jours les investisseurs ont reçu en retour 40 pc(por cent )ou meme 50pc, ils ont alors récupéré leur mise en125 jours ou en 100 jours ! qu ' est ce qu ' ils veulent encore :faire de gros bénéfices ,en restant à la maison sans efforts ! c' est bizarre !il faut peut etre étudier le cas des derniers venus qui n' ont pas perçu encore de dividendes !

gaddour
| 22-06-2013 21:05
A t'on vérifié si la grossesse de cette femme enceinte est issue d'un rapport légitime conforme à notre religion et tunisianité ou non ?, c'est ça la vraie question que doit se poser tout mouslim

Hasdrubal
| 22-06-2013 14:58
Comme il faudrait lancer des contrats sur la tête de Zaba, trabelsi, matri etc....

veritas
| 22-06-2013 13:33
http://www.tunisie-secret.com/Trois-tunisiens-agents-du-Qatar-se-sont-partages-75-millions-d-euros-Video_a478.html

adel
| 22-06-2013 12:20
ces misérables méritent bien leur sort, ils n'aiment pas travailler et préfèrent le gain facile et douteux, tant pis pour eux. tant qu'i y aura des gens bêtes comme eux, il y aura des arnaqueurs comme lui.

peritotime
| 22-06-2013 11:35
Il serait stupide de vouloir politiser cette affaire, s'il n'est pas impossible que des LPR ou des nahdaoui soient mouillés, la titulaire du compte FB appelant à libérer Adel Dridi affiche un parti laic dans sa page personnelle.

peritotime
| 22-06-2013 11:16
Ressemblent de plus en plus aux incroyables de Mickey. Si un journalistes n'a pas grand chose à dire, le mieux c'est qu'il s'abstienne plutôt que d'inventer ou de partager des "on dit" comme cette histoire de femme enceinte. C'est dommage, ce sujet méritait une vraie enquête.

A lire aussi

La nouvelle du décès de l’ancien président égyptien Mohamed Morsi, survenu hier, a particulièrement

18/06/2019 19:59
1

Toute la scène politique nationale ne parle que du projet d’amendement du Code électoral. Une vive

17/06/2019 19:59
1

Les échéances électorales s’approchent et les nouvelles coalitions partisanes ont commencé à

16/06/2019 15:59
3

Depuis quelques années, les réseaux sociaux ont commencé à devenir un vivier d’ambassadeurs pour des

14/06/2019 19:59
0

Newsletter