alexametrics
A la Une

Le remaniement de Youssef Chahed dans la tourmente

Le remaniement de Youssef Chahed dans la tourmente

 

Le remaniement ministériel tant attendu fût annoncé dans la soirée d’hier par le chef du gouvernement. Sitôt présenté, les réactions n’ont pas tardé à venir. Entre applaudissements, critiques et appréhension, les commentaires étaient, finalement, le reflet de la position de chaque partie par rapport aux développements récents de la scène politique nationale.

 

 

Après des mois d’attente, de tractations et de tiraillements, le chef du gouvernement Youssef Chahed a fini par annoncer son fameux remaniement ministériel. Dix-huit portefeuilles ont été touchés, certains étaient attendus et d’autres l'étaient moins. Toute la scène nationale a suivi de près l’annonce de Youssef Chahed, suite à quoi les réactions ont fusé de toutes parts.

 

Bien évidemment, le bal a été ouvert par la réaction quasi-instantanée de Carthage à travers la porte-parole officielle Saïda Garrache qui a assuré que le président de la République, Béji Caïd Essebsi refuse la démarche adoptée par Youssef Chahed.

« Le président de la République refuse la précipitation et la politique du fait accompli. Youssef Chahed n’a pas consulté le président de la République à propos du remaniement ministériel, il l’a juste informé à une heure tardive cet après-midi, d’autant plus que la liste qu’il lui a présentée aurait été changée », a-t-elle dit. Une déclaration médiatique qui a été complétée par l’intervention du conseiller du président, Noureddine Ben Ticha qui a affirmé que BCE n’était pas du tout au courant de ce remaniement, qualifiant le nouveau gouvernement de Youssef Chahed de « gouvernement Ennahdha». Or d’après d’une source proche de Hafedh Caïd Essebsi, les deux représentants de la présidence ont exécuté l’ordre de la nouvelle cheffe de cabinet de la présidence, Selma Elloumi, qui les a dépêchés aux médias pour rendre publique l’offense faite au président de la République. Il faut dire que cette première réaction assez précipitée et directe témoigne de la profondeur de la crise qui s’est installée entre Carthage et la Kasbah.

 

Il n’en demeure pas moins pour la centrale syndicale qui s’est prononcée, immédiatement, via son secrétaire général Noureddine Taboubi, contestant le fait que Youssef Chahed n’a pas consulté l’UGTT au sujet du remaniement ministériel et que le syndicat a eu connaissance de la liste à travers les médias. «Chahed n’a pas consulté la présidence de la République, donc vous croyez qu’il comptait consulter l’UGTT ? », s'est-il interrogé. Ainsi, pour Noureddine Taboubi cette nouvelle formation gouvernementale ne représente pas l’UGTT.

 

Et comme il fallait s’y attendre, la réplique des deux nouvelles têtes de Nidaa Tounes n’était pas plus surprenante. Entre Hafedh Caïd Essebsi, dont le mécontentement s’est clairement fait ressentir, et le nouveau secrétaire général de Slim Riahi, les deux boss de Nidaa Tounes ont campé sur leur position, sans avoir la moindre marge de manœuvre face aux prérogatives du chef du gouvernement. HCE avait publié un statut dans lequel il écrivait : « Le remaniement ministériel annoncé par Chahed se résume, ni plus ni moins, en une composition gouvernementale nahdhaouie par excellence », alors que Slim Riahi avait qualifié le remaniement ministériel opéré par le chef du gouvernement de « putsch doux et invisible».

 

Pour le parti Ennahdha, estimé principal gagnant par plusieurs observateurs de la scène nationale, ce remaniement ministériel effectué par le chef du gouvernement est important dans la mesure où il est prévu apporter « un nouveau souffle au gouvernement », selon le porte-parole du mouvement, Imed Khemiri. « Nous souhaitons que ce remaniement soit approuvé par le parlement afin que le gouvernement puisse exercer ses missions et mettre fin à la crise politique actuelle qui secoue le pays depuis des mois », souligne-t-il.

 

Cela dit, une grande partie des commentateurs s’est penchée sur la question juridique et la constitutionnalité de ce remaniement opéré par Youssef Chahed, tenant compte du clivage, désormais clairement annoncé, entre Carthage et la Kasbah. Si tout le monde s’accorde sur le fait que le chef du gouvernement n’a pas à avoir l’aval du chef de l’Etat pour modifier sa formation gouvernementale, le point litigieux demeure l’approbation du parlement. Youssef Chahed devra-t-il soumettre sa nouvelle formation au vote de l’ARP ? C’est un non-dit dans la Constitution, mais stipulé par le règlement intérieur de l’assemblée. Autre problème procédural qui pourrait éventuellement se poser, c’est le serment que devraient prêter les nouveaux ministres devant le président de la République. Va-t-il les accepter ? Encore une interrogation qui se pose et qui serait susceptible d’ancrer davantage la crise politique.

 

En tout état de cause, le chef du gouvernement a agi selon les prérogatives qui lui sont accordées par la loi. Une initiative courageuse diront certains, un dépassement éthique et moral diront d’autres. Une chose est sure, est que le chef du gouvernement a décidé de voler de ses propres ailes refusant de se plier aux multiples pressions. Il n’a pas choisi le chemin le plus facile et sa route sera semée d’embuches, d’autant plus que tous ses prédécesseurs ont déjà payé cher leur alliance avec Ennahdha.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

Pan
| 08-11-2018 19:50
Vous avez tout à fait raison. Votre remarque est claire: ce n'est pas parce qu'on a un problème avec BCE qu'on doit adorer Joseph le Témoin.
Dans les démocraties, celui qui a gagné par les urnes et au dessus de celui qui a été sollicité par le pouvoir exécutive.
chère Abir, je vais vous assurez, Joseph le Témoin c'est suicidé politiquement, il est léger, il devait lire son compatriote Ibn Khaldoun qui disait ceci: pour fonder un pouvoir il faut avoir la Asabiyya (un clan) et une doctrine, or, notre Joseph le Témoin a choisi un clan qui n'est pas le sien et une doctrine basée sur un mélange de libéralisme sauvage et de corruption avec un zeste de blâdit certain Baldiyya(s). les deux cheikhs sont en train de choisir avec quelque couteau on va le sacrifier.
Pauvre Joseph le Témoin....

Abir
| 07-11-2018 21:36
Pourquoi ce n'est pas toi qui va se coucher ,tu tu crois qui? Tu me connais ? mes commentaires te font mal avec des fautes ou sans ,le fond est important!

Lecteur
| 07-11-2018 19:43
Arrêtes de faire elmesquina là, tu n'as rien compris et tu ne comprendras rien de rien, vas te coucher et arrêtes de délirer.

TATA
| 07-11-2018 19:10
"la majorité parlementaire" dans le sens d'être approuvé par l'ARP!

TATA
| 07-11-2018 17:56
Je parie avec tout le monde que ce gouvernement n'aura pas la majorité parlementaire à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).

Je parie que YC a déjoué sa dernière bonne carte!

Je suis pro Youssed Chehed, je soutiens son nouveau gouvernement, je salue le choix de Mr. René Trabelsi en tant que Ministre du tourisme!

Par contre et objectivement, je suis convaincu que ce gouvernement n'aura pas la majorité parlementaire à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP). Pourquoi? La réponse est évidente pour ceux qui sont capables de mettre tout en relation et savent reconnaitre les causalités!

DHEJ
| 07-11-2018 16:40
La LOUNISSI est la nièce du GOUROU parait-il pour expliquer son ascension... une GAMINE de 31 ans sans expérience... et sans formation adéquate pour diriger un tel département!!!


Et notre GAMIN sa met à plat devant son MAITRE LE GOUROU

Abir
| 07-11-2018 16:33
Cette Lounissi même se fait piéger par le Caméra de Housem,elle est occupée à chichouter au ministre Nahdaoui de la technologie en lui disant: il faut que les jeunes viennent voir Sidi Cheik pour faire connaissance avec eux ! donc elle n'est pas au hasard dans ce ministère!

Abir
| 07-11-2018 16:17
Cher lecteur bonjour,moi je vous lis toujours et j'ai confiance en vous,j'étais contre Béji parce qu'il a collaboré avec Ennahda,aujourd'hui,je suis contre Chahed parce que aussi il est occupé à servir Ennahda,et quand je vous vois et d'autres encourager Chahed,je me vois dans l'impasse,s'il vous plaît rassurez moi et dites moi où est la différence entre Béji et Chahed par apport à Ennahda,merci !?

DHEJ
| 07-11-2018 16:14
Comment expliquer la gamine LOUNISSI au poste de ministre de l'emploi et de la formation juste parce qu'elle est la nièce du GOUROU?

Abir
| 07-11-2018 16:08
Vous êtes contre Béji parce qu'il a trahi ses électeurs et électrices et YC,il n'a pas fait la même chose ou pire,il n'est pas le serviteur de Gannouchi aujourd'hui !? Moi je pose ma question honnêtement ,peut être je n'ai rien compris !?

A lire aussi

Vu de l’extérieur par un observateur non avisé ou un fan aveuglé, le discours du duo Moncef Marzouki

22/05/2019 17:59
4

La situation de la compagnie aérienne nationale, Tunisair a été débattue lors d’un conseil

21/05/2019 16:59
5

De quoi nier, une fois encore, l’évidence…

20/05/2019 16:59
1

L’image, déjà écornée, du président du bloc parlementaire et du comité central de Nidaa, dans un

19/05/2019 16:59
11

Newsletter