alexametrics
mercredi 05 octobre 2022
Heure de Tunis : 09:39
Dernières news
Hichem Fourati, nouveau ministre de l'Intérieur
24/07/2018 | 21:29
1 min
Hichem Fourati, nouveau ministre de l'Intérieur

 (Mise à jour 5 novembre 2018)

 

Hichem Fourati a été reconduit dans son poste de ministre de l'Intérieur, ce lundi 5 novembre 2018, suite au remaniement ministériel effectué par Youssef Chahed. Hichem Fourati a été désigné nouveau ministre de l’Intérieur le 24 juillet dernier. 

Rappelons que le chef du gouvernement avait limogé Lotfi Brahem, remplacé par intérim par Ghazi Jeribi, également ministre de la Justice.

 

Titulaire d’une licence en droit de la faculté de droit de Tunis et énarque, Hichem Fourati est conseiller des services publics au ministère de l’Intérieur depuis 1996.

Il occupe, actuellement, le poste de chef de cabinet du ministre de l’Intérieur, et ce, depuis février 2015. Il a déjà occupé plusieurs postes de responsabilité, dont notamment, gouverneur de Monastir en 2011 et secrétaire général au gouvernorat de Zaghouan en 2008.

 

24/07/2018 | 21:29
1 min
Suivez-nous

Commentaires (41)

Commenter

Walid
| 26-07-2018 13:38
Il est titulaire d'une licence en droit et d'un diplôme de L'ENA, la prestigieuse ecole des cadres de l'administration. Il est "énarque". A bon entendeur

Tounsia
| 26-07-2018 09:37
un ministre de l'intérieur avec une petite licence en droit
oh mon Dieu, qu'est ce qui se passe dans ce pays

Clarté
| 25-07-2018 22:44
Au ministère de l'intérieur et au niveau des décisions, le responsable d'une taches concernant l'une des missions du ministère n'est pas le chef de cabinet mais plutôt:

- le DG de la sureté nationale (si la bavure viens de la police et sureté nationale)
- le DG de la garde nationale (si la bavure viens d'une zone couverte par la GN)
- le DG de la protection civile (si la bavure viens de la protection civile)
- le secrétaire général (en théorie), si la bavure viens du coté administratif (concours, appel d'offre, ...), dans d'autres ministère ce poste est équivalent au DG des services communs
- le gouverneur ou délégués (si la bavure provient d'une région / gouvernorat ou délégation)

On parle de décision, ce qui veut dire que ce sont ceux qui auront droit à la claque en cas de bêtises, mais au niveau juridique c'est toujours le ministre le premier responsable, donc quoi que l'on fasse, si l'on porte plainte contre un ministère c'est le ministre qui supporte et qui va bien sur déléguer le dossier à son chargé des affaires juridiques.

Vis à vis d'un Ministre, son chef de cabinet n'est rien d'autres que son délégué qui l'aide à gérer et non à décider.
Il est logique que le chef de cabinet succède au ministre de l'intérieur comme il l'a été fait pour hedi mejdoub ou habib essid (qui a également occupé le poste de chef de cabinet à l'intérieur), car le chef du cabinet est le mieux à même de comprendre tous les rouages du ministère, il a une vision aussi bien "micro" que "macro", et lui sait exactement qui est compétent de qui ne l'ai pas.

Pour ceux qui continuent a encourager Brahem, si je ne me trompe pas, il n'y a eu aucun CV publié ni dans la presse, ni dans le site de l'intérieur, de plus je ne me rappelle pas qu'il était en bon terme avec les hauts cadres du ministères qui se sont réjouis pour la plupart de son départ. Pour ses réalisations tout le monde semble être satisfait et pourtant, par rapport au bilan de Hedi Mejdoub la situation est devenue bien moins sécurisé, on se plaignaient aussi bien du coté de journaliste, que des homosexuels, des fataras qui voulaient garder les restaurant ouvert pendant ramadan et j'en passe, aujourd'hui comme par magie tout le monde l'applaudit, à croire que jamais nous ne serons satisfait

Pour finir, en ce qui concerne le ministère de l'intérieur, il faut arrêter de spéculer et d'essayer de comprendre ce qu'il s'y passe, pendant que nous dormons, eux travail, ils n'ont quasiment pas de vacances, je me demande même comment ils font pour dormir avec toutes les menaces qu'ils ont à gérer. Et le gens, du bac moins 20 au bac plus 2 nous inondent d'âneries comme si un poste au ministère de l'intérieur correspondait à celui d'un chauffeur de louage.
Même pour ce qui est des parties politiques, chacun fait semblant de son coté qu'il est courant et personne ne sait qui l'est réellement, les seuls dont il est certains de leur connaissance de la nomination sont BCE et YC, tout le reste n'ont eu vent de l'info que via les vaguemestres et le bouche à oreilles de courtoisie.

veritas
| 25-07-2018 18:41
On regrette seulement les responsables qui ont prouvé leur efficacités comme c'est le cas de Braham ou même de ben Ali a certain époque .
Une compétence qui a prouvé son efficacité et qui est limogé pour un autre poste plus important pour le récompenser c'est tout à fait normal ,mais blâmer et limoger un ministre efficace pour avoir réalisé de Bon résultat qui ne plaisent pas à un parti politique c'est regrettable,dommageable et condamnable ,dans le cas de Braham il a été éjecté car il est contre les intérêts de la secte du gourou qui sont en contradiction totale avec l'interet du Pays en plus le nouveau nommé est un agent de la secte de Montplaisir,son ex patron Braham a essayé mainte fois de l'écarter mais ses pairs ont réussi leur maintient maintenant il est promu ministre pour le remercier de sa fidélité pour la secte de destruction du pays et des tunisiens et non Pas pour sa fidélité et son patriotisme pour le pays comme l'été braham et tant d'autres ministres intègres non issu des partis islamistes .

Forza
| 25-07-2018 18:39
De cette façon, il va aller au parlement pour demander le vote de Confiance pour Fourati. Comme ça il démontre que le Gouvernement dispose encore de la confiance requise sans demander un vote de confiance concernant tout le Gouvernement. Les députés vont devoir décider s'ils veulent jouer la politique politicienne ou s'ils avancent les intérêts et la sécurité du pays sur d'autres considérations.

Zohra
| 25-07-2018 18:08
Très bien dit

Samir
| 25-07-2018 17:45
Je ne comprends pas pourquoi le départ d'un ministre, d'un PDG, ou de n'importe quel responsable doit être vécu comme une catastrophe dans ce pays. Ils sont tous des SOLDATS au service du pays.
M. Brahem n'est ni le premier ni le dernier ministre à être remercié. Le jour où il a accepté cette mission il savait qu'il était sur un siège éjectable et qu'à tout moment il pourrait sauter. D'ailleurs s'il a été nommé à ce poste c'est parce-que son prédécesseur a été remercié également, avec la différence que M. Majdoub a joué le jeu et est parti en silence sans en faire une affaire d'?tat.
Donc de grâce, ne jouez pas avec la sécurité des tunisens et laissez le nouveau ministre travailler. Un jour ou l'autre lui aussi il va passer le témoin à un nouvel homme de la situation.

Abir
| 25-07-2018 16:59
J'espère qu'il aura pas l'accord du parlement,comme ça il part avec son chef de gouvernement !

Benmhidi
| 25-07-2018 16:47
Le gourou a fait le vide en renvoyant brahem avec 106 cadres du ministère , fourati devrait logiquement par'tir .
Mais peut être que nahda a basé toute cette opération d'effeuillage sur lui.

Aouididi Abderraouf
| 25-07-2018 16:32
Cadre très compétent ,doit avoir carte blanche pour exploiter toutes ses capacités