alexametrics
mardi 27 septembre 2022
Heure de Tunis : 16:14
Dernières news
La fédération des communes annonce son soutien à la mairesse de Tabarka et dénonce une procédure sans fondement
11/08/2022 | 16:48
2 min
La fédération des communes annonce son soutien à la mairesse de Tabarka et dénonce une procédure sans fondement

La fédération nationale des communes tunisiennes (FNCT), a publié, ce jeudi 11 août 2022, un communiqué de presse pour dénoncer l’incarcération, pour soupçon de corruption, de la mairesse de Tabarka, Amel Aloui.

« Le dossier est totalement dénué de tout caractère criminel, et l'accusation portée contre la mairesse de Tabarka n'est qu'une accusation malveillante sans fondement réel et légal. La facilité avec laquelle certains juges émettent des mandats de dépôt contre les maires est un problème grave et une menace claire pour la voie de la décentralisation » a souligné la fédération.

Elle a enfin exprimé son soutien à la mairesse et affirmé qu’elle coordonne avec la défense pour prendre toutes les mesures légales nécessaires afin de libérer Amel Aloui et tenir pour responsables tous ceux qui ont causé ce grief.

La FNCT a également annoncé qu’elle rejoint les mouvements menés par un certain nombre de composantes de la société civile pour soutenir la mairesse de Tabarka.

Le bureau de Tabarka de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a aussi publié, ce matin, un communiqué appelant à la libération de Mme Aloui. 

Rappelant que "la dame est une militante élue à la tête de la commune de Tabarka en toute transparence", l’organisation a indiqué qu’Amel Aloui ne pourrait être impliquée dans les crimes qui lui sont reprochés.  

Elle a appelé, également, à l’ouverture d’une enquête minutieuse sur l’appropriation frauduleuse de biens publics à Tabarka et l’évasion fiscale. 

Un mandat de dépôt a, rappelons-le, été émis contre Amel Aloui pour suspicions de corruption et ce dans le cadre d’une enquête sur une affaire de corruption financière. Elle est accusée d’avoir commis des dépassements en autorisant des citoyens à installer des parasols sur les plages de la ville. 

Cette affaire a bouleversé l'opinion publique et la société civile et plusieurs parties ont dénoncé une grande injustice assurant que la mairesse est connue pour son intégrité et son combat contre les lobbies de la corruption qui sévissent à Tabarka. 

La Ligue tunisienne des droits de l’Homme s’est exprimée à ce sujet et a, elle, aussi appelé à la libération de la jeune femme. Le vice-président de l’organisation, Bassem Trifi, l’a d’ailleurs farouchement défendu, jeudi lors d’une intervention sur les ondes de Jawhara FM attestant de l’honnêteté de la dame. 

Après son audition par le juge d'instrcution en charge de l'affaire, Amel Aloui a été placé en détention à la prison civile de Sers dans le gouvernorat du Kef. Son avocat Lotfi Massoudi a fait savoir aujourd’hui que le premier juge d’instruction du troisième bureau près le Tribunal de première instance de Jendouba avait refusé tacitement la demande de libération, mercredi.

 

M.B.Z

 

11/08/2022 | 16:48
2 min
Suivez-nous
Commentaires
mtz
elle va être libéré
a posté le 12-08-2022 à 09:49
elle va être libéré mais en attendant le buzz a été fait et on montre au peuple que ce gouvernement est intransigeant et honnête.
se rabattre sur les plus faibles est très facile mais très lâche