alexametrics
Chroniques

La division cellulaire de Nidaa continue

La division cellulaire de Nidaa continue

Par Sofiene Ben Hamida

 

La division cellulaire au sein de Nidaa continue désormais dans un scénario tragicomique qui montre l’étendue de la soif du pouvoir accompagnée du déficit éthique chez une large frange de la classe politique qui domine la scène aujourd’hui.

 

Dans son énième querelle fratricide qui s’est jouée ce weekend entre Hammamet et Monastir, Nidaa se dote d’une direction bicéphale. Cela ne change rien toutefois au fait que depuis le départ de son fondateur à Carthage, il manque affreusement de leadership et s’apprête inéluctablement à péricliter.

 

Le premier congrès électif de Nidaa qui s’est ouvert le 6 avril dernier avait pourtant bien commencé et était porteur de tous les espoirs. Il avait réuni plus de mille huit cents congressistes représentant toutes les régions, montré une bonne implantation du parti, réussi à élire le comité central dans des conditions acceptables et trouvé un consensus autour du bureau politique. Il ne restait que l’élection du président du comité central et celui du bureau politique, un détail technique facilement franchissable vu le long chemin parcouru jusque-là. C’était sans compter sur la soif du pouvoir chez les deux chefs de files du moment, pourtant alliés jusqu’à la veille du congrès : Hafedh Caïd Essebsi qui se voit naturellement investi de la mission de succéder à son père et le très pragmatique Sofiène Toubel qui, après de longues années passées à se positionner à l’ombre des autres, voit l’occasion qui se présente à lui trop belle pour ne pas la saisir.

 

Bien entendu, chacun des deux camps s’évertue à défendre ses positions et saper les arguments de l’autre. Ils font tout pour enclaver le débat dans une logique de légitimité et de détails juridiques. Par huissiers interposés et des plaintes de part et d’autre, le débat n’est plus politique et ne se fait plus désormais au sein des structures de Nidaa mais aura lieu devant les tribunaux durant les prochaines semaines.  Pourtant l’erreur serait de s’embourber dans cette logique désuète et fallacieuse tant il est improductif de chercher à ce stade qui est le fautif et à qui incombe la faute. Il est évident que les deux camps sont responsables, l’un autant que l’autre, de la déliquescence de leur parti.

Ils sont responsables de rater un grand rendez-vous avec l’histoire et de décevoir les attentes. Pas uniquement celles des militants de Nidaa qui sont restés fidèles à l’idée fondatrice durant toutes les dernières années malgré les déboires successifs et qui étaient présents à Monastir dans l’espoir de dépasser les anciens clivages. Ils sont responsables aussi de décevoir les espoirs d’une frange de la population qui a cru que Nidaa, même affaibli, reste toujours une force d’équilibre dans le pays capable de damer le pion, lors des prochaines élections, au mastodonte islamiste.

 

En ratant leur congrès et en se dotant d’une direction bicéphale aussi improductive, incongrue et éhontée, les nidaistes offrent, d’ores et déjà le pouvoir aux islamistes et s’assurent dés maintenant d’une déroute humiliante lors des prochaines élections. Ceci est vrai pour les élections législatives car il serait difficile pour eux de participer à ces élections en rangs dispersés. Cela est vrai aussi pour la présidentielle. Le président Béji Caïd Essebsi qui avait dit préférer ne pas se présenter de nouveau est contraint maintenant de s’abstenir de le faire.

Triste fin pour un parti qui a suscité tous les espoirs, mais qui n’a pas arrêté de décevoir.     

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Ahmed
| 22-04-2019 18:00
La reponse du canal officiel d'ennahdha a travers son Goobels, est drôle et pathétique. No comment.
Un jour , je vous raconterai comment ma femme , vous a defendu au Bardo, en 2012, alors qu'une horde de kouanjias ont tenté de vous agresser dans votre voiture. Je l'ai exfiltré miraculeusement.

Mansour Lahyani
| 15-04-2019 14:26
C'était plutôt bien tenté de la part de SBF... Manque de pot, son trait d'esprit ne s'applique que très modérément à Nida : le but de la division cellulaire est la multiplication : or, dans le cas de Nida, on ne voit que la division irrémédiable, sans aucune possibilité de multiplication !
Faudra trouver autre chose, SBF, et vite : avant que les choses ne soient classées, ou ne deviennent périmées...

Bob
| 15-04-2019 12:36
La division cellulaire, c'est un jeu de mots de haut vol. Il fallait le faire et Ben Hmida l'a fait!! Bravooooooooooo.

Triste fin d'un parti...!!!
| 15-04-2019 12:30
Excellente analyse de sofiene ben hamida...!!! En conclusion, les responsables nidaistes ont coupé la branche sur laquelle ils sont assis...!!! La chute est terrible et fatale...!!!! Et les chefs nidaistes n'ont plus le courage, la popularité et la dignité nécessaires pour pouvoir se présenter aux prochaines échéances électorales...!!!! Ils sont déjà tous vomis par le peuple tunisien...!!! Effectivement, c'est la triste fin d'un parti qui n'a pas arrêté de décevoir...!!! The game is over...!!

nouili
| 15-04-2019 11:53
Bravo Sofiène: 'Triste fin pour un parti qui a suscité tous les espoirs' mais c'est nous qui en sont responsables:
' '?'?'? '?'?'?'?'?'? '?'?'?'?'?'?'? '?'?'? '?'?'?' '?'?'?'?'?'?'?' '?'?'? '?'?'?'?'?'?' '
il semble que nous nous sommes trompés sur toute la ligne en confiant nos voix (lors des élections) et en confiant cette grande mission (de gérer le pays), à des gens qui ne sont pas dignes de cette mission ( '?'?'?' '?'?'?' ).
on dirait des mercenaires qui defendent leurs butins !!!!

Famous Corona
| 15-04-2019 11:10
Il faudra que ces énergumènes fassent attention !!!

LeLoup
| 14-04-2019 23:13
Le Fartas est l'instigateur de toute cette saga de divisions-trahisons médiocres. En 2015 il avait tout: le Parti, la Présidence, le Gouvernement. il a comploté, il a trahi, il a tout détruit.

Jilani
| 14-04-2019 22:49
Ceux qui le connaissait bien l'appelait "Haka l'avocat" faisant référence à ses magouilles et combines et ne sont pas aussi étonnés du comportement de ses deux fils, le débile voulant se prendre pour un grand politicien et l'autre plongé dans les affaires profitant de la position de son père. C'est une erreur de voter pour lui et on est plus en attente d'aucun espoir. Nous attendons seulement le voir quitter ce palais avec sa bande de voyous.

SBL
| 14-04-2019 19:46
La plus grande débâcle post pseudo révolution.
BCE monte un parti avec plein de promesses électorales susceptibles de nous faire jouir d'un avenir meilleur.
Hélas, c'est la plus grande désillusion de tout un peuple qui a voté pour ce parti avec un blanc seing appuyé d'une totale confiance.
Re hélas, le Président élu a tout raté surtout dans ses choix,mais aussi sur cette alliance avec le parti Ennahdha, parti qu'il a refusé lors de ses sorties électoralistes.
Le peuple en est arrivé à regretter Ben Ali, et si aujourd'hui, Ben Ali pouvait de présenter aux élections présidentielles, il en sortirait vainqueur , tellement le peuple regrette cette période où il dirigeait le pays.
Il y avait 40 voleurs, aujourd'hui,ils sont 4 millions.
Mais où allons nous au nom de la démocratie et de la révolution.
Vers l'inconnue.

mansour
| 14-04-2019 19:42
au plus fort de la crise politique à Nida Tounes plus personne ne sait vraiment qui est qui
Hafed Caid Essibsi s'est autoproclamé l'héritier de son père,l'autre le clan Sofiane Toubal fort des troupes à l'assemblée aux ordres et deviner qui est le troisième....mais nom d'une pipe c'est lui,c'est Youssef Chahed qui s'est rendu maître de l'intérieur de Nida Tounes pour le vider progressivement et l'absorber et en faire Tahya Tounes un Nida Tounes new look

A lire aussi

Plus important encore que le nom du futur président de la République, le sort des générations

18/06/2019 15:59
5

En théorie donc, pour une bonne pratique démocratique et pour veiller à rester au-dessus de toute

17/06/2019 16:59
14

Franchement, il y a de quoi être fier d’être

16/06/2019 17:00
7

Ceux qui se targuent de protéger les électeurs des manipulations, ne connaissent apparemment pas

14/06/2019 15:59
3

Newsletter