alexametrics
Chroniques

Allégrement, démocratiquement, on court à la catastrophe !

Temps de lecture : 4 min
Allégrement, démocratiquement, on court à la catastrophe !

 

Quatre jours seulement nous séparent du premier tour de l’élection présidentielle anticipée. Après le décès du président Béji Caïd Essebsi, la Tunisie a trouvé en son peuple et en ses institutions la force nécessaire pour organiser ces élections et éviter le chaos.

Toutefois, cette élection et les suivantes vont voir émerger (peut-être gagner ?) des courants populistes à souhait qui sont entrés dans le monde politique par une porte dérobée oubliée par un législateur qui n’avait pas les moyens intellectuels de la fermer à temps. L’Isie nous interdit, en tant que média, d’évoquer les sondages et d’analyser les dernières tendances car, dans sa grande sagesse, elle a estimé que cela pouvait nuire à l’électeur et participer à l’orienter. Par contre, un électeur inondé par des dizaines de sondages non fiables distillés par des équipes de campagne peu scrupuleuses, ça ne dérange aucunement l’instance.

 

Bref, sans évoquer de sondages, l’image qui est en train de se profiler pour ce premier tour de la présidentielle est terrifiante. Le quatuor de tête qui pointe le bout de son nez mêle l’incompétence à la corruption et l’inexpérience à la vantardise. On voudrait tellement tirer cette sonnette d’alarme en s’appuyant sur des chiffres et des analyses mais la loi nous l’interdit.

Ce qu’on appelle communément la famille démocrate progressiste a de fortes chances de ne pas avoir de représentant au deuxième tour de l’élection présidentielle 2019. N’en déplaise aux hystériques de tout bord qui croient qu’une élection se gagne sur Facebook ou en ameutant les gens dans les meetings de campagne, transportés de toute part en bus. Cette « famille » se prend des claques électorales successives depuis 2011 mais persiste à commettre les mêmes erreurs, à être hermétique aux critiques et aux conseils, pensant détenir la vérité. Ce sont des petits bourgeois qui s’alignent comme des moutons derrière le candidat X ou Y et prétendent connaitre la Tunisie parce qu’ils sont potes avec leur femme de ménage ou leur jardinier. Encore une fois, les représentants de cette « famille » se sont étripés et encore une fois ils vont perdre et obtenir des scores désolants, pour ensuite revenir en 2020 nous bassiner avec la rengaine de « l’union des forces démocrates ». Vous n’êtes simplement pas à la hauteur, il faudrait vous en rendre compte, une bonne fois pour toutes.

 

Des nouveaux venus sur la scène politique sont en train de rafler la mise et de pousser dehors les partis classiques, inefficaces et sclérosés. A coup de publicité, de terrain, de dons divers et variés distribués depuis près de 3 ans, ces nouveaux venus n’ont pas tenté de gagner les cœurs, ils les ont achetés. Ils lorgnent aujourd’hui le palais de Carthage pour assoir un pouvoir nouveau, disent-ils, plein de promesses et de belles choses. Mais la réalité est qu’ils vont assoir un pouvoir correspondant au seul modèle qu’ils connaissent, celui de Ben Ali. Aucun d’eux ne cherche à devenir président de la République, ils veulent tous succéder à Ben Ali. Toutefois, on ne peut pas dire qu’on ne le savait pas et que c’est une surprise. Tout était clair dès le départ, nous étions seulement occupés ailleurs.

Aujourd’hui la catastrophe approche et au soir du 15 septembre 2019, on devrait s’attendre à un grand coup de massue sur la tête au vu des résultats qui seront annoncés. Certains disent qu’il ne faut pas se précipiter et qu’il reste encore quelques jours de campagne et que tout peut encore changer. Non, les tendances sont installées depuis longtemps et les choix sont déjà fixés. Hormis une petite frange de la société encore sensible aux déclarations et aux éventuels évènements qui pourraient avoir lieu, le reste a déjà son poulain. Il s’agit de la même logique des groupies (hommes et femmes) de certains candidats qui défendent leurs favoris même à l’encontre de toute logique et surtout sans s’encombrer du fardeau de la logique et de l’objectivité.

 

Beaucoup de candidats à la présidentielle vont tomber de haut à l’annonce des résultats du premier tour et verront leurs espoirs s’effondrer. Il faudrait espérer aussi que leur arrogance, leur ignorance, leur entêtement et leur égo, se briseront à la hauteur de leur avenir politique après une élection où ils seront balayés par le peuple. Médias et société civile, nous nous retrouverons alors confrontés à un pouvoir d’un genre nouveau dont il faudra déchiffrer les codes et réduire la nuisance, et on sera seuls, comme d’habitude.

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (31)

Commenter

hombre
| 13-09-2019 09:26
A titre d'exemple, il n'y a pas plus arrogant que ce candidat musicien qui menaçait naguère ses compatriotes tunisiens à partir du Qatar . plus bas que ce vil personnage on n'en trouve point ! hier il a jeté les micros au visage du journaliste qui l'avait invité .

HSE1994
| 12-09-2019 12:53
Bravo pour votre analyse
Je partage tout à fait votre point de vue
BN et NB ont pris position pour le clan mafieux sans réserves par opportunisme suite aux fuites sur les résultats des sondages.
Ils se sont positionnés du coté de l'hypothétique vainqueur !

tls
| 12-09-2019 11:51
plutôt qu'un malhonnête qui n'a ni foi ni loi et/ou qui favorisera ses partisans plus que d'autres. Mon choix est très simple. Les chantiers et les problèmes du pays sont monstrueux , il faudra un peu de temps pour retrouver de bons sentiments, honnêtement. Et nul n'est parfait. Alors de l'humilité et de la modestie dans vos espérances. Mais chose capitale, je ne voterez que celui ou celle qui changerai le mode de gouvernance du pays et le mode du scrutin qui aurai du être changé depuis qq années.

eshmoun
| 12-09-2019 11:41
"Cette étrange clarté qui tombe des étoiles enfin", entre flux et reflux , la catastrophe nous dévoile !....".le maure voit sa perte et perd soudain courage" SOS Cid ou plutôt en l'occurrence Sidna qui que tu sois -à part notre récent défroqué- viens foutre de l'ordre dans ce "terrifiant" merdier si bien analysé !

Zohra
| 12-09-2019 11:12
Prenez l'idée et les laissez le reste merci désolée encore pas le temps.
RABI YAHMIK YA TOUNES

Zohra
| 12-09-2019 10:41
Je suis pas charmé de personne, sauf que je suis logique. "Taban lakom" un pays vidait de ses cadres, ingénieurs, médecins, savants,ect...
Un pays qui n'est pas capable de protéger ses jeunes cadres travailleurs, integres du Lynchage journlier de certains mafia "Taban lakom" vous êtes la honte des autres nations car vous avez de l'or entre les mains au lieu de les protéger vous êtes entrain de les laisser aux voyous de les détruire et prendre leur place.

Comment allez gérer ce pays ? Par les vieillards ou les voyous ? Taban lakom

Wellllllllllllles vous la honte de ce pays

Nazou de la chameliere
| 12-09-2019 10:25
Il y-a des intellectuels qui ne sont pas partisans et ARTISANS du chaos DESTRUCTEUR !!!
Ils ont soutenue Ben Ali Bajbouj et aujourd'hui Zbidi.
Ces gens là sont sincères dans leur engagement pour une démocratie, et surtout la paix CIVILE !!!
Voulez-vous voir les artisans du chaos DESTRUCTEUR ?
Vous les avez devant votre nez .
C'est par exemple "majorité silencieuse "
Ou bien "double rhum " !!! Et beaucoup d'autres !!@
Les artisans de ce chaos, vous manipulent depuis des années !

Je ne suis pas BN
Mais je pense qu'en défendant le droit de Karaoui, C'est pour D'?NONCER la manipulation de ces artisans du chaos !!!
Par la manipulation des élections !!!

Majorité silencieuse
| 12-09-2019 09:59
C'est la seconde fois, à seulement quelques jours d'intervalle, que dans vos chroniques, vous utilisez le terme de « groupies » pour désigner des hommes et des femmes, qui ont pris le parti de soutenir un autre candidat que le votre. Vous avez l'arrogance de ces personnes, qui ont une très haute opinion d'eux même, qui souffrent d'un complexe de supériorité, croyant faire partie de l'élite pensante. Votre attitude méprisante ne sert qu'à flatter votre égo démesuré et ne vous grandit pas. En usant de ce vocable de »groupies », dont le sens premier est assez péjoratif, puisqu'il désigne souvent de jeunes admiratrices, inconditionnelles, d'un chanteur ou d'un groupe de musique, vous vous montrez insultant vis à vis de ceux, que vous semblez prendre pour des imbéciles, puisque, selon-vous, ils sont dénués de « logique » et « d'objectivité », quand ils défendent leurs « favoris ». Pouvez-vous éclairer, de vos lumières, ces simples d'esprit, en leur révélant la démarche philosophique qui vous a conduit à prendre fait et cause pour Monsieur Nabil Karoui? N'avez vous pas, généreusement contribué à cette mascarade,en faisant, de ce manipulateur, un prisonnier politique, abusivement incarcérée par une justice aux ordres. Le fait, de pointer du doigt un timing « inopportun », tout en minimisant la gravité du délit pour lequel il est poursuivi afin de conclure, sans preuves irréfutables, à une instrumentalisation de la justice ressemble étrangement à ce que font certains fans de football, à cour d'arguments, pour discréditer l'équipe adverse . N'est-ce pas, plutôt vous, qui, aveuglé par vos préjugés avez relayé dans de nombreux articles, chroniques et vidéos, des « déclarations » et des  « éventuels événements » montrant un candidat, en tête des sondages, emprisonné et privé de ses droits par un chef de gouvernement peu scrupuleux et ce dans le but d'attendrir les potentiels électeurs encore indécis. La « victimisation » est exploité à des fins électoralistes par l'équipe de campagne et l'épouse de ce candidat pour masquer l'absence de programme qui ne semble pas indisposer les journalistes qui le soutiennent

Professeur de droit
| 12-09-2019 00:07
J'ai, plusieurs fois, dit sur ce forum que depuis 2011, j'ai appris à me méfier de l'opinion unanime des "intellectuels" tunisiens. J'ai appris qu'ils n'ont qu'une seule capacité : Celle de se tromper tous massivement, au meme moment, parce qu'ils n'ont pas d'esprit critique.
1- En 2011, ils ont couvert Ben Ali des tous les maux du monde, pour découvrir après des années de turpitude , que ses adversaires ne lui arrivaient pas à la cheville.
2-En 2014, ils étaient tous convaincus que BCE était l'avenir de la Tunisie, et leur illusion n'a pas duré 30 jours. Le mandat de BCE était fini, dès la nomination de son premier gouvernement. Pour laisser place à cinq années d'agonie économique et sociale. On n'importe qui a cru pouvoir devenir n'importe quoi, et trouver meme des irresponsables pour y croire avec lui.
3- En 2019, toujours les memes, eux qui ont un travail et un salaire, se sont tous dechainés contre un candidat, qui "humiliait" ceux qui n'ont pas de salaire et ne peuvent pas vivre de leur travail. J'ai dit plusieurs fois qu'entre le peuple appauvri et ces "intellectuels"agités, il y avait un grand trou au milieu, et ce n'est surement pas le peuple qui allait tomber dedans.
3- Maintenant qu'ils commencent à constater qu'ils n'étaient pas si intelligents que ça, ils ont encore, presque tous (c'est leur maladie, de se tromper en masse), la prétention de croire qu'ils savent ce que sera l'avenir d'un pays sur lequel ils se sont toujours trompés, à toutes les échéances, sans exception.
Pour les esprits courts, je ne parle pas de Marouen
Achouri (ni de BN) dont je partage totalement l'analyse. Je parle de ceux qui, il y a 72h encore, l'aurait couvert d'injures, pour ce qu'il vient d'écrire. Et qui commencent seulement, aujourd'hui, à découvrir que le ciel et la terre sont plus grands que leurs tetes.

Zba
| 11-09-2019 22:39
Les inventeurs dun printemps arabe ne vont pas nous laisser tomber
Karoui, mourou ou n'importe quil vont appliquer les instructions du maître américain et français.

A lire aussi

Habib Jamli, le chef du gouvernement désigné par Ennahdha, arrivera-t-il à former son équipe

21/11/2019 18:00
1

Les daechiens sont parmi

20/11/2019 15:59
7

Qu’apprenons-nous au juste à nos enfants

19/11/2019 15:59
6

Le « peuple » adore se complaire dans ses a priori et

18/11/2019 15:59
25

Newsletter