Tunisair : Des retards monstres dus à un problème… d’uniforme !

Businessnews.com.tn | publié le 17/02/2017 09:08

« Un incident s’est produit hier entre deux corps de métiers exerçant au sein de la compagnie nationale Tunisair à cause de la ressemblance entre leurs uniformes. C’est ce litige qui a provoqué des blocages et le retard du départ des avions ! » a déclaré Amel Bourguiba, directrice de la communication et des relations extérieures de Tunisair ce vendredi 17 février 2017 dans la matinale d’Express FM.

 

Le problème est le suivant, les deux corps de métiers sont en plein litige car leurs tenues de fonctions se ressemblent trait pour trait. Aux questions de Wassim Ben Larbi, Amel Bourguiba a répondu qu’effectivement le conflit est teinté de « corporatisme » mais qu’il y a aussi des problèmes de « technicité » à cause de la ressemblance des deux uniformes en cause. Elle a également refusé de préciser quels sont les deux corps de métier concernés.

 

« Le moyen courrier Dakar Bamako dont le départ était prévu hier, jeudi 16 février 2017, n’a toujours pas décollé » a-t-elle souligné, ajoutant que l’avion partira ce jour et que les passagers, qui n’ont pas décoléré, ont tous été pris en charge. Elle a également présenté toutes ses excuses au nom de la compagnie pour les désagréments occasionnés précisant que les perturbations se poursuivront toute cette journée et que la compagnie tente « d’absorber au maximum et en toute transparence les mécontentements ».

 

Selon nos informations, les deux corps de métier impliqués sont celui des pilotes et celui des mécaniciens. Le conflit a éclaté suite au fait que les deux tenues se ressemblent et au fait, également, que les mécaniciens navigants réclament les mêmes avantages que les pilotes pendant le vol, y compris la place dans l'avion.

 

K.H

Tunisair : Des retards monstres dus à un problème… d’uniforme !

publié le 17/02/2017 09:08

« Un incident s’est produit hier entre deux corps de métiers exerçant au sein de la compagnie nationale Tunisair à cause de la ressemblance entre leurs uniformes. C’est ce litige qui a provoqué des blocages et le retard du départ des avions ! » a déclaré Amel Bourguiba, directrice de la communication et des relations extérieures de Tunisair ce vendredi 17 février 2017 dans la matinale d’Express FM.

 

Le problème est le suivant, les deux corps de métiers sont en plein litige car leurs tenues de fonctions se ressemblent trait pour trait. Aux questions de Wassim Ben Larbi, Amel Bourguiba a répondu qu’effectivement le conflit est teinté de « corporatisme » mais qu’il y a aussi des problèmes de « technicité » à cause de la ressemblance des deux uniformes en cause. Elle a également refusé de préciser quels sont les deux corps de métier concernés.

 

« Le moyen courrier Dakar Bamako dont le départ était prévu hier, jeudi 16 février 2017, n’a toujours pas décollé » a-t-elle souligné, ajoutant que l’avion partira ce jour et que les passagers, qui n’ont pas décoléré, ont tous été pris en charge. Elle a également présenté toutes ses excuses au nom de la compagnie pour les désagréments occasionnés précisant que les perturbations se poursuivront toute cette journée et que la compagnie tente « d’absorber au maximum et en toute transparence les mécontentements ».

 

Selon nos informations, les deux corps de métier impliqués sont celui des pilotes et celui des mécaniciens. Le conflit a éclaté suite au fait que les deux tenues se ressemblent et au fait, également, que les mécaniciens navigants réclament les mêmes avantages que les pilotes pendant le vol, y compris la place dans l'avion.

 

K.H

Commentaires (32) Commenter
Costumes cravattes
Moncef Barcouscous
| 09-03-2017 13:15
Bel héritage, que notre révolution à la brouette!!! Tous les gueux sont aujourd'hui vêtus de costumes cravates et de pauvres chaussures à bouts pointus! Tout le monde veut être calife à la place du calife... Après avoir remué bien fort la marmite en janvier 2011 voilà que les excréments et étrons divers ne cessent de refaire surface! C'est incroyable le tas d'immondices qu'a généré le départ de ZABA! Nous devrions nous lancer dans l'industrie du papier hygiénique, plutôt que de croire que nous pouvons encore faire voler cette fantomatique compagnie...
Faux problème. Certains mènent les autres par le bout du nez !
Amilcar Barca
| 18-02-2017 19:19
Cetteune histoire à dormir debout. Car en fait au lieu d' en faire conflit tel qu ' il est mentionné , c' est bien puéril. Cela relève d' un égo, et de sentiments surfaits .
Dans ce pays ,désormais de bananes , on doit s' attendre à tout. Pourquoi pas a du sabotage , que cela ne m' étonnerai pas. Apres l'hostellerie, le phosphate, le pétro-fuck , restait ce gros morceau propriété de l'état Qui fait obstacle à la reintauration de chameau comme mode de transport , d' ou on comprends bien le prochain rôle de la new- Utgtt / Nahdha , nouveau couple dont les liens recemments reconfirmes et réconfortés par la visite du islamiste aux bureaux du syndicat.
Car au fait une compagnie aérienne qui se respecte doit être aux normes internationales . Comment ce fait- il que cela arrive la , maintenant comme a une compagnie debutante , qui commence ses premiers pas ?! On efface et on recommence ! On recommence a zero comme des bleus. Mais d' ailleurs c' est generalise partout. La nouvelle devise des ent urbannes et enfoulardes.
Comment font les air France , Alitalia et sans aller trops loin la R.air Maroc . Compagnie exemplaire .
Certains pilotes sont indisciplinés, ne respectent pas les procédures radio d' accusé- réception, ne maîtrisent pas l' anglais et ne sont pas aimables dans leurs communications radio avec le contrôle aérien. Tout se sait . On vous surveille . On vous écoute. Certains dis- je bien .

Alors si il y a probleme d' uniforme soit- disant , ce qui completement loufoque, il n ' à qu' à faire copier -coller , au lieu de paralyser l' économie. D' ou l' idee que c' est du sabotage .
Et les responsables du désastre, du séisme économique qui c'est ?!
Suivez mon regard !
Tunisair l'exemple type
safsaf123
| 18-02-2017 11:44
Tunisie l'exemple type ou le recrutement se fait par copinage et aktel. Cela aboutit à des voleurs de bagages; des vautours et du banditisme. Le prix du café est le plus cher au monde. Ne parlons pas de la mafia des taxistes. Et pourtant les solutions sont simples : bus de transports en commun même avec prix doubles de ce que pratique la SNT. Pourquoi ne pas créer un centre commercial la bas. Pourquoi ne pas installer un contrôle plus strict des bagagistes voleurs et criminaliser ce crime avec des peines sévères. J'arrête de rêver il est vrai qu'on a ministres prêts à dépasser la loi pour faire plaisir à des copains comme avec la loi sur le premier logement ou 37 promoteurs vautours pratiquant des prix hallucinants ont été bonifiés avec 200 millions de dinars ou presque 1% du budget de l'État
précisions
weld el gzela
| 18-02-2017 09:40
Tout d'abord il ne s'agit pas de mécaniciens navigants cette fonction n'existe plus depuis la fin de l'exploitation des boeing 727 par tunisair au mois de novembre 1999,mais de tout temps nos avions sont accompagnés par des techniciens hautement qualifiés donc pas tous et ce ne sont pas de simples mécaniciens et ça ne reflète pas leur degrés de performance et responsabilités c'est des techniciens habilités à remettre en service(vol) avant chaque départ mais aussi suite aux remarques techniques rapportées par l'équipage ou par les systèmes embarqués,ces contrôleurs sont donc appelés à attester et signer l'aptitude au vol de l'appareil,imaginer donc le niveau de responsabilité qu'ils endossent, c'est pas si simple et c'est pas donné à tous ou à un simple mécanicien de montage et de démontage de pièces,ils sont agréés et surtout listés et répertoriés chez l'autorité nationale et Européenne ce sont la fierté de notre pays , coûtent les yeux de la tète au contribuable pour leur formation et le maintien de leur compétence garantissant un haut niveau de sécurité, à noter qu'ils sont du même niveau sinon supérieur à une bonne partie des pilotes (le niveau de base est bac +2 plus deux ans de formation aéronautique dans une école d'aviation agréée OACI ET OU EASA (autorité européenne ou americaine et bien sur avoir réussis au concours de recrutement vient par la suite toutes les formations possibles agréées pour leurs qualification sur un type de machine (avion) avec exigence de réussite, d'autre part ces techniciens accompagnent l'avion aux escales de pays étrangers qui ne disposent pas de techniciens habilités à assurer l'assistance de ce type de machine donc signer l'aptitude de l'avion à repartir et bien sur moyennant le règlement au pris cher cette prestation mais si jamais et c'est toujours le cas en cas d'intervention pour une réparation ou inspection même visuelle alors là c'est des milliers de dollars ou d'euro cash à honorer sur place. En plus sachez que la plus part des compagnies aériennes nationales ne permettent pas aux étrangers d'approcher ou de toucher à leur flottes question de souveraineté nationale et de sécurité absolue surtout pour ces temps qui courent,j'ajoute que les tenues de ces techniciens contrôleurs répondent aux normes vestimentaires internationales du personnels navigants identifiant ainsi tout le personnel à bord et autour de l'avion au sol ce n'est pas une invention du personnel technique de tunisair et toutes les compagnies du monde opèrent ainsi depuis belle lurettes (normes sûreté aéroportuaire).aussi sachez que les compagnies du golfe ne cessent de nous piquer les meilleurs compétences en leur quintuplant le salaire et ils comptent par dizaines .Au final,le fond du problème,c'est une question de mentalité et de caprice des pilotes pas plus et c'est un regard dégradant et tiers-mondiste qu'ils ont toujours porté à l'égard des docteurs de la maintenance comme disait souvant l'Ex PDG de tunisair M'Hamed Bel haj que je salue.
Les aptitudes du chef
Simple observateur
| 18-02-2017 00:57
Et dire que nous voulons attirer les touristes!!!

Les européens préparent leurs vacances longtemps à l'avance. Ce qui m'a frappé en les côtoyant, c'est qu'ils se documentent beaucoup sur tout ce qui concerne le pays où ils comptent se rendre, notamment en consultant régulièrement les médias du pays. Je vous laisse deviner le reste.....

Parmi les aptitudes requises au niveau du chef d'une entreprise c'est son aptitude à gérer les conflits de façon à ce que l'intérêt et la renommée de l'entreprise ne soient pas affectés, raison de plus Si l'intérêt du pays est en jeu.

Un chef doit aussi être capable de distinguer LE VITAL de l'important. De toute façon l'intérêt du client prime.

Enfin les compagnies d'aviation sont renommées pour leur précision; dans ce domaine on parle de minutes et de secondes. Dans ce domaine, les termes tels que quelques heures ou peut-être sont bannis
hahaha
rizk el bilik
| 17-02-2017 21:36
lorsque vous avez un danseur du ventre a liban promu directeur général adjoint technique et qu'il aide ses amis bébêtes et hihan sans aucunes intructions ni éducation et sans diplomes à gravir les échelons et il leur distribue sur eux les titres.lorsque vous avez des soi dit zont cadres qui ont étudié à harvard et qu'on leur donne comme tache de remplir les formulaires de congé ou d'organisé la paperasse des dossier des employés(extrait de naissance;mariage;déccés) .lorsque vous avez des employés qui sont recruté sans bac et qui vous ammene apres 5 ans leur diplome et leurMBA.vous vous dite quand il ont etudié???et quand ils ont travaillé???
Pas surprenant ...
adel
| 17-02-2017 21:32
... si un jour on montera dans un avion révisé par un pilote et piloté par un mécanicien avion.

Pour quand la fermeture de la compagnie Tunisair. Elle sape l'argent du contribuable, rend un service au-delà du médiocre au passager et vole ses fournisseurs de services.
Tant que Nahdha compte comme toujours des bandits ? Dictature dotes-vous ? Ils prétendent Ben Ali etTrabelsis pour qu'il piétinent le peuple.Une dictature peut en cacher une autre, et il ne faut pas dire dictature pour qu'ils fassent comme bon leur semble aafess wach ihemmek
takilas
| 17-02-2017 20:51
Est-ce que nahdha est comme.d'habitude est dans le coup ?
Est-ce que nahdha est pour quelque chose dans les recrutements sans compétences ni références ?
C'est ça le plus important. Sahha likom ya *** ***.
Imlbroglio
FTOUH
| 17-02-2017 20:32
Les avions de Tunis Air sont pilotés par un Commandant de Bord, secondé par un Officier Pilote de Ligne. La fonction de l'Officier Mécanicien Navigant a été supprimée durant les années 90 suite à l'informatisation des instruments de bord. Si, aujourd'hui, on parle de mécaniciens, il ne peut s'agir là que du corps chargé de la réparation et de la maintenance des avions, mais aussi de l'assistance dans certaines escales étrangères, si nécessaire et dans ce cas, un mécanicien part en mission en tant que passager sur le vol pour assurer la check list sécurité. Le plus surprenant dans cette affaire est que le mécanicien est loin de porter un uniforme semblable à celui du pilote mais peut enfiler une combinaison de travail. L'imbroglio demeure total, à moins qu'il s'agit d'un corps de métier autre.
@CHDOULA - Merci pour le sourire
Forza
| 17-02-2017 20:28
Vous devrez penser à écrire des sketches pour la télé.
Bonne soirée.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration