alexametrics
Dernières news

Les chefs de service des CHU Habib Bourguiba et Hedi Chaker à Sfax appellent au respect de la loi

Les chefs de service des CHU Habib Bourguiba et Hedi Chaker à Sfax appellent au respect de la loi

Les chefs de service des CHU Habib Bourguiba et Hédi Chaker de Sfax ont fait part de leur solidarité des décisions prises par le ministère de la Santé, concernant la nomination du directeur général actuel, Chokri Tounsi « pour ses compétences et son expérience » ainsi que pour le programme de réformes qu'il est en train d'appliquer afin d'améliorer la situation de l'établissement.

 

Dans un communiqué daté du 12 avril, les chefs de service ont condamné les agissements des membres du syndicat régional, et à leur tête Adel Zouaghi [ndlr. secrétaire général adjoint du syndicat du CHU Habib Bourguiba de Sfax] qui ont tenté d'empêcher le nouveau directeur nommé par le ministère de prendre ses fonctions à la tête de ladite institution. Les signataires ont par ailleurs pointé du doigt une violation de l'institution et une entrave à son fonctionnement ainsi qu'un non-respect de la loi.

 

Les chefs de service ont, par ailleurs, appelé les autorités à intervenir pour « appliquer la loi et punir ceux qui ne la respectent pas, quelles que soient leurs appartenances » et afin de « permettre au directeur général de rejoindre son bureau pour assurer ses fonctions ainsi que le bon fonctionnement de l'établissement ».

 

S.T

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (15)

Commenter

Lolo
| 15-04-2016 10:55
UGTT c honteux ce que vous faite meskina tounes c une bande elkolhom des *** rabi ysabarkom 3ela hel ***

abou fedi
| 15-04-2016 08:47
Ce Militaire est un TUNISIEN et ces syndicats ont peur de sa rigueur et honéteté. le syndicat va mener la TUNISIE à la faillite

Karim
| 14-04-2016 21:01
Les investisseurs boudent la Tunisie car ils constatent que l'état est de plus en plus faible et les centrales syndicales , UGTT en tête, se prennent la tête. Les élections( transparentes et tutti quanti) de 2014 auront été inutiles. Il fallait installer Sir Abbassi et consorts au pouvoir sans trop de dépenses inutiles !

Mansour Lahyani
| 14-04-2016 18:23
L'un des maux contre lesquels il convient d'agir très vite dans notre pauvre société qui tangue dangereusement, est cette regrettable propension de certains Tunisiens à se prétendre califes à la place du Calife - et ce n'est pas une nouvelle allusion à feu Hamadi Jbali, non ! Aujourd'hui - c'est une déviation mal induite par la Révolution du 14 janvier : n'importe qui pense pouvoir s'ériger en arbitre du Bien public, de ce qui PEUT être fait et de ce qui NE DOIT PAS être fait... Ainsi, les pontes du syndicalisme des hôpitaux de Sfax ont décidé l'excommunication d'un médecin TUNISIEN et sa mise au ban de la Nation, parce que c'est un médecin militaire, qualité qui devrait, selon ces factieux,le priver de toute possibilité de diriger l'Hôpital (civil) Habib Bourguiba parce que, tenez-vous bien, nous ne sommes pas sous la botte d'un régime militaire ! Oui, vous avez bien lu, parce que dans un régime républicain et civil, les militaires doivent être mis au ban de la Nation !!! Il y a, malheureusement, des coups de bottes au cul qui se perdent alors qu'ils auraient bien servi à remettre des esprits en ordre de marche...

TMT
| 14-04-2016 17:43
J'ai eu l'occasion de suivre un parent victime d'un accident lequel n'était pas adhérent à la cnam
Je paye àla caisse et il fallait payer pour les radios et un plâtre provisoire une somme dont je ne disposais pas totalement
Un sécuritaire m'aproche pour me dire qu'il vas résoudre mon problème et me demande de combien je dispose encore
80 d lui dis je
Cinq mn plus tard il me rend mes papiers et me fait signe de passer à. la caisse qui me remet un reçu de 60d et un engagement de paiement du solde
Avant même de poser la question il me chuchote"c la signature du chef!"
No comment.

Najib
| 14-04-2016 16:40
C'est Abassi et sa bande de fauteurs de trouble . C'est eux les commanditaires de toutes les entraves du fonctionnement du CHU.
Ils sont aussi responsables des troubles dans l'enseignement . Au pouvoir de les arrêter et de les juger pour les maux qu'ils ont causés à la population . Le syndicalisme n'a jamais été un prétexte pour torturer les citoyens et harceler le pouvoir .

Valérie
| 14-04-2016 16:24
Mon Mari est tunisien et il a exercé dans les hôpitaux de Sousse avant de partir en Suisse. Sachez que les vols de tous genres sont commis au quotidien dans tous les établissements de soins étatiques en Tunisie, du petit dispensaire au CHU. Il faudra bien que cela finisse un jour. Sfax doit donner l'exemple et les voleurs sauront bientôt de quel bois le ministère de la santé se chauffe.

A . V
| 14-04-2016 15:30
C'est normal ce syndicat ne veulent pas un directeur honnête vient de l'armée.
Vu les milliers de Libyens qui viennent se soigner chaque année, il faut pas que l'état doit tout contrôler tout ça .
Un hôpital déficitaire sale les gens mal soigné, subventionné par l'état où va cette argent.

IMOU
| 14-04-2016 14:14
Est que la centrale syndicale soutient clairement le dénommé Adel Mzoughi, Bizarre

Belha
| 14-04-2016 12:56
ou sont les Sfaxiens?ils doivent soutenir le corps médical pendant que cela est encore possible.

A lire aussi

L’organisation tunisienne des jeunes médecins a rendu public un communiqué, ce mercredi 23 octobre

23/10/2019 21:24
1

Lors de ce forum organisé par la chaîne turque officielle anglophone, M. Ghannouchi a préconisé

23/10/2019 20:01
7

Plusieurs organisations et instances nationales ont exprimé leur indignation, ce mercredi 23 octobre

23/10/2019 19:35
0

Le président de la République, Kais Saïed s’est rendu cet après-midi du mercredi 23 octobre 2019 au

23/10/2019 18:34
3

Newsletter