alexametrics
mardi 09 mars 2021
Heure de Tunis : 08:19
A la Une
Arrestation de Nabil Karoui, tous accusent !
26/08/2019 | 19:59
5 min
Arrestation de Nabil Karoui, tous accusent !


S’il voulait faire parler de lui et s’ériger en martyr devant les yeux larmoyants d’une base électorale conquise au ventre et aux sentiments, rien n’aura été plus efficace pour Nabil Karoui que d’être la victime du système en place, sacrifié sur l’autel des ambitions politiques de son rival, Youssef Chahed.

Si on pouvait piquer une image aux jeux vidéo on verrait Nabil Karoui sauter chercher une bourse qui contient le jackpot en bonus vies. Cela fait quatre jours qu’on ne parle quasiment plus que de son arrestation et alors que les autres candidats s’arrachent un temps précieux sur les différents médias, lui il est au cœur de la programmation de toute une chaîne et fait tous les jours les gros titres dans les journaux…

 

Le candidat à la présidentielle Nabil Karoui a été arrêté, vendredi 23 août 2019, par les forces de l’ordre suite à un mandat de dépôt émis à son encontre par la chambre d’accusation près du pôle judiciaire et financier, dans l’affaire qui l’oppose à I Watch. Objets d’une enquête pour corruption financière et blanchiment d’argent, Nabil Karoui et son frère Ghazi avaient déposé un recours auprès de la chambre d’accusation contre la décision du juge d’instruction maintenant le gel de leurs avoirs et leur interdiction de voyage. A la grande surprise de tous, c’est cette même chambre qui émettra contre eux un mandat de dépôt, conduisant à l’incarcération de Nabil et à la fuite de Ghazi, aujourd’hui recherché.

 

Très contestée par la défense de Nabil Karoui, la légitimité du mandat de dépôt émis à son encontre a vite fait de donner à cette arrestation un caractère purement politique. Nabil Karoui est, en effet, passé pour être le candidat favori dans les sondages et sa mise sous les verrous à deux semaines du scrutin a beaucoup fait réagir. Partis, personnalités et organismes nationaux ont exprimé leur scepticisme quant à cette décision jugée « inopportune ».

 

Ainsi, l’UGTT, a publié cet après-midi un communiqué de presse appelant à ne pas mêler la justice aux conflits politiques et à respecter son indépendance.  La centrale syndicale a également appelé à ne pas utiliser les instruments de l’Etat « pour régler les conflits politiques » et a souligné la nécessité d’assurer et de protéger le processus démocratique.

« Nous appelons les parties concernées à mettre en lumière les circonstances de l’arrestation du président du parti Au cœur de la Tunisie et candidat à l’élection présidentielle pour ainsi mettre fin aux rumeurs ayant mis en doute l’intégrité des institutions judiciaire et sécuritaire », lit-on dans le communiqué.

 

L’Association des magistrats tunisiens (AMT), a appelé le procureur général de la Cour d'appel de Tunis à éclairer l'opinion publique, en coordination avec le porte-parole du Pôle judiciaire économique et financier du Tribunal de première instance de Tunis, en ce qui concerne le déroulement de la procédure et ses développements les plus récents, et ne pas se contenter de brèves déclarations « considérant la transparence de la procédure comme une garantie fondamentale des droits et libertés ».

Elle a souligné la nécessité d’éloigner le pouvoir judiciaire de tout tiraillement politique tout en veillant à un équilibre avec le droit de dialogue public par le biais des médias en cette période électorale sensible.

 

La Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme a souligné, pour sa part, avoir longtemps mis en garde contre l’implication des institutions sécuritaire et judiciaire dans les tiraillements politiques et à des fins « de règlements de comptes entre adversaires », tant cela nuit à la crédibilité des institutions de l’Etat.

« Ce qui est arrivé le 23 août… l’arrestation précipitée, en un temps record d’un candidat à la présidentielle suscite l’inquiétude et le doute et nuit au pouvoir judiciaire car elle laisse penser à une instrumentalisation politique pour exclure un adversaire aux élections » a ajouté la LTDH, appelant les autorités judiciaires à ouvrir une enquête sur les circonstances exactes de l’arrestation de Nabil Karoui.

 

Nombreux partis ont également pris cette position, à l’instar de Beni Watani ou encore de Afek Tounes, qui ont appelé le gouvernement à éviter l'instrumentalisation du pouvoir pour écarter les adversaires politiques.

 

Afek a même lancé un appel à Youssef Chahed afin qu’il « respecte l'Etat de droit et des institutions » et qu’il tranche plutôt dans les affaires importantes à l’instar des réseaux d’embrigadement des jeunes sans se baser sur une sélection basée sur les intérêts et calculs partisans.

« Au cœur de la Tunisie » et Nidaa n’ont pas tari d’attaques contre Youssef Chahed. Qualifiant Nabil Karoui de prisonnier politique, son parti a directement accusé Youssef Chahed « et sa bande », d’avoir tout organisé pour éjecter Karoui. Le représentant légal de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, est aussi monté au créneau pour tirer à boulets rouges sur son ennemi juré.

 

De sa part, le parti de Youssef Chahed et ses sympathisants ont crié au scandale, dénonçant une campagne de dénigrement et s’indignant des attaques lancées contre le président du parti. Tahya Tounes a déploré les commentaires visant à remettre en cause l'intégrité et l'indépendance du pouvoir judiciaire et à tenter d'influencer ses décisions, le parti a affirmé son attachement au principe de l'égalité des citoyens devant la loi, sans exception ni discrimination, et leur droit à un procès garanti par la Constitution.

 

 

L’arrestation de Nabil Karoui fait couler de l’encre. Entre partisans, soutiens improbables et acolytes surexcités le voilà bientôt hissé au rang de héros national victime d’un système corrompu. A ce rythme-là, et sans doute à cause d’une manœuvre maladroite, si tant est qu’elle ne soit pas préméditée, Nabil Karoui est en bon chemin pour devenir le Dreyfus tunisien symbole de la justice exclusionniste. Et c’est vers Youssef Chahed que sont lancés tous les « J’accuse ! »….

 

 

Myriam Ben Zineb

26/08/2019 | 19:59
5 min
Suivez-nous

Commentaires (9)

Commenter

Mannou
| 27-08-2019 16:38
Explication de le Cour quant aux procédures de l'émission des mandats contre les Karoui et au Timing de l'arrestation . A la minute 33:00 . Lien : https://www.youtube.com/watch?v=0gGNvm-DZlU&t=1985s

Mansour Lahyani
| 27-08-2019 14:41
"S'il voulait faire parler de lui...", non je ne pense pas que son machiavélisme aurait atteint ce niveau ! En revanche, celui de ses antagonistes, quels qu'ils soient, semble bien avoir fait mouche - mais dans un usage contraire à tous leurs espoirs : ils ont fourni à ce boss sa meilleure accréditation pour l'emporter dans trois semaines !
Dommage...

Léon
| 27-08-2019 09:27
Il est mort un 6 avril 2000, emportant avec lui une vie dévolue entièrement au pays qui allait, en quelques décennies, enfanter des ingrats et des traitres que sont devenus les tunisiens. Il avait essayé tant bien que mal de faire de cette "poussière d'individus" une Nation respectable et respectée. Oeuvre qu'avait assuré son excellent successeur, l'enfant de Bourguiba, qui a su préserver la Tunisie et la dignité de son prédécesseur par la prise du pouvoir, d'une manière constitutionnelle et légale, le 7 Novembre 1987. Jour béni car, depuis, la Tunisie avait connu une ascension fulgurante, contrairement à votre maudite révolution du 14 janvier 2011 qui n'a enfanté que de morts et de malheurs partout dans le monde musulman.
Mais ce qu'avait aussi emporté Bourguiba avec lui, et ce n'est pas un détail, c'est l'unique couille avec laquelle il a tenu la Tunisie d'une main de maitre; car il était, comme il l'affirmait lui-même dans l'un de ses mémorables discours, uni-couillu.
On a longtemps espéré que sa résurrection politique se retrouverait bi-couillue (histoire de prendre sa revanche sur cette infirmité), à l'instar des nos hommes politiques post-merdolutinnaires, qui ne portent l'affirmation masculine que dans la dualité de leurs couilles et dans leur agressivité stérile et destructrice. On en viendrait presqu'à croire que celle de droite annule la "Rjoulia" de celle de gauche.
Mais que Nenni! Sa résurrection politique a donné un Homme non couillu. Même pas une! Même pas une, puisqu'il s'agit d'une Femme nommée Abir Moussi et qui en a dans le pantalon bien plus que tous ces traitres qui ont baissé leurs culottes aux atlanatistes, préférant la mendicité et la soumission à la dignité des peuple Libres.
Les couilles en Tunisie sont vraiment d'une symbolique digne des meilleures études de symbolisme chez nos frères soufis. D'Hannibal à la reine Didon et de Bourguiba à Moussi; bien des questions s'imposent dans le pays d'Ifriqiya et de sa capitale Carthaginoise.
Si Bourguiba vous avait fait marcher le doigt sur la couture avec une seule couille; imaginez un moment comment va vous faire marcher sa résurrection non couillue. Ce nombre s'étant avéré inversement proportionnel à la perspicacité politique, elle vous fera marcher exactement comme le méritent ceux qui trahissent leur pays.
Ma chère Abir, ne recule devant rien s'il te plait; et même pas devant ces prétendus amis qui nous ont trahi et ont nommé nos dirigeants depuis 2011 dans un simulacre de démocratie.
Il faudra qu'ils comprennent et qu'ils notent dans leurs archives que trahir le peuple tunisien peut faire mal à ceux qui l'ont trahi.
Le Peuple te suivra car, en dépit de la propagande, le bon sens populaire et la raison (choses dont sont dénués les intellectuels déformés par les idéologies et les études inter-minables) dictent aux peuples le droit chemin.

VIVE ABIR, A BAS LES TRAITRES;

LEON, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant depuis bientôt 9 années aux imbéciles, aux dupes, et à leurs manipulateurs traitres.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

congé longue dureé
| 27-08-2019 08:54
un congé indéterminé a etait signé pour Nk c'est entre mafia c'est du haut niveau repose à mornaguia ? et je constate que le prochain sera el fehri l'enjeux est grand c'est une question de survie ou de prison

Nephentes
| 27-08-2019 04:54
L' '?tat est humilie dans cette affaire parce que l' on manipule des lois des institutions et leurs représentants à des fins criminelles d'ordre essentiellement privé

Les Tunisiens ont la mémoire très courte : lors de la campagne de 2014 YC avait de bons rapports avec les Karoui et ceux ci ont ete approches par Tahya Tounes

Le bambin avait quand même deux ou trois tuyaux concernant Karoui&Karoui

Ce qui a froissé la sensibilité juvenile du jeune premier ce fut les sondages: miroir mon beau miroir dis moi qui est le chef

Au delà YC et sa bande ont mis en place avec Nadha tout un système de surveillance et de CHANTAGE ;

Chahed a vendu sciemment l'Etat aux réseaux idlamo-fascistes en vue de pérenniser Nahdha
Aujourd'hui Nahdha dispose d'un appareil de surveillance politique d'une efficacité similaire à celui du régime benaliste

U'ne POLICE POLITIQUE opérationnelle co-geree par les deux larrons permettant aux islamistes de renforcer continuellement leur emprise sur notre sécurité nationale

Deux preuves ,vérifiées in situ ( sur place le moindre épicier est au courant c'est ça qui est rigolo)
Gouvernorat de Tataouine ; trafic de devise et blanchiment colossal d'argent ; seule la Douane semble ne pas etre au courant ( les gens à Ben Guerdarne sont timides)
Gouvernorat de Sidi Bouzid :une flotille de camions et d'utilitaires Isuzu hors normes et insomniaques : les gens de Jelma voyagent de nuit pour profiter de la brise nocturne et savourer le charme des pistes oubliés de tous - ou presque

Tout ceci est géré indirectement par l'appareil sécuritaire nahdhaoui, avec le consentement bonhomme du jeune Youssef

Donc l'Etat est constamment rabaissé humilie ; nulle surprise si on assiste au cas Karoui autre grand polisson devant l'Eternel

Les outils et les.hommrs de main sont disponibles éprouvés opérationnels:

La Tunisie , ses. Lois ses fonctionnaires ses institutions sa souveraineté ?'?

On se torche avec

Akoubi Ammar.
| 27-08-2019 00:16
Ce sont les politiciens sans principes et qui se comportent d une façon égoïste qui ont fait d un escroc un héros national. Ces personnes s acharnent surle chef du gouvernement croyant au il vont gagner des points en procédant à la propagation des mensonges et de contre- vérités et oubliant qu ils doivent convaincre les tunisiens par des programmes et non pas par ces procédés basés sur la bassesse. Le plus étonnant provient des candidats qui ont exercé de hautes fonctions dans les structures de l état et qui se permettent de faire des déclarations d attaquant à la justice, aux sécuritaires et au chef de gouvernement sans vérifier les accusations énoncées par deux chaînes de télévision qui réservent leurs plateaux à la propagation des rumeurs et des mensonges pour faire profiter des candidats déterminés et surtout le mafieux Karoui et le candidat du lobbying Zbidi qui a servi dans les gouvernements de Ben Ali ( dictature), de transition, de la troïka, de Nida en passant par le poste de conseiller de Abdellatif Mekki. Pour ce qui est du cas Nebil Karoui, c est la non signature de la loi électorale dans des conditions obscures qui doivent être éclairées pour les tunisiens qui est à son origine de sa candidature avec celle de l autre escroc Slim Riahi.

DIEHK :Ne s'use que si on s'en sert!!Kesaco?
| 26-08-2019 22:50
Madame,
Votre , c'est bien et ça montre votre très bon niveau intellectuel et social!!!
Mais, il y a toujours 1 mais avec moi:
Si j'ai bien compris le montage des événements et votre prise de position "sous entendu", je suis surpris par votre manque de franchise tel que vous les avez présenté et en plus à quel type de lecteur il s'adresse votre post?
Allez je passe, parce que chez BN & NB il peut y avoir qui ne maîtrise pas la rédaction et la philosophie de votre post et je termine en vous disant ne soyez pas satisfaite de ce que vous avez écrit et vous ne rendez pas 1 grand service au Français de service pardon "Chahed"!!!
Vous avez 1 mentalité d'1 autre époque et l'écriture et vous vous êtes à mille lieues ce qui me rassure parce la majorité des incultes qui vont le lire ne connaissent rien de rien à la subtilité des post présentant un sujet actuel dont la finalité est de vous instaurez 1 belle République Islamique et fasciste
et j'espère que le défenseur des Zawalis vous privera d'1 gueuleton halal offert par vos maîtres islamistes dont votre champion et le minus serviteur!!
Zaouali de service

observateur
| 26-08-2019 22:34
TOUS, DES HYPOCRITES , deux mois auparavant ils voulaient,chacun à sa manière, le faire écarter de la course aux présidentielles

Zohra
| 26-08-2019 20:36
A qui profite le crime, je suis quand perplexe que ces ordres venez Chahed. Le roi de la com et de l'enfumage cherchait que ça faire la victime. Et il a vraiment réussi à faire parler de lui H 24.

Les ménages pauvres majoritaires à penser que la politique que fait l'Abbé Pierre au service des pauvres "peut un jour moderniser le pays et leur donner du boulot", les ménages populaire font leurs comptes et voient chaque jour que le compte en macaroni est en baisse.

Quelle mascarade, horrible