alexametrics
mardi 23 avril 2024
Heure de Tunis : 02:39
Dernières news
Injustement mutée au Kef, une juge lance un message de détresse à Kaïs Saïed
03/04/2024 | 20:29
2 min
Injustement mutée au Kef, une juge lance un message de détresse à Kaïs Saïed

 

La juge Rafika Ben Hassine, exerçant ses fonctions au Tribunal de première instance de Zaghouane a lancé, mercredi 3 avril 2024, un cri de détresse adressé au président de la République, Kaïs Saïed, l’appelant à intervenir suite à sa mutation au gouvernorat du Kef. Une une note de service a été émise à son sujet par l’inspection générale de la justice. 

 

La juge indique qu’elle avait alerté la ministre de la Justice à propos de dépassements enregistrés dans un dossier, assurant qu’il y a "une réelle corruption dans l’affaire". Elle a ajouté, dans une vidéo publiée devant le tribunal, que sa plainte n’a pas été examinée, pire encore, elle avait reçu une note de service lui signifiant sa mutation, jugée comme étant “un élément perturbateur”.

Elle a, également, tenu à souligner que l'affaire en question avait été évoquée par le président de la République. "Ils dépassent la loi dans un dossier que vous avez initié, que dire du reste des affaires?". 


La magistrate appelle, donc, le président de la République à intervenir pour lui rendre justice, lui rappelant qu’il avait promis de protéger les juges intègres qui refusent les consignes lors de l’application de la loi. 


Il est à noter que les mouvements des magistrats sont habituellement annuels et ne se font donc pas en milieu d'année. Ces mutations, rarement vues par le passé, s’apparentent à des sanctions disciplinaires et une pression du pouvoir exécutif sur les magistrats. Légalement parlant, seul le conseil supérieur de la magistrature est habilité à opérer ces mutations. 

S.H

 

03/04/2024 | 20:29
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Zba
Cette femme doit être sanctionnée
a posté le 06-04-2024 à 00:50
Je suis sidéré par le comportement de cette femme qui ne mérite pas le titre de juge.
Elle doit prouver ses accusations,
Sinon elle doit être sanctionnée et même jugée.
Le ministère ne doit pas laisser cette affaire passer sous silence.
Aucune dignité
Comment on accepte dans le corps des magistrats cette personne sans dignité, aucune
Abidi
Mutation
a posté le 04-04-2024 à 19:37
Si ce qu'elle avance est vrai et que cette mutation est dûe à une affaire de corruption qu'elle a soulevé,le président devrait impérativement intervenir mais si c'est une mutation disciplinaire ou ordinaire cela ne doit même pas faire un simple sujet dans la presse
Nephentes
L injustice appelle d autres injustices
a posté le 04-04-2024 à 18:14
Il y a ainsi un cumul phénoménal de haine et de ressentiment partout dans le pays
Ben Mansour
Aucune rigidité psychologique
a posté le 04-04-2024 à 18:07
A ce point et à cet âge, il y a encore des agents publics sensibles à une mutation pour pleurer en public ?
Est-ce qu'il serait facile d'assurer une fonction quelconque après une réaction similaire ?
Est-ce qu'on peut prendre des décisions après cette situation ?
Est-ce qu'on ne peut pas freindre nos émotions et nos sentiments ?
Anwar
Quelle patriotisme
a posté le 04-04-2024 à 13:59
Je suggère que cette dame soit mutée à Beverly Hills, pauvre tunisie.
khadhraoui Khadhraoui
justice sans dignité
a posté le 04-04-2024 à 10:17
une mutation au kef c'est un voyage en enfer, cette juge n'a aucune dignité et ne mérite pas cette fonction.
JOHN WAYNE
LE SAFSARI DE L'INFINI ET LE HIJAB DU NEANT
a posté le 04-04-2024 à 07:12
Il y eut un temps ou la Tunisie était gérée d'une poigne de fer par un homme petit de taille mais dont le regard bleu scintillait d'intelligence. Cet homme nommé Habib Bourguiba avait compris très tôt que non seulement le point faible des Tunisiens residait en leur religion, mais que leur plus grand point faible était eux-mêmes. Bourguiba n'y allait pas de main morte lorsqu'il s'agissait de mater un peuple qui une décennie auparavant se nourrissait de superstition et de Marabouts, quand il ne tendait pas le pot de chambre au résident général.
Mon expérience au sein de l'armée Tunisienne m'a rapidement fait comprendre que Bourguiba était un patriote qui avait compris qu'au sein du peuple Tunisien subsistait une fascination pour la religion et la métaphysique, mais aussi pour le colon Français en général.
Me voici donc enrôlé dans l'armée Tunisienne au début des années 1960. A cette époque je travaillais aux côtés d'un sergent en chef si brun de peau qu'il ressemblait à un Indien des tribus Sioux, surtout que ses yeux étaient bridés et que sur son front subsistaient des cicatrices de saignée comme on le pratiquait encore dans les villes du Sud ou subsistait ignorance et sous-développement profond. S'ajoutait a cela quelques molaires en or, séquelles de multiples caries dentaires passées sous silence, misère de gourbi oblige.
L'homme en question que l'on appelait « Mon Sergent » était plutôt cruel et traitait les jeunes recrues comme l'on traite une bête. Sa méthode favorite consistait à faire courir le grand lot de paresseux et de grands dadets fraichement recruté, chaussés de bottes en cuir dans lesquelles il y avait placé de petits cailloux afin de leur infliger la douleur nécessaire à les soulager de leur paresse ou de leur couardise. Beaucoup de jeunes recrues étaient des cancres originaires de villes de l'intérieur et parlaient l'Arabe avec un accent bédouin tenace.
Un jour, on amena a ce supérieur une jeune recrue. Le jeune homme en question avait à peine la vingtaine et se présenta accompagné de sa Mère, une femme corpulente, petite de taille et vêtue d'un safsari en pleine chaleur d'été . Le jeune homme avait visiblement beaucoup de mal à se détacher de sa Mémère. Celle-ci voyant ses larmes de crocodiles et son front suintant de sueur, lui infligea une correction verbale spectaculaire, le traitant de lâche et lui rappelant que servir son pays était un honneur n'ayant pas son égal.
Les souvenirs de cette époque me font encore sourire ou plutôt rêver en ce morne mois de Ramadan ou chaque soir, je sirote comme à l'accoutumé un verre de Whisky de couleur rouille, cadeau de mon fils qui est haut cadre à Londres ; et cela en admirant les photos de Bourguiba et de Ben Ali posées sur mon bureau de style colonial.
Il y avait quelque chose de digne et de puissant chez la femme en safsari de la péri-indépendance. Elle évoquait a la fois résignation et courage face a une puissance coloniale profondément raciste ayant exploité un peuple et un pays pendant près d'un siècle. La femme en safsari était moderne et forte même si elle était souvent dépourvue d'éducation. La femme en safsari était l'indépendance et la dignité même.
La femme en hijab est une femme aux aspirations qui démolissent et ternissent celles de la femme en safsari des années du protectorat.
Celle qui organisait des réunions nationalistes clandestines la nuit ; celle qui rêvait d'indépendance et qui cachait une petite photo en noir en blanc de Bourguiba dans son sein. Celle qui a sans broncher donné la vie a des douzaines d'enfants sans compter ceux n'ayant pas survécu a ses fausses-couches. Celle dont les seins flasques tombaient dans la Hammam parce qu'elle a allaité sans ne jamais compter.
Le hijab est l'antithèse lamentable de l'histoire du Nationalisme Tunisien et de la Tunisie indépendante. Il symbolise la soumission a des pays de l'Islam orthodoxe n'ayant ni passé nationaliste ni histoire tout court et qui se limitent a des bases militaires américaines dissimulées au milieu de centres commerciaux ou rodent citoyens privilégiés servis par des esclaves Indiens, Pakistanais, ou Philippins.
La religion et le syndrome du roumi sont deux maux qui seront toujours transmis de génération en génération au sein de la population Tunisienne selon un mode de Mendel dominant même un siècle après l'indépendance.
L'avenir de la Tunisie réside en la création d'un régime et d'une société militaire qui luttera activement contre ces deux tares menaçant son existence même.

JOHN WAYNE






Vladimir Guez
Pathetique
a posté le 04-04-2024 à 06:12
cette absence de dignité généralisée dans ce pays.
Ca pleure, ça mendie , ça quémande , ça implore pour un oui pour un non sans fierté ni dignité .
Zico
Quelle naiveté
a posté le 03-04-2024 à 23:02
Pauvre Juge, elle a vraiment cru que KS est la pour combattre la corruption. Ils sont tellement naifs ces tunisiens. KS est la pour rester à vie et pour trouver un successeur qui lui garantira l'impunité.
KS joue au cinéma depuis ses premieres apparitions publiques. Ce type n'a aucune crédibilté, Il ne rate pas une occasion pour faire de la comédie. Son non verbale, ses gestes et ses paroles, tout ce qu'il fait est purement theatral. Pauvre Tunisie, victime de la médiocrité de son peuple.
Gg
Punition!
a posté le 03-04-2024 à 22:36
En effet, être mutée au Kef est une punition!
DHEJ
Point final!
a posté le 03-04-2024 à 21:20
.