alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 16:51
Tribunes
A propos de l'architecture gouvernementale et de l'opportunité de créer des pôles ministériels
10/08/2016 | 12:25
6 min
A propos de l'architecture gouvernementale et de l'opportunité de créer des pôles ministériels

Quelques propositions pour un débat public sur la coordination du travail gouvernemental


Par Karim Ben Kahla*

 

 

La question de l’architecture du gouvernement est importante et devrait faire l’objet d’un débat public qui dépasse les avis souvent trop intéressés des partis politiques. La tentation de créer des « pôles ministériels » revient sur la table des négociations et est présentée comme une innovation majeure. Plus qu’un toilettage institutionnel, cette reconfiguration du gouvernement doit être pensée en rapport avec l’avènement d’une nouvelle gouvernance. Un gouvernement « resserré » ce n’est pas simplement moins de ministres, mais une nouvelle façon de gouverner. Pour l’instant nous constatons que cette proposition est réduite à la réalisation de deux objectifs : 1- une meilleure coordination du travail gouvernemental 2- des économies de coûts qui résulteraient de la baisse du nombre de ministres et de ministères.

 

Disons le tout de suite, le deuxième argument ne résiste pas à une analyse sérieuse. Les salaires d’un ministre et des membres de son cabinet ne pèsent rien dans le budget d’un ministère et le nombre de fonctionnaires ne baissera pas du jour au lendemain parce qu’on aura fusionné des départements. Au contraire, cela risque d’aggraver les problèmes de gestion et d’imputabilité des résultats, créera des zones « floues » quasiment incontrôlées, renforcera la bureaucratie et affaiblira la productivité des administrations. Les questions de renforcement des contrôles et de la redevabilité ainsi que l’obligation d’aplatir les structures hiérarchiques n’en seront alors que plus compliquées.

 

Reste l’impératif d’une meilleure coordination de l’action gouvernementale. En fait, il s’agit non seulement de désamorcer les ego des personnes et de débureaucratiser les structures pour mieux coordonner l’action des départements, mais aussi d’aboutir à une véritable intelligence collective de problèmes transversaux et complexes.

 

Créer des ministres délégués chargés de coordonner entre deux ou plusieurs ministères ne nous semble pas la bonne réponse. Cela risque même de constituer un dédoublement des responsabilités et d’être source de confusions. La coordination est du ressort des acteurs concernés et non la responsabilité d’une tierce partie.

 

Nommer un « super ministre » sur deux (ou plusieurs) départements actuels qui n’ont pas de fortes traditions ni de mécanismes de coopération reviendrait à nommer un demi ministre à la tête de chacun des départements en question. Le matin (ou une partie de la semaine), il serait ministre de tel département, l’après-midi (ou le reste de la semaine) ministre de l’autre. Par ailleurs, cette solution risque de sacrifier la spécialisation nécessaire pour affronter la complexité croissante des problèmes posés par la crise actuelle du pays sans réellement aboutir à une meilleure coordination et encore moins à la synergie recherchée. Chaque département « historique » se sentira abandonné au profit de l’autre. Les secrétaires d’Etat peuvent essayer de compenser ce manque. Mais qu’en sera-t-il du pouvoir de ces chefs de second rang à une époque où l’autorité de l’Etat est fortement contestée, où pour le moindre pépin, on ne veut traiter qu’avec le premier responsable, le ministre en personne ?

 

L’important est que les administrations apprennent à travailler les unes avec les autres. Or il n’est pas rare qu’au sein d’un même ministère, des acteurs s’ignorent ou en tout cas rechignent à partager l’information et à travailler autour de projets collectifs.

Osons alors quelques suggestions:

-          Instaurer de véritables mécanismes et traditions de coopération intra et inter départements. Ceci ne fera que préparer et faciliter le rôle d’arbitrage du chef du gouvernement.

-          Elaborer une lettre de mission (« fiche de fonction ») précise pour chaque ministre

-          Elaborer une charte gouvernementale organisant le travail de chaque ministre (notamment la constitution, la composition, l’organisation et le fonctionnement de son cabinet), le travail du gouvernement (en tant qu’équipe solidaire) en interne et ses relations en externe (les parties prenantes, la société civile, les médias, les ambassades, etc.). Le respect de son exécution serait confié au secrétaire général du gouvernement ou au porte-parole de celui-ci.

-          Faire émerger les mécanismes de coopération entre ministères à partir des départements eux-mêmes. Les ministres et surtout leurs départements doivent être invités à fixer des objectifs communs, désigner des comités et équipes de travail communes sur des agendas communs négociés de façon décentralisée ; développer leurs bases de données et proposer des mécanismes d’échange d’informations, etc. La coordination par le « haut » ne servira pas à grand-chose si elle ne part pas de projets de coopération pensés par le « bas ». Les technologies de l’information peuvent y contribuer à condition de ne pas céder à l’illusion technologique de réseaux de communication qui dissoudraient les enjeux politiques et les questions d’intérêt et de pouvoir.

-          Charger les conseillers du chef du gouvernement des dossiers « stratégiques » tout en évitant le dédoublement des missions, les empiètements sur les territoires des uns et des autres et en précisant les rapports entre ces ministres conseillers et les ministres de tutelle ;

-          Veiller à ce que les conseils interministériels et le conseil des ministres aient le maximum d’efficacité et soient le lieu d’émergence d’une véritable intelligence collective (élaborer des manuels de procédures pour la préparation et l’échange d’informations et de documentation préalable, fixation de l’ordre du jour, préparation des notes de synthèse et des documents de présentation, déroulement concret des conseils, suivi des décisions, etc.)

-          Etoffer les services du secrétariat général du gouvernement en vue de leur donner la capacité d’être les gardiens du programme du gouvernement et non seulement du programme d’activités de celui-ci. Ce secrétariat ne se cantonnerait plus aux aspects administratifs et juridiques et pourrait participer à l’évaluation de la mise en œuvre du programme du gouvernement.

-          Mettre en place un cadre réglementaire qui régirait la création et le fonctionnement des « conseils supérieurs » et leur permettrait de jouer un véritable rôle de coordination sur des questions transversales.

-          Garder à l’esprit que le meilleur mécanisme de coordination entre ministères est que les chefs de ceux-ci et leurs premiers collaborateurs (leurs cabinets) se sentent réellement solidaires et membres d’une même équipe menée par un leader pour réaliser des objectifs clairs. Pour cela un véritable travail de « team building » doit être mis en place. La cohérence de la structure n’est rien sans la cohésion de l’équipe et la fidélité de celle-ci à un intérêt commun.

 

Nous sommes conscients que l’architecture gouvernementale n’est pas un problème de théorie des organisations. C’est bel est bien un exercice politique et la personnalité des prétendants ainsi que les équilibres politiques pèseront sur la forme et la composition du gouvernement. En effet, nous en sommes encore souvent dans une situation où la force des institutions découle moins de la rationalité qui les porte que des hommes (et des femmes) qui les incarnent. Mais face aux risques, qui nous guettent si nous n’écoutons pas la voie de la raison, nous avons voulu apporter ces quelques suggestions pour alerter l‘opinion et en espérant que l’architecture du gouvernement ne soit pas débattue uniquement dans des cercles « politiques » fermés.

 

* Professeur, École supérieure de commerce de Tunis. Directeur de l'ECCOFIGES (Ecole doctorale d'économie, comptabilité, finance et gestion de l'Université de la Manouba)

 

10/08/2016 | 12:25
6 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous

Commentaires (13)

Commenter

Enseignant
| 13-08-2016 11:01
Tout d'abord , il faut reconnaître la qualité scientifique et littéraire de ce grand monsieur , les universitaires interviennent car ils se sentent menacés par l fusion avec le ministère de l'éducation plus équitable et socialiste , n'oublions pas les universités privées o plusieurs universitaires sont actionnaires pas ce monsieur que je connais pas donc rendre au peuple ce ministère ne peut pas se passer sans résistance.

Karim Ben Kahla
| 12-08-2016 21:00
Monsieur (ou madame) l'"universitaire".. 1- j'ai parlé d'une lettre de mission pour les ministres et j'ai mis fiche de fonction entre des parenthèses et des guillemets pour insister sur le besoin d'une lettre de mission précise et qui ne soit pas trop vague (comme cela risque d'être le cas) 2- ceci n'est pas du tout un cours de management public (j'ai déjà dit que ce n'est pas le lieu) et comme vous auriez dû/pu le remarquer si autre chose ne vous avait pas aveuglé, j'ai fait des propositions très concrètes pour la coordination du travail gouvernemental (donc ma proposition est tout sauf théorique)3- il n'y a pas de stratégie sans objectifs (l'universitaire que vous êtes devrait pourtant le savoir)4- on ne dit pas "longue de bois" mais langue de bois 5- mes cours ne datent pas de "1990"je n'étais pas encore à l'université 6- pourriez vous m'expliquer comment est-ce que ma petite contribution est "expliquée par le classement de nos universités dans le monde"?? C'est assez nul comme forme de raisonnement 7- que vient faire la phrase suivante: "Un universitaire l autre fois présente un projet au premier ministre PLAGIAT et vous l avez attaque si karim sur internet"? Quel rapport avec mon texte? Sur l'affaire du plagiat que j'ai dénoncé sur ma page facebook (et pas sur internet) auriez vous préféré que je me taise? Que j'accepte que dans un rapport officiel sur l'avenir de la Tunisie on copie des pages entières d'un rapport sur le Maroc? Ce n'est pas ma conception de l'université et de l'intégrité. Mais, encore une fois, quel rapport avec mon article?? À moins que (certains lecteurs comprendront..)...8- votre "style" de rédaction et plus généralement votre français est faible, très faible (voire risible) ("vous faire valoir..." (???) "Proff universitaires de renommé pragmatiques de terrain.." («renommé pragmatiques de terrain » rien que ça !!?? ya walla ahwal)... mais comme vous signez très courageusement "universitaire" et que vous n'avez même pas le courage de décliner votre véritable identité, cela devient triste... triste pour vous et pour vos semblables qui osent signer "universitaire" alors qu'ils devraient revenir sur les bancs de l'école primaire. Dernière précision : j'ai fais exprès de vous répondre sur le ton que vous méritez (même si je me demande si vous méritez une réponse) non pas tellement pour dialoguer avec vous mais pour que ceux qui ont des idées et qui veulent s'exprimer ouvertement sur un journal électronique, ne renoncent pas à le faire devant la médiocrité de ceux qui ne savent, ne veulent ou ne peuvent qu'essayer de casser'

Universitaire
| 11-08-2016 21:48
En lisant l article je vois pas de solutions ou propositions pour la coordination gouvernementale !!!!Fiche de fonction pour chaque ministre !!!(élaborer des manuels de procédures pour la préparation et l'échange d'informations et de documentation préalable, fixation de l'ordre du jour, préparation des notes de synthèse et des documents de présentation, déroulement concret des conseils, suivi des décisions, etc.) !!!!! Ce ci est un cours de management public TRopppppp Theorique et je rejoins l avis de Salim ....on n est pas dans un amphiteatre si Karim et ce que vous presenter des conseils pour une start up ou PME non pas un gouvernement ...le premier ministre ne fixe pas des objectifs ...il trace une stretegie et les ministres doivent transformer la stratégie en actions adaptees a chaque ministere ..et la il faux les bonnes personnes qualifiees et experimentees comme deja annoncé par Si JAMEL TAZARKI ...Oublions svp cette longue de bois et ces phrases repetitives utilisees dans vos cours depuis 1990 ...je rejoins si Salimm ce ci est expliqué par le classement de nos universitees dans le monde.....Un universitaire l autre fois presente un projet au premier ministre PLAGIAT et vous l avez attaque si karim sur internet...desolé on n'apprend rien des universitaires a la fac ni ailleurs ....donc utiliser cet article dans vos cours ou seminaires d etudiants debutans pour se faire valoir ....le management politique ou public est enseigné dans les pays developpé et par des Proff universitaires de renommé pragmatiques de terrain ....

Dr. Jamel Tazarki
| 11-08-2016 17:49
Ce qui manque en Tunisie est un parti politique, un Premier Ministre, un gouvernement qui a un vrai projet pour la Tunisie capable de fasciner, d'enchanter, de charmer, de séduire, d'éblouir la presque totalité des Tunisiens jusqu'à l'hypnose'

Malheureusement, je ne reconnais pas en Tunisie de politiciens qui ont un vrai projet pour la Tunisie, qui ont cette étincelle dans leurs yeux, comme celle que l'on voit chez Ibn Khaldoun, et qui possèdent une sorte d'énergie qui entrainerait tout un peuple vers l'avant. Je ne reconnais pas en Tunisie de politiciens qui sont déterminés, inspirés, résolus, audacieux, courageux et confiants en l'avenir de la Tunisie et des Tunisiens, même si on est en une période de doute. Je ne reconnais pas en Tunisie de politiciens qui font preuve d'une grande capacité, d'une grande aptitude, d'une grande compétence, et d'un grand talent ou génie afin de surmonter les obstacles'

Mais quel genre de projets faudrait-il définir pour la Tunisie et tous les Tunisiens? Oui, il nous faut des projets de grande motivation et de désir infini à la créativité. Oui, il nous faut un vrai projet qui nous tiendrait à c'ur. Oui, il nous faut un projet d'une très grande promesse, d'un très grand espoir, d'un grand soleil à l'horizon de notre avenir socio-économique. Oui, il nous faut un vrai projet qui guide nos actions, notre travail, notre démarche et éclaire notre route vers des jours meilleurs. Oui, il nous faut un vrai projet dont la totalité des Tunisiens ont véritablement envie, un vrai projet qui nous donnerait une bonne raison afin de nous lever très tôt le matin et de travailler tard le soir, et qui nous remplit de force et d'énergie.

Depuis la révolution de Jasmin, on n'a eu que des gouvernements qui n'ont fait que gérer les affaires courantes, et le plus catastrophique d'entre eux est celui de Mr. Habib Essid, en effet chaque Ministre de son gouvernement bricolait ce qu'il voulait et lui n'avait aucune vue d'ensemble (sans entrer dans les détails). Oui, l'absence de vrais projets de nos différents gouvernements depuis 2011 s'est traduit par un état de manque, de frustration, on avait le sentiment de passer à côté de l'essentiel, de ne pas profiter pleinement de nos capacités.

Notre nouveau Premier Ministre, Mr. Youssef Chahed, possède cette étincelle dans les yeux, dont j'ai parlée ci-dessus et il possède aussi cette sorte d'énergie qui pourrait entrainer la majorité des Tunisiens et la Tunisie vers l'avant. Et ainsi, il serait temps qu'il nous parle de ses vrais projets pour la Tunisie qui pourraient nous donner l'élan nécessaire afin de surmonter les obstacles, la détresse et la fatalité et afin de libérer nos freins, vaincre nos peurs et porter notre regard vers l'avenir.


Il est temps de comprendre que pour de vrais projets, il est plutôt question de volonté et d'ingéniosité que de devises étrangères dans notre système bancaire.

Dans d'autres commentaires je vais proposer de nouveau de vrais projets pour la Tunisie et les Tunisiens'

Jamel Tazarki


A tous ceux qui adorent le théâtre, le mariage de Figaro Acte I scène 1
https://www.youtube.com/watch?v=aecJeY8eS04

Aliocha
| 11-08-2016 16:43
Bon article, il faut sorte un logiciel pour le nouveau gouvernement et à chaque fois qu'un membre appui sur une fausse touche l'alarme sonne! mais le tunisien est un artiste non dans la construction mais dans la déconstruction pour parler d'Architecture§
Bon courage Monsieur Chahed qui sera le "témoin" des temps présents et, peut être, l'architecte de la Tunisie future!

Yanamare
| 11-08-2016 14:33
Évidemment, il y en a qui cherchent la petite souris à Mr Ben Kahlà qui veut contribuer à relever le niveau du discours. Même si les dès semblent déjà jetés ou presque, concernant la future composition et structure du gouvernement Chahed, ce texte ouvre le débat sur l'efficacité de la gouvernance. Pas une mince affaire.

DHEJ
| 11-08-2016 13:16
Architecture Gouvernementale


Sur ce point, il ne faut pas lacher cher K. Ben KAHLA


Il faut que cette notion soit reprise par les spécialistes du droit constitutionnel


Quoi il faut leur faire avaler la pilule!!!


Karim Ben Kahla
| 11-08-2016 08:05
première précision, je ne prétends pas être sage et je ne suis qu'un modeste chercheur... mais je me demande pourquoi de nombreux commentateurs préfèrent se cacher derrière un pseudonyme pour s'attaquer à la personne de l'auteur (qu'ils ne connaissent même pas) plutôt que de discuter ses idées.... pourquoi insulter une personne qui a fait l'effort d'écrire quelque chose plutôt que de répondre à ses idées?? une psychanalyse s'impose.. par ailleurs, à ma connaissance, Businessnews n'est pas une revue de sociologie politique et l'objectif de cette contribution n'est pas de faire un cours ni d'exposer les résultats d'une recherche sur les institutions (ce n'est pas le lieux et c'est pourtant évident!!)...Enfin, j'interviens lorsque l'actualité me semble exiger un commentaire ou un partage d'idées (libre à vous de préférer des gens qui n'écrivent rien ou qui ont le courage d'intervenir après coup)... un grand merci à Businessnews d'avoir accepté de publier ma réflexion et merci aux lecteurs d'avoir pris le temps de me lire et de commenter (même pour critiquer) sérieusement..

salim
| 10-08-2016 21:51
Bonjour
je comprend pas pourquoi cet enseignantunivesitaire publie chaque fois qu il y a un remaniement ou nomination d un nouveau gouvernement
de plus son artice est trop theorie...bcp de psychologie..blabla blala d un universitaire sans solutions pragmatiques et d ailleurs la plupart des enseignants universitaires de ce type ...pour confirmer voir le classemznt des universitees tunisiennes au niveau recherche dont ce professeur gere un labo !!!!!!!

SBGB
| 10-08-2016 15:37
Très belle réflexion -- je voudrais aussi insister sur la nécessité de commencer par mettre les bases d'un système d'information général (et par là même introduire ou exploiter plutôt les nouvelles idées du projet E-GOVERNMENT qui a été à maintes fois remodelé puis développé...)
ce système bénéficierait au premier ministère dans sa charge de coordination entre les différentes départements, ministères ou pôles --ce sera une question de paramétrage, de modules... interrogeons aussi les experts en BIG DATA
DHEJ à vous que je m'adresse maintenant: il y a mieux que des héritiers ....