alexametrics
A la Une

Tentative d’inonder Bousalem, à qui profite le crime ?

Tentative d’inonder Bousalem, à qui profite le crime ?

 

Les affaires et les scandales se succèdent ces derniers jours. Après l’affaire de l’école dite coranique de Regueb, c’est la tentative d’inonder tout le gouvernorat de Jendouba qui a attiré l’attention de l’opinion publique. Un acte criminel suspect dont les auteurs et les motivations sont encore inconnus. Retour sur une affaire qui aurait pu se transformer en une véritable catastrophe.

 

Tout s’est passé à la ville de Bousalem, au gouvernorat de Jendouba, où des inconnus ont ouvert la première vanne murale du canal d’Oued Medjerda au niveau d’Oued Boujaarine. Selon le maire de Bousalem, Hachemi Bangueji, les auteurs de cet acte n’ont pas réussi à ouvrir la deuxième vanne, ce qui a pu empêcher un scénario dramatique, qui aurait pu faire de cette journée un véritable deuil national. « Cependant, pour pouvoir ouvrir la première vanne murale, il faut un savoir-faire et une connaissance préalable du mécanisme spécifique de la vanne. La manipulation n’est pas simple, et ne peut être faite que par un connaisseur », assure-t-il, soulignant que ces inconnus ont dû plonger à une profondeur de deux mètres pour effectuer toute l’opération.

Le responsable a, également, ajouté que les unités scientifiques se sont dépêchées sur les lieux du crime pour examiner la scène et relever les empreintes. Le maire a, également, assuré qu’une information judiciaire a été ouverte à ce sujet.

 

Toujours dans le même contexte, Noureddine Habachi a indiqué que les auteurs de cette opération sont inconnus à l’heure actuelle. Pour lui, il serait possible que des habitants du quartier près du canal soient derrière cette affaire. « Rien n’est encore confirmé, mais cette éventualité n’est pas à exclure. Ces habitants voudraient, probablement, obtenir des dédommagements à la suite de l’inondation des habitations », indique –t-il.

 

Pour certaines personnes, cette affaire serait liée au dossier de corruption, révélé au cours de la semaine dernière, où le premier juge d’instruction au tribunal de première instance de Jendouba avait émis un mandat de dépôt à l’encontre du directeur régional de l’équipement et du secrétaire général du gouvernorat pour suspicion de corruption.

Cette décision s’inscrit dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le procureur de la République au tribunal de première instance à Jendouba à la suite des 11 plaintes déposées par le gouverneur de la région sur des suspicions de corruption autour d’un nombre d’entrepreneurs et de cadres de l’administration. Ces affaires concernent certains projets publics, en l’occurrence, les travaux d’infrastructure de base à l’hôpital régional de Jendouba et d’une bibliothèque publique à Oued Mliz, la gestion d’équipements et de moyens de transport relevant du conseil régional ainsi que de marchés publics.

D’ailleurs, des mandats de dépôt avaient, également, été émis à l’encontre d’un fonctionnaire au conseil régional du gouvernorat, d'un ancien chef de département au conseil régional du gouvernorat et d’un homme d’affaires en relation avec le même dossier.

 

Or le porte-parole du Tribunal de première instance de Jendouba, Noureddine Habachi avait écarté l’éventualité d’un acte de sabotage et d’un règlement de compte, estimant qu’il n’y a aucun rapport entre les deux affaires, assurant que les enquêtes en cours révèleront la vérité autour de cet acte aussi grave que louche.

 

Indépendamment des motivations et des raisons ayant poussé ces inconnus à commettre ce crime, l’affaire demeure d’une extrême gravité, dans la mesure où les eaux auraient pu submerger toute la région si le plan avait été mis en exécution dans son intégralité. Cependant, il est tout à fait légitime de se poser des questions sur les systèmes de sécurité mis en place pour ces endroits stratégiques et délicats, d’autant plus que le maire de Bousalem avait indiqué qu’il n’y a aucune garde qui assure la protection des deux vannes murales, mis à part un système de maintenance périodique.

C’est dire que la situation aurait pu virer à un drame national, malgré tous les efforts déployés par les autorités nationales et régionales pour préserver la sécurité des habitants durant la dernière vague de froid, les pluies torrentielles et les importantes quantités de neiges enregistrées dans la région du Nord-Ouest.

 

En tout état de cause, la justice a pris cette affaire en main. Une affaire de grande importance qui touche à la sûreté nationale, vu le nombre de vie qui était mises en danger. Notre système judiciaire a déjà prouvé qu’il est capable d’agir en toute urgence, même dans des affaires moins graves que celle-là, à l’instar des 56 personnes arrêtées à Sousse en train de jouer au Poker ou encore l’arrestation en un temps record de Borhène Bsaies. La tentative d’inonder tout un gouvernorat mériterait elle aussi une intervention et des enquêtes aussi efficace afin d’élucider ce crime qui aurait pu se transformer en une véritable catastrophe.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

Abir
| 10-02-2019 10:01
Dand les pays qui se soucient pour leurs peuples,l'un de hauts responsables sort et rassure son peuple et prend des sanction sévères,en Tunisie deux drames terroristes et les deux "responsables" sont absents,nous avons des lâches qui ne méritaient pas leur postes.

Abir
| 10-02-2019 09:52
Il faut fermer Majless Choura où tout les plans diaboliques contre se pays s'organisent et se décident.

antireligion
| 08-02-2019 20:50
en Allemagne en 1933 : pour couper l'herbe sous les pieds de leurs adversaires politiques surtout les communistes les nazis n'ont pas hésité d'incendier leur parlement le (REICHSTAG) en Tunisie les nazis sont les enturbannés et les foulardées qui ne reculent devant rien et tous les sales coups sont permis pour arriver à leurs fins le seul remède pour éradiquer cette gangrène qui dévore le pays est, au lieu d'ouvrir les vannes il faut fermer les mosquées et surtout mettre hors d'état de nuire tous les enturbannés et toutes les foulardées qui ont un sexe à la place du cerveau

Nephentes
| 08-02-2019 19:57
En 2019, pratiquement chaque région de Tunisie "bénéficie" d'un ou plusieurs syndicats du crime solidement organisés et établis, infiltrant les administrations locales.

Mais cette tentative est d'une ampleur impressionnante, et a probablement nécessité des moyens et des compétences spécifiques..

Il est utile de rappeler que le barrage d'Oued Mliz est d'une hauteur de 16 mètres et qu'il est nécessairement classé comme infrastructure présentant un risque majeur pour la sécurité publique, avec plan d'intervention spécifique.

La question est pourquoi l'accès à ces vannes n'est pas soumis à vidéo-surveillance à l'instar de pratiquement tous ces types de barrage dans le monde civilisé ?

La tentative d'ouverture de ces vannes à nécessité l'accès à des informations techniques confidentielles et les compétences de personnel qualifié relevant du Ministère de l'Equipement ou du secteur du BTP.

Ce type de personnel bénéficie normalement d'habilitations spécifiques.

Mansour Lahyani
| 08-02-2019 17:05
A qui aurait profité le crime ? Pour une fois, à personne... Mais on se serait bien marré, pour une fois, à regarder des milliers de personnes périr dans les flots !
Mais la réaction la plus naturelle, et la moins stupide, c'est celle qui consiste à s'interroger : mais, il n'y avait donc pas de sécurité dans ce barrage, pour que n'importe qui ait pu accéder aux vannes ? Donc, Si Rabhi, votre première urgence est d'équiper vos barrages - si ce n'est déjà fait...

veritas
| 08-02-2019 14:43
http://www.tunisiefocus.com/politique/lhorreur-a-un-nom-regueb-204365/

salah redeyef
| 08-02-2019 12:14
Leurs chefs et imams leur disent de faire tout pour tuer avec tous les moyens ! Pour eux tant qu'il y a des cadavres, c'est bon pour l'islam

rz
| 08-02-2019 12:09
Bien que cet act est criminel, en réalité c'est un act pour alléger la pression et lâcher du lest ou détourner l'attention sur ces camps de rgeb et les nombreuses autres semblables à lui, les incubateurs des futurs terroristes en herbe.

Patriote
| 08-02-2019 09:32
Ce n'est pas un simple règlement de compte ou un crime de droit commun mais bel et bien un acte terroriste qui a visé à tuer de centaines de civils innocents ! c'est grave ou est l'état nom de dieu ! ou est la justice...Appliquez la peine de mort sur ces assassins sans pitié !

Battal
| 08-02-2019 08:01
Cet acte de sabotage me rappelle les incendies qui ont détruits une grande part de nos forets il n y a pas long temps.
Les terroristes ne vont pas cesser de nuire à notre patrie par tous les moyens tant qu'ils partagent le pouvoir avec les débiles.

A lire aussi

L’Union Internationale de Banques (UIB) continue sur sa lancée malgré une conjoncture difficile,

21/04/2019 16:39
1

Elles sont nombreuses à chercher une nounou ou femme de ménage « africaine » sur les réseaux

19/04/2019 20:59
12

Un sujet délicat entre la centrale syndicale et la présidence du gouvernement depuis plusieurs

18/04/2019 19:59
11

Depuis la révolution, la vie du Tunisien est ponctuée de mouvements sociaux de tout genre. S’il

17/04/2019 19:59
1

Newsletter