alexametrics
mardi 05 juillet 2022
Heure de Tunis : 23:35
Chroniques
Finalement, qu’est-ce qu’on va faire avec la démocratie ?
Par Nizar Bahloul
25/04/2022 | 16:59
6 min
Finalement, qu’est-ce qu’on va faire avec la démocratie ?

 

Le rideau est tombé sur la présidentielle française, le président sortant Emmanuel Macron l’emporte haut la main. Finis les débats, les piques, les projets, les contre-projets, les échanges houleux et les discours surréalistes.

En quoi nous regarde la présidentielle française ? Première partenaire de la Tunisie, première importatrice de nos produits, des liens historiques, culturels et familiaux encore vivants, 800.000 Tunisiens résidant dans l’Hexagone (pas tous islamistes, loin s’en faut), la France est et restera la première amie de la Tunisie.

Imaginez comment seraient ces liens si jamais Marine Le Pen ou Éric Zemmour avaient été élus ? Imaginez les chantages au visa et au transfert de fonds qu’ils nous auraient imposés. Imaginez le volume de nos échanges qu’ils auraient revu à la baisse sous prétexte que la balance commerciale est en leur défaveur !

 

Nous avons aussi nos aveugles extrémistes qui voient en la France le pire ennemi de la Tunisie, sous prétexte d’avoir été la puissance colonisatrice. Paradoxalement, ils se disent arabes, oubliant dans la foulée que les Arabes, aussi, nous ont colonisés. Contrairement aux Français, ils nous ont imposé leur langue et leur religion. Alors que la France a laissé derrière elle des routes, des chemins de fer, un état civil et une voie civilisatrice, les Arabes ont laissé derrière eux des mosquées et de l’abêtissement généralisé. Pour des centaines de milliers de Tunisiens, voire des millions, c’est une évidence, ils se sentent mille fois plus proches d’un Marseillais ou d’un Niçois que d’un Saoudien ou d’un Qatari.

Zappons les extrêmes droites française et tunisienne, qui n’ont rien de bon à offrir et savourons le moment, l’élection d’Emmanuel Macron est incontestablement une bonne chose pour la Tunisie. « Quand la France éternue, la Tunisie s’enrhume ». Ce qui se passe en France nous regarde au plus haut degré bien plus que n’importe quel autre pays au monde.

Au-delà de ces réalités socio-politico-économiques, la présidentielle française nous a offert un spectacle qui n’est plus d’actualité en Tunisie, celui de la démocratie.

Nous avons eu droit à tout. De la débâcle de la gauche et de la droite françaises classiques, incapables d’atteindre les 5% aux extrêmes gauche et droite qui réunissent, à elles deux, plus de 50% des voix.

Chers amis Français, grand merci pour le spectacle démocratique que vous nous avez donné tout au long de ces derniers mois. C’était du pur plaisir. Certains nous ont déçu, d’autres nous ont émerveillé et d’autres encore nous ont laissé rêver. Grâce à vous, nous avons vécu la démocratie par procuration, comme c’était le cas, durant des décennies, avant la révolution de 2011.

 

Chez nous, on renoue avec la dictature. Des opposants politiques en prison, une presse aux ordres, une justice aux ordres, une armée aux ordres, une police (redevenue brutale) aux ordres et un président qui s’est accaparé tous les pouvoirs.

Après avoir limogé le chef du gouvernement, dissous le parlement, changé la composition du Conseil supérieur de la magistrature, pondu plein de décrets devenus, par sa simple signature, supérieurs aux lois et à la constitution, il a décidé la semaine dernière de changer la composition de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (Isie). Le prétexte est que cette Isie ne serait pas indépendante. Dans l’esprit du président de la République, une Isie dont les membres ont été élus par 217 députés n’est pas indépendante, alors que celle dont il nomme exclusivement les membres serait plus indépendante !

En un mot, et comme je l’ai indiqué la semaine dernière, Kaïs Saïed s’apprête à jouer un match avec ses propres règles et son propre arbitre devant un public assujetti au silence.

Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond à la tête du pouvoir, mais passons. A un certain moment, il faudrait s’interroger qu’est-ce qu’on va faire avec la démocratie ! Sommes-nous prêts pour cette démocratie ? Ne sommes-nous pas assez bêtes, assez serviles, assez incultes et n’avons-nous pas besoin d’un guide suprême pour nous diriger et nous montrer la voie ? Ne devrions-nous pas, pour notre salut, suivre comme des moutons, un chef intellectuellement supérieur ?

« Si on pense bien, pourquoi devrions-nous organiser des élections, s’est interrogé ironiquement le député d’Attayar Nabil Hajji.  Peut-on connaitre nos intérêts mieux que lui ? Il désigne tout le monde partout, qu’il désigne alors les membres du parlement et qu’on économise les urnes, les bulletins et les fonctionnaires ».

 

Continuons dans l’ironie avec cet excellent texte pondu voilà trente ans par Taoufik Jebali pour son inégalable et indémodable pièce de théâtre, Klem Ellil.

« Je vais le lui dire à la toute première occasion et advienne que pourra, épargnez-nous cette histoire d’élections. Elle est antipathique, elle n’est pas dans nos traditions. Mais c’est quoi cette histoire ? Nous sommes juste une douzaine. Même celui qui se fâche et qui se met en colère, il n’a nulle part où aller. A la toute première occasion, à l’Aïd, à un enterrement, à un mariage, le benjamin va aller embrasser l’aîné. C’est comme ça, depuis toujours. C’est pour ça, je vais le lui dire à la toute première occasion, épargnez-nous cette histoire d’élections. Mais qui t’a demandé de les organiser ? Qui t’a dit qu’il se fait tard pour les organiser ? Alors pourquoi tu les organises ? Nous sommes une seule famille, des Tunisiens, entre nous, musulmans, sunnites, arabes, il n’y a pas d’étrangers parmi nous. Alors pourquoi ces voitures qui klaxonnent, la télé allumée, et l’autre qui tacle, et l’autre qui jure et l’autre qui menace… Alors pourquoi tout ça ? Pourquoi nous nous dénudons devant n’importe qui ? Ils nous en veulent depuis toujours. Ils vont se dire : voilà les arabes, ils ne sont jamais d’accord, ils se querellent tout le temps. Ainsi, à la toute première occasion, je vais le lui dire ! Au nom de la Tunisie, de l’avenir de la Tunisie, du sort de la Tunisie, des oliveraies de Tunisie, des routes de la Tunisie, épargnez-nous ces élections ! Épargnez-nous les scandales !

Analysons l’histoire du seul prisme économique. Pourquoi ces dépenses faramineuses et ce gaspillage ? Pourquoi cette colle pour coller les affiches, ces urnes, ces cadenas, cette peinture… Il ne s’agit pas d’une seule urne, ce sont des milliers et des milliers d’urnes. Calculez ! Chaque urne exige un nombre de clous, de la peinture et un cadenas. Et puis il y a ce rideau noir ! Et ces écoles ! Qui va les ouvrir le dimanche ? Et toute cette poussière qu’on va devoir balayer ! Et les cafés noirs ? Nous avons plein de volontaires, il faut bien leur offrir un café ! Et pourquoi tout cela ? Pour qu’un Tunisien, musulman, sunnite glisse un bulletin dans une urne ?! Mais désigne-toi depuis le départ et fous nous la paix ! On s’attable dans un café et on nous annonce qu’on a désigné untel et l’histoire est finie ! Qui va dire non ? C’est indécent ! Votre apparence suffit ! Une fois ce sera toi, une fois ce sera moi et c’est tout. Je vais le lui dire à la toute première occasion ! Consacrons cet argent à un projet. Donnons-le à nos enfants. Construisons avec cet argent un hammam. Pourquoi pas ? Laissons le hammam de côté, c’est pour les bourgeois, il faut du savon etc, construisons une usine de pipes à eau (chicha). Les gens manquent de pipes et toi tu me parles d’élections ?  Je vais le lui dire à la toute première occasion, l’intérêt supérieur de la nation exige qu’on annule ces élections !

Ah, tu as peur des scandales à l’étranger ? Eh ben, c’est simple ! Laissons-leur la démocratie et supprime-nous les élections, elles coûtent cher à l’État ! ».

Une maxime pour finir, celle de Winston Churchill : « La démocratie est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres ».

 

 

 Cliquer ici pour voir l’extrait de la pièce de Taoufik Jebali

 

 

Par Nizar Bahloul
25/04/2022 | 16:59
6 min
Suivez-nous
Commentaires
SAINT AUGUSTIN
A EN PERDRE SON LATIN
a posté le 28-04-2022 à 15:11
Le fait de parler de colonisation arabe est discutable. La colonisation arabe s'il y a lieu de parler ainsi s'est conclue en 800 avec l'avènement de la dynastie aghlabide de souche berbère de facto indépendante de Bagdad. Quant aux traditions qui persistent ,ne serait ce pas là une donnée permanente des numides dénués d'écriture et qui se bornent à apprendre les langues, les us et coutumes des peuples qui les conquièrent , pour les conserver ? Ibn Khaldoun parlait rien qu'au XIV ème siècle de la langue latine africaine encore en usage en Tunisie, c'est à dire plus de 300 ans après le passage des Béni Hilel . Le seul peuple qui n'ait pas eu de prise sur nous fut celui des Vandales, peut être parce qu'en matière de barbarie il n'avait rien à nous apprendre. Quant à dire que les Français ne nous aient pas imposé leur langue, la langue de l'administration durant le protectorat n'était tout de même pas l'arabe, à ce que je sache.
Gg
Et la Tunisie...
a posté le 27-04-2022 à 12:13
Bonjour M Bahloul et amis commentateurs,
Puisque vous avez cité et commenté la France amicalement, ce dont je vous remercie, je me permets de rebondir sur la question du titre, 'qu'est-ce qu'on va faire avec la démocratie ?'
On peut se poser des questions sur le fonctionnement d'une démocratie. Certaines conditions sont évidentes, il faut les rappeler.

D'abord, la démocratie suppose que tous les partis, toutes les composantes politiques acceptent l'ALTERNANCE. On est élu, ou pas, pour une période limitée et connue d'avance, c'est comme ça, il faut l'accepter. Si on a 'perdu' l'élection, on essaiera de faire mieux la prochaine fois... En fait, on n'a jamais perdu, on a participé à la démocratie, on a évité qu'un éventuel mauvais choix soit éternel et on permet à la société d'évoluer.
Souvenez vous en 2012, lorsque l'ARP débattait de la nouvelle constitution, des orateurs à la tribune brandissaient le Coran en s'exclamant 'la constitution, la voilà!".
On peut se poser la question: le Coran fait-il mention de la démocratie? L'alternance est-elle inscrite dans le Coran? Je vous laisse répondre, mais si la réponse est non, le pays n'est pas prêt pour la démocratie.
Il faut rappeler que la démocratie est un fait culturel, elle a été inventée par les Grecs anciens, et ne peut donc pas satisfaire des peuples dont la culture n'est pas issue de la civilisation grecque antique. Pas automatiquement, en tous cas.

Un deuxième point à souligner est la difficulté du SUFFRAGE UNIVERSEL.
Tous les citoyens votent, sans distinction de sexe ou de niveau d'instruction.
Est-ce bien? Par exemple, je suis un citoyen ordinaire de la classe moyenne française, ai-je le niveau pour juger lucidement et objectivement de la compétence des candidats? Que sais-je de l'économie, de l'imbrication des économies de nos pays modernes qui nous impose de respecter des règles édictées par d'autres, mais que l'on doit accepter si l'on veut participer aux échanges mondiaux et en bénéficier ?
Personnellement, j'ai été très frappé par le rejet populaire de Mehdi Jooma, le seul premier ministre qui a su casser la spirale vers le bas, durant les six mois où il a été aux commandes.
On lui a reproché son haut niveau d'instruction, mais est-ce une tare que d'avoir le niveau pour appréhender la complexité du jeu socio-économique?
On lui a reproché d'être nahdaoui, et alors? C'était une information capitale, que celle de savoir si un ministre nahdaoui était capable de diriger, car les autres ont prouvé le contraire! Et la réponse est OUI, Jooma l'a prouvé, mais pas ceux qui s'en revendiquent actuellement. La séparation des pouvoirs, inhérente à la démocratie, est ici essentielle.
On lui a reproché sa carrière dans un très grand groupe international, mais y a t-il meilleure expérience?
Bref, les citoyens sont-ils, sommes nous capables de choisir les meilleurs, les plus capables de faire avancer nos pays? La réponse est peut-être non, et c'est peut -être pourquoi certains pays ont choisi, par exemple, la monarchie parlementaire, comme l'Espagne, la Grande Bretagne, le Maroc...
Le cas du Maroc est singulier, puisqu'il concilie la religion et la pérennité du pouvoir, et l'alternance, à travers un parlement renouvelable.

Au final, et pour rester court, on peut penser que la Tunisie n'a pas encore trouvé sa voie.
Peut-être un despote éclairé? Après tout, on l'aime, ou pas, mais Bourguiba n'a pas été un malheur pour la Tunisie!
Evitez le modèle iranien...




Abel Chater
au bluffeur @Gg
a posté le à 23:04
Quelle France tu représentes par ton baratin, celui des clochards de sous les ponts ou celui des Lévy?
Va dormir au lieu de vomir.
GZ
@Gg et MH.
a posté le 27-04-2022 à 12:01
Bonjour Messieurs.
Merci pour votre retour amical et touchant. Je pense que certains pro. du dénigrement le sont par pure malveillance. Certains lapent la gamelle et mordent la main secourable en guise de remerciement.
Bien à vous.
GZ.
Précision
a posté le à 12:47
Je tiens à préciser que je n'inclus pas @Nephentes dans la cohorte des calomnieurs malveillants. Ses écrits au sujet du pays sont pertinents, frappés du sceau du bon sens. On en apprend énormément. Au sujet des rapports Français/Maghrébins, je vais bien qu'il ne prenne l'arbre pour la forêt. C'est mon sentiment.
Je tenais à le dire.
GZ
Aux détracteurs
a posté le 26-04-2022 à 21:23
Merci pour cette piqûre de rappel.
La France est une démocratie, beau et grand pays, ouvert, accueillant, généreux et définitivement métissé. N'en déplaise à ses détracteurs en raison de sa laïcité, par dépit, haine, séparatisme, ignorance ou simple indécrottable bêtise.
La Marine a, une fois encore sombré. On ne versera pas une larme de crocodile. Notez cependant qu'à chaque fois l'écart se resserre. Il n'est pas exclu qu'à la troisième tentative elle crève le plafond de verre. Souvenons-nous de F. Mitterrand.
Serait-elle à l'Elysée, et alors !
Les institutions démocratiques de ce pays sont solides. Ses forces et capacités de résistance insoupçonnées. La Marine ne fera rien d'autre que long feu. Pschitt...aurait dit Chirac. Je suis de ceux qui ne sont pas inquiets.
Elle fera long feu.
Vichy ne fut qu'une parenthèse, triste certes, mais parenthèse dans la longue et prestigieuse histoire d'un pays qui s'est un temps fourvoyé mais a su se ressaisir et se reprendre en main.
Nous avons beaucoup à apprendre de ce pays proche et ami.
N'en déplaise aux détracteurs, pour certains tout de haine irrationnelle pétris.
Gg
@ GZ
a posté le à 10:08
Merci pour votre com amical :)
Au sujet du vote RN, un élu rural a écrit le billet dont le vous livre le lien (inchallah ca marche!) :

https://www.facebook.com/groups/351170698638862/permalink/1403132953442626/?app=fbl

C'est exactement cela. La carte du vote RN recouvre pile poil celle des déserts ruraux.
La balle est donc dans le camp de Macron, pour qui j'ai voté, en espérant qu'il va comprendre...
MH
Merci GZ
a posté le à 07:58
J'adhère à 100%. Il y a sur ce forum qu'ils ne sont pas si nets que cela, vulgaires, impolis, arrogants et surtout ignorants.
Abel Chater
L'école de Jebali et de "Klèm Ellil", dont nous avons besoin pour nous instruire!!!
a posté le 26-04-2022 à 18:48
Contrairement aux Arabes, la France a laissé derrière elle des routes et des chemins de fer. C'est parce qu'avant la colonisation française de la Tunisie, en 1881 et avant les autres colonisations des pays arabes du début du 19ème siècle, il y avait plein de voitures, de trains, d'avions, de satellites, de computers et d'Internet!!!
Nizar Bahloul, nous recommence les mêmes mensonges de ceux qui nous répètent encore, que c'est grâce au défunt dictateur déchu Bourguiba, qu'on a vu l'école en Tunisie. Personne ne parle des 1400 années de l'existence des écoles coraniques en Tunisie, lorsque les Français et tous les Européens gîtaient dans leurs grottes moyenâgeuses. Ni même que la langue française n'avait même pas d'école, hormis les cocoricos de l'homme de théâtre Molière ou du politicien Montesquieu. Ce ne fût qu'en 1936, que la loi Zay sur l'enseignement primaire, instaure une scolarité obligatoire jusqu'à 14 ans. En 1959, la loi Berthoin, fixe l'obligation scolaire jusqu'à 16 ans. Une obligation qui fut transmise à ses colonies en Tunisie et ailleurs.
Et ce mensonge, de Bourguiba qui devrait avoir débarrassé les Tunisiens de leurs poux, alors que le savon ne fut découvert pour la fabrication et pour la vente aux populations, même en France, qu'à partir de 1950. Le shampoing, presque une décennie après. La preuve, c'est qu'il n'y avait pas de salles de bains dans les maisons et dans les immeubles de France. Qu'allaient-ils faire de salles de bains, sans savon et sans shampoing.
Des mensonges mal synchronisés avec la réalité de la vie humaine, qui ne passent que chez les débiles qui regardent Jébali & Co., et qui les prennent pour leur école.
Allah yèhdinè wè yèhdikom.
Warrior
bien dit .........................
a posté le à 18:21
on oublie que ce sont les arabes qui ont apporté la feuille et kalame pour écrire, dans un pays illettré. et la science: Algèbre ( al jabr), la médecine ( Ibn Sinaa), la chimie ( Elixir, alambic) , l'astronomie ( almanon, deneb), l'astrolabe ( sorte d'ordinateur, GPS ) ....
la colonisation ? pour pomper les mines, exploiter le peuple, et déformer les noms pour se moquer : Kasserine, Sadok ou chadok ...
BI
Et devrions-nous continuer à exporter notre huile d'olive avec des prix spot ?
a posté le 26-04-2022 à 18:15
Nouvelle poussée de l'inflation alimentaire ?
Le principal exportateur d'huiles comestibles réduit considérablement ses exportations. Une nouvelle explosion des prix alimentaires est à prévoir.
Selon les estimations du Département américain de l'agriculture (USDA), un total de 77 millions de tonnes d'huile de palme seront produites cette année. Jusqu'à présent, l'Indonésie a fourni 60 % de la demande mondiale. La Malaisie est numéro deux avec une part de marché de 25 %.
Il y a quelques jours, le président indonésien Joko Widodo a annoncé dans une allocution vidéo qu'il était nécessaire de disposer de suffisamment d'huile de cuisson à un prix abordable dans son pays et pour ses citoyens. L'annonce semblait anodine, mais elle signifiait une interdiction totale d'exportation de l'huile alimentaire par le pays.

En conséquence, les consommateurs du monde entier doivent se préparer à une nouvelle hausse des prix de l'huile de cuisson. En effet, l'arrêt des exportations tombe au mauvais moment : des pénuries d'offre déterminent le paysage mondial : l'huile de soja est déjà rare en raison d'une sécheresse en Amérique du Sud, l'huile de tournesol en raison de la guerre en Ukraine, et l'huile de colza en raison de mauvaises récoltes au Canada. Cela a fait grimper massivement les prix des huiles alimentaires au cours des derniers mois.

Plusieurs pays ont vivement critiqué l'arrêt des exportations prévu par l'Indonésie.
critiqué la situation. ...
DIEHK
Q'qu'est-ce qu'on va faire avec la démocratie ?
a posté le 26-04-2022 à 12:27
Si NB :Q'qu'est-ce qu'on va faire avec la démocratie ?
J'ai la solution rapide, simple pour éradiquer l'Islamisme Nakbaoui :
Le retour à la Dictature Pire et Dure.
C'est simple et radical et le peuple criera de nouveau :
Khobz wa Maa et Ghannouchi laa !
Isn't ?
retraité
Monsieur Bahloul
a posté le 26-04-2022 à 09:25
vous avez oublié l'histoire de notre pays il n' y a pas que les arabes qui ont occupé notre beau pays et qui ont crée une civilisation islamique dont Kairouan la capitale qui a rayonné sur tout l'Afrique du nord avant les arabes les phéniciens les romains et après vous avez les turcs ottomans qui ont régné pendant plus de trois siècles qui ont ruiné le pays et sa population jusqu'à l'occupation française en 1881 mais après la révolution bénie et la prise du pouvoir par les islamistes et leur démocratie ont encouragé les turcs nouveaux ottomans et les qataris à exploiter le pays sans discernement quant à la démocratie française vielle depuis la révolution française de 1781 mais vous ne parlez pas de la démocratie anglaise après Cromwell et la démocratie américaine inchangée depuis l'indépendance américaine de l'occupation britannique en 1780 ce qui est certain la démocratie non bien organisée aura des répercussions néfastes sur la population et sa population comme la démocratie de ganouchi et ses alliés en 10 ans de pouvoir a appauvri le pays et sa population et une instabilité politique sans précédent on n'était heureux avec la démocratie contrôlée avec le visionnaire Bourguiba qui a construit un pays jaloux de son indépendance chèrement acquise par le sang de ses martyrs , moderne axé sur l'éducation la santé et le developpement économique et social je préfère que celle des islamistes qui a reculé le pays et sa population 30 ans en arrière et le retour des interventions étrangères dans le pays avec l'envahissement des migrants réguliers et clandestins subsahariens et autres qui prennent notre pays comme base de départ vers leur émigration clandestine vers les cotes italiennes et qui ont suivi par une partie de notre jeunesse fuyant la misère de leur pays et cherchant l'eldorado européen quant à votre guerre contre le président de la république élu démocratiquement au suffrage universel on le critique c'est notre droit absolu s'il échoue dans son initiative du 25 juillet 2021 il ne sera pas réélu en 2024 car les électeurs tunisiens n'acceptent pas les échecs des responsables qui les ont élus comme les présidents français Giscard D'Estaing , Zarkozy et Hollande qui ont fait seulement un mandat .
Zend
Rien compris
a posté le 26-04-2022 à 07:14
Vous n'avez rien compris . KS ne veut tout changer pour rester au pouvoir . Il peut rester au pouvoir s'il veut s'autoproclamer president a vie.
Non.. il veut accomplir un rêve de jeunesse.
Un rêve d'etudiant de droit et attaché à la fac .
Comment rédiger une constitution qu'il a rêvé et la mettre en pratique .
Comment laisser une constitution qui ne pourra jamais être refaite de son vivant et après.
Comment trouver un successeur à sa taille qui le remplacera après sa mort .
Croyez moi .. KS quittera le pouvoir soit par la grâce de dieux soit par les militaires..
Voilà pourquoi il veut une nouvelle constitution et des pseudo élections..
Welles
Les mosquées'?'
a posté le 26-04-2022 à 00:05
Savez-vous monsieur Bahloul comment les arabes ont construit les mosquées ? Regardez bien, par exemple celle de Kairouan ; c'est simple c'est en pillant les ruines romaines ; tous les pillera proviennent d'un vol caractérisé des constructions romaines.
A4
Bonne question !
a posté le 25-04-2022 à 23:15
Pourquoi organiser des élections quand les électeurs vendent leurs voix pour un paquet de chocotom ?
Le chocotom du 23 Octobre 2011 était bel et bien empoisonné. Et, hélas, il n'y a pas de vaccin contre ce poison, comme il n'y a pas de vaccin cotre la stupidité !!!
Lenet
Mr Bahloul
a posté le 25-04-2022 à 22:30
Vous n'avez jamais vécu en France ni vous ni vous amis journalistes de BN..
Vous ne connaissez rien ,absolument rien de la France ni des français...
La France n'a pas d'amis, elle a uniquement des intérêts...
GZ
Quel intérêt ?
a posté le à 20:40
Et notre intérêt à nous Tunisiens est incontestablement du côté de La France. Il suffit de regarder les chiffres. M. Bahloul le rappelle clairement.
Dans tous les cas, il n'est pas à chercher du côté de la Turquie
" nos frères en islam" qui, par la complicité des frérots a démantelé des pans entiers de l'économie du pays, gère bien de nos aéroports et, cerise sur le gâteau, nous méprise royalement. Les autres "frères en islam" qui n'ont pour nous que dédain, arrogance et répulsion sont les boursouflés de pétrodollars pour qui nous ne sommes pas mieux qu'une catin.
La France mérite bien qu'on lui baise les pieds... Ne vous méprenez pas, ce n'est qu'une métaphore.
Welles
Lenet menteur
a posté le à 09:17
Quel crétin et quel menteur tu fais
Lenet
@WELLES LA BALTRINGUE
a posté le à 20:08
Oui bouffon, la France n'a jamais eu d'amis, elle a uniquement des intérêts tocards...un bledoss comme toi ne peux pas le comprendre..
Nephentes
Finalement, qu'est-ce qu'on va faire avec nous memes
a posté le 25-04-2022 à 22:10
Une communauté - ou supposée telle - sans mémoire sans identité est fondamentalement un peuple sans dignité; le cas tunisien est a cet égard un exemple remarquable.

Le fait qu'une partie de la population tunisienne - en partie celle originaire des régions de l'intérieur - n'ait jamais depuis presque 2000 ans contribué a la création de valeur ( matérielle, politique, socio-culturelle ) au sein de ce pays est peut être l'un des facteurs explicatifs de l'incapacité de notre "société " a envisager l'avenir; et a effectuer des choix conscients et responsables.

La même frange de la population tunisienne est incapable d'exercer l'acte démocratique parce qu'elle est incapable de se construire un lien authentique et cohérent avec l'histoire et le patrimoine de ce pays; et a partir de la, être en capacité d'exercer une citoyenneté responsable.

Ainsi que je le répète de manière obsessionnelle l'exercice de la responsabilité est affaire de maturité personnelle et d'intégrité.

Avec la présidence tragico-comique de Mr Saed nous sommes face a nous mêmes : une poussière de résidus: l'essentiel, c'est a dire la vitalité et l'avenir de la Nation tunisienne, a été sacrifie sur l'autel du délire ploutocrate, mélange répugnant d'insignifiance d'arrogance et d'ignorance
Ettounsi
allanihafedh123@gmail.com
a posté le 25-04-2022 à 20:59
Il n'ya de politique en Tunisie...il ya de pseudo politiciens sponsorisés par des lobbys pour exécuter leurs dictats et passer des lois sur mesure et placer leurs hommes de main dans les postes clés de l'administration et ainsi ils ont miné l'économie nationale au profit des Turcs qui attendent de voir notre économie s'écrouler et viennent s'installer confortablement dans notre pays en tant que des sauveurs et ainsi on leur doit aussi reconnaissance
Drôle de scénario : l'empire Ottoman revient
VIAN
GALAPAGOS
a posté le 25-04-2022 à 19:40
Il me semble qu'il manque un maillon à la chaine: la colonisation turque. Les historiens et les académiciens, par tradition conservatrice, évitent de qualifier cette période de colonisation pour la simple raison que certains d'entre eux en particulier les islamistes, considèrent encore que l'empire ottoman était une résurrection du"khilifa islamique". Il faut rappeler que les occupants étaient des corsaires, des renégats, des esclaves , des captifs, des hors la loi, des mercenaires, des lépreux, des borgnes, des boiteux ... de toutes les races et religions et de tous les contrées qui battaient pavillon sous le drapeau de la sublime porte. L'unique but était le butin en contre partie d'un tribut. Les dynasties qui se sont succédé ont légué la corruption, le fénéantise et un Etat considéré comme une machine à oppression du peuple écrasé par les différents impôts. Cette image continue à survivre presque "génétiquement" dans les mentalités actuelles. La colonisation arabo-musulmanes des cerveaux , pire qu'une colonisation territoriale est un handicap insurmontable et irréversible pour accéder à la démocratie qui est avant tout un entendement rationnel qui qui n'a rien avoir avec le niveau intellectuel.
Transposer sur ces sociétés des paradigmes en se référant à Churchill ou comme le fait un auteur sur ce site en invoquant Max Weber, Habermas ou Rousseau est une hérésie. C'est une société qui vit à la marge de l'histoire. Ce qui convient c'est une lecture à travers le prisme de l'histoire des sciences naturelles et l'évolution de l'homme. La démocratie devient alors un paradigme darwinien.
zozo Zohra
Monsieur Bahloul
a posté le 25-04-2022 à 18:51
Il y aura toujours des pays meilleurs qui nous seront montrés en exemple, mais si l'herbe a toujours l'air plus verte chez le voisin, il faut commencer par arroser la sienne !
Osons croire démocratie et travailler, dans le pouvoir des individus, des citoyens, osons rêver et affirmer : nous méritons un meilleur système, nous avons le pouvoir de travailler pour cela et de nous battre pour une démocratie qui satisfasse nos besoins. Avec de la volonté, le vouloir, l'honnêteté, la citoyenneté, à commencer par l'environnement déjà ha ha
Inchallah Inchallah Inchallah Inchallah
Mozart
Ce que veut dire Churchill n'est bon ni pour Saied, ni pour les majorités parlementaires tunisiennes
a posté le 25-04-2022 à 18:44
En fait, la formule de Winston Churchill est prononcée dans un contexte particulier.

En chef de l'opposition conservatrice (comme De Gaulle, il a été évincé du pouvoir après avoir gagné la guerre), il critique l'exercice de la démocratie par la majorité travailliste du gouvernement Attlee.

Son célèbre aphorisme est d'ailleurs une contraction de son affirmation complète selon laquelle la démocratie est "la pire forme de gouvernement à l'exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps".

En disant cela, il entend appuyer sa critique des travaillistes auxquels il reproche précisément de croire que parce qu'ils ont été élus, ils pourraient se permettre tout, en particulier de ne pas respecter les droits du Parlement, ni la souveraineté du peuple en voulant faire voter des lois allant contre ce qu'il appelle le caractère du peuple.

Transposer sa formulation à nos jours en Tunisie revient à le positionner aussi bien contre Saied, qui ne comprend pas qu'il ne peut passer outre un certain nombre de libertés acquises par les Tunisiens qui y forgent un caractère distinct des réflexes dictatoriaux, mais aussi contre tous les parlementaires qui, ces dernières années, ont manifesté un irrespect total du Parlement, comme s'il s'agissait de leur propriété.

Mais cette transposition a des limites. La dite classe dirigeante en Tunisie est trop éloignée de l'idée démocratique pour lui appliquer des conceptions de pays où la tradition démocratique est ancrée, comme en Angleterre où les partis travailliste et conservateur sont considérés incarner des missions de service public.

Bref, la Chine est encore loin, comme dit le titre d'un film algérien pour signifier que si l'on recommande d'aller quêter le Savoir jusqu'en Chine, ça reste encore loin et même très loin...
zozo Zohra
Monsieur Bahloul
a posté le 25-04-2022 à 18:26
Entre le citoyen français responsable et le citoyen tunisien irresponsable, on a beaucoup beaucoup de la marge pour comprendre la citoyenneté et le vrai sens de la démocratie.
La démocratie ça se mérite.

Nous tunisiens, serait-il pas plus sage de mettre la barre un peu plus haut, à l'échelle des vertus et des vices humains ? De ne pas se contenter des bons, des brutes et des truands dont nous disposons dans scène politique. Il faut travailler dure pour préparer la citoyenneté indispensable pour la démocratie. N'est-ce pas.

amira
démocrature
a posté le 25-04-2022 à 18:24
Démocratie en France . Vous plaisantez ou vous êtes très naif. La France est dirigée par une oligarchie européiste anti nationale , des médias à la solde de milliardaires qui ont débilisé le peuple français devenu incapable de tout esprit critique.
Les vrais opposants et patriotes sont diabolisés et écartés du pouvoir
A propos , la première chose qu'a fait macron c'est de faire jouer l'hymne européen et non la Marseillaise. Tout un symbole.
Abir
@BN vos analyses sont justes mais ne sont pas complètes
a posté le 25-04-2022 à 18:10
Vous avez négligez ou ignorz ou peut être un oubli, une autre catastrophe et ampleur dans ce temps d'un type affamé du pouvoir et surtout incompétent! Ben, pourquoi vous avez oubliez l'affaire de *** kardaoui , le chouchou et le protégé de ks et qui a osé porter plainte contre une grande patriote et une watania par excellence@ABIR MOUSSI ! L'affaire est grave pour les Tunisiens et la Tunisie! Un *** porte plainte contre une patriote Tunisienne, vous trouve ça banale !?
Gg
Merci :)
a posté le 25-04-2022 à 18:08
Merci pour votre commentaire amical, et oui, "800.000 Tunisiens résidant dans l'Hexagone (pas tous islamistes, loin s'en faut)".
C'est ce que tous les français doivent comprendre.
J'ai vu la joie discrète de ma femme à l'annonce du résultat!
DHEJ
Non...
a posté le 25-04-2022 à 17:46
Mais tu as oublié les turques!
Nephentes
Le peuple francais n'est pas l'ami de la Tunisie
a posté le 25-04-2022 à 17:42
Cela vous le savez parfaitement Nizar Bahloul ; l'hostilité et le rejet des Maghrébins sont très profonds en France; Et cela dure depuis plus de trois décennies.
Gégé
L'amour de l'autre
a posté le à 19:50
Les mariages mixtes sont devenus courants. Vous vous méprenez sur le rapport des européens avec les tunisiens.
VRA
Le Putschiste nous l´a bien éclairé..
a posté le 25-04-2022 à 17:29
Klèhè El7imar !
Mon.
Comment
a posté le 25-04-2022 à 17:04
Je savais dès le début que les Tunisiens n'étaient pas prêts pour la démocratie qui leur est tombé sur la tête, Sissi l'avait dit aux '?gyptiens il y a 12 ans quand il avait balayé les islamistes qui comptaient instaurer une dictature religieuse, Si Bourguiba et Ben Ali avaient progressivement instauré une pratique démocratique à dose homéopathique, on serait maintenant prêts pour la poursuivre, hélas, l'amour du pouvoir l'a emporté et on est maintenant à 2 doigts de la dictature totale si K.S. ne se réveille pas et rectifie le tir.
BOUSS KHOUK
POUR LE MOMENT ! ON EN FERA RIEN DU TOUT
a posté le 25-04-2022 à 17:03
à part ETTRAHDINE , faut il encore et déjà comprendre le sens on en discutera une fois les citoyens voteront par leur libre choix ET SANS EN AVOIR BESOIN NI DE CHOCOTOM ET NI DE MAKROUNA !!!!!
Mansour Lahyani
Rien, je crois...
a posté le 25-04-2022 à 16:58
Je redoutais de devoir être le dernier d'un longue liste d'intervenants justement mus par cette interrogation de NB sur BN... Je constate que je uis le premier... et peut-être...le dernier ! L'avenir de la démocratie ne fait plus recette !!
Dark vador
Une anecdote sur la sois disant démocratie
a posté le 25-04-2022 à 16:45
Un nahadaoui fraîchement désigné ministre, fait changé les serrures des des directeurs de son département avec arrogance aucune communication presque si il ne sait pas pris pour le bon dieu, le même ministre prêtre une grosse berline de fonctionnaire à sa progéniture sans permis cause un accident grave et menace et intimide avec des nervis à sa solde le conducteur qui est la victime, j espère que vous ne regrettez pas la démocratie des frères musulmans
Lambda
Quelle mentalité
a posté le à 17:31
Quand tu as un pneu crevé, tu ne casses pas ta voiture, tu changes le pneu.
Sous prétexte que des islamisteux ont profité et saigné l'Etat, kais saied a cassé tout le processus démocratique et il est en train de casser l'?tat.
Continue monsieur dark vador à réfléchir comme un mouton, tu te réveilleras à l'abattoir