L'histoire de la liberté d'expression et d'accès à internet reste à écrire !

Businessnews.com.tn | publié le 13/03/2017 15:54

Par Ahlem Hachicha Chaker*

 

 

Une journée établie pour célébrer un droit fondamental et une liberté chèrement acquise. Beaucoup de gens ont combattu pour cette liberté en Tunisie, certains noms sont connus et d'autres moins; une génération de jeunes et de moins jeunes qui ont choisi la cyber-dissidence contre la censure imposée par le régime Ben Ali sur l'internet.

 

Cette lutte était peu connue du grand public qui vivait dans la crainte de la dénonciation et des représailles. La phrase emblématique de cette époque était "les murs ont des oreilles". Sur internet, les modems avaient des oreilles.

 

Les sites fermés, le harcèlement, la surveillance, la répression, cette censure prenait plusieurs formes. La peur régnait sur les réseaux et pourtant un nombre de Tunisiens ont résisté à la machine de Ammar 404, dont quelques figures sont encore présentes sur la scène publique.

 

Mais la figure emblématique de cette lutte a été et restera toujours Zouhair Yahyaoui. Ce jeune homme, né en 1967, faisait partie de ce groupe qu'on appelait les cyberdissidents. Zouhair écrivait sous le pseudonyme Ettounsi sur le site Tunezine. Ce site était connu pour dénoncer la dictature et les atteintes aux droits humains en Tunisie sous Ben Ali.

 

Les écrits de Zouhair lui ont valu d'être arrêté en 2002 et condamné à 2 ans de prison. Il subira les pires tortures physiques et morales en prison et sera libéré en 2003, suite à une vague de protestations internationales.

 

Zouhair Yahyaoui est mort à 37 ans des suites de la torture qu'il a subie, et ce, le 13 mars 2005. D'où le choix de la date de cette Journée de la Liberté de l'Internet.

 

Aujourd'hui, La Poste a choisi de lui rendre hommage en éditant un timbre à son effigie. Une façon pour Moez Chakchouk de rester fidèle à ses valeurs.

 

L'histoire de la liberté d'expression et d'accès à internet en Tunisie est une histoire qui reste à écrire.

 

 

* Activiste politique

L'histoire de la liberté d'expression et d'accès à internet reste à écrire !

publié le 13/03/2017 15:54

Par Ahlem Hachicha Chaker*

 

 

Une journée établie pour célébrer un droit fondamental et une liberté chèrement acquise. Beaucoup de gens ont combattu pour cette liberté en Tunisie, certains noms sont connus et d'autres moins; une génération de jeunes et de moins jeunes qui ont choisi la cyber-dissidence contre la censure imposée par le régime Ben Ali sur l'internet.

 

Cette lutte était peu connue du grand public qui vivait dans la crainte de la dénonciation et des représailles. La phrase emblématique de cette époque était "les murs ont des oreilles". Sur internet, les modems avaient des oreilles.

 

Les sites fermés, le harcèlement, la surveillance, la répression, cette censure prenait plusieurs formes. La peur régnait sur les réseaux et pourtant un nombre de Tunisiens ont résisté à la machine de Ammar 404, dont quelques figures sont encore présentes sur la scène publique.

 

Mais la figure emblématique de cette lutte a été et restera toujours Zouhair Yahyaoui. Ce jeune homme, né en 1967, faisait partie de ce groupe qu'on appelait les cyberdissidents. Zouhair écrivait sous le pseudonyme Ettounsi sur le site Tunezine. Ce site était connu pour dénoncer la dictature et les atteintes aux droits humains en Tunisie sous Ben Ali.

 

Les écrits de Zouhair lui ont valu d'être arrêté en 2002 et condamné à 2 ans de prison. Il subira les pires tortures physiques et morales en prison et sera libéré en 2003, suite à une vague de protestations internationales.

 

Zouhair Yahyaoui est mort à 37 ans des suites de la torture qu'il a subie, et ce, le 13 mars 2005. D'où le choix de la date de cette Journée de la Liberté de l'Internet.

 

Aujourd'hui, La Poste a choisi de lui rendre hommage en éditant un timbre à son effigie. Une façon pour Moez Chakchouk de rester fidèle à ses valeurs.

 

L'histoire de la liberté d'expression et d'accès à internet en Tunisie est une histoire qui reste à écrire.

 

 

* Activiste politique

Ahlem Hachicha Chaker
Commentaires (5) Commenter
À 37 ans est mort ce jeune homme !
EL OUAFI
| 14-03-2017 15:58
Mme Abir moussi ce jeune homme est ,mort sous la torture,qu'est-ce-que vous en pensez ? Mes chers Destouriens votre passif est lourd,tellement lourd,que nous n'arriverions jamais à effacer ça de nos mémoires, et vous osiez vous exhiber, et nos affirmer votre arrogance.
L'histoire retiendra vos crimes, et même si vous arriverez à passer entre les mailles des filets, et de la justice sur terre,n'oubliez jamais il y a un Dieu, et son jugement est impartial, et chaque personne répondra de ce qu'elle à accompli de bien ou de mal dans sa vie.(Manai)
Merci Mme Hachicha Chaker
observator
| 13-03-2017 21:15
d'avoir pensé à ce jeune Yahyaoui qui a donné sa vie pour la liberté et la dignité humaine.
@BN
kameleon78
| 13-03-2017 19:11
"Zouhair Yahyaoui est mort à 37 ans des suites de la torture qu'il a connues" et non "connu", il serait plus correct de dire : "Zouhair Yahyaoui est mort à 37 ans des suites de la torture qu'il a subies."

B.N. : Merci d'avoir attiré notre attention. Nous corrigeons cette coquille.
A censure mémoire et demi
Néjib Gaça
| 13-03-2017 16:45
La pléthore de souvenirs ayant marqué notre histoire reste l'arbre qui cache la fôrêt des sacrifices consentis par nos jeunes cyberdissidents dont l'emblème n'est autre que Zouhair Yahyaoui, mort à la fleur de l'âge.
Les droits de l'homme c'est le code pénal
DHEJ
| 13-03-2017 16:42
Ce cogner contre, c'est être contre les droits de l'homme et c'est la déclaration des DHEJ qui le confirme!


Ce Yahyaoui a-t-il respecté les bornes pour payer son ignorance?
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration