alexametrics
A la Une

Les élections de l’ordre des avocats face à l’exercice politique

Les élections de l’ordre des avocats face à l’exercice politique

 

 

Les élections du bâtonnier de l’Ordre national des avocats approchent à grands pas. A peine un mois nous sépare de la date du scrutin. Les candidats en lice pour ce poste tant convoité ont, déjà, commencé leur campagne et la compétition bat son plein. Retour sur des élections d’une organisation aux enjeux importants.

 

L’Ordre national des avocats de Tunisie est l'une des organisations nationales les plus importantes en Tunisie. Ayant un rôle et un poids considérable sur la scène nationale, l’ordre des avocats a toujours eu son mot à dire sur plusieurs questions d’ordre national et même régional. Outre l’organisation et la gestion d’un corps de métier prestigieux, l’Ordre des avocats s’est, constamment, impliqué dans la vie politique en Tunisie. D’ailleurs, il a fait partie du quartet du dialogue national ayant permis l’organisation des négociations entre les partis politiques afin d’assurer la transition du régime de l'Assemblée nationale constituante de 2011 vers un régime permanent, à la suite de l'assassinat de Mohamed Brahmi le 25 juillet 2013. Formé par l’UGTT, l’Utica, la LTDH et le conseil de l’Ordre des avocats, le quartet s’est vu décerner le prix Nobel de la paix 2015 pour son succès dans sa mission.

 

Mise à part son action sur le plan politique, le conseil de l'ordre national des avocats demeure l’unique structure gérant ce corps de métier. Il a pour attributions de statuer sur les demandes d'inscription au tableau des avocats, et d’en arrêter le tableau. Il exerce, également, le pouvoir disciplinaire et gère la caisse de prévoyance et de retraite des avocats en leur assurant, ainsi qu'à leurs familles, la protection sanitaire et sociale. Outre la mise à la retraite, la détermination des pensions revenant aux veuves et enfants mineurs des avocats décédés. Le conseil de l’ordre est aussi habilité à accorder l’honorariat aux avocats en retraite et à examiner la possibilité d'adhérer aux unions internationales et régionales des avocats, ou de se retirer d'elles. Il a, aussi, la possibilité de gérer les biens de l'ordre, autoriser la conclusion de contrats de tout genre y compris les transactions, mêmes celles comportant une remise de droit.

Le bâtonnier, quant à lui, assure, entre autres, la représentation de l’ordre national des avocats auprès de toutes les autorités centrales. Il supervise le renouvellement des conseils des sections régionales, et des élections partielles visant à combler les vacances y intervenant. Outre la présidence du conseil de l’ordre et de la commission financière. Il a l’aptitude de conclure les contrats autorisés par l’ordre national des avocats.

 

Ainsi, le conseil de l’ordre des avocats possède un champ d’action très vaste et il est doté d’une grande marge de manœuvre dans la gestion des affaires de la profession. Une profession qui a réussi à se tenir jusqu’à, il n’y a pas longtemps, à l’écart des tiraillements politiques, évitant de tomber sous l’emprise des autorités au pouvoir malgré l’engagement politique d’une grande partie, si ce n’est la majorité des avocats.

 

Cependant, le dernier conseil élu n’a pas échappé aux critiques et aux accusations d’appartenances partisanes. En effet, plusieurs observateurs du secteur, ont considéré que l’actuel bâtonnier, Ameur Meherzi, a été élu grâce à l’alliance des rdcistes et des nahdhaouis pour bloquer la route devant les gauchistes et les nationalistes. D’ailleurs, cela expliquerait, selon eux, le passage dès le premier tour de Me. Meherzi lors des dernières élections tenues en 2016. Un résultat exceptionnel pour des élections habituellement serrées. D’ailleurs, pour certains, le conseil serait sous l’emprise totale du parti Ennandha, dans la mesure où il serait dirigé par la secrétaire générale de l’ordre, Saïda Akermi, épouse du dirigeant d’Ennahdha et ancien ministre de la Justice, Noureddine Bhiri.

 

Cette année, l’assemblée générale élective se tiendra le 6 juillet 2019, au tribunal de première instance de Tunis 1 et le dépôt des candidatures sera clôturé, demain, vendredi 14 juin 2019 à 17h. Bien que la liste ne soit pas encore close, certains avocats ont déjà annoncé leur candidature et même entamé leur campagne sur les réseaux sociaux et dans les tribunaux. Dans ce contexte, on citera Me. Boubaker Bethabet, Me. Brahim Bouderbala ; Me. Rached Barkache ; Me.Chafik Lakhdar ; Me. Abderraouf Ayadi.

 

En tout état de cause, les élections de l’Ordre des avocats s’annoncent d’une grande importance. Le nouveau conseil aura la lourde mission de réformer le secteur et de trouver des solutions aux problématiques qui préoccupent les avocats, notamment, les questions d’ordre fiscal, les difficultés liées à l’exercice du métier ainsi que la situation des jeunes avocats. Les penchants politiques auront certes un impact sur les résultats du scrutin, reste à savoir qui aura le dernier mot.

 

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (1)

Commenter

Ahmed
| 13-06-2019 21:03
Madame Akermi vs Dr Zghal
Islamistes vs modernistes

A lire aussi

Encore une fois, Ennahdha assure son statut en tant qu’un parti politique organisé et bien structuré

15/07/2019 19:59
1

Malgré une conjoncture économique difficile, un glissement important du dinar, une augmentation des

14/07/2019 15:59
0

La contre-compagne

12/07/2019 19:59
38

La décision du président de la République devient à la fois déterminante, historique et pleine de

11/07/2019 19:59
5

Newsletter