alexametrics
Chroniques

Le chaos au nom de l’intérêt national

Temps de lecture : 3 min
Le chaos au nom de l’intérêt national

Par Sofiene Ben Hamida

 

Après l’annonce du chef de gouvernement désigné Elyes Fakhfakh de son gouvernement, tout en sachant que le parti islamiste Ennahdha a annoncé auparavant son retrait du gouvernement et sa décision de ne pas lui accorder sa confiance, la situation se présente comme suit : une grave crise politique exacerbée par le temps qui presse et qui ne joue ni en faveur du chef islamiste Rached Ghannouchi qui semble décidé à faire face à l’influence grandissante du chef de l’Etat, ni en faveur de ce dernier qui semble décidé à remettre en cause Ennahdha et tout le système politique qu’il représente, mis en place depuis 2011.

 

Effectivement, le fond de cette crise est cette compétition entre Kaïs Saïed et Rached Ghannouchi. Le premier voulant changer le système politique en place, tandis que le second, accoutumé à une position dominante au sein du paysage politique, ne voulant rien céder. D’ailleurs, les points sur lesquels les négociations autour de la composition du gouvernement ont capoté concernent les ministères de l’Intérieur, de la Justice et des TICS ; trois ministères en rapport direct avec les dossiers majeurs qui préoccupent le parti islamiste comme le dossier des assassinats politiques,  celui de l’organisation secrète ou encore du financement du parti. Le parti islamiste aurait peut-être accepté d’intégrer le gouvernement s’il avait eu ces trois ministères seulement et non les six ministères cédés par Fakhfakh à Ennahdha mais qui sont insatisfaisants pour ce dernier. Quant à la question de la mise à l’écart du parti Qalb tounes, elle n’a aucun rapport avec le principe de l’union nationale défendu bec et ongles par les islamistes. En vérité, Ennahdha sait que le risque majeur en l’absence de Qalb tounes, est de se retrouver très peu influent au sein du gouvernement et de ne pouvoir de ce fait imposer ses points de vues, comme il a pris l’habitude de le faire au sein du gouvernement de Habib Essid, mais surtout au sein du gouvernement de Youssef Chahed. Exiger la participation de Qalb Tounes est donc une nécessité pour Ennahdha qui ne veut pas se retrouver en minorité dans un conseil des ministres qui lui est hostile sous la présidence d’un Fakhfakh intransigeant, soutenu par Attayar et Echâab très remontés contre les islamistes, et appuyé par le président de la République qui ne cherche qu’asseoir son leadership au détriment d’un Ghannouchi chancelant ces dernières semaines.

 

En effet, depuis son accession à la présidence du Parlement, le chef des islamistes n’a cessé de multiplier les erreurs, les fausses manœuvres et les maladresses qui ont éclaboussé son image et porté préjudice au mouvement islamiste qui n’est pas habitué à être malmené comme il l’est en ce moment. Le mauvais choix de la personne d’Habib Jamli pour former un gouvernement, associé à l’arrogance et à une faim insatiable du pouvoir ont conduit les islamistes vers un échec cuisant et montré qu’ils ne sont pas, ou du moins ne sont plus, invincibles. 

 

Le président de la République le sait et entend profiter pleinement de la mauvaise passe des islamistes. En s’associant aux deux organisations nationales, l’UGTT et l’Utica, Kaïs Saïed pousse Ghannouchi dans ses derniers retranchements : faire marche arrière et accepter de réintégrer le gouvernement la tête basse, ou aller vers des élections législatives anticipées à l’issue incertaine, risquée même, pour les islamistes qui auront à assumer publiquement le blocage de la situation politique dans le pays durant plus de quatre mois. Mais cette situation extrême est aussi risquée pour le président de la République et ses alliés politiques. A la lumière des résultats des dernières élections, nul ne peut se prévaloir d’une assise populaire stable et tout peut arriver, le meilleur comme le pire.

 

Aux dernières nouvelles, le président de la République et le président d’Ennahdha campent toujours sur leurs positions, au nom de l’intérêt national. Mais comme l’intérêt national, pour les politiques, est étroitement juxtaposé sur l’intérêt personnel, il est aisé de comprendre l’entêtement de l’un et de l’autre, au nom de l’intérêt national, bien entendu.   

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

J.trad
| 17-02-2020 14:46
Cette proposition DIVINE. ,je ne vois personne l'evoquer ,personne !personne! C'est drôle ,surtout pour stopper le chaoo armé en Lybie ,et qui menace la Tunisie ,que quelqu'un nous parle de (Almoubâhala) ,le moment impose une intervention ,il n'y a pas plus puissant ,que le recour à la Sagesse proposée dans le texte sacré,le recours à la force idiote des armes ,est bête,Mauvaise ,meurtrière ,etc .

Amal Yahyaoui
| 17-02-2020 11:39
Derriere Ghannouchi siegent plusieurs experts internationaux a DOHA au Qatar qui gerent Ennahdha et Ghannouchi en meme temps..ceux la meme qui ont orienter la redaction definitive de la constitution par l assemblee constituante avec la majorite ecrasante d Ennahdha et ses allies dont Nidaa Tounes..voila la verite

Amal Yahyaoui
| 17-02-2020 11:05
Ceci n est plus un secret...c est dans le chaos politique qu ils creent que les freres musulmans peuvent evoluer et propager leur doctrine...c est la conclusion de toutes les analyses et recherches de tous les services de renseignements Occidentaux...En Tunisie cette strategie a ete appliquee par Ennahdha ...et exportee en Syrie et en Lybie...meurtres ..assassinats politiques ..destructions....etc.
Aujourd hui il y a une chance pour saisir c est celle de la dissolution de l ARP et la convocation des elections anticipees....il n y a que le meilleur qui puisse arriver ..le pire on l a vaicu et on le vit encore...Ya Si sofiane ben Hmida ...semer la peur et la panique n est pas le role d un journaliste serieux...c est le role d Ennahdha et de Ghannouchi....a bon entendeur ......

cesarios
| 17-02-2020 10:36
Gannouchi est un stratège hors norme, un tacticien unique dans son genre, à n'importe question il a 36 solutions, ses
armes sont d'une part son hégémonie à l'ARP et de l'autre son camélèon qui est toujours dans sa poche qui le sort à tout moment, il a une compétence inouie de transformer des mensonges en vérités, ses compagnons le suivent aveuglement vu que leurs intérèts sont liés automatiquement aux siens , tous ses détracteurs de son clan se voient tot ou tard se voler en l'air et s'enterrer dans l'oubli et la négligence, ou se contenter de revenir et d'accepter son verdict comme il a décidé, il crée des embuches et des tractations en connaissance de leurs dénouements diaboliques que lui seul détiennent ses magouilles et ses micmacs , et en définitif le seul perdant ne sera que notre nation notre chére TUNISIE qui pleure son passé et son présent et tout ce qui l'intérét attend l'avenir de ses enfants les plus souffrants

DHEJ
| 17-02-2020 09:59
Elle a conduit à la pauvreté

Que chacun défend sont intérêt!

EL OUAFFI
| 17-02-2020 09:38
Le chaos depuis le slogan ( D'?GAGE ) .
Mais ce qu'une stratégie pour chuter certains présidents voisins et Ordogan veut répéter le méme scénario car une guerre inédite contre La Turquie et L'Egypte il cherche de chamailler avec son adverssaire Essissi A sur un sol que l'autre peut c'est une affaire de jalousie Morsly qu'il avait l'installé en échec et Abdelfetah Essisi maîtrise bien la situation et la situation dans tous les domaines sont meilleurs que le passé bien sure sure un pouvoir militaire mais la gestion est assurée par les civils les mieux qualifiés .
Pourquoi les deux président ( ymchou yatnaykou ) hors les territoires Tunisiens m'excuse de cette phrase mais peut être en Tunisie c'est acceptable .

EL OUAFFY Y
| 17-02-2020 09:37
Le chaos depuis le slogan ( D'?GAGE ) .
Mais ce qu'une stratégie pour chuter certains présidents voisins et Ordogan veut répéter le méme scénario car une guerre inédite contre La Turquie et L'Egypte il cherche de chamailler avec son adverssaire Essissi A sur un sol que l'autre peut c'est une affaire de jalousie Morsly qu'il avait l'installé en échec et Abdelfetah Essisi maîtrise bien la situation et la situation dans tous les domaines sont meilleurs que le passé bien sure sure un pouvoir militaire mais la gestion est assurée par les civils les mieux qualifiés .
Pourquoi les deux président ( ymchou yatnaykou ) hors les territoires Tunisiens m'excuse de cette phrase mais peut être en Tunisie c'est acceptable .

EL OUAFFY Y
| 17-02-2020 09:35
Le chaos depuis le slogan ( D'?GAGE ) .
Mais ce qu'une stratégie pour chuter certains présidents voisins et Ordogan veut répéter le méme scénario car une guerre inédite contre La Turquie et L'Egypte il cherche de chamailler avec son adverssaire Essissi A sur un sol que l'autre peut c'est une affaire de jalousie Morsly qu'il avait l'installé en échec et Abdelfetah Essisi maîtrise bien la situation et la situation dans tous les domaines sont meilleurs que le passé bien sure sure un pouvoir militaire mais la gestion est assurée par les civils les mieux qualifiés .
Pourquoi les deux président ( ymchou yatnaykou ) hors les territoires Tunisiens m'excuse de cette phrase mais peut être en Tunisie c'est acceptable .

EL OUAFFY Y
| 17-02-2020 09:33
Le chaos depuis le slogan ( D'?GAGE ) .
Mais ce qu'une stratégie pour chuter certains présidents voisins et Ordogan veut répéter le méme scénario car une guerre inédite contre La Turquie et L'Egypte il cherche de chamailler avec son adverssaire Essissi A sur un sol que l'autre peut c'est une affaire de jalousie Morsly qu'il avait l'installé en échec et Abdelfetah Essisi maîtrise bien la situation et la situation dans tous les domaines sont meilleurs que le passé bien sure sure un pouvoir militaire mais la gestion est assurée par les civils les mieux qualifiés .
Pourquoi les deux président ( ymchou yatnaykou ) hors les territoires Tunisiens m'excuse de cette phrase mais peut être en Tunisie c'est acceptable .

EL OUAFFY Y
| 17-02-2020 09:32
Le chaos depuis le slogan ( D'?GAGE ) .
Mais ce qu'une stratégie pour chuter certains présidents voisins et Ordogan veut répéter le méme scénario car une guerre inédite contre La Turquie et L'Egypte il cherche de chamailler avec son adverssaire Essissi A sur un sol que l'autre peut c'est une affaire de jalousie Morsly qu'il avait l'installé en échec et Abdelfetah Essisi maîtrise bien la situation et la situation dans tous les domaines sont meilleurs que le passé bien sure sure un pouvoir militaire mais la gestion est assurée par les civils les mieux qualifiés .
Pourquoi les deux président ( ymchou yatnaykou ) hors les territoires Tunisiens m'excuse de cette phrase mais peut être en Tunisie c'est acceptable .

A lire aussi

D’habitude, dans les moments de crises, les gens puisent au fond de leurs êtres pour trouver une

29/03/2020 15:13
10

En attendant, je vous promets qu’on ne deviendra pas fous. On essaye très

28/03/2020 19:59
10

Nous vivons une période absolument

28/03/2020 15:47
7

Dans ce climat anxiogène, nos politiques plombent encore plus

27/03/2020 18:30
7

Newsletter