alexametrics
BN TV

Noômane Fehri fait le bilan de sa visite à la Silicon Valley

Temps de lecture : 4 min
Noômane Fehri fait le bilan de sa visite à la Silicon Valley

 

Le ministre des Technologies de la Communication et de l'Economie Numérique, Noômane Fehri, a tenu, mercredi 24 février 2016 au siège du ministère, une conférence de presse pour présenter le résultat de sa visite effectuée la semaine dernière à la Silicon Valley et le projet "Startup Tunisia".

 

M. Fehri a expliqué que l’objectif de la visite à la Silicon Valley était de vendre le concept Smart Tunisia, de présenter le projet Startup, de résoudre les problématiques de PayPal et de Google Play et faire participer des Tunisiens qui ont réussi à la stratégie 2018.

Il s’agit de la première visite officielle d’une délégation ministérielle à la Silicon Valley, où elle est allée à la rencontre de 13 sociétés pour leur montrer ce que propose la Tunisie et ce qu’il leur faut pour venir en Tunisie et ouvrir des centres de recherche et de développement. La délégation s’est entretenue particulièrement avec les Tunisiens y travaillant.

Le ministre a indiqué que le gouvernement est en train de négocier avec 3 d’entre elles pour une ouverture de leurs centres en Tunisie d’ici la fin année.

 

Concernant PayPal et Google Play, Noômane Fehri a précisé que des équipes de travail sont en train de résoudre ce dossier, en promettant une solution d’ici quelques semaines, tout au plus quelques mois. Il a précisé dans ce contexte que toutes les barrières qui étaient du côté tunisien ont été entièrement levées.

 

Il a annoncé que le ministère a choisi Sami Ben Romdhane, l’une des compétences tunisienne travaillant à la Silicon Valley, vice-président et technical fellow chez eBay, en tant qu’ambassadeur technologique de la Tunisie auprès des sociétés de la place.

 

Concernant le projet Startup Tunisia, la problématique est de savoir comment implanter un écosystème qui permettra la prolifération de ce genre d’entreprise très innovante, capable de réussir et de commercialiser son produit sur le marché international. Une équipe, avec à sa tête 3 jeunes dynamiques, a été mise en place. Elle a commencé ses travaux, avec comme objectif de mettre un plan d’action d’ici le 8 mars et un rapport final d’ici avril avec toutes les démarche à prendre dans cette optique.

En effet, la Tunisie veut changer son modèle économique d’un modèle basé sur une main d’œuvre bon marché à un modèle économique basé sur la technologie, qui permettra d’atteindre un nouveau palier de croissance pour éradiquer la précarité.

D’ailleurs, Smart Tunisia travaille dans cette optique et ambitionne la création de 50.000 emplois sur une période de 5 ans, moyennant un investissement global estimé à 500 millions de dollars, grâce au partenariat public-privé.

 

Le ministre a souligné que les efforts de développement seront concentrés sur 5 secteurs porteurs : internet of things, the creative industrie, mobile apps, crypto currency et digital pedagogy.

Ghazi Ben Othman, partenaire du ministère sur ce projet et directeur général d’un capital risque Malaz Capital, implanté à la Silicon Valley, a expliqué que l’objectif de cette initiative est d’appliquer l’expérience de la Silicon Valley à la Tunisie en la rendant plus performante. «Je crois au potentiel de la Tunisie, mais il faut que l’Etat lève toutes les barrières et laisse les entrepreneurs travailler», a-t-il souligné.

Pour Maher Kallel, président de Carthage Business Angels, il faut changer les lois tunisiennes, expliquant que le cadre juridique ne permet pas actuellement qu’une entreprise soit créée avec comme apport initial une idée pour une participation dans une entreprise. Mehdi Khemiri, membre de Carthage Business Angels, a précisé pour sa part, que l’essentiel est de savoir comment créer des sociétés capables de devenir des champions régionaux et comment capter les investisseurs.

 

Le président de Smart Tunisia, Raouf Mhenni, en réponse à une question de Buisness News sur ce qui a été fait pour les diplômés chômeurs, a indiqué que Smart Tunisia en partenariat avec le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle, offre des formations complémentaires de 3 à 4 mois selon les besoins des entreprises, aux 30% d’ingénieurs qui n’ont pas trouvé du travail. Pour ceux qui ont suivi d’autres cursus scientifique, des formations de 9 à 12 mois, financées par le ministère de l’Emploi, leur sont proposées, en alternance avec des stages en entreprise. Enfin, les programmes dès la 1ère année ont été changés, selon le besoin du marché, dans certaines universités.

En outre, Noômane Fehri a précisé en réponse à une question de Business News que son ministère travaille étroitement avec le ministère de l’Education, pour la réforme de l’éducation.

 

I.N

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (16)

Commenter

Gaston
| 26-02-2016 17:43
Now he's pretending he's a star just because he visited Silicon Valley. It's ok to not get attraction from Silicon Valley from day 1, they have far better options: China, India, Europe, etc. Just say: we have a lot of work to do, no body important received us cause they don't know us, we need to do more to attract them, etc. Don't pretend you have successful visit when in reality he met with low rank engineers.

les chevaux de l'apocalypse
| 26-02-2016 15:45
bengalore en inde est la deuxieme silicon valley .
mais pour nous les tunisiens l'inde c'est ce pays misereux et puis ça sonne tres bien lorsqu'on dit avec un air de frime "oh,j'etais a la silcon valley et c'etait
merveilleux "...

Tounsi
| 26-02-2016 13:51
Cette équipe avec le Président de Smart Tunisia sont des profiteurs.
Ce projet est une coquille vide vide avec que de la poudre aux yeux. Alors Monsieur le ministre, continuez à les soutenir, vous payerez la facture cher.
Quel agenda à cette mission? Quelles conclusions pratiques?

hamouda
| 26-02-2016 13:14
En attendant les résultats vous avez raison mais notez bien que la Tunisie n'a jamais manqué de bonnes réalisations et dans ce domaine particulierement et il suffit de voir les indicateurs....Par contre ce qui avait manqué c est l'exemplarité au niveau de la transparence
et la bonne gouvernance du secteur tic en premier qui est le porte drapeau en la matiere.
Malh votre client que vous defendez s'est trompé et est vu comme trempé. Voir les nominations cas de ghazela park et la tradenet ...et c'etait pour passer l'eponge sur certains dossiers de reseaux KL et puis pour taire d autres sur certains marchès affectés en flagrant conflit d'interets au profit de membres du csn



Merlin
| 26-02-2016 10:55
Non mais franchement !!
Je ne sais pas qu'est ce que ce ministre pourrait faire de plus pour que vos excellences et altesses royales soyez convaincu par son projet. C'est parmi les très rares ministres qui ont un projet avec des Deadlines claires et précis. Il est entrain de remuer ciel et terre pour booster l'emploi et l'employabilité alors que normalement ce n'est pas son rôle principal. attendons les résultats et jugeons après. Surtout qu'il n'a fait aucun faux pas jusque là qui mériterait de crier au scandale.
Mais que dire, on est le peuple le plus "activement passif" au monde; non seulement on ne réussit en rien, mais en plus on fait en sorte que personne ne réussisse.
Ce comportement est tellement révoltant qu'on trouve aujourd'hui de l'immigration en masse de nos cerveau tunisiens qui ont en juste MARRE !!!

ITGuy
| 26-02-2016 06:42
Ce monsieur a fait un voyage pour rien. Il a été mis ko par ceux qu'il a rencontrés. Ils ont mis à nu les défaillances et les retards de la Tunisie dans le domaines des IT. Espérons au moins qu'il aura retenu les leçons qui lui ont été données à Silicon Valley

Gaston
| 26-02-2016 06:01
He's lying. He didn't meet anybody of importance. They met with low key and very small companies. Not important people sat down with them.

Tunis
| 26-02-2016 01:44
comme le titre le dit .. hahahahaha c'est une "mauvaise" blague .. il nous faut des vraies compétences dans ce domaine!!!

waf-waf
| 25-02-2016 22:57
S'ils savaient ce que pense d'eux la silicone valley a leur retour au Tunistan... Rien qu'à voir leurs dégaines sur cette video...ça ressemble plus à Jurassic Park .des siècles les sépare de toute évidence... MDR Des clochards pourraient mieux faire.

Albahaymer
| 25-02-2016 19:32
the silicone valley has started by the late 70s and now they have about 200,000 IT engineers
This guy is talking about 50,000 jobs would be created by this project, what can I say ?
Does this guy belongs to afeke ?
The only word that could be written by these letters : "A F E K E" is FAKE and I think it will make sense

A lire aussi

Youssef Fennira a indiqué qu’il aurait voulu se rendre aux 24 bureaux régionaux de l’agence et faire

07/08/2020 18:38
1

Le taux de réussite de la session principale était de 27,73%.

07/08/2020 15:46
0

Rached Ghannouchi gouvernait dans l'ombre.

07/08/2020 11:10
12

Son rôle est de protéger les déposants et de les

06/08/2020 19:50
5