alexametrics
lundi 15 juillet 2024
Heure de Tunis : 16:05
Dernières news
Badreddine Gammoudi interroge le gouvernement sur l’Inlucc et les fourrages
26/06/2023 | 10:43
2 min
Badreddine Gammoudi interroge le gouvernement sur l’Inlucc et les fourrages


Le député Badreddine Gammoudi a adressé deux correspondances au gouvernement au sujet de l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) et l’importation des fourrages. 
 
Dans sa première correspondance adressée à la cheffe du gouvernement Najla Bouden, le député a posé deux questions. La première concerne l’éventuelle réinstauration de l’Inlucc ou la création d’une nouvelle instance ainsi que le devenir des anciens agents de l’Inlucc. La seconde concerne, elle, la politique du gouvernement pour la protection des informateurs et lanceurs d'alertes « qui subissent harcèlement et poursuites judiciaires pour avoir dévoilé des dossiers de corruption ». 
 
Depuis la fermeture de l’Inlucc en août 2021 sur ordre du président de la République Kaïs Saïed, le personnel a été abandonné sans indemnités. Au total, 170 agents se sont retrouvés au chômage et n’ont pas perçu de salaires. Après avoir confisqué l’ensemble des documents confidentiels des citoyens déposés à l’Inlucc, Kaïs Saïed a scellé les portes de l’instance par la force publique, sans que cela ne soit justifié par un décret ou un quelconque document légal. 

La seconde correspondance du député Badreddine Gammoudi a, elle, été adressée au ministre de l’Agriculture. Dénonçant des suspicions de corruption en ce qui concerne les circuits de distribution des fourrages, le député a interrogé le ministre sur une éventuelle révision du système d’importation, de production et de distribution des fourrages pour contrer le phénomène de monopole.  

Le secteur vit une crise sans précédent. Outre le phénomène de monopole grandissant, le secteur doit en plus faire face à la hausse faramineuse des prix de la matière première, de transport, d’assurances et de l’énergie, la rareté de la matière première, le glissement du dinar et le manque de financement. Tout cela impacte directement la fabrication de fourrage et met en péril non seulement les fabriquants du secteur, mais l’ensemble de la production animalière du pays (œuf, lait, volaille, viande bovine et ovine, …).

 

N.J 

26/06/2023 | 10:43
2 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Citoyen_H
TOUT EST à RECONSTRUIRE, TOUT EST à REBATIR, TOUT EST à RESTRUCTURER, TOUT EST à REFAIRE.
a posté le 26-06-2023 à 12:05
La pourriture des khwémjiya de la maudite terka, a complètement oxydé, a complétement gangréné, toutes les institutions, tous les circuits administratifs, toutes les ramifications de l'Etat, en bref, ils ont tout détruit.
Le vol et la corruption devinrent légion.
Les étrangers Marzoukiki, le très provisoire, et férid, le terroriste criminel, avaient promis, avant les élections de 2011, qu'ils allaient faire de la tinisie, une NATION exemplaire où il ferait bon vivre, que le monde entier nous enviera.
Ils firent de notre pays, une anti-chambre de l'enfer !!!!
éttfouh 3ala hél klébe, ces ouled él hram.