alexametrics
B.N.CHECK

Elyes Fakhfakh n'a pas été interdit de voyage

Temps de lecture : 2 min
Elyes Fakhfakh n'a pas été interdit de voyage

 

Plusieurs médias de la place, dont Mosaique Fm et Kapitalis, ont diffusé l'information selon laquelle l'ancien chef du gouvernement Elyes Fakhfakh aurait été interdit de voyage dans l'affaire de conflit d'interêts.

Selon ces médias, la décision a été émise ce mardi 27 octobre par le juge d'instruction du pôle judiciaire financier.

 

 

Contacté par BN Check, Mohsen Dali, substitut du procureur de la République et chef de l'unité de communication au Tribunal de première instance de Tunis, a catégoriquement démenti qu'une telle décision ait été prise.

 

Elyes Fakhfakh est, rappelons-le, soupçonné de conflit d'intérêts et de corruption en lien avec un marché public décroché auprès de l’Agence nationale de gestion des déchets (Anged) par un groupement d’entreprise dans lequel il est actionnaire.

Le 16 juillet, l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) a transmis au procureur de la République près du pôle financier un deuxième rapport étayé de nouveaux documents et preuves précisant qu’il s’agit de corruption financière et administrative et d’évasion fiscale en plus des soupçons de conflit d’intérêts.

L’Inlucc a, alors, demandé ainsi procureur d’émettre des décisions d’interdiction de voyager et de gel des avoirs de certains suspects « tenant compte de l’existence de fortes preuves quant à des violations de la loi et des dépassements qui peuvent être qualifiés de corruption ». Le rapport préliminaire du ministère de la Fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption concernant cette affaire a, lui, confirmé plusieurs irrégularités dans le processus d’obtention du marché. Selon ce rapport publié le 17 juillet, le dossier du groupement SOTEME/Valis/Serpol n’aurait pas dû être retenu car non conforme aux conditions de participation.

 
N.J.

Votre commentaire

Commentaires
Sebei
Commentaire
a posté le 30-10-2020 à 20:08
Il y a un cancer maligne de Fake News je pense qu il faut sanctionner les propagateurs de ces désinformations et surtout les manipulateurs de ces fausses annonces qui ont des intentions non saines et malhonnêtes la liberté doit être responsable et doit respecter la spécificité l intimité et les droits des autres l information doit être correcte et officielle pour respecter son publicateur

A lire aussi

Cette information a été catégoriquement démentie

26/11/2020 13:25
1

Une citoyenne autrichienne avait accusé Mahomet de pédophilie.

23/11/2020 10:33
1

Les internautes se font parfois prendre au piège

21/11/2020 17:55
3