alexametrics
Dernières news

Rached Ghannouchi : Nous sommes contre la logique de majorité et de minorité !

Rached Ghannouchi : Nous sommes contre la logique de majorité et de minorité !

 

Le président du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a affirmé, ce samedi 12 janvier 2019, son attachement au principe du consensus et son positionnement contre la logique de majorité et de minorité.

 

«Nous sommes sûrs que le président de la République fera attention à ce que son initiative de l’héritage fédère et unifie les Tunisiens et qu’elle soit issue d’un consensus qui renforce l'unité de la société» a-t-il déclaré.

«Je réitère clairement, ce que j’ai affirmé à plusieurs reprises : Nous sommes contre la logique de majorité et de minorité. La Tunisie, qui est dans une phase de transition démocratique, a toujours besoin d'un régime consensuel et nous nous engageons de notre part, quels que soient les résultats des élections de 2019, au principe du consensus et contre la détention d’un pouvoir exclusif», a-t-il expliqué lors d’une conférence organisée par l’l'Institut tunisien des études stratégiques (Ites) et rapporté par Mosaïque Fm.

 

I.N

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (36)

Commenter

Tawafek = tanafek
| 13-01-2019 21:09
A titre d'exemple et en cas de conflit entre l'ugtt et le gouvernement à cause de la réforme des entreprises publiques déficitaires, ghannouchi et essebsi interviennent au nom du tawafek pour réconcilier entre les deux parties en conflit et l'ugtt renonce à sa mence de grève et le gouvernement est sommé de laisser tomber la réforme demandée ou de la reporter à une date indéterminée...!!! Le plus grand perdant dans cette affaire est la Tunisie et son économie, pas de réformes et aucune perspective d'amélioration. On ne fait de réformes, on stagne, on tourne en rond, le pays agonise et les deux cheikhs sont encore au pouvoir, au nom du ....tawafek!!!! En tout cas, bajbouj semble avoir compris la farce d'où son récent retrait un peu trop tardif de cette démagogie du tawafek....!!!!

Mohamed 1
| 13-01-2019 12:26
Le "tawafe9" de Ghannouchi illustre parfaitement le fameux "nil3ab oualla n7arrem" de notre enfance.
Cependant, devant une opposition traîtresse de la patrie, soit par démolition de l'unité, soit par désertion des urnes, c'est celle-ci qui adoptera honteusement et minablement ce slogan dans le futur proche.

Abir
| 13-01-2019 11:13
Comme l'a dit Givago,il faut voter et tous, vous les progressistes,votez Abir,la seule qui va nous débarrasser deces criquets de la merdolation,il faut éliminer Béji et Gannouchi, quoique cet individu doit être juger et il n'a pas le droit de participer aux élections,et Béji ne mérite pas d'être élu une deuxième fois,aussi il est sûr de nous faire une deuxième trahison.Votez madame Moussi,elle est patriote,sincère,franche et n'a jamais retourné sa veste.

Maryem
| 13-01-2019 10:51
Les entretiens de Paris au Bristol ont tout scelle,il y a quand meme deux temoins un homme d affaires Tunisien et un prince Saoudien qui ont arrange la rencontre .......etc.
L exigence d Essebsi le Palais de Carthage et pas de candidat d Ennahdha a la presidentielle...c est a dire l election certaine de BCE contre Tartour (Ennahdha a refuse de donner ses consignes en faveur de Tartour)
Les exigences de Ghannouchi participation au pouvoir avec
des ministeres regaliens pour ennahdha l interieur et la justice et un consensus sur la nomination du chef du gouvernement......Aujourd hui BCE et Ghannouchi sont toujours sur la meme onde,et chacun joue son role pour amadouer les spectateurs.

medeve
| 13-01-2019 10:03
L'objectif de ghanouchi est de créer et instaurer un émirat en Tunisie. Il prône la décision collective à la manière des obscurantistes islamistes qui n'ont pas la capacité de diriger des êtres libres de toute influence religieuse !!!

Givago
| 13-01-2019 09:10
Ce type ment comme il respire, il a surrement oublier les annéés 2012/2013/2014, oû il ne jure que par les résultats du vote (écharïa).maintenant il est entré deux chaises il ne sait plus où donner de la tête,et la réunion secrète avec BCE ces derniers jours pour nous concocter un sempiternel (taouafek) c'est pour mieux nous endormir.alors les tunisiens doivent tous voter pour dégager les deux responsables de la déroute du pays avec leur (taouafek )votez ce que vous vouler mais votez.

Amilcar
| 13-01-2019 02:55
Ce type est un dangereux Charlatan narcissique imbu de lui même.. Se rends il compte du mal qi ' il fait à la Tunisie?

J ai bien peur qu ' il y ait un terrible secret entre lui et Bce... Un pacte diabolique..

Ce qui explique la faiblesse du gvt..

J' aimerai entendre plus Abir Moussi la.seule à rester droite et propre
Dans cette jungle de pseudo-politicards du dimanche!

- Il faut absolument changer le mode électoral actuel pour celui à Majorité - minorité

- Il faut absolument retirer le référant religieux de la constitution sinon les islamistes vont y faire constamment référence pour bloquer les projets de loi civils.. La liberté de conscience , de toutes façons ne les empêchera pas d' avoir recours à une autorité religieuse.

Ces deux critères doivent être les enjeux des prochaines élections...

Nous voulons un gouvernement civil laïque

A bas l' Islam politique source de tout les malheurs

Cordialement






Demos cratos !!!
| 13-01-2019 00:25
Apparemment, M. Rached Ghannouchi ne dégringole pas de l'école de la démocratie...!!! Sa démagogie consensuelle, mais autocratique a endommagé jusqu'ici le processus de démocratisation en Tunisie. BCE, qui a parrainé et partager avec lui cette politique consensuelle, depuis 2014, assume également une part de responsabilité dans le freinage du processus démocratique en Tunisie. Le pouvoir n'est pas un gâteau à partager entre des politiciens qui cherchent à pérenniser leur présence au pouvoir, mais il doit être plutôt le fruit de programmes politiques permettant de mobiliser les électeurs et de gagner les élections pour pouvoir gouverner en toute légitimité démocratique...!!! Les partis politiques qui gagnent les élections peuvent gouverner, les autres doivent passer à l'opposition et se préparer aux prochaines échéances électorales...!!!! Bref, la politique consensuelle à la ghannouchi et essebsi s'est avérée nocive et contreproductive pour notre jeune démocratie...!!!

ourwa
| 12-01-2019 23:52
ghannouchi est " contre la logique de majorité et de minorité." Il a raison, car il sait très bien que son mouvement de malheur n'aura jamais la majorité absolue à l'Assemblée...et au cas où la majorité relative échoit à un autre parti, il avancera encore et toujours son dada quotidien , " le consensus", comprenez "le consensus", l'accord d'alliance avec le parti vainqueur pour le partage du pouvoir, comme lors des entretiens de Paris en 2013... A ses yeux, le seul consensus qui tienne est celui qui implique nahdha dans le pouvoir... Une alliance de nidâa, par exemple , avec un ou plusieurs partis, autres que nahdha, pour former une majorité parlementaire confortable et un gouvernement qui tienne la route, celle alliance-là est taxée par ghannouchi de " détention d'un pouvoir exclusif ", une dictature, en somme...Mais d'où sort cette idée farfelue de "consensus", qui ressemble fort à une alliance forcée qu'à autre chose? Le seul qui pourra répondre honnêtement à cette question est la seconde partie des entretiens du Bristol de 2013, BCE...en supposant que celui-ci décide de parler franchement, HONN'?TEMENT et sans détours...Mais ce sera quand les poules auront des dents... Le mariage entre BCE et ghannouchi, ou entre nahdha et nidâa ressemble fort à un mariage islamique éternel dans un pays qui prohibe la séparation, le divorce et la répudiation, un mariage à vie, ni foi ni loi...jusqu'à ce que mort s'en suive, celle de BCE, après une très longue vie, espérons-le et après la mort politique de nidâa...qui va bon train... " Ceux qui s' y (nahdha) frottent se brûlent", a dit en substance l'un des cheffaillons de nahdha...et il avait raison... Il ne reste plus aux électeurs de nidâa, ce satellite de nahdha, qu'à préparer le corbillard symbolique pour organiser les funérailles politiques de nidâa tounes, d'ici un an. Pas plus.
ghannouchi est un musulman de pacotille, il se dit "démocrate", pèse de tout le poids de sa majorité parlementaire pour gouverner...mais il insulte en même temps le principe du vote démocratique et au premier lieu la "bay7a" des calfes d'antan et notamment les 4 califes, commpagnons du prophète, Abou Bakr, Omar, Othman et Ali, tous élus à main levée par les chefs de tribus influents, parmi d'autres candidats. Il y a eu donc, à chaque fois, une majorité et une minorité. ghannouchi, à son accoutumé, musulman de pacotille, insultant l'Histoire de l'Islam, y compris l'Islam des origines, refait le monde à sa manière et impose à tous sa vision tronquée et ses interprétations farfelues de l'Histoire. Idéologiquement, qu'a-t-il de différent avec le calife al-baghdadi de Daech? Rien.

Maryem
| 12-01-2019 20:35
Vous avez tout dit et explique...j adhere dans toute la totalite..
La Tunisie est d esence laique...un peuple qui veut vivre

A lire aussi

Le ministre de l’Education, Hatem Ben Salem a reçu ce lundi 21 janvier 2019 l’instituteur d’une

21/01/2019 22:57
0

Le directeur général de l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire au ministère de

21/01/2019 21:49
0

Hechmi Lahdhiri, membre du bureau exécutif Machrouû Tounes a annoncé, ce lundi 21 janvier 2019, sa

21/01/2019 21:00
1

Les négociations entre le gouvernement et l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) autour des

21/01/2019 19:55
0

Newsletter