alexametrics
A la Une

Hafedh Caïd Essebsi sur le point de perdre sa patente !

Hafedh Caïd Essebsi sur le point de perdre sa patente !

 

Le congrès électif tant attendu de Nidaa Tounes a finalement eu lieu. Après plusieurs mois de tergiversations et de conflits en tout genre, les résultats sont là et ils sont annonciateurs de la fin de l’ère Hafedh Caïd Essebsi. 

 

Finalement, le premier congrès électif de Nidaa Tounes a eu lieu. L’ouverture s’est tenue le samedi 6 avril 2019 dans la ville de Monastir, et le coup d’envoi a été donné par le président de la République, aussi le président fondateur de Nidaa, Béji Caïd Essebsi. Son discours prononcé à l’occasion pourrait se résumer en deux annonces clés : le fait qu’il ne veut pas se présenter à la présidentielle et sa demande de lever le gel d’adhésion du chef du gouvernement Youssef Chahed. Ces deux mesures semblent avoir donné le La de la démarche à suivre. La nécessité de réunir les forces nationales et toutes les divisions de Nidaa Tounes pour les prochaines élections, chose qui ne peut être possible sans l’élimination du principal obstacle, à savoir Hafedh Caïd Essebsi.

 

Une tâche qui n’est pas pour le moins facile. C’est dire que Caïd Essebsi Junior, se croit tout permis et de par sa qualité de fils du président de la République, il semble évident pour lui qu’il soit le patron incontournable et l’héritier légitime de l’empire construit par son père. Le directeur exécutif autoproclamé de Nidaa a fait toutes les manœuvres possibles et imaginables pour mettre tous les atouts du succès de son côté, en commençant par la mise à l’écart du clan « des retrouvailles » à l’élimination de la commission de préparation du congrès présidée par Ridha Charfeddine.

Ainsi, il est évident pour lui que toutes les embûches sont écartées et que la voie lui est libre pour décrocher la direction du parti d’une manière démocratique et légitime. Mais les congressistes en ont décidé autrement, et Caïd Essebsi Junior n’aurait jamais imaginé obtenir de tels résultats. Les urnes ont dit leur mot, et le fils et son clan protégé ne sont finalement que minoritaires. C’est là que les cris au scandale ont commencé à fuser de toutes parts. Des contestations, des protestations, et des menaces d’intenter des recours près du Tribunal administratif ont été les principales réactions à la suite de la proclamation des résultats. Cela dit, l’écart est tellement visible, que le comité politique a été formé, obéissant au nouvel équilibre des forces incontestablement au défaveur de Hafedh Caïd Essebsi.

 

Décidément, c’est le clan Salma Elloumi, Sofiène Toubel et Ons Hattab qui a pris le dessus et se trouve désormais en position de force dans cette nouvelle répartition au sein de Nidaa Tounes. D’ailleurs, la députée Nidaa Tounes et membre fraîchement élue du bureau politique, Ons Hattab a annoncé, aujourd’hui, que Hafedh Caïd Essebsi est actuellement un simple membre du bureau politique du parti. Selon elle, la tendance générale indique qu’il n’occupera aucun poste clé au sein de Nidaa Tounes et ne fera pas partie de la direction du premier rang. « C’est un fait, et ces résultats reflètent le nouvel équilibre des forces. Plusieurs membres ont décidé de quitter le navire, mais nous, nous avons préféré lutter de l’intérieur afin de réformer. Maintenant, on peut aller de l’avant dans l’optique du rassemblement et de l’union, puisque le principal obstacle qui se posait devant tout le monde a été évincé », indique-t-elle.

 

Cela dit, les choses ne sont pas aussi simples, puisque pas plus tard que cet après-midi, le chef du bloc parlementaire de Nidaa Tounes, Sofiène Toubel indique qu’il a appris qu’une cinquantaine de « clochards », selon ses dires, n’appartenant pas au parti, ont voulu s'attaquer à sa personne. Ces individus s'étaient attroupés devant le siège de Nidaa. Cependant, lorsqu’il a été interrogé sur la partie qui se cache derrière cette agression, il a répondu : « Je ne peux accuser personne sans fondement. Mais, il est clair que la partie qui a obtenu des résultats défavorables lors du congrès serait derrière tout ce qui s’est passé ».

Quant au dirigeant Néji Jalloul, coup de théâtre ! Alors qu’il était pressenti pour occuper un des postes clés à la tête de la direction de Nidaa, il annonce son retrait du nouveau bureau politique du parti, à travers un simple statut Facebook. « A cause de la multiplication des recours et dans le but de sauvegarder l'unité du parti, j'ai décidé de me retirer du nouveau bureau politique », a-t- il noté.

 

Visiblement, les dés sont jetés et Hafedh Caïd Essebsi n’est plus à la première ligne de Nidaa Tounes. L’enjeu, cependant, est de savoir comment vont se passer les choses par la suite. En effet, ce congrès n’est pas une finalité en soi, mais le commencement d’une ère nouvelle à Nidaa Tounes. Cette nouvelle configuration sera-t-elle suffisante pour permettre le ralliement des forces progressistes pour les prochaines élections ? Les différents dissidents sont-ils prêts à renouer avec le Nidaa historique ? Il est indéniable que sans une union forte, il est difficile de prévoir un vainqueur face à la discipline du parti Ennahdha, mais pour cela, une abstraction des égos est nécessaire, et une réelle volonté de faire primer l’intérêt suprême de l’Etat est primordiale.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

CESARIOS
| 14-04-2019 13:40
le clan essebsi doit piger que les TUNISIENS et les TUNISIENNES ont boudé le nepotisme , le favoritisme aux familles qui s'attachent comme des charognards à leurs proies, ils ont vécu des années de souffrances , des débordements et des injustices criantes de la part des proches et des familles au temps du zaim BOURGUIBA et du président BEN ALI que tous les deux se sont trouvés dépassés par les événements et engloutis dans les magouilles et dans les odieux agissements et comprtements de leurs proches , qui ont tout détruit et tout saccagé à cause de leur immixtion dans les affaires de l'ETAT. .. Nida tounés de bajbouj a pris un mauvais départ de gouvernance, ses choix sont apparus improductifs et catastrophiques, on entend dire que bajbouj est le plus chevronné et le plus habile pour faire sortir notre chére TUNISIE DES MARASMES ET DES FLEAUX QU'ELLE EST EN TRAIN DE SUBIR DEPUIS BELLE LURETTE , MAIS MALHEUREUSEMENT LES RESULTATS SONT LA, TOUS SES CHOIX SONT APPARUS HORS SUJET, son égoisme et son obstination d'étre PRESIDENT et d'occuper le palais de carthage a faussé toutes les conditions nécessaires en vue de faire réussir notre transition démocratique et il nous a fait perdre des années pour son avancement. Actuellement , c'est le retour à la case du départ , et les élections de la fin de 2019 seront d'une importance vitale, une toute nouvelle équipe de gouvernance composée de dirigeants politiques intégres, transparents , d'une compétence reconnue surtout dans les domaines économiques, financiers, sociaux, et disposés à étre au service des intérets des TUNISIENS et desTUNISIENNES sans aucune distinction partisane ou familliale... Notre nation a tous les moyens, toutes les conditions et tous les avantages pour garantir à ses actuelles et futures générations la prospérité et le bien étre, seulement il faut lutter acharnement et courageusement contre l'égoisme, la corruption, et le gain facile et illégal de haut en bas et instaurer une juste répartition de richesses et l'égalité des chances pour tous les TUNISIENS et les TUNISIENNES

TATA
| 11-04-2019 20:34
le clan Salma Elloumi, Sofiène Toubel et Ons Hattab sont les marionnettes de HCE! Ils sont un placeholder et rien d'autres.

C'est quoi cette mise en scène à la con?

EL OUAFFY Y
| 11-04-2019 17:34
Hadef Caid Essebsi un homme qui donne l'importance aux préoccupations du peuple c'est pour celle qu'il n'a pu être on accord avec certains partisans de NIDA et ça se voit a travers le nombre de des adhesion's qui ont quitté ce parti. .
Mouissi Abir et Hadef CAid Essebsi ont démontré leur sérieux envers le pays .

Hturki
| 11-04-2019 14:21
Vous êtes à côté de la plaque,hafedh kaid essebsi et les elloumi ont un lien de parenté,,la femme de Hafedh est une rekik tout comme le mari de selma

Pseudo-Intello
| 11-04-2019 14:09
Madame,
Alter-ego= l'autre moi meme
Ego= le Moi

Donc Ego tout seul rend parfaitement votre idee.
Meme si je sais que vous ne corrigez jamais.

Citoyen_H
| 11-04-2019 01:26
Il y a un temps à tout dans ce bas monde.
Tout est éphémère, "wa il ayyéme twila".
Koune rajel, et assume ce que le sort te réserve.

Supertramp
| 10-04-2019 20:59
"Les manoeuvres possibles et "imaginables" et non imaginaires"....

A lire aussi

Mais qu’en est-il réellement

25/08/2019 16:59
10

L'Assemblée constituante élue le 23 octobre 2011 avait décidé ainsi : dorénavant le régime de la

22/08/2019 20:59
2

Untel promet d’éradiquer la pauvreté en Tunisie, que plus personne n’aura faim, que tout un chacun

21/08/2019 20:59
11

Newsletter