alexametrics
lundi 28 novembre 2022
Heure de Tunis : 23:13
A la Une
Le prodige tunisien face à la paralysie mondiale !
14/07/2022 | 13:01
5 min
Le prodige tunisien face à la paralysie mondiale !


On ne sait plus sur quel pied danser dans ce pays. Les institutions nationales présentant parfois des bilans antagonistes. Mieux, les bilans nationaux ne coïncident pas avec la réalité internationale. Où est aujourd’hui la Tunisie, selon les chiffres officiels ?

 

La Tunisian Investment Authority (Tia) vient de publier un bilan édulcoré sur les investissements déclarés au-dessus de 15 millions de dinars pour le premier semestre 2022. Ainsi, l’institution a recensé la déclaration de quinze projets pour une enveloppe d’investissement cumulé de 2231,1 millions de dinars permettant la création de 4.295 postes d’emploi, enregistrant ainsi une hausse importante de 280% en termes de d’investissement qui s’explique par la déclaration d’un projet de cimenterie pour un coût d’investissement conséquent de 950 millions de dinars (MD) durant le mois de mars 2022. Abstraction faite de cette opération d’investissement, les investissements enregistrés jusqu’au mois de mai 2022 auraient enregistré une hausse de 118%.

 

 

En parallèle, l'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (Apii) vient de publier son bilan pour les cinq mois 2022 pour les investissements déclarés dans le secteur industriel et fait ressortir une baisse de 8,1 %, les investissements passant de 987,7 MD à 907,5 MD. Le nombre de projets déclarés est aussi en baisse de 9,3% passant de 1.424 à 1.292 projets pour cette même période, permettant la création de 19.883 postes d’emplois, contre 19.731 postes d’emplois un an auparavant (+0,8%).

 

 

L’agence spécifie aussi que les investissements relatifs aux projets dont le coût est supérieur à 5 MD, ont enregistré une baisse de 12,4% passant de 595,2 MD à 521,4 MD durant la même période susmentionné.

 

Silence radio de la part de l'Agence de Promotion de l'Investissement Extérieur (Fipa), le dernier bilan publié étant du premier trimestre 2022, mais qui est pour sa part très flatteur avec une hausse de 73% des investissements étrangers qui atteignent 596 MD contre 344,6 MD.

 

Bilan investissements étrangers pour le premier trimestre 2022 en MD 

 

Côté inflation, l’indice des prix à la consommation connait partout des hausses importantes, atteignant des sommets jamais atteint depuis 20, 30 ou même 40 ans.

 

Aux Etats-Unis, l’inflation a atteint 9,1% en juin sur un an, une hausse des prix la plus forte depuis 1981. Idem pour la Royaume-Uni, où l'inflation a aussi atteint 9,1% au mois de mai sur un an pour atteindre son niveau le plus élevé depuis mars 1982. Pour l’ensemble de a Zone Euro, l’institut statistique européen Eurostat recense une inflation de 8,6 % en juin, sur les douze derniers mois. Un niveau jamais vu depuis le début de la publication de l’indicateur en janvier 1997.

 

Aperçu des taux d’inflation internationaux, selon le site Global-rates

 

En Tunisie, l'Institut national de la statistique (INS) estime, quant à lui, que l’inflation a atteint 8,1% en juin 2022, un taux jamais atteint depuis plus de trente ans. Le hic, c’est que les experts s’accordent sur le fait que le panier ne correspond plus à la consommation réelle des Tunisiens, la dernière mise à jour datant de 2015 (sept ans alors que la norme est de cinq ans).

 

Inflation en Tunisie depuis 1984 à juin 2022

Côté commerce extérieur, au mois de mai 2022, l’INS s’est contenté d’un petit résumé alors qu’elle habitué depuis plusieurs mois à faire un rapport détaillé en prix courant et un rapport détaillé en prix constant à chaque fin de mois. Pire, nous sommes le 14 juillet et l’institut n’a pas encore publié les chiffres de juin alors qu’en général, ses services ne dépassent pas la date du 9 du mois.

Il faut dire que les derniers chiffres étaient troublants avec une aggravation du déficit commercial de 67,13%. Le solde commercial s’établissant à un niveau de -9.929,4 MD contre -5941,1 MD durant les cinq mois de l’année 2021. Le taux de couverture a perdu 5,7 points par rapport à la même période de l’année 2021 pour s’établir à 70,1%.

 

 

Or et depuis deux jours, l’euro est à parité égale avec le dollar, une première depuis la mise en circulation de la monnaie européenne, il y a vingt ans. Chose qui va impacter davantage, la situation en Tunisien vu que les importations se font généralement en dollars alors que ses exportations se font en euros. La chute de l'euro face au dollar creusera surement davantage le déficit commercial du pays.

 

En corrélant tous ces facteurs avec les difficultés budgétaires du pays, l’absence d’accord avec le Fonds monétaire international (FMI) et les répercussions de la guerre en Ukraine (inflation importée, hausse des prix de la matière première, hausse des prix de l’énergie, hausse des céréales, des huiles végétales et de plusieurs produits alimentaire), la situation en Tunisie risque d’empirer. Mais, vu le manque de viabilité à cause des informations publiées au compte-gouttes, personne n’a une idée précise sur la situation réelle de la Tunisie.

 

Les institutions nationales essayent elles d’embellir les chiffres de l’économie tunisienne ? Face au manque d’information, aux chiffres contradictoires entre elles et avec la conjoncture internationale, il devient aujourd’hui légitime de s’interroger sur la fiabilité des indicateurs présentés.

 

Imen NOUIRA

14/07/2022 | 13:01
5 min
Suivez-nous
Commentaires
grendizer
comment
a posté le 15-07-2022 à 07:45
Ce n'est pas la peine de nous casser les têtes avec ces chiffres , le commun des mortel des Tunisiens sait que le pays est en chute libre depuis plus de 10 ans et que le pays est e train de faire faillite, mais tout de même il y a 2 autres mauvaises nouvelles :
- Le pays continue sa chute , on n'a pas encore atteient le fond du gouffre.
- Toute la classe "Politique" n' a aucune vision ou startégie pour redresser la situation.
La bonne nouvelle c'est que les Tunisiens se sont adaptés à la pauvreté et vont continuer à le faire pendant les 20 ou 30 prochaine années ( et je suis optimiste , car détruire ce qui a été construit en 55 ans , nécessite au moins 55 ans pour reconstruire)
Donc le seul espoir qu'on a c'est une guerre nucléaire totale qui se déclenche entre la russie , la chine , l'otan et tous les problèmes de la tunisie seront résolus en un coup d'éclair
Warrior
dévaluez cette monnaie de singe
a posté le 14-07-2022 à 15:44
supprimez les millimes, remplacés par des centimes comme tout le monde.
dévaluez le dinar de 50 %, vous aurez plus de touristes et vous importerez moins de whisky et vodka, devenus plus chers:
https://www.leconomistemaghrebin.com/2020/02/19/consommation-alcool-tunisie-1ere-arabe-9eme-mondiale/

Hichem
L'effet boomerang
a posté le à 20:01
Et vous, vous payerez votre Omra 5 fois plus cher
Bbaya
Les chiffres de 99% vont fleurit après 25 juillet!
a posté le 14-07-2022 à 15:19
Préparer vous à ces chiffres flatteurs après 25 juillet comme dans n'importe quelle dictature !
Warrior
99 % et mème plus ........................
a posté le à 20:06
au besoin le despote fera voter les morts ...
Gardons un minimum d'honnêteté
il faut donner de l'espoir aux Tunisiens, indépendamment du fait que l'on soit pour ou contre Mr. Kais Said.
a posté le 14-07-2022 à 14:50
Le texte est en contradiction avec les données statistiques de l'article même:

L'évolution des Investissements déclarés est restée au même niveau en 2022 qu'en 2021 en valeur absolue (la petite différence est de l'ordre de 80MD) et ceci malgré une crise mondiale d'énergie et de nutrition.

L'évolution des Investissements dont le coût est supérieur à 5 MD est restée au même niveau en 2022 qu'en 2021 en valeur absolue (la petite différence est de l'ordre de 74MD). Et ceci malgré une crise mondiale d'énergie et de nutrition.

Le Bilan des investissements étrangers pour 2022 est pratiquement le meilleur en comparaison avec les années 2019/2020/2021. Alors que l'an 2022 n'est qu'au mois de juillets et malgré une crise mondiale d'énergie et de nutrition.

L'inflation a touché tous les pays du monde, par contre elle est moins forte en Tunisie pour certains produits de base qu'ailleurs dans les pays du nord.


etc., etc., etc.

Il faut être objectif, --> La Tunisie socio-économique est en progression malgré une crise mondiale d'énergie et de nutrition. Maintenant il faudrait rester dans le flow afin d'atteindre une progression de l'ordre de 600% et même plus. --> il faut donner de l'espoir aux Tunisiens, indépendamment du fait que l'on soit pour ou contre Mr. Kais Said.

Bonne journée


Lol
Demandez
a posté le 14-07-2022 à 14:43
Vous êtes journalistes pourquoi vous ne les interviewez pas.
Et depuis quand nos indicateurs sont fiables ? C'est bien l'éducation de zaba
momo
ce M° ne sait rien faire.
a posté le 14-07-2022 à 14:28
Avec un président qui confond les millions et les milliards, limité dans sa zone de confort qui est le droit, alors qu'il est professeur adjoint en droit constitutionnel, il ne faut pas s'attendre à des miracles en économie ,ni en gestion des affaires de l'état, finalement ce M° ne sait rien faire.
Nephentes
Quadrillage, verrouillage et maquillage
a posté le 14-07-2022 à 13:55
https://kapitalis.com/tunisie/2018/11/22/tunisie-lins-nest-pas-seul-responsable-des-statistiques-non-credibles/

Extrait

" Dans son essai 'La force de l'obéissance, économie politique de la répression en Tunisie', la chercheuse française Béatrice Hibou a résumé les carences dont souffre la production des données, au temps de Ben Ali, par cette belle formule : «Quadrillage, verrouillage et maquillage».

Il s'agissait pour Ben Ali de quadriller le pays et sa population à travers des instruments de contrôle et de répression (police, administration, parti unique), de verrouiller la presse et toute expression politique et de maquiller les chiffres, les données, les situations en construisant constamment une image positive du pays et des gouvernants.

Malheureusement, après le soulèvement du 14 janvier 2011, cette instrumentalisation de l'INS et partant de la production de données s'est poursuivie de plus belle. C'est au niveau du calcul de certains indicateurs stratégiques que l'Institut a été particulièrement défaillant.

Ainsi, pour calculer le taux de pauvreté dans le pays, l'INS a utilisé une méthodologie monétaire en vertu de laquelle est pauvre en Tunisie celui qui dispose de 2 à 3 dollars par jour, une communauté qui ne représente que 4% de la population tunisienne. Par contre, s'il avait utilisé la méthodologie du Programme des nations unies pour le développement (PNUD) considérant comme pauvre celui qui n'accède pas à certains services vitaux tels que l'éducation, la santé, les prestations administratives, le taux de pauvreté en Tunisie avoisinerait les 20% et même 30% d'après certaines sources indépendantes.

Autre indicateur dont le calcul a été maquillé, celui du nombre d'analphabètes, l'INS cite le chiffre de 2 millions de tunisiens qui n'ont jamais été à l'école mais écarte de cette population la communauté des illettrés, des personnes incultes qui ne savent ni écrire ni lire, des Tunisiens qui ont, le plus souvent, interrompu leur scolarité particulièrement au niveau primaire. Le nombre des abandons scolaires est estimé chaque année à 100.000. Si on fait le calcul à partir de l'année 1990, ils seraient, aujourd'hui, aux alentours de 3 millions.
Et la Tunisie compterait aujourd'hui plus de 5 millions d'analphabètes et d'illettrés'?' sans aucune valeur ajoutée.

Le calcul de l'inflation est également pointé du doigt par les utilisateurs des données statistiques. Ils considèrent que ce taux, estimé actuellement et officiellement à 7,4% (8,1% selon le FMI), serait en fait de l'ordre de 14 à 15% en moyenne tous produits confondus (subventionnés, administrés, libéralisés, de luxe'?').
Cet écart est du au fait que le panier pris en compte par l'INS pour le calcul de l'indice de prix ne prend pas en compte les nouveaux produits de consommation (internet, loisirs'?').

Les fournisseurs de données seraient les maquilleurs de chiffres

La non-fiabilité des données ne relève pas de la responsabilité de l'INS mais des fournisseurs de ces données, et particulièrement, les ministères du Commerce et des Finances, la douane, la Banque centrale'?'

Selon eux, s'il y a maquillage, c'est en amont qu'il a été décidé.

Concernant la méthodologie, ils estiment que celles utilisées par l'INS sont conformes aux normes internationales et que même leur choix est déterminé par le commanditaire, en l'occurrence le gouvernement. C'est ce dernier qui choisit la méthodologie et les conclusions des enquêtes qui jouent à son avantage.

Résultat : plusieurs indicateurs et informations d'une extrême importance ne sont pas communiqués à l'INS. Même avec l'intervention du Conseil national de la statistique, notent-ils, pour coordonner les travaux, la coopération inter-administrations n'est pas effective.

Warrior
franalphabétisme
a posté le à 20:14
..."des personnes incultes qui ne savent ni écrire ni lire"
et ceux qui, incapables de parler leur langue maternelle - l'arabe- sans béquilles francophoniques.
le résulat: un mélange franarabe, désagréable.
TRA
Statistiques en Tunisie ?
a posté le 14-07-2022 à 13:50
Les statistiques des BènouHilèl, la fiabilité des chiffres et des indicateurs sont destinés uniquement pour caresser les Dictateurs de Carthage!
Hamdi
merci somptueux calife
a posté le 14-07-2022 à 13:43
grâce à la bienveillance de notre cher Calife, et la chariaa musulamanne..ces résultats sont un miracle divin !!

hahaha
nazou de la chameliere
Mais Mme Nouira
a posté le 14-07-2022 à 13:27
Vous n'êtes pas patiente !!!
C'est que le Messie n'a pas vraiment un don pour produire des miracles !!!
Par contre,il a le don pour vendre du vent, il est très fort.
Et encore un autre don caché du facho.
Est celui de faire taire les statisticiens de toutes sortes !!!
Et c'est comme ça, que nous apprenons, qu'il y'a des déficits PARTOUT dans le monde ,sauf ....sauf en Tunisie !!!
c'est le don du vent !!!