alexametrics
lundi 28 novembre 2022
Heure de Tunis : 23:29
Dernières news
Fekih : il n'y a pas de conflits entre le gouvernorat et la municipalité de Tunis
26/09/2022 | 09:02
3 min
Fekih : il n'y a pas de conflits entre le gouvernorat et la municipalité de Tunis


Le gouverneur de Tunis, Kamel Fekih a considéré que le bon fonctionnement du gouvernorat dépendait de la coordination entre les différentes autorités locales y compris les municipalités. Il a insisté sur la proximité entre le citoyen et l'administration. « Nous coordonnons avec la municipalité de Tunis puisqu'elle fait partie du conseil régional... L'administration de la municipalité fait partie de l'Etat et de son appareil exécutif... Les décisions émanant du Conseil municipal sont exécutées par l'administration... Il n'y a pas de conflit entre le gouvernorat et la municipalité de Tunis... Je n'appartiens à aucune structure politique ! J'appartiens à une nouvelle approche, celle du professeur Kaïs Saïed », a-t-il ajouté.


Invité le 26 septembre 2022 par Wassim Ben Larbi sur les ondes de la radio Express FM, Kamel Fekih a évoqué les interventions des administrations locales et régionales afin de garantir l'exécution du programme gouvernemental. Il a mentionné l'intervention afin de lutter contre les catastrophes telles que les incendies et les inondations. Evoquant la région de place Pasteur, place de Barcelone, la station TGM et EssijoumiFekih a déploré la non-réalisation ou l'inachèvement de grands projets portant sur l'amélioration des canalisations des eaux usées ou de drainage de l'eau. Il est revenu sur une étude réalisée par l'Office National de l'Assainissement expliquant le coût de ces projets et leur importance.

 

 

Pour ce qui des jeunes, Kamel Fekih a affirmé que le gouvernorat à mis en place de programmes visant à encourager les petites entreprises et des travailleurs indépendants, leur permettant de renforcer leurs ressources et leurs capacités. Un autre programme permettra à des familles de créer des petits projets n'excédant pas les 5.000 dinars. Le gouverneur a indiqué qu'un troisième programme permet au diplômé universitaire d'obtenir un crédit allant jusqu'à 5.000 dinars auprès de la Banque Tunisienne de Solidarité.


Kamel Fekih a, aussi, considéré que le gouvernorat devait mettre en œuvre tous les moyens à sa disposition afin de garantir l'application de la stratégie de l'Etat en matière électorale représenté par l'autorité locale. Il a expliqué que le gouvernorat se devait de mettre ses ressources à disposition des instances régionales et de veiller au bon déroulement des élections. Il a estimé que la représentation du peuple devait être bien étudiée. Le gouverneur a considéré que les Tunisiens devaient choisir pour un modèle politique pragmatique en mettant en place une assemblée chargée de légiférer. Fekih a considéré que plusieurs lois devaient être révisées. Il a considéré que plusieurs lois se heurtaient à la réalité.

Le gouverneur a affirmé que la question des transports devait être abordée sérieusement. Il a estimé que les gouvernorats devaient avoir le champ libre au sujet de la détermination du nombre et du type d'autorisation octroyées par régions telles que celles des taxis individuels. Fekih a expliqué que le nombre d'autorisations pour les taxis individuels et l'identification des lignes de taxi collectif devaient se faire au niveau régional.


S.G

26/09/2022 | 09:02
3 min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous
Commentaires
Mansour Lahyani
"J'appartiens à une nouvelle approche, celle du professeur Kaïs Saïed". Ca tombe mal pour lui !!
a posté le 26-09-2022 à 16:15
Justement, Kais Saied n'est pas "professeur" ! Il aurait bien aimé le devenir, mais il n'a pu en remplir les conditions... Et comme il n'avait aucun espoir sérieux, il s'est rabattu sur la seule fonction qui semblait à sa portée et là, le Doyen Sadok Belaïd n'y pouvait plus rien !! C'est d'ailleurs pour cela qu'il devait payer le prix du rejet de sa thèse : pas de grade de docteur, pas de Constitution, na !
Mais le pauvre Fqi n'a pas été mis dans la confidence : il pensait encore servir un authentique "prof", et ignorait qu'il s'était mis au service d'un vulgaire assistant !!