Tunisie - La cellule de crise arrête une série de décisions en vue des prochaines élections

Businessnews.com.tn | publié le 16/09/2014 23:36
Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, mardi 16 septembre 2014 par la présidence du gouvernement, on lit que la cellule de crise chargée du suivi de la situation dans le pays, s’est réunie sous la présidence de Mehdi Jomâa, chef du gouvernement et en présence des ministres de l’Intérieur, de la Justice, de la Défense nationale, des Affaires religieuses, de l’Education, de l’Enseignement supérieur et des Technologies de communication, du ministre auprès du ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité et du secrétaire d’Etat à l’Intérieur chargé des Affaires régionales et locales.

Après avoir procédé à une évaluation des dernières mesures qu’elle avait prises tout le long des deux mois et demi derniers, la cellule de crise a examiné la situation générale dans le pays et la lutte contre le terrorisme tout en accordant un intérêt particulier au suivi des préparatifs aux prochaines élections.

A l’issue de ces délibérations, le chef du gouvernement a décidé, notamment, ce qui suit :
-La remise de rapports détaillés, concernant les associations touchées par le gel de leurs activités, par les gouverneurs au chef du gouvernement avec un audit financier minutieux de ces associations, et ce dans le cadre de la régularisation de la situation pour celles n’ayant pas enfreint les lois et le transfert des dossiers des associations à la justice pour celles ayant commis des infractions avérées;
-L’élévation du degré d’alerte sécuritaire après l’arrestation de Mohamed Kamel Gharbi lié au dénommé Khaled Chaïeb, alias Lokmane Abou Sakhr et leurs relations avec les réseaux de financement et de soutien logistique dans plusieurs régions de la Tunisie, sachant qu’ils planifiaient des opérations d’envergure visant la sécurité, la stabilité générale du pays et sa transition démocratique;
-L’élévation du degré d’alerte pour protéger les frontières et faire face au trafic d’armes et aux infiltrations des groupes armés;
-L’élévation du degré d’alerte sécuritaire dans toutes les régions du pays, plus particulièrement les zones frontalières tout en recourant à l’intervention de l’armée dans les zones urbaines si les événements l’exigent;

Quant aux sites actifs sur les réseaux sociaux liés au terrorisme et le soutenant, la cellule de crise a enregistré des progrès dans l’identification de leurs propriétaires et a pris les dispositions nécessaires à leur encontre et a présenté leurs dossiers à la justice.
Le chef du gouvernement a recommandé, également, aux parents davantage d’encadrement pour leurs enfants lors de leur navigation sur Internet.

Les ministres ont, par ailleurs, passé en revue, chacun selon ses champs d’intervention, les préparatifs matériels et logistiques et en matière d’infrastructure de base (bâtiments, écoles, lycées) pour les opérations électorales.
La cellule de crise a examiné, aussi, le rôle dévolu aux imams et prédicateurs pour sensibiliser les citoyens à l’intérieur des mosquées quant au déroulement de l’opération électorale, sachant que le ministère des Affaires religieuses a mis fin aux fonctions des imams candidats sur des listes électorales, et ce dans le cadre de la neutralité des mosquées qui doivent être mises à l’écart des tiraillements électoraux.

Tunisie - La cellule de crise arrête une série de décisions en vue des prochaines élections

publié le 16/09/2014 23:36
Dans un communiqué rendu public aujourd’hui, mardi 16 septembre 2014 par la présidence du gouvernement, on lit que la cellule de crise chargée du suivi de la situation dans le pays, s’est réunie sous la présidence de Mehdi Jomâa, chef du gouvernement et en présence des ministres de l’Intérieur, de la Justice, de la Défense nationale, des Affaires religieuses, de l’Education, de l’Enseignement supérieur et des Technologies de communication, du ministre auprès du ministre de l’Intérieur chargé de la Sécurité et du secrétaire d’Etat à l’Intérieur chargé des Affaires régionales et locales.

Après avoir procédé à une évaluation des dernières mesures qu’elle avait prises tout le long des deux mois et demi derniers, la cellule de crise a examiné la situation générale dans le pays et la lutte contre le terrorisme tout en accordant un intérêt particulier au suivi des préparatifs aux prochaines élections.

A l’issue de ces délibérations, le chef du gouvernement a décidé, notamment, ce qui suit :
-La remise de rapports détaillés, concernant les associations touchées par le gel de leurs activités, par les gouverneurs au chef du gouvernement avec un audit financier minutieux de ces associations, et ce dans le cadre de la régularisation de la situation pour celles n’ayant pas enfreint les lois et le transfert des dossiers des associations à la justice pour celles ayant commis des infractions avérées;
-L’élévation du degré d’alerte sécuritaire après l’arrestation de Mohamed Kamel Gharbi lié au dénommé Khaled Chaïeb, alias Lokmane Abou Sakhr et leurs relations avec les réseaux de financement et de soutien logistique dans plusieurs régions de la Tunisie, sachant qu’ils planifiaient des opérations d’envergure visant la sécurité, la stabilité générale du pays et sa transition démocratique;
-L’élévation du degré d’alerte pour protéger les frontières et faire face au trafic d’armes et aux infiltrations des groupes armés;
-L’élévation du degré d’alerte sécuritaire dans toutes les régions du pays, plus particulièrement les zones frontalières tout en recourant à l’intervention de l’armée dans les zones urbaines si les événements l’exigent;

Quant aux sites actifs sur les réseaux sociaux liés au terrorisme et le soutenant, la cellule de crise a enregistré des progrès dans l’identification de leurs propriétaires et a pris les dispositions nécessaires à leur encontre et a présenté leurs dossiers à la justice.
Le chef du gouvernement a recommandé, également, aux parents davantage d’encadrement pour leurs enfants lors de leur navigation sur Internet.

Les ministres ont, par ailleurs, passé en revue, chacun selon ses champs d’intervention, les préparatifs matériels et logistiques et en matière d’infrastructure de base (bâtiments, écoles, lycées) pour les opérations électorales.
La cellule de crise a examiné, aussi, le rôle dévolu aux imams et prédicateurs pour sensibiliser les citoyens à l’intérieur des mosquées quant au déroulement de l’opération électorale, sachant que le ministère des Affaires religieuses a mis fin aux fonctions des imams candidats sur des listes électorales, et ce dans le cadre de la neutralité des mosquées qui doivent être mises à l’écart des tiraillements électoraux.
Commentaires Commenter
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration