alexametrics
Chroniques

Histoires de justice indépendante

Histoires de justice indépendante

 

- Dans les années 80, la justice indépendante a condamné à la peine capitale Rached Ghannouchi qui a échappé à la mort de justesse grâce au « dictateur » Ben Ali.

- Dans les années 90, la justice indépendante a condamné et poursuivi des dizaines d’islamistes pour terrorisme et autres, dont Hamadi Jebali, Ali Laârayedh, Imed Daïmi, etc.

- Dans les années 2000, la justice indépendante a harcelé des dizaines de militants dont Hamma Hammami et autres.

 

- En 2011, on nous dit stop ! On révise tout et on « décide » que la justice n’était pas indépendante ! Ah bon ?! Oui, c’est comme ça et pas autrement. On efface alors l’ardoise des terroristes et islamistes devenus victimes de cette justice pas indépendante. On nous a promis et juré que la justice sera désormais indépendante. Chiche, tournons la page et avançons !

- En 2011-2012, la justice désormais indépendante a mis en prison des dizaines de personnalités qui ont construit le pays  sous prétexte qu’ils n’ont pas servi la Tunisie, mais servi le régime de Ben Ali. Huit ans après, aucun de ces hauts fonctionnaires de l’Etat n’a été condamné. Mieux, plusieurs ont été blanchis, preuves à l’appui ! Mais il ne faut pas trop s’attarder là-dessus, puisqu’on nous dit que la justice est indépendante !

- En 2012, la justice indépendante a mis Sami Fehri en prison pour un motif fallacieux pour lequel il n’a toujours pas été jugé, ni condamné. Fallacieux parce que ce qu’a fait Fehri à l’époque était fait et est encore fait par plusieurs autres patrons de médias. Sami Fehri a quitté la prison, mais concomitamment il s’est engagé (pas devant la justice indépendante) à limoger Moez Ben Gharbia, à retirer les guignols et à recruter l’avocat « pas nahdhaoui » Chekib Derouiche. Mais il ne faut pas trop s’attarder là-dessus, puisqu’on nous dit que la justice est indépendante !

- En 2012, la justice indépendante a mis Borhen Bsaïes en prison pour emploi fictif, alors qu’il a remboursé tout le fric et qu’il y a des milliers de Tunisiens qui ont bénéficié et bénéficient encore d’emplois fictifs. Ne cherchez pas à comprendre, puisque la justice indépendante qui l’a mis en prison a, elle-même, décidé de le libérer. Concomitamment, il a quitté le giron de Slim Riahi et a disparu provisoirement des radars. Pourquoi lui et pas les autres ? Il ne faut pas trop s’attarder là-dessus, puisqu’on nous dit que la justice est indépendante !

 

- En 2015, la troïka et sa justice indépendante sont partis, Caïd Essebsi et Nidaa sont arrivés et Borhen Bsaïes est revenu sur les écrans. Cette fois, c’est bon, la justice sera désormais et vraiment indépendante. Même quand il lui arrive de se tromper, comme pour le cas de Yassine Ayari, Béji Caïd Essebsi est là pour rectifier le tir et gracier celui qui était et est encore son ennemi juré. C’est bon, on peut avancer, la justice est désormais indépendante ?

- En 2018, de l’eau est passée sous les ponts, le régime est divisé en plusieurs camps et Borhen Bsaïes s’est retrouvé dans le mauvais camp. Par hasard (juste par hasard !), la justice indépendante s’est rappelée de son affaire de 2012 et l’a remis en prison ! Juste lui, pas les autres qui ne sont toujours pas poursuivis. Béji Caïd Essebsi s’immisce encore une fois dans le travail de la justice indépendante et gracie Bsaïes, comme il a gracié Ayari…

- En 2018 toujours, la « très intègre » et « justicière » qui n’a jamais pris d’argent et d’ordres de l’étranger Sihem Ben Sedrine annonce des dédommagements aux centaines de victimes de la justice de Bourguiba et Ben Ali pour laquelle on avait décidé qu’elle soit « pas indépendante » en 2011. Et qu’en est-il de ces magistrats qui ont été les acteurs de la justice qu’on disait indépendante sous Ben Ali et qu’on disait « pas indépendante » après ? Il faut cesser de poser des questions, c’est comme ça et pas autrement. Ainsi a décidé Sihem la justicière !

- En 2016, I Watch dépose plainte devant la justice indépendante pour blanchiment d’argent contre Nabil Karoui. Bravo I Watch ! Plus intègre qu’elle, ça n’existe pas. Elle est tellement intègre que ses propres comptes sont sujets à plein de réserves (c’est un détail) et que son président s’est trompé dans sa déclaration de biens à l’Inlucc (on vous jure que c’est un hasard et c’est une erreur !). Mais attention, I Watch est indépendante, tout comme la justice !! Elle est très indépendante, mais juste que son financement en centaines de milliers de dinars provient de l’Union européenne et de George Soros. L’Union européenne dont l’antenne tunisienne est actuellement présidée par un joli beau gosse, ancien membre des services français de renseignement.

Mieux qu’indépendants, les militants vingtenaires (et indépendants) d’I Watch ont réussi à eux seuls, et depuis la Tunisie, à rassembler quelque 700 documents ramassés au Luxembourg et ailleurs pour accabler Nabil Karoui. Parenthèse, pourquoi on ne recruterait pas ces « inspecteurs Gadget » d’I Watch pour renforcer les palais de justice et différentes brigades de police afin de faire des enquêtes et aider nos magistrats à instruire des dossiers judiciaires en béton pour que perdure la justice indépendante ? Après tout, si on a autant de compétences en Tunisie, la justice indépendante aura réussi à faire disparaitre toute forme de corruption au bout d’un an seulement ! Cessons de poser des questions puisqu’on nous dit que la justice est désormais indépendante ! Et cessons aussi ces insinuations complotistes et d’espionnage. Visiblement, James Bond et SAS Malko Linge m’ont laissé beaucoup de traces.

- En 2019, Nabil Karoui monte dans les sondages et s’apprête à se présenter à la présidentielle et voilà que la justice indépendante se rappelle soudain de son dossier de 2016 déposé par l’agence de renseignement de la justice I Watch. Mais c’est juste un hasard, car le juge vient d’achever son instruction, concomitamment avec la fermeture de la chaîne par la Haica et la réforme du code électoral. Il ne faut trop s’attarder là-dessus, puisqu’on nous dit que la justice est indépendante !

 

Trêve de blagues et de balivernes. Nabil Karoui a fait beaucoup de tort à beaucoup de gens. Il m’a personnellement porté de gros préjudices ainsi qu’à Business News et le jour où j’aurai envie de lui renvoyer ses frappes, je le ferai (je l’ai déjà fait et il le sait). Son équipe de 9alb tounes est bien inquiétante et ne mérite pas de gagner les élections. Ce serait même un gros danger pour la Tunisie.

Mais cette question de justice indépendante, il faut qu’elle cesse ! Il faut qu’on cesse de nous prendre pour des idiots ! Soit on construit une véritable démocratie en respectant les règles du jeu, soit on nous annonce qu’on est une dictature naissante, ou dictature éclairée comme on disait sous Ben Ali. Auquel cas on met de nouvelles règles et on cesse notre hypocrisie collective de démocratie naissante et tout le blablabla. Car sous Ben Ali et Bourguiba aussi, on nous parlait de démocratie naissante et de justice indépendante ! Vous connaissez la suite !  

Cette comédie de justice indépendante qu’on fait aujourd’hui à Nabil Karoui est juste odieuse et encore plus dangereuse que ce qu’a fait et fait Karoui, car on joue avec tout le processus post-révolutionnaire. Karoui est peut-être dangereux pour la Tunisie (CQFD), mais quel que soit son danger, il demeure nettement moindre que ce jeu que l’on fait avec la démocratie et la justice.

- Dans les années 2020, on va avoir un Nabil Karoui « ancien militant et prisonnier politique », victimisé comme les terroristes d’hier (Laârayedh, Chourou and co) du régime politique et de la justice indépendante. Il pourrait même avoir droit à une indemnisation de la Ben Sedrine des années 2020.

Le régime de Youssef Chahed est en train de jouer une course contre la montre en regardant le court terme et il refuse de voir que cette route qu’il prend à pleine vitesse est une impasse ! Il refuse de voir qu’il est en train de commettre une bêtise politique, de mettre en danger la démocratie et de créer un héros de toutes pièces comme Bourguiba a créé Rached Ghannouchi et Salah Karkar et comme Ben Ali a créé Sihem Ben Sedrine et Moncef Marzouki.

C’est vraiment le comble! Non seulement on n’apprend rien des erreurs de notre propre Histoire, mais on répète les mêmes en pire et en moins subtil !

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

Houcine
| 13-07-2019 12:42
Vous écrivez par tirades, et insinuez bien des choses que le lecteur et citoyen que je suis n'a pas les moyens ni les réseaux pour en connaître les tenants et les aboutissants. Cependant, je vous concède volontiers qu'en ce pays la justice est composée de magistrats couchés ou au service, sinon aux ordres. Et, qu'il y a fort à parier qu'en son sein les affidés des "terroristes" Jbali, Ghannouchi et Mourrou sont en nombre et probablement tiennent les plus hauts lieux de décision. Et, si mon hypothèse est validé, il convient d'urgence de revoir les procédures et les nominations ayant conduit à ce que d'une dictature on est passé à une autre davantage préoccupée à servir qu'à arbitrer.

Justinia
| 12-07-2019 17:05
L'Association des Magistrats Tunisiens a appelé dans la presse à:
"Appuyer le rôle du pouvoir judiciaire dans la protection des droits et des libertés et l'instauration de la justice".
L'instauration de la justice? Quelle justice? celle qui ne s'éloigne pas trop de la justice islamiste? Celle qui bafoue le droit des gens?.
Heureux sont les Suisses qui élisent eux même leur Procureur de la République.

DHEJ
| 12-07-2019 14:20
Pourquoi ne pas essayer la CHARIA?

AH
| 12-07-2019 12:27
Il semble que nous n'avons rien appris de Ibn Khaldoun.

Pas de changement positif ni de démcratie ni de développement sans la purification du système judiciaire. Nous avons beau avoir mille instances ( lutte contre la corruption, bonne gouvernance ...) et organisations. Le résultat ne sera que minime tant le cancer d'injustice et de corruption a ravagé la société et le pays.

C'est le gouvernement Il faut attaquer le mal à ses racines.

L'injustice ne touche pas uniquement les politiciens, elle touche aussi le citoyen ordinaire même dans ce que lui est vital.

Je suis moi même Victime de jugements dans une affaire de prud'hommes que j'ai commencé en 2010. Ni le rapport de l'expert ni le jugements de première instance et ni ceux de l'appel ne m'ont rendus justice.

Comme le dit l'article, la même culture d'utilisation de la justice par le pouvoir persiste. C'est pourquoi, il n'y aura ni investissement ni développement, surtout que la division , la démagogie et la confusion i règnent dans la scène politique et que l'injustice et la corruption font bon ménage.


Nous attendons les performances de l'équipe Nationale pour savourer quelques moments de joie nationale.



Momo
| 11-07-2019 17:31
La bande à yoyo ne voient pas qu'ils sont manipulés par les khouamjias qui leur font faire le sale boulot pour qu'ils installent leur dictature à la merdogan. Une fois servis d'eux la bande à yoyo ira à la poubelle de l'histoire comme le fût auparavant le takattol, le cpr et nida. La seule justice indépendante est celle de l'histoire. Elle ne pardonne pas.

Zohra
| 11-07-2019 17:24
"Son équipe de 9alb tounes est bien inquiétante et ne mérite pas de gagner les élections. Ce serait même un gros danger pour la Tunisie"

Quelle est la solution ? Quelle solution prendre ?
Ce Monsieur est acharné, il avance avec des oeillères. On le laisse faire et on applaudit.
Vous ne trouvez vous pas que la Tunisie on a assez de ces personnes ubuesques qui peuvent
la mettre en danger comme dites. On attend qu'il est un drame tout simplement.

Un des malheurs des tunisiens c'est qu'on avance un pas et on recule deux. Comme il avait joliment dit Zaim si un jour la Tunisie venait être détruite ça serait par ses enfants malheureusement.

Saida
| 11-07-2019 17:04
Karoui est un personnage unique chahed a tout essayé pour lexclure et a chaque fois il revient plus fort chapeau bas

DHEJ
| 11-07-2019 16:55
Elle fait rire comme la justice transitionnelle.
c'est un appareil a réviser de fond en comble

d'ailleurs sais-tu pourquoi?

il a été construit par le colonisateur... un colonisateur qui a promit de réformer la justice . .

Un bel article

A lire aussi

Nos constituants, la majorité d’entre eux du moins, sont exactement dans cette configuration, celle

22/07/2019 15:59
27

Encore une fois, le président de la République, Béji Caïd Essebsi, s’est payé la tête de ses

21/07/2019 15:55
29

Pendant que nous guettions le stylo du président de la république en Tunisie, il s’est passé des

20/07/2019 11:42
5

Mais par cette attitude, le FMI ne se serait-il pas invité, sciemment ou pas, dans la campagne

18/07/2019 16:59
4

Newsletter