Protection rapprochée de Hamma Hammami : Pleins feux sur une polémique

Businessnews.com.tn | publié le 19/07/2017 10:53

Contacté par Business News dans la soirée du mardi 18 juillet 2017, le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami est revenu en détail sur la chronologie des faits relatifs à sa protection rapprochée.

 

En 2014, sous le mandat présidentiel de Moncef Marzouki, le nom de Hamma Hammami était apparu sur la liste des personnes politiques menacées. Ainsi, lors d’une réunion à Carthage avec Abdelkarim Zbidi, ancien ministre de la Défense en 2014, il a été proposé de placer Hamma Hammami sous la protection de la garde présidentielle. Cette protection rapprochée assurée par la présidence de la République tunisienne a duré 4 ans et 4 mois.

 

Au sujet des hommes de la garde présidentielle qui entouraient Hamma Hammami, celui-ci a décrit « Ils me suivaient au pas même quand je me rendais au ministère de l’Intérieur ils montaient avec moi et m’attendaient devant le bureau. Ces hommes travaillent avec un grand professionnalisme ».

 

Le porte-parole du FP a fait une rétrospective des plans de meurtre qui le ciblaient. Le 19 septembre 2013, le directeur de la sécurité présidentielle et l’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, avaient annoncé à Hamma Hammami qu’il était visé par un plan d’assassinat qui devait se dérouler lors d’un de ses meetings à Hammamet. Radhia Nasraoui, l’épouse de Hamma Hammami ainsi que l'une de ses filles étaient aussi ciblées.

 

Le 20 mars 2014, un second plan a visé Hamma Hammami et c’est l’Etat tunisien qui lui en avait fait part. Dans la nuit, l’ambassade des Etats-Unis en Tunisie avait appelé Hamma Hammami et lui avait confirmé cette information. « Après l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, l’ambassade des Etats-Unis s’était portée garante de transmettre les informations faisant état de plans meurtriers vis-à-vis des personnages politiques tunisiens. C’est pour cela qu’ils m’ont appelé » a déclaré Hamma Hammami.

 

Le troisième plan d’assassinat visant Hamma Hammami, le plus dangereux d’entre eux, lui a été révélé le 3 septembre 2014 alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle. L’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou ainsi que Ridha Sfar, haut cadre du ministère avaient invité Hamma Hammami à une réunion au siège du ministère pour lui faire part des plans le visant. Ce plan avait été élaboré par le chef djihadiste et terroriste algérien, Lokman Abou Sakher qui avait choisi le mode opératoire des voitures piégées. L’ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, était également visé par ce plan d’après les déclarations de Hamma Hammami.

 

Jusqu’ici la protection du porte-parole du FP était assurée par la garde présidentielle. Il avait à sa disposition une voiture et une escorte policière par des policiers en moto. Une autre information faisant état d’une atteinte à l’intégrité physique de Hamma Hammami lui était parvenue en 2015. Dans la liste des personnes ciblées, il y avait aussi les députés du FP, Mongi Rahoui et Ahmed Seddik. C’est aussi à ce moment que l’homme d’affaires et député de Nidaa Tounes, Ridha Charfeddine, avait été visé par une tentative d’assassinat à Sousse.

 

En relatant ces faits, Hamma Hammami a souligné : «  Vous savez ce n’est pas une vie d’être menacé dans son intégrité physique de façon aussi perpétuelle. Avoir avec soi une garde rapprochée est semblable à une assignation à résidence. On me place sous protection car je suis menacé, il ne s’agit pas d’un caprice comme on veut bien le faire croire dans certains médias et sur les réseaux sociaux ».Par ailleurs, il a évoqué les très bonnes relations qu’il a entretenues durant les 4 ans et 4 mois où il était placé sous la protection de la garde présidentielle. Le syndicat des forces de sécurité présidentielles lui avait par ailleurs attribué un prix d’honneur pour les excellentes relations qu’il avait nouées avec les hommes assurant sa garde.

 

Le 17 juin 2017, la protection de Hamma Hammami est passée aux mains du ministère de l’Intérieur. A ce sujet, le porte-parole du FP a expliqué : « Le passage de ma protection aux mains du ministère de l’Intérieur ne me pose aucun problème. Suite aux changements dans l’organisation de ma protection, j’ai appelé le directeur du cabinet présidentiel, Slim Azzabi pour lui poser une simple question qui est : Est-ce que les menaces à mon encontre ont baissé ? ».

 

Ce passage d’une protection à l’autre a inquiété la famille de Hamma Hammami car celui-ci n’était protégé que ponctuellement. « Avec ma nouvelle protection je devais informer à l’avance de tous mes déplacements. Par exemple, pour certaines réunions du FP qui se tiennent de 21h à 1h du matin j’y allais seul en me faisant accompagner par mes collègues militants. Cela a engendré une vague d’inquiétude dans mon entourage. Je suis prêt à sacrifier ma vie privée mais pas mon activité militante » a-t-il martelé.

 

Hamma Hammami a aussi précisé qu’il ne buvait pas, qu’il ne fumait pas et qu’il ne possédait pas de voiture. «Je ne vais pas au café ni au restaurant, d’ailleurs c’est moi qui cuisine chez moi. Mes sorties sont donc limitées à mon activité militante au sein du FP ». Aujourd’hui, Hamma Hammami se fait conduire dans ses déplacements par un ami militant au sein du FP qui possède une voiture populaire qui n’est pas puissante. Ce type de voiture pourrait mettre Hamma Hammami en danger puisqu’en cas d’attaque, il pourrait être atteint rapidement.

 

Le porte-parole du FP est également revenu sur la grève de la faim entamée par son épouse et militante des droits de l’Homme, Radhia Narsaoui. Il a déclaré : « Radhia Nasraoui sait que je ne cesserai jamais mon militantisme, elle a donc décidé de militer de son côté par la voie de cette grève ». Il a ajouté que son épouse a envoyé 4 courriers à la présidence de la République, à la présidence du gouvernement et au ministère de l’Intérieur les 19 et 23 juin 2017 et les 3 et 4 juillet 2017, pour leur poser une simple question qui est : « Les menaces contre Hamma Hammami sont-elles moins importantes qu’auparavant ou non ? ».Il a souligné que ces courriers sont restés sans réponse et a promis de les envoyer à Business News pour illustrer cet article cependant cela n'a pas été fait. Il a aussi ajouté qu’ il importe peu que sa protection soit assurée par la garde présidentielle ou par le ministère de l’Intérieur évoquant par ailleurs les inquiétudes de Chokri Belaïd qu’il avait exprimé de son vivant et pour lesquelles certaines personnes l’avaient traité de paranoïaque. Pour Hamma Hammami « l’Etat tunisien ne respecte pas l’opposition. Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi et le chef du gouvernement, Youssef Chahed ne devraient pas entrer dans des considérations partisanes ».

 

Khawla Hamed

 

 

 

Protection rapprochée de Hamma Hammami : Pleins feux sur une polémique

publié le 19/07/2017 10:53

Contacté par Business News dans la soirée du mardi 18 juillet 2017, le porte-parole du Front populaire, Hamma Hammami est revenu en détail sur la chronologie des faits relatifs à sa protection rapprochée.

 

En 2014, sous le mandat présidentiel de Moncef Marzouki, le nom de Hamma Hammami était apparu sur la liste des personnes politiques menacées. Ainsi, lors d’une réunion à Carthage avec Abdelkarim Zbidi, ancien ministre de la Défense en 2014, il a été proposé de placer Hamma Hammami sous la protection de la garde présidentielle. Cette protection rapprochée assurée par la présidence de la République tunisienne a duré 4 ans et 4 mois.

 

Au sujet des hommes de la garde présidentielle qui entouraient Hamma Hammami, celui-ci a décrit « Ils me suivaient au pas même quand je me rendais au ministère de l’Intérieur ils montaient avec moi et m’attendaient devant le bureau. Ces hommes travaillent avec un grand professionnalisme ».

 

Le porte-parole du FP a fait une rétrospective des plans de meurtre qui le ciblaient. Le 19 septembre 2013, le directeur de la sécurité présidentielle et l’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou, avaient annoncé à Hamma Hammami qu’il était visé par un plan d’assassinat qui devait se dérouler lors d’un de ses meetings à Hammamet. Radhia Nasraoui, l’épouse de Hamma Hammami ainsi que l'une de ses filles étaient aussi ciblées.

 

Le 20 mars 2014, un second plan a visé Hamma Hammami et c’est l’Etat tunisien qui lui en avait fait part. Dans la nuit, l’ambassade des Etats-Unis en Tunisie avait appelé Hamma Hammami et lui avait confirmé cette information. « Après l’assassinat de Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, l’ambassade des Etats-Unis s’était portée garante de transmettre les informations faisant état de plans meurtriers vis-à-vis des personnages politiques tunisiens. C’est pour cela qu’ils m’ont appelé » a déclaré Hamma Hammami.

 

Le troisième plan d’assassinat visant Hamma Hammami, le plus dangereux d’entre eux, lui a été révélé le 3 septembre 2014 alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle. L’ancien ministre de l’Intérieur, Lotfi Ben Jeddou ainsi que Ridha Sfar, haut cadre du ministère avaient invité Hamma Hammami à une réunion au siège du ministère pour lui faire part des plans le visant. Ce plan avait été élaboré par le chef djihadiste et terroriste algérien, Lokman Abou Sakher qui avait choisi le mode opératoire des voitures piégées. L’ancien chef du gouvernement, Mehdi Jomâa, était également visé par ce plan d’après les déclarations de Hamma Hammami.

 

Jusqu’ici la protection du porte-parole du FP était assurée par la garde présidentielle. Il avait à sa disposition une voiture et une escorte policière par des policiers en moto. Une autre information faisant état d’une atteinte à l’intégrité physique de Hamma Hammami lui était parvenue en 2015. Dans la liste des personnes ciblées, il y avait aussi les députés du FP, Mongi Rahoui et Ahmed Seddik. C’est aussi à ce moment que l’homme d’affaires et député de Nidaa Tounes, Ridha Charfeddine, avait été visé par une tentative d’assassinat à Sousse.

 

En relatant ces faits, Hamma Hammami a souligné : «  Vous savez ce n’est pas une vie d’être menacé dans son intégrité physique de façon aussi perpétuelle. Avoir avec soi une garde rapprochée est semblable à une assignation à résidence. On me place sous protection car je suis menacé, il ne s’agit pas d’un caprice comme on veut bien le faire croire dans certains médias et sur les réseaux sociaux ».Par ailleurs, il a évoqué les très bonnes relations qu’il a entretenues durant les 4 ans et 4 mois où il était placé sous la protection de la garde présidentielle. Le syndicat des forces de sécurité présidentielles lui avait par ailleurs attribué un prix d’honneur pour les excellentes relations qu’il avait nouées avec les hommes assurant sa garde.

 

Le 17 juin 2017, la protection de Hamma Hammami est passée aux mains du ministère de l’Intérieur. A ce sujet, le porte-parole du FP a expliqué : « Le passage de ma protection aux mains du ministère de l’Intérieur ne me pose aucun problème. Suite aux changements dans l’organisation de ma protection, j’ai appelé le directeur du cabinet présidentiel, Slim Azzabi pour lui poser une simple question qui est : Est-ce que les menaces à mon encontre ont baissé ? ».

 

Ce passage d’une protection à l’autre a inquiété la famille de Hamma Hammami car celui-ci n’était protégé que ponctuellement. « Avec ma nouvelle protection je devais informer à l’avance de tous mes déplacements. Par exemple, pour certaines réunions du FP qui se tiennent de 21h à 1h du matin j’y allais seul en me faisant accompagner par mes collègues militants. Cela a engendré une vague d’inquiétude dans mon entourage. Je suis prêt à sacrifier ma vie privée mais pas mon activité militante » a-t-il martelé.

 

Hamma Hammami a aussi précisé qu’il ne buvait pas, qu’il ne fumait pas et qu’il ne possédait pas de voiture. «Je ne vais pas au café ni au restaurant, d’ailleurs c’est moi qui cuisine chez moi. Mes sorties sont donc limitées à mon activité militante au sein du FP ». Aujourd’hui, Hamma Hammami se fait conduire dans ses déplacements par un ami militant au sein du FP qui possède une voiture populaire qui n’est pas puissante. Ce type de voiture pourrait mettre Hamma Hammami en danger puisqu’en cas d’attaque, il pourrait être atteint rapidement.

 

Le porte-parole du FP est également revenu sur la grève de la faim entamée par son épouse et militante des droits de l’Homme, Radhia Narsaoui. Il a déclaré : « Radhia Nasraoui sait que je ne cesserai jamais mon militantisme, elle a donc décidé de militer de son côté par la voie de cette grève ». Il a ajouté que son épouse a envoyé 4 courriers à la présidence de la République, à la présidence du gouvernement et au ministère de l’Intérieur les 19 et 23 juin 2017 et les 3 et 4 juillet 2017, pour leur poser une simple question qui est : « Les menaces contre Hamma Hammami sont-elles moins importantes qu’auparavant ou non ? ».Il a souligné que ces courriers sont restés sans réponse et a promis de les envoyer à Business News pour illustrer cet article cependant cela n'a pas été fait. Il a aussi ajouté qu’ il importe peu que sa protection soit assurée par la garde présidentielle ou par le ministère de l’Intérieur évoquant par ailleurs les inquiétudes de Chokri Belaïd qu’il avait exprimé de son vivant et pour lesquelles certaines personnes l’avaient traité de paranoïaque. Pour Hamma Hammami « l’Etat tunisien ne respecte pas l’opposition. Le chef de l’Etat, Béji Caïd Essebsi et le chef du gouvernement, Youssef Chahed ne devraient pas entrer dans des considérations partisanes ».

 

Khawla Hamed

 

 

 

Commentaires (18) Commenter
L'état Tunisien ne respecte pas l'opposition
Pitbulll
| 21-07-2017 14:49
Et est ce que l'opposition respecte l'état Tunisien ou du moins la majorité...
Pour cela vs n'avez qu'à entendre les interventions,à l'ARP,de S.Abbou , Tebbini, Amroussia , Rahoui et j'en passe
La honte !
A4
| 20-07-2017 08:56
H COMME HONTE
Ecrit par A4 - Tunis, le 20 Juillet 2017

Et monsieur se cache
Tel un petit lâche
Qui nous fait des tâches
Dans son pantalon

Il blottit sa tête
Comme une mauviette
Derrière sa femmelette
Ou dans ses jupons

Il veut ses joujoux
Voiture à quat' roues
Lunettes et bijoux
Paillettes et pompons

Par manque de courage
Il reste dans sa cage
Cumule les ratages
Comme un vieux crouton

Quand comprendra-t-il
Qu'il est inutile
Qu'il n'est qu'un débile
Aux histoires bidons ?

N'est-ce pas une honte
Pour ce mastodonte
Qui mérite une tonte
Du crâne au menton ?

Pour sauver son âme
Cet être infame
Se sert de sa femme
Comme chair à canon !
SI CE COUPLE S'ATTEND
Citoyen_H
| 20-07-2017 03:18

à ce que HRW, l'ONU, les femmen, amnisty international, l'UNESCO, Greenpeace, sauvons willy, l'UNICEF s'en mêlent, il vaudrait mieux commencer à préparer les funérailles, à moins que soros ou mac-cain soient de nouveau prêts à les aider pour payer une protection rapprochée, digne des grands noms de la poubelle de l'histoire.

Ça avait fonctionné une fois quand ils avaient mensongèrement traité ZABA de monstre.
Cette fois-ci, ce sera un trou dans l'eau.
Les "occidentaux" se sont rendus compte des forfaitures de ces vendeurs de mensonges.
Ils n'ont vraiment pas envie de voir des boats people tunisiens recoloniser leurs rives, une seconde fois.
Ils en ont eu pour leur compte quand ils nous avaient envoyé les "brouettistes".
Ça les a traumatisé, à jamais.


Bon appétit
A4
| 19-07-2017 21:28
Pour défendre sa peau, hamma envoie sa femme faire la grève de la faim ! Quel courage de sa part !!!
Il nous apprend qu'il fait la cuisine à la maison. Pour ce soir hamma, tu peux tout manger, radhia fait la grève.
Plus "rajjel" que hamma, ça n'existe pas ...
Mensonge et malhonneteté
camarade 7or
| 19-07-2017 19:01
Ecoeuré par certains commentaires haineux et vindicatifs, je voudrais émettre les éclaircissements suivants:
1- Il est lamentable de confondre l'état avec ceux qui gouvernent.l'état n'appartient pas à celui qui gouverne. Il appartient à toutes les citoyennes et à tous les citoyens qu'il est appelés à protéger. ceux qui croient que l'état tunisien appartient à BCE et son entourage font l'apologie de la dictature et du despotisme.
2- Hamma Hammami n'a pas menti. lorsqu'il est allé à l'AGHORA, c'était juste au moment des élections présidentielles de 2014. Suite à des informations faisant état d'un projet d'attentat terroriste par voiture piégée, la Présidence (du temps de Marzouki) a mis à sa disposition une voiture blindée juste durant la période électorale. Hamma Hammami en a parlé hier sur Nessma.
La morale: le mensonge et la haine n'ont jamais été un moyen honnête pour affronter ses adversaires politiques. Celui qui veut donner des leçons à Radhia Nasraoui et Hamma Hammami doit chercher d'autres moyens. "Ya jabel me yhizzik rih".
Revendiquer la protection de la part de ceux qu'on dénigre !
Najib
| 19-07-2017 16:57
Moralité d'ingrats , faux militants , gauches opposants destructeurs ! Tout le monde sait l'acharnement haineux de Radhia Nasraoui sur les forces de l'ordre . Elle ne ratte pas d'occasions pour les traiter de tous les vices et de tortionnaires systématiques , surtout . Des accusations infondées qu'elle rapporte aux différentes organisations internationales . Comment revendique t-elle la protection de son mari par les services d'un organisme qu'elle le traite ainsi ? On ne peut l'attribuer qu'à l'hypocrisie et à l'attitude hostile , haineuse et ingrate envers le pouvoir .
hamma casse toi de le scene
houda
| 19-07-2017 15:25
tu nous les casses les co....
militantisme de mes bottes devenue folie de grandeur
houda
| 19-07-2017 15:23
voila en un seul mot ce que c est hamma hammami et faut il lui rappeler que la troika n est plus au pouvoir et le calme revient petit a petit mais profoter au maximum de l argent du contribuable c est du profit et du vol ni plus ni moins
..svp Hama,..une requete..
ftouh
| 19-07-2017 14:49
..est ce que Hama. avec ou sans escorte peut nous donner la recette des aubergines farcies ( vegetariens, car le prix de la viande est trop cher pour les travailleurs) ?

Sinon la recette d' Omek Houria fera l' affaire.
Merci et salutations merdo-revolutionnaires

La honte !!!
A4
| 19-07-2017 13:55
Tout passe, sauf le fait que hamma se cache dans les jupons de sa femme. C'est honteux !
Le FP doit expulser cette *** de hamma ... et lui "épiler" sa moustache !!!
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration