alexametrics
Dernières news

Omar Béhi : La hausse du prix des carburants aurait pu être plus conséquente

Omar Béhi : La hausse du prix des carburants aurait pu être plus conséquente

Invité de la matinale de Shems FM ce lundi 25 juin 2018, le ministre du Commerce, Omar Béhi, est revenu sur l’augmentation des prix des carburants. Une augmentation de 75 millimes évaluée à 4.4% et entrée en vigueur depuis samedi 23 juin 2018.

Au micro de Hamza Belloumi, M. Béhi a indiqué que cette augmentation est engendrée par la hausse des prix du pétrole dont le baril est actuellement estimé à 75 dollars. Il a, également, ajouté que toute hausse d’un dollar dans le prix du baril du pétrole coûte aux caisses de l’Etat 120 millions de dollars.

 

L’Etat, de ce fait, se trouve contraint de recourir à la politique d’ajustement automatique afin de mieux contrôler le budget alloué à la subvention des produits pétroliers.

« Le prix du baril du pétrole a augmenté de 20 dollars, une hausse au dessus des prévisions de la Loi de finances 2018. Le prix du baril du pétrole est très volatile et beaucoup d’intervenants entrent en jeu et c’est pour cela que c’est difficile de prédire ses fluctuations. Nous avons, donc, alloué 1500 MD à la subvention des produits pétroliers ainsi que 1000 MD supplémentaires afin de maitriser le déficit dans ce secteur. Je signale, de plus, que nous n’avons pas voulu dépasser les 75 millimes d’augmentation contrairement aux recommandations du Fonds monétaire international (FMI) » précise le ministre.

 

B.L

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

El Galeg
| 25-06-2018 21:34
Est ce que quelqu'un pourra lui répondre ce charlatan à deux sous!
Un pays gouverné par une bande d'incompétents, à quoi s'attendre de leur part.
Y'a sidi mettez nous l'euro à 4 dinars, l'essence a 3 dinars et passez au travail. Arrêtez de pleurnicher et d'expliquer l'inexplicable, et mettez vous au travail bande d'incompétents.

Brabbi à quoi s'attendre d'un gouvernement qui fonctionne encore aux visites « inopinées ». Que font les fonctionnaires de l'Etat pour qu'un ministre quitte son bureau pour aller au marché, à l'hopital, aux centres commerciaux... on est même pas capable de gérer l'administration et on veut gérer un '?tat..

La Tunisie c'est fini..

takilas
| 25-06-2018 18:38
Ce type a trois doctorats, et une expérience rarement connue par quelqu'un dautreven Tunisie et non pas comme Ali Larayadh qui n'a même pas le bac ?! Et Saida Lounissi de nahdha sortie du banc de l'école, sans parler dautres de nahdha qui sont des incultes et nayant rien sauf qu'ils étaient en sinécure à Londres attendant le sofflet detre appelés au cours de l'année 2011 pleins dargent destiné pour la corruption de milices.

kimpazark
| 25-06-2018 16:23
Tout est dans le titre. Il y a une limite à tout et un jour, elle sera atteinte avec cette politique populiste et qui cherche que les solutions de facilité. A ce moment là tout le monde payera le prix fort et personne n'aura le temps de déguerpir.

LE TUNISIEN
| 25-06-2018 14:51
Il ná rien compris ni du commerce ni de léconomie cést pareil à Nabil maaloul.

toto
| 25-06-2018 14:15
La réponse est claire et simple.
Lutter contre le commerce parallèle, le trafic des mafias. j'espère que vous serez capables de la faire.

Elghoul ?
| 25-06-2018 13:50
Depuis quelques mois alors qu elle est à 13-14 % , qu elle augmente depuis des années au meme rythme et que le rythme de son augmentation n'est pas vraiment plus rapide. Ils ont fait croire qu il y a accélération de l inflation pour manipuler les taux de la BCT à cause des dégats économiques monstrueux causés par la stratégie des politiques et leurs réseaux, concernant le glissement du dinars, la planche à billet de plus en plus inefficace désormais, la degradation malgré l augmentation des impots, le refus des fonctionnaires à sacrifier une partie des privillèges excessifs accumulés au fil des années, le réseau parallèle devenu intouchable.......

HCE
| 25-06-2018 13:39
Ce type , comme tant d autres ministres sont placés en fonction de leur capacité de tenter de rouler dans la farine le maxi de citoyens qui croient encore que les choses économiques reposent réellement sur des règles efficaces et bien établies. Il n'a pas honte, mais il s en fout , puisqu il a besoin d'un CV où il y a inscrit ministre, ça compte. Sauf qu il est là en temps que fusible pour qu il encaisse et absorbe les coups et les foudres des tunisiens, à la place de ceux qui l ont nommé. Ensuite , on le remerciera pour ses conneries qu il bonnit à grande cadence et il rentrera content de lui , car ses supérieurs n ont pas encaissé directement des coups. Dommage que des jeunes sous responsables ont encore les moyens d essayer de tromper les gens et que tout le monde le laisse mentir à tout bout de champs sans qu il ne soit sanctionné pour ses bétises. Et dire je n'est rien contre ce type, mais plutot contre ce genre de menteur logorrhéique qui nous fait perdre du temps, sans apporter les vrais solutions , tels réduire de 25 à 25 % les bons d 'essence qu secteur publique pendant 2 ans. Puisqu il sait que ceux qui en bénéficient ont de 500 à 1000 litres d"essence gratuit par mois, dans un pays en fiasco économique. C est dire le type de sous responsables qui passent à la radio et à la télé. D autres solutions simples sont connues de tous. Mais ces types n ont aucun courage d homme pour prendre les vraies mesures. Aujd c est sa journée, ..

Ali Baba au Rhum
| 25-06-2018 12:27
l'augmentation du prix de l'essence? due à la hausse du coût du pétrole, elle aurait pu être plus importante selon le ministre ; que l'on s'estime donc heureux ! sauf qu'effectivement, on ne s'explique pas qu'à la baisse des prix du baril durant ces dernières années, les prix du carburant aient toujours été révisés à la hausse dans ce pays ; ni que l'administration publique ne s'impose pas de mesures d'austérité pour l'usage de son parc automobile aussi pléthorique que les chauffeurs les utilisant. et si le ministre utilise d'une manière très malheureuse le qualificatif jeu de mots , volatile , concernant les prix des hydrocarbures, il faut aussi admettre que sa résolution d'en combattre ou d'en limiter la hausse ne l'en est pas moins; pour ne pas parler de l'art de plumer le citoyen comme ... un volatile.

Walid
| 25-06-2018 11:07
Pourquoi quand le baril avait atteint les 150 dollars le prix de l essence était beaucoup moins cher et avoisinait les 1,3 dinars aujourd'hui île baril est de 80 dollars et le prix avoisine les 2 dinars
La réponse est votre politique économie néfaste et la dépréciation du dinar ont fait qu on est arrivé à un seuil Alarmant si vous n êtes pas capable de piloter le pays laisser les commandes à d autres personnes il y en a marre de l opportunisme gouvernemental

keftagi
| 25-06-2018 10:44
Et les Porshes et , les Mercedes et les BMW achetées au nom des sociétés sans TVA
Leurs frais de carburant entrent dans les frais généraux et sont déductibles de l'assiette fiscale en fin d'année !!!
La Classe moyenne qu'elle aille se faire foutre !!
Mais ça finira bien un jour tout ça .....

A lire aussi

S’est tenue aujourd’hui, samedi 17 novembre 2018, à Tunis, la 8ème édition du conseil des

17/11/2018 22:02
0

Noureddine Bhiri a été reconduit aujourd'hui, samedi 17 novembre 2018, à la tête du bloc

17/11/2018 21:17
0

Le leader d’Ennahdha Rached Ghannouchi s’est exprimé à l’occasion de la rencontre annuelle du bloc

17/11/2018 20:54
5

Présent aujourd'hui, samedi 17 novembre 2018, à La Marsa pour célébrer la fête nationale de

17/11/2018 17:55
6

Newsletter