alexametrics
mardi 20 février 2024
Heure de Tunis : 23:43
Dernières news
A Bizerte, la Fête de l’Évacuation au cœur d'un conflit entre le maire et le gouverneur
13/10/2022 | 12:05
4 min
A Bizerte, la Fête de l’Évacuation au cœur d'un conflit entre le maire et le gouverneur


L'ancien membre du bloc d'Ennahdha à l'Assemblée nationale constituante et actuel maire de Bizerte, Kamel Ben Amara a affirmé que la municipalité ne procédera pas à la décoration de la région à l'occasion de la célébration de la Fête de l'Evacuation. Il a indiqué que cette décision résultait d'une pétition soumise par des habitants de la région et les acteurs de la société civile locale. Il a expliqué qu'il était dans l'obligation de se soumettre aux revendications de ces citoyens. « Il est temps de montrer Bizerte aux dirigeants du pays telle qu'elle est, pour une fois, après soixante ans de marginalisation », a-t-il déclaré.


Dans une vidéo publiée le 13 octobre 2022 sur la page de la municipalité de Bizerte, Kamel Ben Amara a indiqué que le gouverneur de Bizerte, Samir Abdellaoui avait choisi d'opérer autrement. Il a réquisitionné, selon le maire, les ressources de l'Etat et de plusieurs autres municipalités afin d'embellir la ville et de l'égayer. Kamel Ben Amara a critiqué l'attitude des autres municipalités et a considéré qu'elles auraient dû faire preuve de solidarité avec les habitants de la région. Le maire de Bizerte a appelé le gouverneur à se focaliser sur des sujets plus importants tels que la réouverture du centre de maternité de Bizerte. Il a révélé que le gouverneur refusait depuis sept mois de tenir une réunion du conseil régional. Il a qualifié l'attitude du gouverneur de tentative de passage en force et a réaffirmé son refus de se soumettre à cette décision contraire à la loi. 

Kamel Ben Amara a, par la suite, expliqué que Samir Abdellaoui lui avait adressé un courrier affirmant la réquisition des employés de la mairie. Il a considéré que la demande de ce dernier était non-conforme aux dispositions du décret n° 78-50 du 26 janvier 1978, réglementant l'état d'urgence. Ce dernier indique que la réquisition n'est possible qu'en cas extrême et pour assurer l'intérêt vital de la nation et non-pas pour la décoration de la ville. Ben Amara a, aussi, expliqué qu'il n'avait pas, en sa qualité de maire de Bizerte, failli à sa mission et à ses obligations. « Je ne pense pas que la décoration de la ville fasse partie des intérêts vitaux du pays », a-t-il dit.


La municipalité de Bizerte a, quelques heures après, rendu public une correspondance adressée au gouverneur de Bizerte Samir Abdellaoui. Le document réaffirme que Kamel Ben Amara refusait de se soumettre aux instructions du gouverneur. Le texte indique clairement que la municipalité refusait de se soumettre aux menaces du gouverneur de réquisitionner les agents de cette dernière.  

A noter que le gouverneur de Bizerte, Samir Abdellaoui est connu pour être l'un des fervents défenseurs du projet politique du président de la République, Kaïs Saïed. Il a été nommé à la tête du gouvernorat quelques semaines après l'annonce des mesures exceptionnelles du 25 juillet 2022.


Le gouverneur de Bizerte s'est d'ailleurs exprimé, à la date du 13 octobre 2022, sur les ondes de Mosaïque Fm. Samir Abdellaoui a affirmé que le maire de Bizerte n'a pas présenté de pétition signée par les habitants de la région. Il a assuré que la décoration portait sur l'ensemble de la ville et ne se limitait pas à la Fête de l'évacuation. Abdellaoui a, aussi, considéré que la municipalité se devait de procéder à cela.

Samir Abdellaoui a, par la suite, critiqué la publication de correspondances entre les administrations tunisiennes. Il a considéré que cet acte devait être puni et qu'il prendra une décision après consultation du ministère de l'Intérieur. Le gouverneur a expliqué qu'il disposait de plusieurs mécanismes, en plus de la réquisition, lui permettant de prendre les décisions nécessaires.


 

 

S.G

13/10/2022 | 12:05
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Citoyen de Tunisie
Ennahdha commence à s'emmêler les pinceaux
a posté le 15-10-2022 à 20:08
Sa fin est imminente et ce sera tant mieux pour le pays et surtout les citoyens.
Abel Chater
Réponse à @Ali Abaab posté le à 00:55
a posté le 14-10-2022 à 15:08
Tu me rappelles les "Bou Dabbouza", qui vivent dans leurs milieux alcooliques, mais qui ne cessent de prétendre être dérangés par leurs "islamistes".
Toi, l'esclave et lèche-bottes des dictateurs, tu viens me raconter à moi, qui ai fait le tour du monde, que la misère, les injustices, la pauvreté, le complexe d'infériorité et la vierge Tunisie que ton "Bou-Petit-Cou" a transformée en une prostituée, devraient en faire une "Tunisie moderne", grâce à ses nages dans la piscine de son palais de Skanès?
Khaf Allah yè Rajel et va voir l'Afrique Noire et l'Ethiopie, que Bourguiba ne parlait que de leur famine.
La "Tunisie moderne"?
Moderne où?
De par la modernité et l'efficacité de ses hôpitaux, de ses écoles, des centres de recherches de ses universités, de la rapidité et de l'équité de sa justice, de la propreté et de l'efficacité de ses moyens de transport, du bon comportement de sa police, de l'absence de corruption dans le pays ou peut-être par le gigantesque argent qu'il a dilapidé pour la construction de son mausolée, devenu une attraction touristique?
Je vois déjà les âmes de nos concitoyens noyés en méditerranée, te visiter de nuits dans tes cauchemars d'esclave des dictateurs.
Allah yèhlik Ass-hab el-charr.
fares
Pas de laxisme envers le secte
a posté le 14-10-2022 à 13:56
Je m'étonne du silence inouï des bizertins envers ce malheureux maire du secte, faut-il qu'ils réagissent sévèrement à propos du comportement de ce maire voyou et archaïque. Le Gouverneur de Bizerte avec l'appui des bizertins doit appliquer sans commentaire la loi envers cet individu qui croie détenir la vérité. La Tunisie ne pourra progresser que si la loi est appliquée sévèrement aux personnes qui dérapent, cas de ce maire. Pas de pitié envers ceux qui ont détruit le pays.
takilas
Conflit ? Conflit de quoi ?
a posté le 14-10-2022 à 11:12
Peut-être du complot et de la traîtrise de nahdha dont les origines des membres de cette secte n'ont rien qui prouve qu'ils sont des tunisiens.
Quoique l'on sait qu'il y a eu durant le proche passés de la Tunisie, plusieurs migrations de la part des pays d'extrême Asie, mis à part ceux qui ont été engagés durant la guère de l'Indochine.
Autrement aucune preuve, sauf le cirque entendu de temps à autre de dépendre des berbères ne sachant pas que cette appellation est une offense et une dégradation qui fait pitié piour un groupevrnus sue les anes et à pieds vers une jungle au nord afrique se voyant obligés de se réfugier au sahara du niger, pour être utilisés en tant que serviteurs et esclaves parla suite n'eût été la conquête arabo-islamique ; il n'y aucune autre preuve sauf celle des improvisations historiques sans fondement parquelquesoccidentaux qui regrettent le maghreb
SALIM
QU'EST QU'IL ATTEND KAIS SAIED?
a posté le 14-10-2022 à 10:59
Aprés la mise en dépot du maire Nahdhaoui de Bouarada(Siliana) pour corruption en flagrant délit, le maire de Sidi Alouane (Mahdia) pour terrorisme, et la desobeissance civile de ce maire nahdhaoui de Bizerte, pour publier les modifications de la loi élecorale interdisant aux maires et membres des conseils municipaux de participer aux élections législatives. Surtout que ENNAHDHA qui prétend boycotter ces élections a commencé trés tot sa participation à travers ses membres aux conseils municipaux en usant les moyens illégaux . Concernant ce maire nahdhoui de Bizerte (il me parait un peu arriéré ...),qui prétend avoir reçu une pétition des citoyens (surement des nahdouis),qu'il nous dise le nombre de ces citoyens(une cinquantaine, une centaine ,... sur 60 ou 70 mille habitants) et qu'est qu'ils representent, et pourquoi il n'ont pas signé une pétition en 2018,2019,2020,2021.Et depuis quand les décisions de la mairie sont prise sur une simple pétition. Donc demain vous fermerez un restaurant touristique par ce que vous avez reçu une pétition demandant sa fermeture sous prétexte qu'il sert l'alcool!!!. Donc après l'état des juges, et l'état des syndicats sécuritaires voila l'état des maires nahdhaouis.
CESARIOS
Pour une vraie transition démocratique durable et productive.......
a posté le 14-10-2022 à 10:35
un maire qui sabote et boycotte, et un gouverneur "boujadi" et qui n 'a rien à voir avec ses principales prérogatives, voilà comment notre chère TUNISIE est gérée de haut en bas depuis une belle lurette , le résultat est là et il ne sera que le désordre et une banqueroute qui galope de jour en jour......La JUSTE , la LOGIQUE et LEGALE SOLUTION ne sera que l'organisation des élections anticipées, normales des présidentielles , des législatives et des municipales selon une loi électorale qui s'adapte et se concorde avec tous les intervenants politiques de la nation sans aucun écartement de n'importe quelle tendance légale et comme tout pays démocratique au monde, elles doivent être , libres, sérieuses, transparentes et hautement contrôlées par des observateurs neutres et indépendants , seuls les urnes des électeurs et des électrices auront le dernier mot et leurs voix seront HONORABLES et respectées à la lettre et seront les premiers et les dernies à supporter la responsabilité de leurs décisions, la passation du pouvoir ne se fait exécuter que par cette manière démocratique, c'est une rebelote pour corriger définitivement le mauvais départ de notre révolution en vue de l'instauration d'une vraie démocratie durable et productive, malheureusement ? notre TUNISIE a pris un chemin détourné, éloigné et dévié, on vit une aventure que DIEU seul connait son AVENIR et où elle va nous emmener?
CHB
Les derniers barouds
a posté le 14-10-2022 à 06:42
Le comportement indigne et injustifié du maire de Bizerte ne m'étonne pas. Se plier à une soit disant pétition de quelques citoyens est un argument ridicule et mensonger. Ce maire aurait du déclarer son refus pour des arguments qui lui sont propres plutôt que de se défausser sur une pétition de citoyens La Loi sur les Collectivités Locales, confectionnée sur mesure par Ennahdha avait pour but de créer des bastions khwanji à l'échelle locale et régionale, dans le cadre d'une stratégie de main mise graduelle sur tout le pays. Les élections municipales de 2018 ont fait monter une majorité de maires nahdhaoui à la tête des municipalités. L'incompétence, l'inexpérience et le sectarisme de la plupart de ces maires nahdhaouis vont avoir pour conséquence de donner un grand coup de balai à ces maires aux prochaines élections municipales. Inchallah
Fares
Le tamponné et le hafterich
a posté le 14-10-2022 à 00:42
Le pays est devenu un ballon entre deux énergumènes incompétents.

Toutes les fêtes nationales doivent être célébrées. Je m'étonne aussi que Kaisollah donne plus d'importance à la fête de l'évacuation qu'à la fête de l'indépendance qui est passée inaperçue les deux dernières années.
Abel Chater
Si la municipalité de Bizerte est appauvrie par ce coup d'Etat de Kaïs Saïed, comment pourrait-elle donc trahir ses propres habitants par ce théâtre à la «Bourguiba», où ils ne lui balayaient que le chemin de son passage, en jetant les déchets et les ordures dans les ruelles d'à côté.
a posté le 13-10-2022 à 21:47
Au passage du défunt dictateur déchu Bourguiba, ils nivelaient les routes et les rues par du concassage. A peine le cortège présidentiel quitte les lieux, que les camions de la municipalité, reprennent leur concassage, laissant les trous et la misère des rues aux habitants, avec plein de poussières pour au moins le mois d'après. N'oublions pas les puits qu'ils remplissent pour que Bourguiba puisse réaliser sa politique des «tapes» ou «sièssit el-marahil», qui nous a ancré les colonisateurs français jusqu'à aujourd'hui.
Aux derniers jeux méditerranéens autour du Stade Radès, le défunt dictateur déchu Ben Ali, installa en bordure des routes, plein de «murailles» en tôle, qu'il a embellies par des affiches publicitaires, derrière lesquelles, les habitants jetaient leurs déchets ménagers.
C'est ce que le gouverneur de Bizerte voudrait imposer au Maire de la ville.
Mais le Maire lui dit «DOUILLIOU» !!!
Maintenant, le gouverneur de Bizerte va insinuer une accusation contre le Maire de Bizerte, à la manière de ce qu'a vécu l'un des Maires de Mahdia. Une nouveauté d'accusation contre les Maires, qu'ils appellent : «apologie du terrorisme», par laquelle ils emprisonnent leurs opposants parmi les Maires des communes tunisiennes.
Il n'y a pas une seule institution démocratique de la Tunisie, qui n'est pas touchée par' le satanisme du coup d'Etat du 25 juillet 2021.
Allah yostir Tounes.
Ali Abaab
Réaction citoyenne
a posté le à 00:55
Meme si vous n'etes pas d'accord avec sa vision et sa politique, vous avez tort de parler ainsi du grand leader et bâtisseur de la Tunisie moderne le President Habib Bourguiba
Anbar
Anbar
a posté le 13-10-2022 à 19:53
Ce khouanji il oublie que monsieur le Président est élu par 83% du peuple en plus il ya HIBETT EDAWLA mais comme il est khouanji on comprend
Djodjo
Kais aussi est un khouanji
a posté le à 23:59
Et aujourd'hui, s'il se présente, penses-tu qu'il ferait le même score ?
Ancien '?lu de la république française
ils se battent pour le pouvoir, ils oublient le peuple tunisien et ses besoins
a posté le 13-10-2022 à 19:00
la guerre continue entre les dirigeants, ils se battent pour le pouvoir et dans tout cela où il est l'intérêt général du peuple tunisien, il parait que Ennahdha n'a jamais gouverné seul, je m'adresse aux politiciens tunisiens et politiciennes tunisiennes, vous pouvez continuer de vous battre pour le pouvoir, vous allez pousser le peuple tunisien à se révolter sévèrement, attention méfiez -vous vous allez déclencher une guerre civile
Abidi
Ennahdha
a posté le 13-10-2022 à 17:36
Vous venez de le dire,le maire fait partie du parti ennahdha qui s'est fait le serment de salir l'image du président pour pouvoir revenir aux gouvernail du pays
Encore un maire
nahdhaoui...
a posté le 13-10-2022 à 17:14
Rien d'étonnant de la part d'un maire nahdhaoui! Ghannouchi et Ennahdha n'ont jamais reconnu Bourguiba ni l'indépendance de la Tunisie. Bien au contraire, ils ont combattu Bourguiba et son régime avec des actes terroristes et des bombes artisanales. Le fait d'ignorer et de saboter la Fête de l'Evacuation est déjà un crime ignoble à l'égard de la nation et des milliers de martyrs tunisiens qui ont sacrifié de leur vie pour la souveraineté territoriale et la dignité de la Tunisie. Tfouuuuuuh alikom, bande de criminels et de traîtres.
Bruno
La vérité
a posté le 13-10-2022 à 15:55
Ce maire doit appliquer les ordres de son supérieur à savoir le gouverneur ou bien qu'il présente sa démission.
Chanchan
Nahdha sont furieux de la construction du pont programmée prochainement
a posté le 13-10-2022 à 15:44
Ils ne veulent voir aucune réalisation favorable au développement socio-économique.
C'est des hypocrites qui pensent que tout argent doit leur appartient et être destiné à leurs familles qui vivent en nababs à Paris et e même d'avoir toutes sortes de privilèges à eux seuls en Tunisie.
Houcine
Les Nahdhaoui ne changeront pas.
a posté le 13-10-2022 à 15:30
De ce Ajbouni, qui leur cire les pompes et déclare que le rassemblement frontiste se prépare pour la suite, au maire qui est en fonction depuis plusieurs années et qui renvoie à la préhistoire l'étiologie des problèmes de "sa" ville.
Nous les savions lenteurs, fourbes et voleurs.
Nous fêtons leur incompétence.
Et nous relevons en outre leur inconséquence.
Bande de sagouins, vous ne changerez jamais.
Ce qui renforce notre goût pour un paysage débarrassé de vous.
Oust ! La racaille.
takilas
Nahdha n'est donc pas finie comme l'événement certains
a posté le 13-10-2022 à 13:14
Et les antinationalistes et les faux tunisiens dont toujours donc dur la scène.
De rappeler que tout à commencé avec le trairre Ali larayadh qui a boycotté la fête nationale relative à la commémoration du 9 avril.
Ce ne sont pas des tunisiens ces sudistes, venus en intrus de londres au cours du mois de janvier 2011 pour s'accaparer , en toute désinvolture, des caisses et des biens de l'état tunisien.

Abir
On peut donner raison au gouverneur mais
a posté le 13-10-2022 à 13:05
Le maire on le comprend un nahdaoui et le gouverneur, ne fait qu'obéir son chef ks et comme ce dernier compte visiter Bizerte, ce ne pas pour fêter l'évacuation, alors qu'il n'a jamais fêté ni l'indépendance ni autres, juste pour se montrer et la décoration, ce n'est que pour lui
Agatacriztiz
Il n'a pas trouvé mieux que la fête de l'évacuation pour "régler ses comptes"...
a posté le 13-10-2022 à 12:28
Le maire khouwangi de Bizerte se "tire une balle dans le pied", lui et ses "fans" suiveurs de la municipalité, qu'il a du placer ici et là, pour ainsi dire.
Si la ville est dans cet état, comme il le dit lui-même, c'est reconnaître que c'est justement conséquent à sa gestion calamiteuse de Bizerte ...
Plus débile que ces khwangias, tu meurs...
Lassaad
Des hommes d'honneur
a posté le 13-10-2022 à 12:12
Par choix, je réside à Bizerte. Cette ville au potentiel incroyable est dirigée par une bande de bras cassés. J'évite le marché municipal et sa puanteur ; le vieux port est une poubelle à ciel ouvert et ses pavés sont dégoulinants de crasse, sans parler des égouts débordant d'eaux nauséabondes Bref, la ville fait honte. Je me rappelle lors des élections municipales des tabbals et zakkars nahdaouis qui sillonnaient les rues vantant les mérites de leurs candidats (de la racaille pour jus) et promettant monts et merveilles. Alors non! Je ne suis pas étonné de la réaction du maire.
Guide de tourisme
@Lassaad
a posté le à 14:13
...du maire nahdhaoui.
Soussi
Double nationalitie
a posté le 13-10-2022 à 12:02
Peut etre Le maire a la double nationalite
Jusqu a nouvel ordre le Gouverneur est l autorite