alexametrics
vendredi 27 novembre 2020
Heure de Tunis : 03:32
Dernières news
Des arrestations à Bizerte et Djerba de suspects dans la planification d'attentats terroristes
04/07/2015 | 23:07
1 min
Des arrestations à Bizerte et Djerba de suspects dans la planification d'attentats terroristes

Suite à des descentes effectuées aujourd'hui, les forces de l’ordre ont réussi à arrêter, dans la soirée du samedi 4 juillet 2015, 11 suspects à Bizerte et près d’une dizaine à Djerba. Les personnes arrêtées sont soupçonnées de planifier des attentats terroristes.

 

On rappellera que l’état d’urgence vient d’être décrété, plus tôt dans la journée, par la présidence de la République.

04/07/2015 | 23:07
1 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (24)

Commenter

Citoyen_H
| 05-07-2015 20:54

Que des vérités bruts de décoffrage.
Il est grand temps d'accepter la réalité des choses.
Salutations.

NMB
| 05-07-2015 20:33
La tunisienne qui vous parle a vu le système judiciaire de Ben Ali jeter son père en prison et l'y maintenir 8 ans en détention préventive' pour finalement prononcer un non-lieu dans son affaire. Affaire durant laquelle 7 personnes ont été emprisonnées à tort, plusieurs d'entre elles sont décédées en prison et où le véritable instigateur, ex-PDG RCD-iste, n'a été inquiété que très tardivement. Ce proche de Ben Ali n'a écopé que de quelques mois de prison et « miraculeusement », a également bénéficié d'un non-lieu alors qu'il était incriminé par le principal témoin et détenu. Non-lieu qui lui permettra plus tard de réclamer des dommages et intérêts à l'Etat !
Non seulement mon père, cet homme intègre et dédié, a été totalement détruit par huit longues années de torture (notamment à Borj Erroumi), privations et humiliations de toutes sortes, a vu sa brillante carrière brisée, ses droits bafoués, mais en plus notre famille a tout bonnement volé en éclat.
Un des 'formidables' juges affectées à l'affaire (il y eut en effet une succession de juges d'instruction, le premier étant un certain Tarek Bennour') a prodigué à ma mère ce conseil d'une logique implacable : puisque la loi tunisienne considérait le prévenu et sa famille comme coupables jusqu'à preuve du contraire, ça serait bien mieux pour elle et ses filles si elle pouvait émigrer, parce que son mari allait surement écoper de la perpétuité. Sans soutien financier, sans toit, sans aucune aide possible de l'Etat tunisien, nous sommes en effet devenues des immigrées quelques années plus tard.
Les visites en prison m'ont montré que nombreux étaient les cas similaires au nôtre et le non-respect des délais de détention « provisoire » comme règle absolue. La torture, les pots-de-vin versés aux directeurs de prison, les visites où les prisonniers sont encagés comme des poulets industriels font partie du quotidien de la famille du prévenu. Ce fut mon expérience à partir de l'âge de 13 ans.
C'est cela l'enfer du système Ben Ali cher Monsieur John Wayne, l'injustice, l'abandon des citoyens les plus faibles (femmes et enfants), un système judiciaire absolument corrompu, un système pénitentiaire absolument inhumain, un système social défaillant, des droits de l'homme inexistants, bref, le désespoir total et complet.
Je n'ai jamais senti que j'étais libre sous le régime de Ben Ali. Adolescente, les seuls sentiments que j'éprouvais étaient les suivants :
- La peur (de tout)
- L'incertitude
- L'injustice
- L'impuissance
- Le rejet
- La haine la plus profonde envers Ben Ali et sa foutue dictature
Ce régime pourri se manifestait également via le consulat tunisien auquel j'étais rattachée dans mon pays d'accueil, avec en lieu et place de fonctionnaires compétents travaillant au service des citoyens, nous avions droit aux pires humiliations aux mains d'une bande de flics et arrivistes illettrés dont les compétences en matière de demandes de renouvellement de passeport par exemple consistent à sous-peser le dossier présenté par le citoyen tunisien et à le lui jeter à la figure en lui gueulant dessus parce qu'il n'est pas assez lourd. « Barra imchi sawwer 4 marrat el warqa ehthi w 5 marrat hethika w zidni 4 tsawer okhrin w 3ammer hak el matleb» (ce qui en général n'est pas du tout mentionné dans la fiche des documents requis que nous récupérions à la réception). Tout cela sur un ton des plus méprisants et horripilants.
Alors oui, je le crie haut et fort : Tunisie de Ben Ali = Dictature
Hasbiya Allahou Wa ni3m Al Wakeel

rz
| 05-07-2015 17:56
Je suis totalement d'accord avec jhon wayne (1) et une preuve évidente de ce qu'il avance: ces zigotos de cpristes, français totalement inconnus jusqu'à l'élection de zouki à la tête de la présidence par nakba; ils se sont abattu sur l'administration de l'Etat tunisien comme une nuée de criquets pèlerins pour dévorer chacun sa part du "gateau" national puis ils se sont envolés vers leur pays adoptifs respectifs pour continuer nuisance à distance.
La partie (2) nous dévoile un peu plus sur la personnalité de J.W.mais ça c'est personnel.

momo
| 05-07-2015 17:16
une seule phrase vous qu'est ce que vous avez fait ou realisre pour votre pays pas grand chose a part blablablaen gros comme 50pur cent des tunisiens qui sont chez eux qui foutent rien (bande de feneant!!!!!!!) retrousse tes manches et va bosser et bon courage

Tunisien de l'étranger
| 05-07-2015 15:04
Chère Jhon Wayne, je suis la troisième génération en France. Mon grand père a émigré dans les années 20 en France. Il a comme tant d'autres participé à l'indépendance de la Tunisie en finançant la lutte. Il a héberge Mathilde 1ère femme de Bourguiba lorsqu'il était en prison. Son cas n'est pas isolé. Nous sommes insulaires des îles Kerkennah et nous savons bien ce que émigrer veut dire. En effet, il ne s'agit pas de lâcheté mais de survie. Car du courage nous en avons à revendre. Je vous invite donc à réviser votre jugement sur l'amalgame entre émigration et lâcheté.
Bien à vous chère John. Nessim

moi
| 05-07-2015 13:54
vous m'avez censuré sans même me lire...vous n'êtes pas obliger de partager mon opinion sur l'ancien regime et on la tous bien compris...mais censurer littéralement mon post c'est complètement disproportionné!c'est le mot ''homosexuel''qui vous derange je suppose..
welcome to North tunisia...

JOHN WAYNE
| 05-07-2015 12:05
Il y a chez les Tunisiens d'Europe quelque chose de lâche.
C'est cette manière de traiter d'emblée mes frères et s'urs travaillant pour l'état Tunisien de façon arrogante, malpolie, et souvent violente, alors que ce même comportement anti-civique ne se verrait jamais chez les mêmes personnes dans un pays d'Europe.
Les Tunisiens d'Europe sont des lâches en plus d'être des traitres.
Leur comportement pendant les années Ben Ali l'a prouvé maintes fois.
Quel Tunisien d'Europe n'a pas traité Ben Ali de de dictateur et Leila Trabelsi de « coiffeuse » sur son mur Facebook ?
Les mêmes Tunisiens d'Europe oseraient-t-ils débuter une campagne de diffamation contre Carla Sarkozy dont le corps nu en photo est vendu à travers le monde et peut même s'acquérir via l'internet et un paiement par carte de crédit ?
Les mêmes Tunisiens d'Europe oseraient-t-ils traiter le Président Français du moment de tous les noms ?
Les Tunisiens d'Europe traitent-t-ils systématiquement les employés de poste ou autres citoyens Français touchant de petits salaires comme ils traitent les citoyens Tunisiens de la couche sociale équivalente ?
La réponse est non.
Le comportement des Tunisiens d'Europe est un comportement de renégats et de lâches.
Renégat car quitter son payer est une solution de facilité et en lui-même un acte de trahison.
Demeurer en son pays et servir ses structures moyennant un petit salaire et une petite retraite n'est pas à la portée de tout le monde. Se sacrifier pour un pays natal qui est pauvre est en lui-même un acte de grand courage.
Prenez l'exemple de Saida Agrébi. Apres de longues études, la Dame en question aurait pu choisir de demeurer à l'étranger, d'acquérir une nationalité étrangère, et de se joindre à un de ces mouvements financés par le Mossad ou la CIA et qui prônent la démocratie dans le monde Arabe. Saida Agrébi a plutôt choisi la solution de défi et de dur labeur. Elle a intégré une institution de l'état Tunisien en laquelle elle s'est donné c'ur et âme afin de créer un meilleur destin pour des Tunisiennes aussi malchanceuses que démunies.
Les Tunisiens d'Europe prônent la démocratie en Tunisie tout en se comportant comme des despotes du tiers monde. Pour ces énergumènes, la Tunisie est un pays pauvre qui ne peut se passer de leur présence pour des raisons économiques. Alors pourquoi ne pas malmener tout le monde sur son passage en arrivant dans un pays qui est de toutes les façons une dictature ?
Sans compter que pour ces demi-Tunisiens, il faut attaquer Ben Ali et la Tunisie comme le suggèrent ces journaux Français qui en même temps et comme par hasard font constamment l'éloge d'Israël.

JOHN WAYNE
| 05-07-2015 12:04
Je suis un homme du peuple, un socialiste endurci, un nationaliste Arabe pur et dur, et un homme dont la laïcité frise le fanatisme.
Pour moi, plus un Tunisien est modeste et plus il doit être respecté surtout s'il sert ou a servi son pays.
Les Tunisiens et Tunisiennes qui ont servi l'état Tunisien pendant six décennies sont des héros. Moyennant petits salaires et petites retraites, ils sont servi leur pays avec professionnalisme et dévouement.
Prenez un haut cadre du Ministère de l'Intérieur Tunisien de l'époque de Bourguiba ou de Ben Ali et prenez un café avec l'homme en question. Vous serez surpris de rencontrer un homme habillé de façon simple mais respectant les normes de l'administration Tunisienne, mais aussi un homme qui sera doué d'un grand pragmatisme, d'une intelligence aigüe, et d'une culture générale a toute épreuve.
Les Tunisiens de l'Etat Tunisien qu'ils soient chaouch, flics, balayeurs, ou sergents dans l'armée sont des êtres respectables qui n'ont rien à envier ni à apprendre des Tunisiens d'Europe qui non seulement ont abandonné leur pays mais lui ont nui par des comportements qui dans d'autres pays dits civilisés, seraient passible de sanctions pour haute trahison.
J'éprouve un respect immense pour les prostituées Tunisiennes mais n'éprouve aucun respect pour les Tunisiens de l'étranger qui dès l'époque de Bourguiba avaient plongé dans l'opposition politique douteuse, le gangstérisme, et le trafic en tout genre.
Les prostituées Tunisiennes portent en elles un symbole puissant. Celui de femmes qui ont choisi une vie de débauche sans avoir peur de subir des châtiments corporels ou des sévices tels que régis par la chariaa.
Les Tunisiennes qui sont devenues putes sont mes s'urs, mes maitresses, et mes honorables concitoyennes. Par leur carrière dans le sexe et parce qu'elles sont dévoyées, elles ont prouvé au monde que la Tunisienne de Bourguiba et de Ben Ali était une femme libre, sans avoir besoin de quitter la Tunisie pour l'Europe.
***
Vivent les Putes Tunisiennes, à bas les Tunisiens d'Europe !

F.M. Alias JOHN WAYNE
Ancien Elève au Collège Sadiki.
Diplômé d'Histoire et de Sciences Politiques de l'Université Paris-Sorbonne.
Ancien Fonctionnaire aux Ministères des Affaires Etrangères et de l'Intérieur Tunisiens des gouvernements d'Habib Bourguiba et de Zine El Abidine Ben Ali.
Diplomate de carrière et spécialiste de la sécurité et du renseignement.

Sémir
| 05-07-2015 11:54
Bonne fête à nos frères algériens !

moi-meme
| 05-07-2015 11:53
10 prostituées Tunisiennes aussi belles que langoureuses par semaine !!!!

Mais vous avez battu DSK (Dominique Strauss-Kahn) !!!

J'espère que vous avez pensé à vous protéger ?

J'espère que vous aviez eu du temps aussi pour les côtés plus nobles du travail pour lequel vous étiez payé?

Avantages en nature ou remboursés?