alexametrics
Chroniques

Béji Caïd Essebsi, responsable de tout, redevable de rien

Béji Caïd Essebsi, responsable de tout, redevable de rien

Par Nizar Bahloul

 

Une victoire, une belle victoire. Dieu a fini par préserver Youssef Chahed de ses amis, mais il n’est pas sûr qu’il puisse maintenant s’occuper de ses ennemis. En dépit des apparences, la guerre qui l’oppose à Hafedh Caïd Essebsi n’est pas finie. Le seul capable de déclarer l’armistice s’appelle Béji Caïd Essebsi et ce dernier ne s’est pas encore décidé à lâcher son fils. Malgré l’humiliation de samedi dernier à l’assemblée, Hafedh n’a toujours pas abdiqué. C’est un habitué des humiliations et celle de samedi n’est qu’une humiliation supplémentaire parmi d’autres.

Le feuilleton dure depuis mai 2017 avec l’arrestation de Chafik Jarraya. Ce jour-là, Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif de Nidaa Tounes et fils du président de la République, a juré d'avoir la peau du chef du gouvernement. Un an et demi plus tard, l’enfant gâté n’a toujours pas eu gain de cause.

Depuis janvier 2018, c’est le père qui est entré sur le terrain pour soutenir le fils. On n’arrivait pas à y croire, on ne voulait pas y croire, on refusait d’y croire ! Mais il fallait se rendre à l’évidence, Béji Caïd Essebsi est bel et bien entré sur le terrain pour déstabiliser le chef du gouvernement qu’il a lui-même nommé. L’accord de Carthage 1 a eu raison de son premier poulain Habib Essid, il pensait que l’accord de Carthage 2 allait avoir raison du second. Pour faire plaisir à son fils (ou plutôt à sa famille), Béji Caïd Essebsi n’a pas douté un instant de sa suprématie sur l’échiquier. Eh oui, la règle d’Einstein stipulant que « C'est de la folie de penser qu'en faisant tout le temps la même chose vous pouvez obtenir des résultats différents » supporte quelques exceptions et Youssef Chahed en est une !

 

Carthage 2 ayant échoué, Béji Caïd Essebsi a mis son aura et sa stature de président de la République sur la balance en essayant de séduire le peuple à travers la chaîne TV la plus regardée du pays et en sommant son « poulain » d’aller renouveler sa confiance devant des députés. La ficelle était trop grosse pour passer, cependant, le peuple a vomi les affaires de familles.

Il a ensuite convoqué les députés de son parti, puis les chefs de partis ou de blocs avec qui il pourrait trouver un terrain d’entente, tels Mustapha Ben Ahmed, Mohsen Marzouk ou Rached Ghannouchi. Ils l’ont tous envoyé balader ! L’ère de Jacques Chirac avec son « j’ordonne, il exécute » est révolue !

Béji Caïd Essebsi ne s’est pas douté que ses députés ne sont pas tous des moutons. Que parmi ces députés figurent des personnes comme Moncef Sellami ou Zohra Driss, capables de dire non, capables de dire « merde ! » au président de la République et à son fils.

 

Ce qui s’est passé samedi dernier, ce n’était pas une bataille entre Hafedh Caïd Essebsi et Youssef Chahed, c’était une bataille entre le président de la République élu, mais aux pouvoirs limités et un chef du gouvernement nommé, mais aux pouvoirs réels.

Ce régime politique hérité de la Constituante de la troïka a un grand avantage : il permet de bloquer toute tentative d’hégémonie au pouvoir, que ce soit celui du président de la République ou du chef du gouvernement. Ce qui s’est passé samedi est une excellente victoire de la démocratie. Que le président de la République et son fils reçoivent une telle claque, c’est une excellente chose pour la survie de cette démocratie naissante en Tunisie. Un président ne peut pas faire ce qu’il veut et c’est tant mieux, car c’est dans notre intérêt !

Sauf que ce régime politique a également ses travers, car le pays se trouve bloqué depuis des mois à cause de cette guéguerre à la tête de l’Etat. Au lieu de nous occuper de la crise du médicament, du rapport de la Colibe, de l’inflation, de la chute du dinar ou du terrorisme, nous voilà en train de nous occuper des caprices de Hafedh Caïd Essebsi ! Que de temps perdu au détriment de l’intérêt du pays ! Sous une dictature, le président aurait classé les priorités, il aurait décidé et on aurait exécuté. Un président fait ce qu’il veut et c’est tant mieux, car c’est dans notre intérêt !

Dilemme ! Affreux dilemme !

 

Jusqu’à nouvel ordre, et au vu de l’expérience des pays développés, il ne saurait y avoir de dilemme, cependant. Winston Churchill nous dit que « La démocratie est le pire des systèmes, à l'exclusion de tous les autres ». Va donc pour la démocratie ! C’était notre décision formulée par notre constitution de 2014. Cette démocratie a ses exigences et ce qui s’est passé ces derniers mois a prouvé que Béji Caïd Essebsi ne les connait pas toutes. Disons plutôt qu’il n’est pas prêt à respecter toutes ses exigences.

Dans son discours de novembre 1947, là où il a prononcé cette célèbre phrase, Winston Churchill a dit : « Ce n'est pas le Parlement qui doit régner; c'est le peuple qui doit régner à travers le Parlement. [...] Beaucoup de formes de gouvernement ont été testées, et seront testées dans ce monde de péché et de malheur. Personne ne prétend que la démocratie est parfaite ou omnisciente. En effet, on a pu dire qu'elle était la pire forme de gouvernement à l'exception de toutes celles qui ont été essayées au fil du temps; mais il existe le sentiment, largement partagé dans notre pays, que le peuple doit être souverain, souverain de façon continue, et que l'opinion publique, exprimée par tous les moyens constitutionnels, devrait façonner, guider et contrôler les actions de ministres qui en sont les serviteurs et non les maîtres ».

Ce qui s’est passé ces derniers mois était une application réelle par les Tunisiens de cette exigence démocratique que Hafedh Caïd Essebsi ignore et que Béji Caïd Essebsi feint d’ignorer.

La claque de samedi dernier et leur déculottée humiliante (fortement humiliante) avec ce changement de consigne de vote à la dernière minute, leur servira-t-elle de leçon ? Le doute est permis, car Hafedh Caïd Essebsi collectionne les déculottées sans n’en retenir aucune ! Il n’a pas pu s’imposer aux législatives de 2014, il a causé l’implosion de son parti, il n’a pas pu convaincre de placer ses amis au pouvoir, il n’a pas protégé son ami-financier de la prison, il a perdu les législatives partielles en Allemagne et il a eu des résultats médiocres aux Municipales de 2018, mais il n’a toujours pas compris qu’il n’est pas fait pour la politique et qu’il doit quitter la scène. Il est juste le fils à papa, il n’est pas le fils de son père. Il a sûrement plusieurs autres atouts, mais pas la politique.

 

Je suis donc persuadé que la claque du samedi ne servira pas de leçon à Hafedh Caïd Essebsi. Il est trop imbu de sa personne et un peu trop trompé par son entourage de conseillers intéressés pour comprendre. Mais qu’en est-il de son père ? A un an de la fin de son mandat, il voit son honneur souillé à cause de son fils, il est humilié par ses ennemis et par ses amis, que lui faut-il de plus pour « abdiquer » et laisser cette expérience démocratique naissante poursuivre son chemin ?

Considérant Hafedh comme immature, c’est à Béji Caïd Essebsi de rendre des comptes aux Tunisiens sur toutes ces crises que nous vivons depuis des mois.

Il est l’instigateur de Carthage 1 qui a fait sauter Habib Essid, mais c’est bien lui qui avait nommé Habib Essid. Il est l’instigateur de Carthage 2 qui a failli faire sauter Youssef Chahed, mais c’est bien lui qui a nommé Youssef Chahed. Son parti Nidaa Tounes a implosé et les anti-islamistes se trouvent totalement dispersés et divisés, mais c’est bien lui qui est parti de Nidaa vers Carthage sans préparer sa succession.

C’est bien beau que l’opinion publique et le parlement désignent périodiquement un bouc-émissaire pour symboliser l’échec. Ce bouc-émissaire peut s’appeler Hafedh Caïd Essebsi, Habib Essid, Youssef Chahed, Ridha Belhaj, Mohsen Marzouk et Slim Azzabi, mais il faut bien se rendre à l’évidence à la fin et dire que le facteur commun et le premier responsable de tous ces échecs s’appelle Béji Caïd Essebsi !

La démocratie interdit que celui qui est responsable de tout ne soit redevable de rien !

 

Je figure parmi ceux qui ont soutenu et voté pour Béji Caïd Essebsi en 2014. Et si c’est à refaire, je referai la même chose. Nous sommes 1,7 million (55%) à avoir voté pour lui et nous n’avons pas  envie d’être déçus. 

Après l’humiliation du samedi, il lui reste encore seize mois pour retenir la leçon, rattraper toutes ses erreurs et marquer en lettres d’or son nom dans l’Histoire. Pour faire oublier son fils et préparer sa succession en s’abstenant de s’immiscer dans les affaires internes du parti et du gouvernement, comme l’impose la Constitution. Pour sauver son honneur, son nom, son patronyme et son image.

 « La patrie doit rester au dessus des partis ». Son filleul Youssef Chahed a bien fait de lui rappeler cette phrase samedi, car cette belle parole de Béji Caïd Essebsi est restée une parole théorique sans acte réel !

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (24)

Commenter

hce
| 01-08-2018 11:39
Par ennahdha en tant que président de la troika. C est dire ce qu est capable de faire BCE en arrière scène. Lui placé par ennahdha, mais qui a préféré en fin de compte marzouki. D'où sa vengeance électorale en 2014 (moyennant essentiellement les femmes), baad ettawafek mtaa Paris. J aime bien BCE dans son art de se foutre des gens. Son but c'était de passer par le chemin de Bourguiba, ne serai ce que pour la photo.

Forza
| 31-07-2018 18:02
On ne peut pas juger la politique de BCE seulement sur cet épisode. Dans toute '?uvre il faut voir l'ombre et la lumière et BCE peut encore entrer dans les livres de l'histoire comme celui qui a enraciné la démocratie en Tunisie s'il gère cette crise de Nidaa pour les intérêts du parti et du pays.

Nady
| 31-07-2018 15:47
ce sont les recyclés, de part leur nature, qui font que ça soit ainsi.

TeTeM
| 31-07-2018 15:46
HCE se voit déjà prendre la place de Papa en 2019 mais la chute sera terrible car il semble insensible à toutes les baffles qu'il s'est prise.

Mais qui est ce type? Quel mandat électif détient-il? De quel droit peut-il parler au nom de Nidaa Tounes? A t-il était élu par des adhérents du parti? Ce Monsieur, qui n'a jamais été élu nul part (et qui ne le sera jamais) prétend nous expliquer le fonctionnement de la démocratie? Non mais le gag...

Microbio.
| 31-07-2018 13:00
Pouvez-vous en apprendre quelque chose? malheureusement, je m´en doute beaucoup.

https://www.youtube.com/watch?v=cipP8WELnuE

DJ
| 31-07-2018 12:54
Si BCE pouvait vous lire et surtout appliquer ce que vous dites, le pays avançait.
Dridi J

takilas
| 31-07-2018 12:40
Beji Caid Essebsi reponsable de tout !
Redevable de tout !

Maher
| 31-07-2018 12:30
En perdant sa bataille face à Youssef Chahed par son soutien insensé à son fils, le Président a perdu son crédit face aux Nidaistes qu'il a essayé d'amadouer lors de la rencontre de Carthage, mais aussi il perdu sa crédibilité par rapport à l'ensemble des tunisiens qui le considéraient jusque là comme le seul élément fédérateur de cette démocratie naissante,
Hélas il a encore une fois mal négocié le tournant de l'histoire et se voit infligé une défaite cuisante difficile
à oublier pour un vieux routard de la politique.
Mais connaissant son expériene, il ne s'avouera jamais vaincu et lancera ses inconditionnels et les opportunistes autour de lui pour torpiller Youssef Chahed, je pense à la campagne de récupération de R.Belhaj, M.Marzouk et consors qui ne cessent de guetter les occasions pour revenir sur le devant de la scène politique.
Youssef Chahed, n'a plus de choix que d'avancer droit , en méprisant le politiquement correct de BCE qui l'accablait jusque là et surtout d'annoncer sa candidatutre aux élèctions présidentielles de 2019 pour couper court à toute tentative de négociation future.
L'avenir est pour lui non pas qu'il soit le meilleur mais parce qu'il est seul dans la course.

Mohamed 1
| 31-07-2018 10:41
Admirez la foire d'empoigne actuelle.
Il ne faut jamais, et à aucun moment, oublier ce spectacle.
La Tunisie en a connu des tas au cours de sa longue histoire. Ils ont coïncidé avec ses périodes de décadence.
S'il n'y avait pas BCE en 2014, le même chaos aurait prévalu. Nahdha (entourée de ses vassaux bien sûr) serait seule au pouvoir.
BCE a été l'homme providentiel. Il ne faut jamais l'oublier. Pour mesurer l'importance du grand chef charismatique, rassembleur de toutes les troupes et même au-delà.
Aujourd'hui sur la scène politique progressiste, il n'y a pas une personne du calibre de BCE. On en trouve peut-être chez les anciens, comme Taher Belkhouja.
Chahed pourrait faire l'affaire. Mais attention: il est en train de se faire estampiller nahdha.
Cependant Béji ne doit pas détruire d'une main ce qu'il a bâti de l'autre. Sur un simple coup de coeur. Le patriotisme exige des sacrifices. Nul autre que lui est mieux placé pour le savoir.
Il ne doit pas échapper à l'homme d'Etat BCE qu'il ne doit rien négliger pour permettre à son parti d'avancer, au lieu de le regarder péricliter, entraînant toute la Tunisie dans sa chute.

Tay
| 31-07-2018 10:40
Rien me justifie votre campagne pour YC. Je suis aussi pour la sauvegarde du gouvernement avec une crainte terrible de l'infiltration des Nahdhaouis dans toutes les structures de l'état avec la complicité de YC qui sera en fin de compute évincé. M. Bahloul, arretez cette campagne contre les Sebsis et essayer de rassembler les forces progressistes pour ne pas de trouver dans un état islamiste sans même votre YC.

A lire aussi

Plus important encore que le nom du futur président de la République, le sort des générations

18/06/2019 15:59
2

En théorie donc, pour une bonne pratique démocratique et pour veiller à rester au-dessus de toute

17/06/2019 16:59
14

Franchement, il y a de quoi être fier d’être

16/06/2019 17:00
7

Ceux qui se targuent de protéger les électeurs des manipulations, ne connaissent apparemment pas

14/06/2019 15:59
3

Newsletter