alexametrics
A la Une

Elyes Fakhfakh – un gouvernement de la dernière chance

Temps de lecture : 6 min
Elyes Fakhfakh – un gouvernement de la dernière chance

 

C’est plié. Le président de la République a décidé. Ce sera à Elyes Fakhfakh de composer le nouveau gouvernement. Les défis qui attendent le chef du gouvernement désigné ne sont pas des moindres. Plusieurs étapes le séparent de son installation à la Kasbah et d’ici-là, il en verra des vertes et des pas mûres.

 

A la surprise des partis concernés par la désignation d’un candidat à la Primature, le chef de l’Etat, Kaïs Saïed a arrêté son choix sur Elyes Fakhfakh. Cadre d’Ettakatol, débouté par les urnes aux législatives et à la présidentielle, le voilà propulsé à la tête de l’un des pôles de l’exécutif.

Elyes Fakhfakh n’a été proposé que par Tahya Tounes, parti présidé par le chef du gouvernement sortant, Youssef Chahed. Cela a créé un certain malaise chez la classe politique qui a commencé à jaser, évoquant une complicité entre Saïed et Chahed qui aurait grandement joué en faveur de son poulain. Certains aussi, accusent Rached Ghannouchi de s’être allié avec Kaïs Saïed et Youssef Chahed contre son camp. Des Nahdhaouis s’attendaient à voir Mongi Marzouk à la Kasbah, sauf qu’ils constatent amèrement qu’ils ont été mis sur la touche. Ennahdha parti vainqueur des dernières législatives et dont la formation du gouvernement lui revenait, a perdu la main. Les récents revers essuyés par le mouvement islamiste ne feront que l’ébranler encore plus. Mais ceci est une autre affaire.

 

Le député de Tahya Tounes, Mustapha Ben Ahmed a tenté aujourd’hui de démentir cette théorie d’une alliance tripartite. « Il n’y a pas eu d’entente avec Ennahdha sur ce point et si les partis ont concocté cette nomination, le plat est réussi. J’ai même des échos qui contredisent cette rumeur et qui disent qu’Ennahdha a posé son véto sur le nom d’Elyes Fakhfakh ». Cela n’exclut pas le fait que des membres du conseil de la Choura soupçonnent leur chef de leur avoir fait faux bond.  

Sur un autre plan, Mustapha Ben Ahmed assure que l’adoption du gouvernement n’ira pas de soi : « Son gouvernement a de fortes chances de passer mais ce n’est pas acquis, deux grands partis peuvent s’entendre pour ne pas lui accorder la confiance. Il doit faire l’effort de présenter une équipe consensuelle ».

Et c’est là que se pose la question. Elyes Fakhfakh réussira-t-il son passage par la case concertations avec les partis ? Selon les sources de Business News, les consultations officielles démarreront ce jeudi. Dar Dhiafa revivra les va-et-vient des personnalités politiques et c’est à Elyes Fakhfakh de jongler avec les aspirations des camps disparates et antagonistes. Le processus qu’il entamera sera  celui de la dernière chance. Si son gouvernement ne passe pas, le Parlement risque d’être dissout et des élections anticipées seront organisées. Les actuels parlementaires et les partis représentés à l’ARP ont tout à y perdre, mais ils ne lésineront pas en efforts pour se positionner en réclamant, notamment des portefeuilles.  S’assurer le vote de confiance est une chose, toutefois pour y arriver, le chef du gouvernement désigné devra surmonter le défi de contenter tout le monde, ou presque, sans tomber dans les calculs partisans et sans céder au chantage des quotas.

 

Elyes Fakhfakh a exprimé, lors de sa désignation, la volonté de composer un gouvernement restreint qui « alliera la compétence et la volonté politique », tout en soulignant qu’il tâchera d’ouvrir la voie « à un large soutien politique, loin de toute exclusion ». Il assure aussi que son gouvernement travaillera en étroite collaboration avec la présidence de la République et refusera d’entrer dans les tiraillements politiques. Le candidat à la Primature exposera plus en détails sa démarche et son programme vendredi, où il prévoit de tenir une conférence de presse. Mais en se basant sur ses propos à chaud, il transparait qu’il chercherait à trouver un certain équilibre en alliant compétences et personnalités politiques. Il se met aussi, si l’on peut dire, sous la protection du président de la République qui aura son mot à dire et lui permettra d’être happé par les exigences des partis.  

 

Si Ennahdha n’est pas très loquace depuis sa désignation, hormis le fait que le mouvement ne s’oppose pas à sa candidature, il en est tout autre pour Qalb Tounes qui a exprimé clairement sa frustration. Commentant la nomination de Fakhfakh, le député Oussma Khelifi a parlé de schizophrénie politique et d’entourloupe : « Pourquoi organiser des élections, pourquoi suivre le code électoral et la constitution, si on se retrouve avec un candidat ‘hors-circuit’ ? »

Un autre député Qalb Tounes, Iyadh Elloumi évoque un arrangement entre Kaïs Saïed, Youssef Chahed et Ettakatol. « Des questions se posent, Kaïs Saïed pourrait envisager une coalition avec Ettakatol pour ce qu’on nomme le gouvernement du président ou alors il a un programme caché avec Ettakatol et peut-être Youssef Chahed et ce sont des plans qui sont élaborés dans des chambres obscures ».

Signé Nabil Karoui, un communiqué du parti se disait hier « peu satisfait » de la manière avec laquelle le chef de l’Etat Kaïs Saïed a choisi son candidat « étant donné qu’il ne s’est pas directement entretenu avec les partis vainqueurs aux élections et n’a pas tenu compte des choix proposés par les partis et rassemblant un plus large consensus ». Après avoir grandement contribué à la chute du gouvernement Habib Jamli, manœuvrer pour s’attribuer un positionnement plus solide sur l’échiquier politique, Qalb Tounes se retrouve au final floué. Il comptait sur la désignation de son candidat Fadhel Abdelkefi, également proposé par Ennahdha, et qui était l’un des favoris. Le chef de l’Etat en a décidé autrement.

 

Pour ce qui est de la Coalition Al Karama, la déception est grande. Seifeddine Makhlouf n’a eu de cesse depuis lundi, de fustiger le choix du président, qui selon lui n’a pas tenu compte des dynamismes de la scène politique. Son camarade Ridha Jaouadi, connu pour son extrémisme, a choisi de s’attaquer au chef du gouvernement désigné sur ses positions progressistes (égalité dans l’héritage, dépénalisation de l’homosexualité et de la consommation du cannabis, etc.). D’après le député, le prochain chef du gouvernement est un laïc « que Dieu nous en garde », sic. !

Du côté d’Attayar, rien à signaler. Le parti de Mohamed Abbou est ravi de cette désignation et estime qu’Elyes Fakhfakh est la bonne personne, au bon moment. Attayar ne l’avait pas proposé au président, d’ailleurs il n’a présenté aucun candidat, mais il l’a soutenu. Seul hic, les réserves de son allié au Parlement, avec lequel il forme le deuxième bloc parlementaire (41 sièges), le mouvement Echaâb. Une réunion est toutefois prévue pour « aligner les positions ».

 

A partir de demain, Elyes Fakhfakh entamera un marathon dont la première étape sera de se garantir une ceinture politique assez confortable, tout en évitant qu’il n’ait les pieds et les poings liés dans le choix des membres de son équipe. Sa vision, ses aspirations, son programme gouvernemental pourraient être sapés en se confrontant à la réalité du terrain. Cependant, il semblerait que le président de la République soit à l’affut.

 

Ikhlas Latif

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

rz
| 27-01-2020 18:24
Déjà il n'a plus l'euphorie des premiers jours tout comme nahdha qui pense déjà à la dissolution de L'ARP et sa suite. Et KS que pense de tout cela ?

double-rhum
| 23-01-2020 17:28
partant pour un marathon.. hop! hop! hop!
Where have all the soldiers gone ?!
when will they ever learn?!

DIEHK
| 23-01-2020 14:21
IL est 1 double National, mais il ne faisait pas partie de nos cercles parce que si DHEJ depuis la nuit des temps à Paris
le régionalisme existait avec les "Jerbien, Sahelins, Sfaxiens
et quelques autres répartis du Nord Ouest au centre de Tunisie".
Mais avec Fakhfakh tel qu'il m'a été décrit par 1 X mines que le Monsieur n'est pas fiable, magouilleur et il n'a jamais été Révolutionnaire ni en mai 68 à Paris et ni Merdolutionnaire en Tunisie,
Chahed qui finira en prison tôt au tard a monté cette usine à gaz à cause des faiblesses du Robocop autiste!
les alliances se forgeront pour le faire exploser et même Robocop sera viré par l'ARP.
Seul le temps nous dira si o
Et C 1 Nul de chez Nul et il sautera avant 6 mois où les grandes manoeuvres donneront le coup de grace pour revenir à 1 vrai dictature qui enverra tout ce joli monde qui en prison et ceux qui fuiront seront poursuivis à l'international!!
Seul le temps nous dira si on est dans le vrai!!l
On ne connait pas encore le haut gergré de nuisances de nous autres car nous sommes les vrais penseurs du futr de la Tunisie ruinée et en faillite et il faudrait bien qu'un jour on se prtera caution de cette future Tunisie car nous serons libres:
D'emprisoner
De spolier ceux qui ont volé la Tunisie surtout les islamistes
Et de juger quiconque aura 1 résponsabilté politique dans la déstruction de la Tunisie.
Nous mourrons TOUS 1 jour ou l'autre, mais la Tunisie restera éternelle jusqu'à la fin des temps "dans 4.5 milliards d'années scientifiquement que le soleil avalera la terre après tant d'autres astres"

DHEJ
| 23-01-2020 13:36
Mais c'est la PREMIERE ET GRANDE CHANCE...

Nous avons un Français hyperdiplomé qui a accepté d'immigré en Tunisie et diriger le Gouvernement pour quelques dinars!

DHEJ
| 23-01-2020 11:58
défaut d'un bon programme socio-économique, j'espère qu'il n'y aura pas recourt à la ceinture d'explosives... La Tunisie grogne!

DIEHK
| 22-01-2020 23:31
Tu passeras 6 mois à avaler les
Couleuvres islamistes
Les couleuvres autistes
Les couleuvres des tes ennemis politiques
Comme de tes amis politiques qui t'abandonneront en cours de route!!
La folie des grandeurs et les magouilles ne durent qu'un temps mais le Tunisien a 1 mémoire d'éléphants et punira quiconque qui a failli avec l'autiste en tête et vite les 3 millions d'incultes l'apprendront à leur dépend pour la simple raison qu'ils n'ont jamais eu 1 éducation politique, civique, sociale et humaine et pour cette raison que vous vivez cette chienlit qui durera encore et encore parce que votre avenir a été tracé par le sultan taieb ordogan et vous finirez comme 1 dégât collatéral par votre faute et votre inculture politique?
Où sont passés mes élèves des grandes écoles en Europe
qui étaient imbibés des valeurs de Mai 68...
C pour cette raison que j'ai cette haine envers ces incultes mal éduqués .


nazou de la chameliere
| 22-01-2020 21:55
le programme de KS est aux antipodes du poisson à l'arête !!
D'ailleurs il suffit de voir le dégout de KS quand il charge Fakhfakh de former son gouvernement !!
Et un Fakhfakh qui lui tient le bras ,pour le rassurer !! (hypocrite bien sur !!)
Une image qui vaut mille discours !!

A lire aussi

Les signaux envoyés par la présidence sont assez

25/02/2020 19:59
0

c’est vers l’Italie qui dénombre en ces derniers jours plus de 72 nouveau cas d’infection avec 5

24/02/2020 19:59
3

Des revenus boursiers en hausse, mais un marché qui ne suit pas avec des indices sectoriels en

23/02/2020 15:59
0

Un fonds de commerce qui peut s'avérer

21/02/2020 19:59
30

Newsletter