alexametrics
lundi 27 juin 2022
Heure de Tunis : 19:35
Dernières news
Abir Moussi aux députés : Si Mohamed Ghariani ne vous dérange pas, ne parlez plus du RCD !
07/12/2020 | 19:22
1 min
Abir Moussi aux députés : Si Mohamed Ghariani ne vous dérange pas, ne parlez plus du RCD !

 

Lors de la séance plénière tenue ce lundi 7 décembre 2020, au Parlement, la présidente du PDL, Abir Moussi a appelé les députés, notamment, ceux d’Al Karama ainsi que ceux de Qalb Tounes à l’accompagner pour « dégager » le nouveau conseiller de Rached Ghannouchi, Mohamed Ghariani.

 

« Vous vous dites révolutionnaires, venez donc « dégager » Mohamed Ghariani, c’est le symbole même du RCD… Je sais que vous en êtes incapables… Vous ne pouvez mettre en colère votre maître le Cheikh… Vous ne pouvez qu’agresser les femmes, vous ne pouvez rien faire d’autre », indique Abir Moussi sur un ton moqueur en s’adressant principalement à Seïf Eddine Makhlouf, ainsi qu’à Oussema Khelifi.

 

Elle a ajouté : « Tant que Mohamed Ghariani ne vous dérange pas, personne n’a plus le droit de parler du RCD. Ce dossier est, donc clos, qu’on en parle plus ! », martela-t-elle, accusant les députés d’hypocrisie et de lâcheté.

 

S.H

 

07/12/2020 | 19:22
1 min
Suivez-nous
Commentaires
zpma
la Douma de Jirinovski
a posté le 08-12-2020 à 17:45
le PDL et El Karama sont deux partis d'extrême droite, avec à leur tête deux personnes connues pour leur chauvinisme violent. Ces personnes surfent sur la vague des multiples sondages devenus l'outil le plus efficaces pour remplir son réservoir électoral. Décrites comme la show women et le showman du paysage politique actuel, mélangeant les rhétoriques populiste et nationaliste, invectives anti islamiste d'un côté et antilibérales de l'autre et un style impétueux et conflictuel. Certains vous diront même que c'est un signe de bonne santé de la naissante démocratie dans ce pays. Les ex-états soviétiques ont en connus dans les années 90 après l'effondrement de l'URSS. Oui mais en Tunisie cela a trop duré non ? la vraie question à laquelle il faut répondre c'est qu'adviendra-t-il de ces deux agitateurs à la « Jirinovski » si on interdisait les smartphones dans l'hémicycle et on arrêterait de filmer et de diffuser les séances et les débats sur la 2eme chaine nationale ? la réponse est qu'ils iront dans la rue pour se faire filmer mais ils arrêteront de le faire à l'ARP.
Ghazi
@ Tunisiens : Ne vous fiez pas à ce tableau
a posté le 08-12-2020 à 16:20
Le torchon brûle entre les Klebs (Le clan de Elloumi et celui de Khelifi), aussi entre quelques députés de la Kharama et les Klebs, ceux d'Ennahdha sont divisés entre les deux.
L'ARP ne représente plus le peuple, l'ARP n'est plus légitime. Sa dissolution est un impératif, par gré ou par force.
Rami
Masques
a posté le 08-12-2020 à 08:34
Ces guignols ne savent pas ce que c'est qu'un masque et la Covid. C'est normal, ils prient et vont à la mosquée, donc ils ne risquent rien.
Achille
Les données ont changés !
a posté le 07-12-2020 à 21:51
Cette plénière a précédé l'incident. Al Karama n'a plus de caractère politique désormais, ça c'était le passé, désormais après l'agression sauvage celle ci se présente désormais en regroupement de criminels. Leurs maintient en politique menace fortement les intêrets économiques du pays, menace fortement la sécurité politique et sa stabilité et menace fortement la souveraineté nationale, ce qui conduit a une promesse d'effondrement de l'ensemble de la nation.
C'est une menace de premier ordre. Il ne s'agit plus de faire mine qu'ils sont politisé, ils ne le sont plus par leurs choix de commettre ouvertement et aux yeux de tous des actes criminels contre la structure politique du pays donc contre la Tunisie. Leurs contrat politique est rompu.
takilas
Ghanoich saffole et ne trouve de solutions.
a posté le 07-12-2020 à 21:32
Il ceche tout et nimporte quoi pour s'opposer à Abir Moussi.
La situation devient critiqué et embarrassante avec ce fou aliéné.
mansour
Les islamistes d'Al Karam,d'Ennahdha,et Qalb tounes refusent tout simplement
a posté le 07-12-2020 à 21:26
d'assumer leurs propres paroles, discours et positions politique comme le prouve Madame Abir Moussi