alexametrics
Dernières news

Photos du jour: Patrimoine en danger, le lycée de la Rue du Pacha en exemple

Photos du jour: Patrimoine en danger, le lycée de la Rue du Pacha en exemple

Les photos ont commencé à circuler depuis une semaine. On y voit l’état de décrépitude qu’a atteint le lycée de la Rue du Pacha, un des établissements scolaires importants de la Tunisie et un fleuron du patrimoine local et de la médina de Tunis plus précisément. Laisser-aller, manque de moyens et autisme de l’autorité de tutelle sont pointés par des anciens de ce lycée-institution.

Bâti en 1900, le lycée de la Rue du Pacha était, au départ, une école pour filles musulmanes portant le nom de Louise-Renée Millet, sa bienfaitrice française. L’établissement a été transformé, en 1945 en collège, puis en lycée de jeunes filles et enfin en établissement mixte, dès le début des années 90.

Le lycée de la Rue du Pacha a été celui de la première femme médecin musulmane du Maghreb, et a reflété, par ses différentes mutations, l’histoire de la Tunisie moderne et de la libération de la femme tunisienne. Il reflète désormais la situation d’une Tunisie dont le patrimoine est en péril.













Crédit photo: Farah Ben Mna et Mohamed Ali Ben Tahar

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

canalou
| 30-09-2014 09:54
avec la montee de l islamisme et du capitalisme ;l ecole publique est delaissee au profit de l enseignement coranique pour les pauvres et l enseignement prive pour les eiches . L ecole privee coute tres cher et cache le blanchiment d argent en construisant des ecoles pour une elite et en delaissant le tunisien moyen qui n aura pas de choix que d aller dans un kottab sur une hsira trouee .Nous revenons en arriere au temps de la colonisation otthomane et nous cassons l 'uvre de Bourguiba qui a democratise l enseignement public

fadhoula
| 29-09-2014 19:45
le délabrement et la délapidation des établissements scolaires ont commencé depuis l'ère bourguibienne - 3 exemples que je connais bien : l'école primaire d'Ain Draham (une vraie cage à lapins), Lycée Khaznadar du Bardo (réfectoire transformés en salles de classes, fenetres brisées , fermées par des carcasses de tables ..) et le Lycée de Carthage (est passée de 1500 élèves à 3000 en 1968 ) !!! et on nous vient raconter que le 1/3 du Budget national est consacré à l'éducation nationale... et ...et ...

manoubi
| 29-09-2014 17:58
je suis triste de voir ça , Hazin

HAMISSI . S.
| 29-09-2014 14:58
Quel gâchis ,quelle insouciance, cette rue me rappelle mes plus belles années vécues à Tunis quand je l arpentais tous les matins pour me rendre à mon lycée, il faut dire que c était les années 60. et que le respect de l autre était de rigueur. Strasbourg vous salue

adel
| 29-09-2014 14:53
On piétine nos meilleurs symboles.

Tounsi ben Tounsi
| 29-09-2014 13:33
Saletés à la pelle, grèves infinies, maladies contagieuses ( qu'on croyait éradiquées à jamais)° de retour, pouvoir d'achat à l'agonie, économie en ruine, prolifération des moins que rien à la barre, pays frères détruits, insubordination, irrespect, menaces, grossièretés...sont les conséquences d'une catastrophe que beaucoup continuent à appeler printemps arabe.

sss
| 29-09-2014 10:41
c malheureux !Ma pauvre belle TUnisie ! on est en train de te mettre dans un piteux état !

LE VIEUX
| 29-09-2014 10:00
La nouvelle classe politique est presque fiere de marquer sa "diiférence" : un aspect négligée col de chemise crasseux , accent rural délibérément exagéré barbe non rasée ou sauvage etc...
Vous faites la queue à la poste ,à la banque : cela sent la basse court tellement les gens négligent leur hygiène corporelle
des detritus à la Medina ??c'est peut etre aussi marquer sa différence tribale par rapport aux"sales" bourgeois qui habitent la médina et qui ont snobé des decennies durant les gens qui viennent d'ailleurs !
Alors les gens d'ailleurs sont là et bien là pour vous emmerder avec leur culture et leurs habitudes! tsunami de saleté et clochardisation comportementale!

Adnan
| 28-09-2014 20:22
D'abord @CHL, les établissements d'enseignement public des cycles primaire, secondaire et supérieur, sauf cas exceptionnels rares en Tunisie appartiennent fonds murs et personnels à l'État, les municipalités n'ont rien à voir. Dans certains cas le Ministère de l'Ed Nat cède à divers titre des établissements d'enseignement . La Municipalité de Tunis a bénéficié du Palais Khereddine, le Minist. de la Culture le Palais Halfaouine. Et c'est en fait une tournure heureuse qu'a pris la désaffection de ces bâtiments de la part du MEN.
Le cas du Lycée de la rue du Pacha, est l'expression même de la chute des valeurs humanistes au sen du MEN. Autant il est compréhensible que les Palais ne soient plus des écoles et sont appelés à d'autres fonctions, ils n'ont pas été conçus à cet effet.Le cas du lycée de la rue du Pacha puis celui de l'école primaire de la rue Dar El Jeld , à 500m de ce lycée, sont l'expression d'une désinvolture du ministère envers la mémoire et le passé de l'instruction publique du pays. Avec la disparition graduelle des agents du MEN qui ont vécu la période Messadi, ou l'instruction et le savoir était une valeur nationale, la succession a repris notamment des objectifs de rendements de l'investissement par an/élève...et autres repères qui ont au passage conduit à la grave crise de tout notre système éducatif et la baisse de sa cotation à l'international. Le Lycée de la rue du Pacha, l'École Dar El Jeld, sont des bâtiments conçus pour être des écoles , leur problème relève du fait que leur ossature n'est pas en béton, et la plupart des ingénieurs architectes en Tunisie ne sont pas formé pour entretenir ces bâtiments anciens qui sont construits avants l'apparition du béton armé. Beaucoup de Ministères détenant de bâtiments de cette période, surtout les Ministères de la Défense, Finances et Premier Ministère à la Kasba ont trouvé les solutions pour préserver ces bâtiments, et c'est tout en leur honneur de préserver les bâtiments symboliques de la République. Le MEN n'a pas fait cette démarche, dommage, pourvu qu'il ne poursuive pas vers le déclassement de ces terrains publics et les placer dans la spéculation foncière que subi la Médina maintenant. La société civile, et les institutions du contrôle doivent veiller à ce que ces tours de passe passe ne détériorent plus nos structures publiques.

TRE
| 28-09-2014 19:47
Alors que les ecoles tombent en ruine a travers la republique, les mosqués fleurissent et s'embellissent: marbre, lustres de luxe, climatiseurs,.....ca reflete l'image de nos gouvernants,non pas parce qu'ils sont pieux mais parce qu'ils s'en fout de l'education du peuple. Un peuple ignorant est beaucoup plus docile et maniable qu'un peuple eduqué

A lire aussi

Le secrétaire général de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk a indiqué, ce samedi 17 novembre 2018, à

18/11/2018 09:00
0

S’est tenue aujourd’hui, samedi 17 novembre 2018, à Tunis, la 8ème édition du conseil des

17/11/2018 22:02
1

Noureddine Bhiri a été reconduit aujourd'hui, samedi 17 novembre 2018, à la tête du bloc

17/11/2018 21:17
3

Le leader d’Ennahdha Rached Ghannouchi s’est exprimé à l’occasion de la rencontre annuelle du bloc

17/11/2018 20:54
13

Newsletter