alexametrics
Dernières news

Covid-19 : trois nouvelles contaminations locales

Temps de lecture : 1 min
Covid-19 : trois nouvelles contaminations locales

Le ministère de la Santé a annoncé, mercredi 29 juillet 2020, vingt nouvelles contaminations – dont trois locales et 17 importées– par le virus SARS-Cov-2, responsable de la pandémie Covid-19.

Sur les 1454 tests réalisés le 28 juillet (dont 39 dans le cadre de suivi d’anciens cas Covid+), 34 tests avaient été positifs. Les résultats sont répartis comme suit : 17 nouvelles contaminations importées, trois nouvelles contaminations locales et 14 anciens cas encore porteurs du virus.

Le bilan des personnes testées positives au Covid-19 passe, ainsi, à 1.488 sur un total de 92.710 dépistages réalisés depuis le début de la pandémie.

Le nombre de personnes rétablies a atteint 1.178 et celui des décès demeure stable à 50. Ainsi, 260 personnes sont encore porteuses du virus. 

 

Tous nos articles sur la pandémie Covid-19

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (1)

Commenter

Microbio
| 29-07-2020 17:51
Un facteur de risque majeur est ce qui se passe actuellement dans la tête des gens. Les gens se sentent beaucoup plus en sécurité aujourd'hui qu'il y a un quart d'année.

Avec la forte diminution des Infections, les dangers qui émanent encore du virus ne sont plus perçus dans la mesure appropriée.

Si toutes les précautions sont systématiquement respectées, il est encore possible de maîtriser l'infection. Une nouvelle forte augmentation ne serait pas fatale, mais refléterait notre gestion inadéquate de la pandémie. L'introduction de tests obligatoires pour les rapatriés des zones à risque serait la bienvenue.

D'un point de vue médical, ce serait tout à fait juste. Il ne faut pas parler d'une deuxième vague. La vague de mots sonne comme quelque chose de fatidique, auquel nous pouvons échapper, mais que nous ne pouvons pas influencer. Cela n'est plus vrai dans la situation actuelle.

La pandémie ne revient pas, elle est là. Nous avons été et nous sommes toujours confrontés à la même pandémie, que nous maîtrisons parfois mieux, parfois moins bien. Le danger, cependant, est bien présent. Et nous devons faire très attention à ce que, au plus tard après la fin de l'été, avec la baisse des températures et la relocalisation de la vie sociale dans des locaux fermés, nous ne nous retrouvions pas dans une situation pire qu'en mars et avril.

Si vous laissez les choses aller, la situation devient incontrôlable. C'est la leçon amère et en même temps l'avertissement urgent de la comparaison avec l'Italie ou les '?tats-Unis. Nous avons accompli beaucoup de choses, mais nous pouvons aussi perdre ce que nous avons accompli et notre avance. Et il sera alors extrêmement difficile de prendre des contre-mesures. Cela est aussi particulièrement évident aux '?tats-Unis ou au le Brésil.

Médecin spécialiste en Microbiologie, Virologie et Infectiologie
Pratiquant en Allémagne.

A lire aussi

Le président de la République a des liens étroits avec plusieurs pays

03/08/2020 21:18
7

Aux partis politiques

03/08/2020 18:29
10